Archives de catégorie : Journées d’études

Colloque – Famille, pouvoir et inégalités (30.11.2020, Aubervilliers)

Famille, pouvoir et inégalités
Journée de l’unité Genre, sexualité et inégalités de l’Ined
30 novembre 2020
Campus Condorcet, Centre des colloques, Auditorium 150

Les sciences sociales qui ont abordé la famille – démographie, sociologie, économie – se sont intéressées aux relations intergénérationnelles, aux solidarités et aux dépendances, à la division du travail domestique et parental, aux modèles éducatifs et conjugaux. Les liens qui unissent ses membres, les évolutions des modèles familiaux et conjugaux, la spécificité des relations qui s’y nouent ont fait l’objet de plusieurs travaux. Si certains d’entre eux tendent à brosser une image protectrice et heureuse de la famille, d’autres s’attachent aux disputes qui y ont lieu et aux asymétries entre ses membres. La famille apparaît alors comme un espace conflictuel, voire une chambre d’écho des inégalités sociales : elle n’est pas seulement, comme l’ont montré de nombreuses enquêtes, une structure qui reproduit les inégalités, mais un espace social inégalitaire. C’est une piste tracée de longue date par les études féministes qui ont montré que la famille comme sphère privée pouvait être un espace de violence, et en tous cas un des lieux de production des inégalités de genre. Plusieurs recherches récentes reprennent ces interrogations et en diversifient les objets dans un contexte de multiplication des normes familiales. La famille apparaît alors comme un espace où femmes et hommes, enfants et adultes ont des statuts et des positions distinctes. Consacrée à ces inégalités qui traversent et structurent la famille, la journée en interroge leurs formes spécifiques.

9H15 : OUVERTURE

Ouverture : Magda Tomasini, directrice de l’Ined

Introduction : Marie Bergström & Mathieu Trachman (Ined)

9H30-11H : LA PLACE DES MINORITÉS SEXUELLES AU SEIN DES FAMILLES
Discutant : Wifried Rault (Ined)

Camille Masclet (CESSP, CNRS) : Coming-out familiaux, et après ? Des processus d’acceptation parentale contrastés

Tania Lejbowicz (Ined, Université Paris Nanterre) : Détresse psychologique des femmes lesbiennes et bisexuelles : quels liens avec la connaissance et acceptation parentales de leur identification minoritaire ?

11H15-12H45 : INÉGALITÉS ET ENFANCE
Discutante : Lidia Panico (Ined)

Sébastien Roux (LISST, CNRS) : Le coeur et ses raisons. Amour, altérité et préparation dans le monde de l’adoption

Kevin Diter (EHESP) : “C’est quand qu’on va où ?” : les rapports socialement différenciés au temps des adolescent.e.s et de leurs parents

14H-15H30 : INÉGALITÉS ÉCONOMIQUES, INÉGALITÉS DE GENRE
Discutante : Hélène Périvier (Sciences Po)

Angèle Jannot (Ined, Université Paris 8) : Des inégalités de revenus aux inégalités de richesse dans la famille : le rôle du genre dans les transactions économiques quotidiennes au sein des couples parentaux hétérosexuels

Anne Lambert (Ined) : Emploi, télétravail et conditions de vie : une analyse des dissensions conjugales à l’heure de la pandémie de covid-19

15H45-17H15 : VIOLENCES AU SEIN DE LA FAMILLE : LES APPORTS DES ENQUÊTES VIRAGE
Discutante : Pauline Delage (CSU, CNRS)

Amélie Charruault (Ined, Univiersité Paris 1) : Les réactions des filles et des garçons suite aux violences subies dans la famille et son entourage: se taire, parler ou dénoncer ?

Stéphanie Condon et l’équipe Virage Outre-mer (Ined) : Genre et contextes relationnels des violences dans l’entourage familial à La Réunion

17H15 18H00 : CONFÉRENCE DE CLÔTURE
Présidence : Michel Bozon (Ined)

Céline Bessière (Université Paris Dauphine) & Sibylle Gollac (CSU, CNRS) : Le genre du capital. Comment la famille reproduit les inégalités

Journée organisée par Marie Bergström, Marie Digoix, Tania Lejbowicz, Mathieu Trachman & Lucie Wicky

Page de l’événement

Inscription

Colloque – Féminismes Matérialistes 15-16.10.2020, Paris)

Le colloque « Féminismes Matérialistes : Héritages épistémologiques et politiques, Réappropriations contemporaines » aura lieu les 15 et 16 octobre prochains à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Campus de Port Royal (Lourcine), salle 13. Compte-tenu de la situation sanitaire actuelle, le nombre de places est limité : les personnes intéressées sont priées de s’inscrire par mail à l’adresse suivante : Philo-recherche@univ-paris1.fr 
En raison du nombre de places limitées, une captation audio des interventions est prévue ; les podcasts seront mis en ligne sur le site de l’ISJPS après le colloque.

