Archives de catégorie : Comptes-rendus

Compte-rendu du colloque « La fabrique des parents » (Aubervilliers, 06-07.02.2020)

Le colloque La fabrique des parents a eu lieu les 6 et 7 février 2020 à Aubervilliers (Campus Condorcet). Organisé par RePPaMa, ces journées avaient pour vocation de réunir des chercheurs et des chercheuses appartenant à différentes disciplines des sciences humaines (notamment sociologie, histoire et sciences de l’éducation).

Les communications portant sur l’accès à la parenté ont mis en évidence la difficulté pour les professionnels de la santé ou les services sociaux à penser la non-convergence entre parenté biologique, légale et quotidienne. Par exemple, les travailleur.euses sociaux tendent (selon les parents adoptant.es) à encourager les candidat.es blanc.hes à l’agrément à l’adoption à formuler des « préférences géographiques ou ethnique » pour « des enfants qui leur ressemblent », c’est-à-dire pour des enfant.es blanc.hes (Solène Brun). En effet, les professionnel.les anticiperaient qu’une différence de couleur de peau entre parents et enfants poserait hypothétiquement problème à l’adolescence.

La difficulté à dissocier procréation et parentalité touche les parents eux-mêmes. Par exemple, dans les familles lesboparentales ayant eu recours à un donneur connu : la place de ce dernier dans la vie de l’enfant a souvent été convenu entre les mères et le donneur avant la conception, mais ce rôle peut évoluer à mesure que l’enfant grandi (Martine Gross). En effet, les donneurs et les mères semblent éprouver des difficultés à distinguer les rôles de géniteur et de père.

À ce titre, il n’y a pas opposition entre les normes de parenté et de parentalité dans les familles homoparentales et hétéroparentales, mais plutôt recomposition de ces normes. C’est par exemple l’objet de la présentation de Lucie Prauthois sur des personnes lesbiennes, gays et bisexuelles : il y a convergence entre certaines normes procréatives de ces personnes et celles des personnes hétérosexuelles (comme la norme d’âge ou du projet parental). C’est également le cas en ce qui concerne l’éducation proprement dite : les mères lesbiennes interrogées par Camille Frémont adhèrent implicitement à la norme de la famille nucléaire (deux parents et pas un de plus) et ont une attitude ambivalente vis-à-vis de des normes de genre dans l’éducation, entre envie d’y résister et peur de la sanction sociale en cas de transgression sociale trop voyante.

De plus, les professionnel.les de santé auraient du mal à envisager un éventuel désir d’enfant de la part de jeunes femmes célibataires sans enfant, ce désir étant pensé comme inséparable d’une relation de couple, comme dans le cas de jeunes patientes atteintes de cancer sans enfant. Ces dernières disent avoir été peu informées des possibilités médicales de préservation de la fertilité, alors même que le traitement de leur maladie est susceptible de les rendre stériles (Manon Vialle).

Plus largement, quelques interventions ont mis en évidence le contrôle exercé par les professionnel.les de santé sur l’accès à la parenté ou l’exercice du rôle de parent dans le cas de personnes étiquetées comme malades, qu’il s’agisse de patient.es atteint.es du cancer, ou d’adolescent.es diagnostiqué.es comme anorexiques (Alice Feyeux) ou de femmes hébergées en établissement médico-social pour adultes avec déficience intellectuelle (Estelle Veyron Lacroix). Dans le cas des adolescentes « anorexiques », les thérapeutes de l’unité psychiatrique étudiée par Alice Feyeux s’efforcent de « rééduquer » la famille (parents et fratries) des adolescent.es en leur rappelant les « bonnes pratiques » en matière de parentalité, entre parentalité relationnelle (verbalisation des émotions) et exercice de l’autorité. Concernant les femmes diagnostiquées comme souffrant de déficience intellectuelle, le contrôle exercé par les professionnel.les de santé est plus grand encore, puisque la contraception de la résidente est obligatoire dans certains centres et dans tous les centres étudiés iels promeuvent un interdit implicite de procréation pour les résidentes (Estelle Veyron Lacroix). La déviance (au sens de Becker) d’un individu semble donc le discréditer en tant que parent, que cette déviance prenne la forme d’un handicap (déficience intellectuelle ou visuelle dans le cas des parents non-voyant.es étudié.es par Marion Doé) ou d’une non-conformité aux normes du couple parental hétérosexuel (familles homoparentales, parents « solos » ou ayant opté pour la résidence alternée ; Alexandra Piesen et Benoît Hachet).

Si la parentalité est souvent pensée comme liée à l’arrivée d’un enfant dans la famille, deux communications ont illustré que ce rôle peut être préparé ou anticipé, comme dans le cas du rite de parrainage ou marrainage en pays kabyè (Togo) (Marie Daugey) mais aussi de l’importance pour les futurs parents d’assigner un sexe au fœtus pendant la grossesse pour se projeter dans leur rôle à venir (Gaëlle Larrieu).

Plusieurs interventions se sont penchées sur le caractère « intensif » de la parentalité en tant que nouvelle modalité d’exercice du rôle de parent, du moins dans les classes supérieures. Lidia Panico a ainsi mis en évidence la plus grande fréquence de pratiques parentales de lecture ou de dessin par les mères les plus diplômées. De même, Manon Laurent a montré que les normes de parentalité peuvent amener certaines mères à devenir des « managers » de leurs enfants afin de leur offrir les meilleures ressources éducatives possibles, en Chine urbaine. La parentalité intensive semble donc croiser ressources culturelles détenues par les parents et compétences temporelles, dans la mesure où ces pratiques parentales demandent de la part des parents une organisation optimisée de la vie familiale afin de faire face au manque de temps dans les couples bi-actifs (Anne-Gaëlle Picart). Du côté des pères, le congé parental peut être l’occasion pour ses bénéficiaires hommes d’une « rééducation temporelle » : être responsable d’un enfant à plein temps en journée et en l’absence de leurs conjointes conduit ces hommes à développer les compétences idoines pour se rendre disponibles pour leurs enfants (Myriam Chatot). Ces normes de la parentalité intensive s’inscrivent dans la continuité de celles de la parentalité relationnelle, dont Elsa Neuville constate déjà l’émergence dans le cas de crèches parallèles fondées dans les années 1970 : l’émergence de ces collectifs est basée sur le refus de la garde des enfants en bas-âge dans un environnement « aseptisé » et des rôles parentaux différenciés (autorité paternelle et soumission des femmes).

Cette remise en cause de l’autorité paternelle ne date pas des années 1970 : deux communications historiques ont montré comment ce principe a pu être défié dans le cas des femmes entrées en religion contre l’avis de leurs parents (Inès Anrich) ou lorsque le père est éloigné durablement de sa famille parce qu’il est prisonnier de guerre (Juliette Minard de Guertechin). Dans la seconde situation, exercer le rôle de parent « en solitaire » a été l’occasion pour certaines mères de devenir autoritaires ou de développer une « personnalité » pendant cette période, ce qui a pu entrainer des divorces après le retour du père. De même, la séparation conjugale est l’occasion d’une recomposition du rôle de parent pour les pères et les mères alternant.es : ces parents se sentent à la fois plus impliqués dans la parentalité et moins affectés (dans le cas des mères) par certaines normes intériorisées de « bonne » parentalité (Benoît Hachet).

Colloque La fabrique des parents – note conclusive

Merci à tou-tes les communicant-es, président-es et modérateur-ices de session et à tou-tes les auditeur-ices qui sont venu-es au colloque La fabrique des parents qui vient de s’achever. Pour information, un live-tweet de l’événement est disponible :
Session 1
Session 2
Session 3
Session 4
Sessions 5 et 6

Un compte-rendu est en préparation.

Au plaisir de vous revoir,
l’équipe de RePPaMa

Compte-rendu de la huitième séance de l’atelier RePPaMA (13.06.2019)

Lors de ce huitième atelier du REPPAMA, nous avons entendu deux communications.

La première intitulée « Être une mère moderne : la maternité dans Marie-Claire en 1954 » est issue du travail de thèse d’Alexie Geers mêlant histoire et sociologie du genre, de la culture et des classes sociales. Lors de son passage, Alexie Geers a montré que dans le magazine Marie-Claire s’adressant à cette époque à des femmes des milieux moyens et supérieurs, la maternité était traitée narrativement et visuellement comme un métier. Par ce biais, il s’agissait d’en faire une sphère de valorisation identitaire à diffuser un modèle de féminité, basé sur la maternité (par opposition à la période 1937-1944, où Marie Claire est centré sur la beauté). La chercheuse met en avant la mise en texte et image de l’amour dans la famille pensé comme le socle de sa stabilité. En outre, rappelant l’essor du taylorisme à cette époque, Alexie Geers s’est attachée à décrire les ressorts de la mission de modernisation des foyers confiée à ces femmes et largement relayée par Marie-Claire auprès d’elles. Pour ce faire, des campagnes publicitaires et des articles incitent les mères à se munir et à utiliser de nouveaux objets industriels (berceaux, chauffe-biberons etc.) et/ou issus de l’industrie agro-alimentaire naissante (lait infantile, etc.). Il s’agissait également de promouvoir les connaissances nouvelles issues de la psychologie du développement promouvant une éducation des enfants résolument moderne au service de leur épanouissement. Enfin, dans un dernier temps de son intervention, Alexie Geers a conclu sur la forte propension du magazine Marie-Claire à valoriser des modèles de féminité traversés par les codes de l’érotisme et de la séduction. Á cet égard, les mères modernes et professionnelles dépeintes dans ses pages n’en restaient pas moins représentées sous l’angle d’une grande importance accordée à leur apparence portant talons et tabliers laissant deviner leur taille affinée.

Les questions de fin de séance ont principalement porté sur la méthodologie adoptée pour le recueil des données (modalités d’accès aux archives, d’observation des images et des textes, de l’analyse des contenus, prise en considération du courrier des lecteurs dans les analyses). Des questions ont également été soulevées au sujet d’une lecture décoloniale et masculine (paternelle) des données et l’influence que celle-ci aurait pu avoir sur les résultats obtenus.