Organisation : Audrey Benoit, Marie Garrau, Mona Gérardin-Laverge et Mickaëlle Provost 
Lieu : Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Campus de Port Royal (Lourcine), salle 13. 

Jeudi 15 octobre
9h30 : Accueil et introduction des organisatrices 

10h-12h30. Session 1 : Travail et oppression 
(Présidence : Isabelle Aubert, U. Paris 1 Panthéon Sorbonne)
Aurore KOECHLIN (U. Paris 1 Panthéon-Sorbonne) : « Le concept de travail reproductif : enjeux théoriques et politiques »
Alexis CUKIER (U. de Poitiers) : « Travail, capitalisme et patriarcat dans les féminismes matérialistes en France et en Italie »
Marie GARRAU (U. Paris 1 Panthéon-Sorbonne) : « Travail de care ou travail reproductif ? » 

12h-14h : Pause déjeuner

14h-16h30. Session 2 : Le constructivisme matérialiste en question
(Présidence : Magali Bessone, U. Paris 1 Panthéon-Sorbonne) 
Marlène JOUAN (U. Grenoble Alpes) : « Penser le travail de gestation pour autrui : un enjeu féministe de réconciliation des « ancien » et « nouveau » matérialismes ? »
Claire GRINO (U. de Genève) : « Remue-ménage dans les théories féministes autour de la conception du corps : qu’en est-il de la perspective matérialiste aujourd’hui ? »
Mickaëlle PROVOST (U. Paris 1 Panthéon-Sorbonne) : « Tensions matérialistes à propos de l’expérience vécue de la domination » 

Vendredi 16 octobre 
9h30-12h. Session 3 : Peut-on encore parler de classe des femmes ?
(Présidence : Mona Gérardin-Laverge, U. Paris Ouest Nanterre, Audrey Benoit, U. Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
Isabelle CLAIR (CNRS, IRIS) : « Le féminisme matérialiste face au féminisme poststructuraliste »
Pauline CLOCHEC (U. Picardie Jules Verne) : « Classes de sexe et transsexualité »
Elsa DORLIN (U. Paris 8) : « L’idéologie du genre » 

12h-14h : Pause déjeuner 

14h-16h. Session 4 : Perspectives d’articulations théoriques et politiques
(Présidence : Alexandrine Guyard-Nédélec, U. Paris 1 Panthéon-Sorbonne) 
Sophie NOYE (SciencesPo Paris) : « Penser le sujet féministe entre classe et multitudes »
Vanina MOZZICONACCI (U. Paul Valéry-Montpellier) : « Des institutions utopiques. Articuler care et matérialisme à l’endroit de l’éducation féministe » 

Conclusion des organisatrices.

Programme en ligne

Séance de séminaire – Des hommes et des contraceptions

Le Laboratoire Contraception&Genre organise la douzième séance de son séminaire le mardi 22 septembre, de 14h30 à 17h30.
Compte tenu de la situation sanitaire, et afin de permettre au plus grand nombre d’y assister, la séance aura lieu en ligne, via Zoom. Si vous désirez y participer, merci de nous envoyer un mail à contraception.genre@gmail.com et nous vous communiquerons le lien la veille du séminaire.

Thème de la séance :Des hommes et des contraceptions
Intervenantes :

  • Mireille Le Guen, démographe, en post-doctorat à l’UCLouvain et associée à l’Ined, pour une présentation intitulée : « Étudier les pratiques contraceptives des hommes : révéler la norme contraceptive genrée et interroger les masculinités »    
  • Cécile Thomé, docteure en sociologie, post-doctorante à l’Ined, pour une présentation intitulée : « Étudier la contraception à travers les discours des hommes : une pratique « féminine » entre mises à distance et appropriations »

 La discussion sera assurée par des membres de l’ARDECOM

Journée d’étude Interroger les temporalités des conjugalités et parentalités (24-25.06.2020)

L’INED organise ses journées doctorales les 24 et 25 juin 2020, sur le thème des temporalités conjugales et parentales.