La deuxième communication intitulée « Combattre la mort ou la préparer pour « préserver » ses enfants » a été donnée par Anaïs Mary d’après trente entretiens menés dans le cadre de sa thèse en sociologie avec des parents (vingt-cinq mères et cinq pères) ayant eu un cancer. Après avoir rappelé les différences de différences et de pratiques concernant la parentalité en fonction du sexe du parent, la doctorante s’est intéressée à l’impact de la maladie sur la conception du rôle de parent des enquêtés. Le risque de mourir des suites de cette maladie est largement revenu dans les discours des personnes interrogées. Bien davantage pensé pour les enfants que pour soi, il suscite nombre de craintes qui émergent autour de l’idée que ces derniers risquent de souffrir d’une éducation incomplète faute d’avoir un père ET une mère auprès d’eux. Voyant cette présence double d’un père et d’une mère comme une ressource pour l’équilibre des enfants, les parents interrogés se distinguent néanmoins sur les garants de celui-ci. Pour certain.e.s, l’équilibre des enfants va tenir de leur personne en tant que père ou en tant que mère et pour d’autres, de la fonction paternelle ou maternelle qu’ils.elles exercent. Or, de cette différence de conceptions du rôle de parent est à l’origine de positionnements différents au sujet de la maladie. Pour les premier.ère.s, se pensant comme irremplaçables auprès de leurs enfants, l’idée de pouvoir mourir du cancer est vécue sous le mode du drame engendrant un rapport combatif à la maladie et la mobilisation d’un vocabulaire guerrier (utilisation récurrente de termes ou expressions tels que « combat », « se battre » etc.). Pour les second.e.s, considérant que d’autres personnes qu’eux.elles puissent assurer les mêmes fonctions paternelles ou maternelles auprès de leurs enfants, la mort est moins appréhendée en termes de tragédie familiale, mais comme un risque qui doit être anticipé.

Les questions adressées en fin de séance ont porté sur les possibilités de redéfinition du rôle du parent survivant pensées en fonction du genre, l’annonce du cancer, l’influence du type de cancer (notamment cancers du sein/de la prostate) sur les redéfinitions de la parentalité pendant la maladie…

Programme de la séance

Compte-rendu de la septième séance de l’atelier RePPaMA (07.03.2019)

Cette séance a constitué en deux présentations sur les parents séparés : celle d’Alexandra Piesen a porté sur les parents ayant la résidence principale de leur.s enfant.s et celle de Benoit Hachet sur les parents pratiquant la garde alternée.

Bien que les deux interventant.es aient opté pour des points d’entrée différents (articulation travail/famille et parentalité pour Alexandra Piesen et « refaire famille » dans le cas de Benoit Hachet), de nombreux parallèles se sont dessinés entre les deux présentations. Tout d’abord, les deux interventant.es ont mentionné l’importance pour les parents séparés de s’investir d’autant plus dans le temps passé avec l’enfant après la séparation, à plein temps pour les parents « solos » et la semaine où ils ont leur.s enfant.s pour les parents alternants. Ensuite, les deux interventant.es ont évoqué la recomposition des rôles suite à la séparation, qu’il s’agisse pour les mères alternantes d’adopter un rôle parental plus « authentique » en n’ayant plus à jouer le rôle de la mère et de la ménagère parfaites (et de ne plus se forcer à faire des activités familiales comme le camping) ; tandis qu’Alexandra Piesen a souligné la volonté (et la difficulté) des parents solos à « jouer les deux rôles », c’est-à-dire être à la fois paternant.es (exercice de l’autorité) et maternant.es (affection). Enfin, les deux communiquant.es ont évoqué le genre de la parentalité solo ou alternante. Du côté des parents solos, on constate par exemple une différence dans les conditions d’entrée dans la situation de parent solo : si quelques mères ont choisi de « faire un bébé toutes seules », ce n’était le cas d’aucun père interrogé (par exemple, en acceptant d’assumer seul un enfant après l’accouchement de la mère). D’autres expliquent qu’elles ont été contraintes à la séparation parce que l’équilibre familial était rompu (par des conflits entre les parents ou un comportement du père comme un adultère ou de l’alcoolisme). A l’inverse, presque tous les pères présentent leur entrée dans cette situation comme étant subie, du fait d’un départ brutal de la mère du domicile. Du côté des parents alternants, on constate des discours différents sur la remise en couple en fonction du sexe : les mères hésitent davantage à reformer un couple (et à plus forte raison cohabitant) et s’inquiètent davantage de la compatibilité entre le nouveau conjoint et les enfants que les hommes.

Par ailleurs, et sans que cette thématique n’ait été abordée frontalement par les interventant.es, on observe un rôle important des ressources dans les conditions d’exercice de la parentalité, comme le soutien de l’environnement amical ou familial (voire un « capital d’autochtonie », pour reprendre le terme de Christelle Avril ?), celles liées à l’environnement professionnel (une bonne insertion dans un emploi permet au parent solo d’aménager son activité professionnelle pour la rendre compatible avec l’exercice de la parentalité en solo, alors que les parents moins bien insérés optent parfois pour le chômage faute de possibilité de rendre leurs horaires compatibles avec la prise en charge des enfants) et à l’entente avec l’ex-conjoint.e. En effet, les deux présentations ont mentionné l’importance de l’entente entre les parents dans les conditions d’exercice de la parentalité solo ou alternante : une bonne entente peut constituer une ressource sur le plan organisationnel (par exemple, le parent non-gardien peut garder ponctuellement l’enfant à la demande du parent gardien) ou matérielle (par exemple, les vêtements circulent plus facilement entre les foyers de parents qui ont gardé de bonnes relations), et dans le cas des parents solo les relations entre les parents séparés conditionnent en partie le maintien du lien entre les enfants et la parent non-gardien.

Une différence importante peut cependant être observée entre les deux groupes : là où les parents solos se sentent stigmatisés et « surveillés » quant à leurs compétences parentales, c’est beaucoup moins vrai pour les parents alternants, signe que la bi-parentalité est une norme encore prégnante malgré le développement de « nouvelles formes de famille ».

Voir le programme de la séance

Compte-rendu de la sixième séance de l’atelier RePPaMa (29.11.2018)

La présentation d’Inès Tiab portait sur l’analyse dans une perspective goffmanienne de neuf comptes Instagram de jeunes mères aux influences variables sur ce réseau – la plus suivie comptant environ 20 000 abonné.e.s à son compte contre quelques centaines pour la moins suivie. Dans son travail, Inès Tiab défend la thèse suivante : sur Instagram, les jeunes mères cherchent à se faire reconnaître comme « bonnes-mères » aux yeux de leurs communautés d’abonné.e.s. Ayant à cœur d’être au plus proche des besoins de leurs enfants, les publications – les photos et les légendes qui les accompagnent – « mettent en scène » le quotidien de ces jeunes mères pour beaucoup consacré à des pratiques de « maternage intensif » (allaitement, portage, co-dodo, etc.). Au-delà de la seule reconnaissance en tant que« bonnes-mères », il s’agit également pour ces femmes de se faire reconnaître en tant qu’individues réalisées tant d’un point de vue maternel que personnel. La réalisation maternelle se donne à voir par l’intermédiaire de contenus qui donnent l’image d’une maternité qui se vit sous le mode de la complicité mère/enfants et sans culpabilité ; ces mères y revendiquant avec force et humour le titre de « mères parfaitement imparfaites ». La réalisation personnelle quant à elle trouve son incarnation dans la diffusion de publications où elles s’affichent sous le jour d’une féminité assumée reprenant les codes de l’érotisme (moue, poses lascives etc.) comme pour affirmer qu’être (de bonnes) mères ne les empêche pas d’être des femmes désirables et épanouies.

Les questions ont porté sur la place laissée (ou non) à la question du milieu social dans les analyses. Les aspects méthodologiques renvoyant aux procédures utilisées pour le codage textuel des légendes des photos et à la pertinence d’une poursuite de cette recherche par la conduite d’entretiens ont également fait l’objet des interrogations des personnes en présence.

***  

La présentation de Maya Paltineau était essentiellement méthodologique : à partir de son enquête sur la parentalité (et plus particulièrement du maternage proximal ou intensif) sur les réseaux sociaux (entendus au sens large, comme outils mettant en relation les individu.e.s), elle a exposé les avantages et les inconvénients de différents réseaux (blogs, Twitter, Facebook, Youtube, Instagram, Snapchat)pour l’enquêteur.trice. Les enjeux éthiques d’un terrain de recherche sur Internet ont également été abordés : peut-on analyser du contenu public publié sur Internet sans en informer le ou la producteur.trice ? Comment anonymiser quand on reproduit des textes ou des images extrait.e.s du terrain,tout en respectant la propriété intellectuelle et la rigueur méthodologique de présentation du terrain ? Quels sont les impératifs légaux du chercheur et de la chercheuse sur ces thématiques en cas de publication ? Si le dernier point fait l’objet d’une réponse univoque (en cas de publication de la recherche, l’auteur.trice doit avoir l’accord des enquêté.e.s selon la CNIL), les deux premiers relèvent davantage du « bricolage » de l’enquêteur.trice. La recherche de Maya Paltineau a été abordée de manière périphérique, défendant la thèse que la parentalité relevant du maternage proximal ou intensif (allaitement long et à la demande, co-dodo, portage de l’enfant…) est désormais une norme largement partagée au sein de la société française contemporaine, construite avec et par les réseaux sociaux.

Les questions ont porté sur les enjeux méthodologiques de la recherche de terrain sur Internet et sur l’existence ou non d’une norme du maternage intensive (et si oui, si elle ne concerne qu’une frange de la population, ou si elle est devenue « légitime » et si chaque parent se positionne par rapport à elle).

Voir le programme de la séance

Compte-rendu de la cinquième séance de l’atelier RePPaMa (21.06.2018)

La présentation de Chloë Cottrell portait sur des hommes devenus pères jeunes (avant 25 ans) en Angleterre. Elle s’appuyait sur un corpus d’entretiens avec 35 pères rencontrés par le biais de centres pour parents qui organisaient des groupes de discussion pour les jeunes pères. Ces pères appartiennent pour la majorité d’entre eux aux catégories « ouvriers » et « employés », et ont pour une partie d’entre eux un passé de délinquant. Dans la majorité des cas, la grossesse de la partenaire n’est pas prévue et est décrite comme un « choc » par les enquêtés. Cette arrivée imprévue d’un enfant les amène à revoir leur trajectoire future, de façon à le prendre en compte dans leurs projets. Rétrospectivement, l’enfant est cependant perçu comme une opportunité par une partie des interrogés, en leur permettant de sortir de la délinquance. Cependant, le maintien du lien père-enfant est souvent compromis par la séparation conjugale des parents, voire dans certains cas par des décisions de justice. L’hypothèse de Chloë Cottrell est que ces hommes ont des représentations et des pratiques en matière de paternité similaires à celles de la majorité des pères, mais que ces jeunes pères étaient sur des trajectoires biographiques qui les ont amenés à devenir père à un âge jugé « jeune » dans la société britannique contemporaine.