Programme

Cette année la journée doctorale aura lieu par visio-conférence, via Zoom. Pour participer il est nécessaire de s’inscrire pour chaque session avant 9h30 à la date où elle aura lieu.

L’inscription se fait via les liens Zoom, mot de passe : JDINED2020.

LE 24 JUIN 2020

9h30-9h45 : accueil des participant·es sur Zoom

9h45-10h00 : ouverture de la journée et mot d’accueil par Magda Tomasini, directrice de l’Ined

REGARDS CROISÉS SUR LES VIOLENCES CONJUGALES ET FAMILIALES

10h15-12h30

Présidente de la session : Stéphanie Condon, Chargée de recherche, Ined

  • SARAH DESCHENES : « Pertinence et limites de l’usage des expériences de liste pour mesurer les violences conjugales : cas du Burkina Faso ». 
    Discutante : Valentine Becquet, Chargée de recherche, Ined
  • TANIA LEJBOWICZ : « Objectiver les violences conjugales: comment rendre compte des expériences subies par les femmes homosexuelles, bisexuelles et hétérosexuelles ? ». 
    Discutante : Florence Maillochon, Directrice de recherche au CNRS, Professeure attachée à l’ENS
  • AMÉLIE CHARRUAULT : « L’entrée dans la vie adulte des jeunes ayant vécu des violences dans la sphère familiale ou proche ». 
    Discutante : Isabelle Frechon, chargée de recherche au CNRS et Directrice adjointe du Laboratoire Printemps (UVSQ)

LE 25 JUIN 2020

9h30-9h45 : accueil des participant·es sur Zoom

INTERROGER LES TEMPORALITÉS DES CONJUGALITÉS ET PARENTALITÉS

9h45-12h15

Présidente de la session : Marie Bergström, Chargée de recherche, Ined

  • MARIE-CAROLINE COMPANS : « La redéfinition des prérequis à la parentalité à des âges tardifs ». 
    Discutante : Juliette Rennes, Maîtresse de conférences à l’EHESS
  • YOLINLITZI PEREZ HERNANDEZ : « « Depuis plusieurs années, c’est plutôt clair que je n’ai pas envie d’avoir d’enfant » : auto-conservation ovocytaire et (non-) maternité(s) dans le contexte français ». 
    Discutante : Irène-Lucile Hertzog, Docteure en sociologie, Maîtresse de conférences à l’EHESS
  • LEA CIMELLI : « Les conséquences économiques des ruptures d’union après 50 ans ». 
    Discutant : Jean-Michel Hourriez, responsable des études du COR

12h15-12h30 : clôture de la journée par Michel Guillot, directeur de la délégation doctorale et postdoctorale

Le comité d’organisation se compose de :

Liam Balhan, Constance Beaufils, Juliette Congy, Angèle Jannot, Alix Sponton, Isabelle Teychene et Lucie Wicky

Conférence – Having it all – How couples around the world create equality at home (26.02.2020, Paris)

Portrait of Professor Francine Deutsch ©Mount Holyoke College

Francine M. Deutsch, Professor Emerita of Psychology at Mount Holyoke College (Massachusetts, USA), will present her forthcoming book, Creating Equality at Home: How 25 Couples around the World Share Housework and Childcare. Creating Equality at Home tells the fascinating stories of couples around the world today who are thwarting social norms and achieving equality. Their everyday decisions about who cooks the food, washes the dishes, diapers the baby, helps with homework, and whose career is compromised to make time for family life, add up to a gender revolution. Often driven by either what they admired or rejected in their own mothers and fathers, these couples reject the prescription that men’s identities are determined by paid work, and women’s by motherhood. They show that men can put family first and are as capable of nurturing as women, and that women can pursue careers as seriously as their husbands do. Equally-sharing couples go beyond lip service to gender equality by building a new kind of family. They demonstrate that equality can provide profound rewards for men, women, marriage, and children.

Marta Dominguez Folgueras, Associate Professor at OSC-Sciences Po andd Director of the Department of Sociology, will initiate a discussion of the issues raised in the presentation.