Les questions ont principalement porté sur la méthodologie et son impact sur les données collectées (comme le fait que rencontrer les pères par des centres et par le biais de travailleurs sociaux produit probablement des effets de sélection) et le choix des catégories (d’âge, du terme « jeune père »).

La communication de Rose-Myrlie Joseph portait sur la maternité en Haïti. Elle s’appuyait sur une enquête par entretiens répétés (un par an pendant trois ans) avec des femmes haïtiennes en Haïti et en France. L’absence de moyens de contraception et l’illégalité de l’avortement contribuent à ce que la grossesse soit perçue comme la conséquence inévitable de la sexualité (hétérosexuelle) dans les représentations notamment féminines. Or, si les femmes « assument » l’arrivée de l’enfant, les hommes se défaussent généralement de cette responsabilité en arguant que l’enfant n’est pas le leur et n’endossent pas un rôle de conjoint de la mère, ni de père de l’enfant après la naissance, attitude qualifiée de « paternité au rabais » par la chercheuse. Or, les soins concernant la grossesse, l’accouchement, et les coûts de l’éducation de l’enfant appauvrissent la mère, d’autant que la garde d’un enfant en bas-âge rend plus difficile pour la mère l’exercice d’une activité rémunérée. Faute d’alternative pour assurer leur survie et celle de leur(s) enfant(s), les mères prennent un amant pour les aider économiquement, mais cette nouvelle relation débouche généralement sur une nouvelle grossesse, qui provoque à son tour le départ du géniteur. Ainsi, les comportements féminins et masculins face à la procréation débouchent sur une polyandrie (basée sur un échange économico-sexuel) et une maternité en série pour les femmes haïtiennes.

La discussion qui a suivi la présentation a porté sur la marge de manœuvre dont disposent éventuellement les femmes (recours à un réseau d’entraide féminin, possibilité d’avoir une activité rémunérée), le projet migratoire des informatrices et leurs attentes romantiques concernant une nouvelle relation conjugale en France, la chaîne internationale du care, le rapport aux aides financières en France auxquelles ces femmes peuvent avoir accès et la question de l’éducation des garçons.

Programme de la cinquième séance

Compte-rendu de la quatrième séance de RePPaMa (26.04.2018)

La présentation de Constance Schuller portait sur l’impact des conceptions des professionnels en matière de procréation et de parentalité sur la prise en charge de patients dans l’assistance médicale à la procréation (AMP). A partir de deux enquêtes, menées pendant plus de deux ans au sein de plusieurs centres d’AMP de la région parisienne, comprenant des observations de consultations et de réunions pluridisciplinaires, et des entretiens avec des patients et des spécialistes de l’infertilité ; elle a montré le poids important des représentations des soignants en matière d’accès à l’AMP. En effet, les critères légaux (caractère « pathologique » de l’infertilité, couple « stable et motivé », « en âge de procréer ») sont flous et laissent donc une place à l’interprétation du soignant. Or, les soignants mobilisent des conceptions normatives des capacités reproductives des hommes et des femmes (par exemple, les risques d’une paternité à un âge avancé sont peu évoqués, contrairement à ceux d’une maternité à un âge avancé) et de la parentalité. Ainsi, la maternité est « naturalisée » (l’accès d’une femme à la procédure dépend de la bonne capacité de son corps à mener la grossesse à terme), alors que la paternité est évaluée en fonction de critères sociaux (espérance de vie du géniteur potentiel, compétences éducatives). Ces visions normatives compliquent l’accès à la procédure pour des couples perçus comme « atypiques » (non-cohabitants, dits « sans sexualité » c’est-à-dire sans coït, homme et compagne non-officielle…) ou perçus comme ne permettant pas d’offrir les meilleures conditions de vie à l’enfant potentiellement né de la procédure (couples précaires, ayant une faible rémunération…). Le flou des conditions d’accès pose dès lors question quant à l’égalité d’accès aux soins, dans la mesure où un couple n’aura pas le même accès à l’AMP en fonction du centre (et de sa culture locale, de son attention aux taux de réussite ou non), de l’équipe, du médecin etc.

La discussion qui a suivi la présentation a porté sur l’influence du sexe des soignants sur les critères d’accès à l’AMP, le choix des techniques (fécondation in vitro, insémination artificielle…) et sur la connaissance par les patients des politiques de chaque centre.

 

Myriam Chatot commence sa présentation en présentant l’un des résultats de l’enquête UNAF : parmi les 46% de pères qui estiment manquer de temps avec leurs enfants, ¾ évoquent le travail comme le premier facteur qui les empêchent d’être présents et disponibles avec leurs enfants. Son intervention se base sur un corpus de 75 pères ayant au moins un enfant de moins de trois ans, dont 42 qui ont pris un congé parental (en savoir plus).  Les enquêtés rencontrés appartiennent en majorité aux classes moyennes et supérieures. La problématique de la présentation est :  comment les pères justifient les arbitrages concernant leur engagement professionnel et leur engagement parental ? Dans tous les entretiens, l’engagement professionnel (c’est-à-dire le fait de s’impliquer dans son activité professionnelle, tant sur le plan subjectif que temporel) est présenté comme incompatible avec l’engagement parental. Autrement dit, les pères qui sont impliqués dans leur travail (soit parce que leur conjointe est au foyer ou en congé parental ; soit parce que les deux parents sont cadres) expliquent que leur engagement parental (notamment en termes de temps passé avec les enfants) est limité. A l’inverse, les pères qui donnent la priorité à l’engagement parental (notamment les pères en congé parental, mais aussi des pères en couples hypogames) déclarent n’avoir jamais été impliqués dans leur travail (emploi « alimentaire ») ou s’en être désengagés pour être plus présents pour leurs enfants. Cette description de l’engagement parental et professionnel comme étant des vases communicants (si on est engagé dans une sphère, on ne peut être engagé dans l’autre) pose alors la question des motivations des pères à s’engager dans la parentalité : la paternité est-elle un moyen de se valoriser quand le travail fait défaut ?