Wednesday February 26, 2020, 5:00 – 7:00 PM Amphithéâtre Simone Veil, 28 rue des Saints-Pères, 75007 Paris Contact: valerie.richard@sciencespo.fr

REGISTRATION IS MANDATORY

Séminaire – Père et mère d’un territoire : la genréisation de la pratique du pouvoir à la cour princière de Wurtemberg (1582-1614) (06.02.2020, Paris)

Séminaire Histoire et anthropologie de la famille et de la parenté

 Organisé par Laurent Barry (ehess, las), Claire Chatelain (cnrs, crm), Isabelle Daillant (cnrs, erea-lesc) et Michaël Gasperoni (cnrs, crm)

 1er et 3e jeudis du mois de 13 h à 15 h (salle 6, 105 bd Raspail, Paris), 

du 7 novembre 2019 au 4 juin 2020

Séance du 6 février 2020

Régine Maritz (fnrs/Centre Roland Mousnier)

Père et mère d’un territoire : la genréisation de la pratique du pouvoir à la cour princière de Wurtemberg (1582-1614)

Cette contribution porte sur la cour princière de Wurtemberg dans le Saint Empire germanique sur une période d’environ trente ans à compter de 1580. Les rôles de parenté genrés du duc et de la duchesse, qui ont facilité la pratique du pouvoir de multiples façons, seront au cœur de l’exposé. La place de la duchesse dans le couple et dans la famille ducale était enracinée dans une pratique éducative plus large qui visait à enseigner aux femmes de la haute aristocratie à s’adapter au caractère de leur mari afin de stabiliser les mariages dynastiques en privilégiant le travail émotionnel féminin. Nous verrons combien l’ensemble de la structure administrative de la cour princière a été conçue pour se conformer à une sorte de macro-foyer domestique dominé par le duc et la duchesse. Les hommes et les femmes de la cour se sont vu attribuer des rôles spécifiques dans leur entourage, ancrant de fait chaque individu dans un système genré de parenté virtuelle avec la dynastie au pouvoir. Les groupes homosociaux de la cour ont ainsi favorisé un sentiment d’appartenance spécifique chez de nombreux courtisans. De manière plus générale, nous verrons que la réélaboration permanente de la catégorie du genre et de son contenu était en soi une pratique importante du pouvoir, qui a contribué à créer une cohésion entre les différents groupes de la société de cour et qui a préservé des zones de flexibilité au sein du système dynastique.

Séminaire – La carrière scientifique au croisement de deux institutions « gourmandes »: l’université et la famille (31.01.2020, Aubervilliers)

Le séminaire à l’EHESS « Présences sociales: Genre, care et temporalités » se mobilise à sa manière contre la réforme inique des retraites et contre ce qui nous attend avec la LPPR dans l’ESR. Ainsi, la sociologie des présences sociales est ici appréhendée pour penser le mouvement social et ses enjeux. C’est une approche féministe, temporaliste et pragmatique du care, pour comprendre les temporalités du travail académique, les logiques genrées des carrières et des retraites, la division du travail et le rôle déterminant des présences sociales dans l’Enseignement Supérieur et la Recherche. Dans cette optique, sera menée le Vendredi 31 janvier 2020, de 13H à 15h au Campus Condorcet,  salle 0.018, bâtiment Recherche Sud, Cours des Humanités 93300 Aubervilliers, une discussion sur la régulation de la recherche, les tensions que cela génère, les mécanismes d’évaporation des femmes, le problème de l’articulation entre parcours de vie et engagement dans une carrière scientifique, les questions sociologiques que posent la réforme…

Elle sera introduite par un exposé des recherches menées sur les temporalités et l’expérience des post-doctorants, par Pascal Barbier, sociologue, Maître de conférences à l’Université Paris 1, CESSP & Bernard Fusulier, sociologue, Directeur de recherches au FNSR et Professeur à l’Université Catholique de Louvain : « La carrière scientifique au croisement de deux institutions « gourmandes »: l’université et la famille »
Avec sous réserve de leur disponibilité, la participation de membres du collectif des précaires de l’ESR.

Conférence – Who cares for the children ? Gender and transnational families (27.01.2020, Paris)

Rhacel Salazar Parreñas is Professor of Sociology and Gender and Sexuality Studies at the University of Southern California. She is the author of numerous books and articles on gender, family, labor, migration and the political economy of globalization. In 2019, she was honored with the Jessie Bernard Award by the American Sociological Association in recognition of her contributions to our understanding of women in society.

She will address the question of how gender constitutes and is constituted in transnational households. It draws from a two year ethnographic study on children raised from a distance in the Philippines by migrant parents across the diaspora. While the talk empirically establishes the continued relegation of housework and childcare to women, including in the household of migrant mothers, it also engages the implications of such a finding to feminist theory. It explains the stalled gender revolution in the formation of transnational households with migrant mothers and establishes the significance of examining gender from a relational and not solely an identity perspective. The conference will be moderated by Hélène Le Bail and Hélène Thiollet, researchers CNRS at Sciences Po’s Center for International Studies (CERI).

Monday January 27, 2020 5:00 – 7:00 PM
Sciences po, Amphithéâtre Jacques Chapsal, 27 rue Saint Guillaume, 75007 Paris
Contact / inscriptions externes : valerie.richard@sciencespo.fr

Table ronde – Travail de care (22.01.2020, 17h)

Mercredi 22 janvier 2020 à 17h
Au Centre à Paris de l’Université de Chicago (6 rue Thomas Mann, 75013)
Table ronde autour du numéro 49 de la revue Clio. Femmes, Genre, Histoire: « Travail de care » 
Numéro coordonné par Anne Hugon, Clyde Plumauzille et Mathilde Rossigneux-Méheust
Inscription

Comment la notion de care comme soin à autrui permet-elle d’analyser à nouveaux frais le travail subalterne, et souvent féminin, de sociétés du passé ?
Pour la valorisation du numéro sorti début septembre 2019, intitulé « Travail de care », les co-éditrices souhaitent prolonger la discussion sur la valeur heuristique du care en histoire par une table ronde.
Elles y présenteront tout d’abord le numéro, du projet initial (une invitation à se saisir du care comme grille d’analyse en histoire) à sa réalisation (un numéro rassemblant des études de cas dans des périodes très diverses, deux analyses de documents, un « regard complémentaire » et un état de l’art).

Puis les éditrices laisseront la parole à deux invitées, pour une mise en perspective de l’apport de ce numéro dans le champ du care, notion principalement développée dans d’autres disciplines. Ces deux invitées sont d’une part Caroline Ibos, auteure d’un état de l’art dans ce même numéro, MCF HDR en sciences politiques à l’Université Rennes 2 et spécialiste du travail subalterne et du care et d’autre part, Sandra Laugier, Professeure de philosophie à l’Université Paris 1 Panthéon- Sorbonne et co-auteure d’un ouvrage sur le care.

Séminaire – Des hommes et des contraceptions (04.02.2020, Paris)

Le Laboratoire Contraception&Genre vous convie à la douzième séance de son séminaire, qui aura lieu le mardi 4 février 2020, de 14h à 17h, sur le nouveau site de l’INED, au campus Condorcet (9 cours des Humanités, à Aubervilliers). La salle exacte sera communiquée en janvier, lorsque l’INED sera installé dans ses nouveaux locaux.

  • Mireille Le Guen, démographe, en post-doctorat à l’UCLouvain et associée à l’Ined, pour une présentation intitulée : « Étudier les pratiques contraceptives des hommes : révéler la norme contraceptive genrée et interroger les masculinités »    
  • Cécile Thomé, docteure en sociologie, ATER à Sciences Po Grenoble, pour une présentation intitulée : « Étudier la contraception à travers les discours des hommes : une pratique « féminine » entre mises à distance et appropriations »

 La discussion sera assurée par des membres de l’ARDECOM
L’entrée est libre mais nous vous remercions de bien vouloir vous inscrire préalablement, pour des raisons d’accès au bâtiment : contraception.genre@gmail.com

Journée d’étude – Doctorat et vie privée : quelles articulations ? (12.12.2019, Paris)

La neuvième journée d’étude des doctorant.es du Cerlis aura pour thème cette année « Doctorat et vie privée : quelles articulations ? » . Elle se déroulera le jeudi 12 décembre 2019 en salle Claude Simon de la Maison de la Recherche, 4 rue des Irlandais, 75005 Paris. La journée s’articulera autour de trois thématiques :
– Être le sujet de sa thèse ?
– Vie privée, ruptures et continuités des temporalités de la thèse
– Les doctorant.es en situation de mobilité sociale, « l’enfer c’est les autres » ?
La question des maternités et des paternités sera notamment abordée dans la deuxième session.