La discussion a porté principalement sur la définition et les indicateurs concernant le concept d' »engagement ».

Programme de la quatrième séance

Compte-rendu de la troisième séance de l’atelier RePPaMa (14.12.2017)

La présentation de Zoé Yadan portait sur le conseil de discipline. Pour étudier cet objet, elle s’est appuyée sur un corpus d’entretiens avec des parents dont les enfants ont été convoqués à un conseil de discipline et des agents institutionnels et associatifs en lien avec cette pratique. Elle a également observé 15 conseils de discipline dans deux établissements « difficiles ». Ritualisé (et empruntant au registre du tribunal), le conseil de discipline est une forme de sanction pour l’enfant convoqué mais aussi pour les parents. En effet, la méconduite des enfants au regard des attentes scolaires est perçue comme une faillite des parents : si les enfants transgressent les normes et les règlements scolaires, c’est forcément que leurs parents sont « démissionnaires » pour les agents scolaires et le conseil de discipline opère précisément comme un « rappel à l’ordre », moins pour les adolescents convoqués que pour leurs parents. Si les parents sont ainsi « mis en accusation » de manière indirecte dans le conseil de discipline, ils ne sont pas pour autant passifs face à lui. Zoé Yadan relève trois stratégies des parents face au « tribunal » : faire front sans intervenir par peur de desservir l’enfant, chercher du soutien auprès de l’institution ou reconnaitre les faits dans l’espoir d’atténuer les sanctions. La discussion a porté sur l’impact du conseil de discipline sur les parents et leurs représentations concernant leur éducation et leur trajectoire parentale, et sur les choix des établissements parmi le répertoire des sanctions possibles (et l’utilisation stratégique du conseil de discipline pour « tenir » une classe perçue comme difficile).

La communication de Marion Braizaz portait sur l’impact de la maternité sur le rapport au corps et à la beauté des mères. Elle s’est intéressée plus particulièrement à l’injonction contradictoire faite aux mères de tenir leur indépendance esthétique (c’est-à-dire conserver un corps désirable et séduisant) d’une part, et la demande de dévouer le corps à l’enfant (c’est-à-dire faire passer les besoins de l’enfant avant les siens, y compris en matière d’esthétisme). Il s’agit donc à la fois d’éviter l’écueil de la mère qui fait trop attention à son apparence et qui est superficielle, et celui de la mère dévouée qui « ne prend pas soin d’elle ». Pour étudier le rapport des mères à ces normes incompatibles, la chercheuse s’est appuyée sur un corpus d’entretiens auprès d’hommes et de femmes en couple (hétérosexuels et homosexuels) et parents. Elle montre un rapport très différent à l’esthétisme en fonction de l’appartenance sociale. Chez les femmes de classes supérieures, il s’agit de « garder de contrôle de son corps » (par exemple en retrouvant le corps d’avant la grossesse), ce qui peut être interprété à la fois comme la manifestation des normes des classes moyennes-supérieures qui enjoignent les femmes à ne pas être « que » des mères, et la conséquence du regard du milieu professionnel porté sur une femme devenue mère. Du côté des classes populaires, les mères témoignent au contraire d’un changement : il s’agit de mettre son corps au service de la maternité, en privilégiant la praticité (par exemple, avoir les cheveux courts) à l’esthétisme (en partie pour ne pas être stigmatisé comme « coquette »). La discussion a principalement porté sur les différences éventuelles entre les mères en couple hétérosexuel et les mères en couple homosexuel sur le plan du rapport au corps et à l’esthétisme.

Programme de la troisième séance

Compte-rendu de la deuxième séance de l’atelier RePPaMa (01.06.2017)

La deuxième séance de l’atelier RePPama a consisté en deux présentations, la première de Miyako Hayakawa, doctorante en anthropologie, et la seconde de Giuseppina Sapio, docteure en Arts et médias.

La présentation de Miyako Hayakawa, portant sur 15 entretiens avec des femmes japonaises expatriées en France et des observations, a mis en lumière la pratique de la maternité intensive.

Pour nous décrire la maternité intensive, la chercheuse s’appuie sur le concept de Maternal proximal (maternage proximal)  qui consiste à :
– l’allaitement maternel de longue durée à la demande de l’enfant
– le co-dodo
– le portage de l’enfant contre le dos

Cette pratique du maternage existait déjà au Japon : toutefois, elle consistait surtout à protéger la famille des gênes engendrées par l’enfant. En effet, l’allaitement tardif avait une fonction de contraception, le co-dodo évitait de réveiller toute la maisonnée et le portage permettait de continuer à travailler dans les champs. Or, depuis les années 70, ce maternage a pris un sens nouveau tourné vers l’enfant et ses besoins, visant à renforcer le lien mère-enfant.

Malgré le choix de la chercheuse de ne pas sélectionner les enquêtées selon leurs pratiques de maternage, elle a retrouvé une grande similarité entre ces femmes. La maternité intensive est apparue comme un des résultats de sa thèse tandis qu’elle cherchait à comprendre le modèle familial des migrants japonais en France et les rapports sociaux de genre.Or, ce choix de modèle familial a des effets à la fois sur le bien-être des femmes et le couple. En effet, le maternage proximal semble à l’origine d’un renforcement du lien mère-enfant au détriment du lien conjugal : le père est exclu de la relation parentale, y compris spatialement (la mère dort avec l’enfant, le père dans une autre pièce), ce qui contribue à limiter les rapports sexuels conjugaux.

Contrairement à ce qu’on aurait pu supposer, les enquêtées présentent une assez faible acculturation au maternage « à la française », construit dans l’exposé en miroir du maternage intensif : autonomie de l’enfant et distance mère/enfant, par l’allaitement de courte durée ou recours au biberon, le berceau et le recours à des modes de garde autre que la mère. En effet, les Japonaises expatriées ont peu de liens avec des Français(e)s et ont « importé » leurs pratiques maternelles, sans envisager d’opter pour un autre modèle de maternage.

La discussion qui a suivi la présentation a porté sur la mise en relation du concept de maternage avec d’autres pays, la conciliation entre maternité intensive et travail et la place des pères dans la famille.

La présentation de Giuseppina Sapio portait sur les films de famille des années 60 à aujourd’hui. L’originalité de sa thèse était de regarder ces films avec les acteurs eux-mêmes et de réaliser des entretiens avec les parents d’un côté et les enfants de l’autre pour revenir sur le contexte de production. La chercheuse a ainsi suivi six familles dont les modèles étaient diversifiés (famille nucléaire, adoptante et recomposée).

La première partie de la présentation portait sur les concepts utilisés pour décrire les films de famille : cinéma d’amateur, home movie mais aussi la théorie semio-pragmatique et la notion d’espace de communication.

Une fois le cadre posé, la chercheuse nous a montré l’évolution des films de famille des années 1960 à aujourd’hui à travers les limites techniques mais surtout l’évolution des pratiques. Le premier aspect abordé est le mode ludique. Filmer est un jeu individuel ou collectif où l’on va faire « comme si »  on était dans la « réalité ». On passe donc du game qui avait un but précis et où les rôles étaient définis notamment par le père de famille (dans les années 1960) vers le play où l’activité est créative, les interactions plus libre et où la camera tourne entre les acteurs (depuis les années 1980).

Concernant le niveau énonciatif, la première période (les années 1960) correspond à un je individuel, celui qui filme fait l’histoire. Le but étant d’avoir une image satisfaisante de la famille qui se conformait au modèle familial de l’époque et tout ça dans un temps très court. Les films sont réalisés pendant des événements déjà ritualisés comme les fêtes de famille. La deuxième période (années 1980) est le collectif. Ce qui compte est de montrer la famille unie mais avec les spécificités de chacun des membres, en laissant plus de place à la spontanéité et à la parole individuelle. Enfin, la troisième période (celle du numérique) est tournée vers la reconnaissance de l’autre. L’idée étant que sur un même événement, il est possible d’avoir plusieurs points de vue, par exemple par le recours à plusieurs caméras (avec les téléphones portables). La nouveauté est de voir la place de l’enfant reconnu en tant qu’acteur et créateur.

Le cœur de la présentation porte sur le point de vue des acteurs sur la production de ces films. L’effet lissé des plans ne permet pas de voir les failles et les conflits de la famille. C’est donc le retour réflexif des acteurs sur ces films qui les autorise à se situer, à critiquer, à croire ou à refuser l’image de la famille heureuse immortalisée pendant ce laps de temps. Les films opèrent donc sur la présentation de soi et autorisent à performer son rôle mais c’est véritablement les acteurs qui vont donner les codes d’interprétation au chercheur.

Giuseppina Sapio souligne également l’effet de l’évolution des techniques sur les films de famille. Dans les années 1960, la caméra est un appareil cher (qui est donc accaparé par le père de famille, perçu comme le seul à même de le manipuler correctement), qui impose une pratique de montage (du fait du recours aux pellicules) et une forme de ritualisation du visionnage, puisque le film est projeté. Avec la diffusion de la VSH puis le numérique et la démocratisation de la caméra (en termes de prix et d’inclusion de ces équipements dans la vie quotidienne avec les téléphones portables), les pratiques entourant la production et le visionnage des films de famille se transforment, d’une part parce que la production de film est plus simple et moins coûteuse (d’où la moindre mise en scène dans les films : les maladresses dans le tournage sont perçues comme une preuve d’authenticité et non comme du gâchis), et d’autre part par une réduction du temps entre production et visionnage (qui convergent : dans les années 2000, on regarde le film juste après le tournage, mais pas forcément après).

La discussion qui a suivi la présentation portait sur l’accès à ce matériau, la place du père dans les films des années 1960 et de son absence dans les films, puis sur les effets de la technique dans les choix filmiques et la présentation de soi et, pour conclure, l’évolution des rituels de visionnage.

Voir le programme de la séance

Compte-rendu de la séance inaugurale de l’atelier RePPaMa (17.03.2017)

La première séance de l’atelier RePPaMa a consisté en deux présentations, la première d’Hélène Breda et la seconde de Maeli Saidi.

La présentation d’Hélène Breda, portant sur un corpus de six séries télévisées (Six feet under, Desperate Housewives, les Sopranos, Lost, the West Wing, 24h chrono), a mis en lumière des rôles parentaux différenciés en fonction du sexe du personnage au sein du corpus.

Les personnages de pères (Tony Soprano dans les Sopranos, Jack Bauer dans 24h chrono) se situent d’un point de vue narratif à la pointe d’une pyramide, dans la mesure où ils sont le centre des différentes intrigues et que ce sont les personnages qui ont le plus d’influence sur le déroulement de l’intrigue et les lignes d’action des autres personnages (pour ce dernier point, c’est également le cas de Nathaniel Fisher sénior, dans Six Feet Under). Leurs rôles parentaux illustrent l’ambivalence des modèles de paternité ; entre patriarche qui dirige la famille (Nathaniel Fisher sénior, Tony Soprano), endosse le rôle d’apporteur de ressources (Tony Soprano) et de protecteur (Jack Bauer) d’une part et « nouveau père » jouant un rôle affectif auprès de ses enfants (esquissé avec plus ou moins de succès par Tony Soprano, incarné avec plus de réussite par Jack Bauer) d’autre part.

A l’inverse, les personnages de mère sont souvent décentrés de la narration et se situent dans des configurations narratives qualifiées de « molécule ». Là où les pères ont généralement un ascendant vertical sur les autres membres de la famille, les mères se situent davantage dans une configuration de circulation horizontale, jouant le rôle de rassembleuse et de liant entre les personnages (comme les héroïnes de Desperate Housewives, Ruth Fisher dans  Six Feet Under et CJ Cregg dans the West Wing qui est l’attachée de presse du président et qui joue un rôle maternel dans la « famille professionnelle » que constitue le staff du président).

L’intérêt de l’approche méthodologique d’Hélène Breda, qui étudie les trames narratives des séries de son corpus en s’appuyant sur la métaphore du tissu (tressage et tissage narratifs, patchwork, etc.), est de mettre en évidence les parallèles entre la place du personnage dans la narration et son rôle parental auprès de sa famille.

La discussion qui a suivi la présentation a porté d’une part sur la méthodologie et d’autres parts sur des parallèles avec d’autres séries plus récentes.

 

La présentation de Maeli Saidi est basée sur un corpus d’une soixantaine d’entretiens avec des mères en situation de monoparentalité, réalisés en Île-de-France. Elles sont dans cette situation de monoparentalité depuis des durées variables (entre deux mois et trente ans), pour la plupart suite à un divorce et ont en moyenne deux enfants. Elles ont en moyenne entre 45 et 50 ans, et s’inscrivent dans des contextes socioculturels variés. L’exposé portait sur la capacité de ces femmes à « s’en sortir » après la séparation, notamment sur leur capacité à se construire une vie qui ne soit pas orientée uniquement vers la famille.

Trois étapes dans l’émancipation de ces femmes peuvent être identifiées, par rapport aux stigmates qui pèsent sur elles en tant que mères « solos » : se protéger, s’affirmer et lâcher prise. Ainsi, dans un premier temps, les mères ont à cœur de consolider la nouvelle cellule familiale après la séparation et se consacrent entièrement à leurs enfants, en recourant à l’aide de leurs familles pour surmonter cette épreuve. Dans un second temps, elles s’affirment, c’est-à-dire qu’elles prennent de la distance avec leurs familles et plus largement avec l’image de la mère « parfaite » qu’elles tentaient d’incarner, en négociant l’image d’elles-mêmes qu’elles projettent suivant leurs interlocuteurs. Dans un troisième temps, les mères lâchent prise et affichent leur vie personnelle au même titre que leur vie familiale. Pour mener à bien cette émancipation par rapport à une vie entièrement consacrée à la maternité, elles disposent de quatre supports : l’indépendance financière, un « jardin secret » (notamment des nouvelles relations affectives), un bon entourage et du temps pour soi.

La présentation s’est principalement concentrée sur le « jardin secret » et le réseau de sociabilité des mères. Il s’agissait d’une part de mettre en évidence les stratégies mises en œuvre par rapport dans la dissimulation ou la révélation de nouvelles relations conjugales (par exemple, prétendre à ses enfants qu’on va faire du sport pour aller voir son compagnon). D’autre part, on observe une recomposition du réseau amical des mères en situation de monoparentalité. Cette recomposition passe par un double mécanisme. Tout d’abord, les mères minorent leurs liens avec les anciennes amies et leurs familles (proches perçus comme ne comprenant pas la situation de la mère seule voire intrusifs). Ensuite, elles se construisent un nouveau cercle amical, constitué de femmes ayant une situation personnelle similaire (monoparentales, célibataires ou en difficultés), constituant une ressource sur le plan affectif mais aussi matériel.

La discussion après la présentation a porté sur les éléments déclencheurs du passage d’une étape à l’autre (événement, âge des enfants, effet de génération ou de socialisation…), sur la comparaison entre mères et pères en situation de monoparentalité et sur le choix des critères de réussite.

Voir le programme de la séance