Programme

Colloque – Care-Practices of Fathers in International Comparison: Do Policies Matter? (16.01.2020, Landshut en Allemagne)

January 16-18, 2020 – University of Applied Sciences Landshut, Germany #fatherresearch2020

Ce colloque réunit un ensemble de chercheurs de sciences sociales travaillant sur la paternité dans différents pays européens, en Chine et aux Etats-Unis pour étudier les pratiques de care des pères dans une perspective internationale. Il s’agit particulièrement d’étudier l’articulation entre les pratiques de care des pères dans la vie quotidienne, les structures de l’État-providence dans leur dimension genrée et les politiques ciblant spécifiquement les pères. Les sessions mettront l’accent sur l’influence des politiques publiques, de la diversité des formes de famille et des événements de la vie sur l’engagement parental des pères, dans différents contextes nationaux.

L’objectif du colloque est également d’initier un réseau de recherche international sur les pères.

Programme et informations ici
Inscription avant le 1 décembre : 60 euros
Inscription à partir du 2 décembre : 100 euros

Rencontre – Être mère, est-ce si naturel que ça ? (26.11.2019, Paris)

Le collectif pour une parentalité féministe (PA.F) organise une rencontre le 26 novembre à 19h, au Pavillon des canaux (Paris, 19ème)

« On nous l’avait promis, ce serait simple, évident même. Nous étions faites pour ça. Et puis l’enfant est arrivé et avec lui du bonheur, mais aussi un grand vertige et beaucoup de doutes. Sans que personne ne nous ait prévenues. Où se cache donc le miraculeux instinct maternel des femmes que nous sommes ? Qu’est ce que la maternité a de réellement naturel ? Quelles normes la société fait elle peser sur toutes celles qui donnent la vie, et plus largement sur tous ceux qui deviennent parents ? »

Pour sa 3e soirée débat, le PA.F a invité :
– Elsa Boulet (sociologue),
– Caroline Duval (psychologue en PMI),
– Renée Greusard (journaliste et autrice de « Enceinte, tout est possible »)
pour une discussion sur la construction sociale de la maternité.

De 19 h à 21 h
Participation libre
Possibilité de se restaurer sur place à l’issue de la rencontre

INFOS PRATIQUES
Le Pavillon des Canaux
39 quai de la Loire 75019 Paris
Ⓜ 5 : Laumière
Ⓜ 7 : Crimée
Événement Facebook

Séminaire – Gestion de la fécondité en contexte d’illégalité (Paris, 28.11.2019)

Le Laboratoire Contraception&Genre vous convie à la onzième séance de son séminaire, qui aura lieu le jeudi 28 novembre 2019, à l’Université Paris Descartes, 45 rue des Saints Pères, 75006 Paris de 9h30 à 12h30, salle Avogadro F, au 2e étage du bâtiment principal.

Gestion de la fécondité en contexte d’illégalité
Intervenant.e.s :
Francis Akindes, Sociologue, professeur à l’Université Alassane Ouattara de Bouaké et responsable de la Chaire Unesco de Bioéthique, pour une présentation sur la pratique de l’avortement clandestin et les conséquences sur la santé des femmes en Côte d’Ivoire
Valentine Becquet, Démographe, chargée de recherche à l’Institut national d’études démographiques (Ined), pour une présentation sur les comportements et désirs reproductifs des travailleuses du sexe en Côte d’Ivoire.

L’entrée est libre mais l’inscription est obligatoire : contraception.genre@gmail.com

Site du laboratoire junior

Colloque – Tuer les pères : femmes derrière la caméra dans les films de famille (09.12.2019, Paris)

En 1979, Roger Odin publie l’article « Rhétorique du film de famille » dans le numéro Rhétoriques, sémiotiques de la Revue d’Esthétique en proposant une définition du film de famille, à savoir « un film réalisé par un membre d’une famille, à propos d’objets ou d’événements liés d’une façon ou d’une autre à l’histoire de cette famille, et à usage privilégié des membres de cette famille ». La pratique familiale de la prise d’images a fait l’objet de nombreux travaux scientifiques au sein de plusieurs disciplines : de la sociologie (Bourdieu, 1965) à l’anthropologie (Chalfen, 1987), de l’histoire (Zimmermann, 1995) à la communication (Odin, 1995, 2011 ; Moran, 2002 ; Cati, 2009 ; Rascaroli, Young, Monahan, 2014 ; Sapio, 2016) en passant par les études cinématographiques (Turquety, Vignaux, 2016 ; Rodovalho, 2018). Les films de famille remplissent des fonctions essentielles au travers desquelles se trouvent mis en jeu la famille et ses membres, leur rôle et leur identité. Dans cette perspective, la réalisation et le visionnage en famille d’images privées contribuent à un processus de subjectivation et constituent des « espaces de communication » (Odin, 2011) caractérisés par de forts enjeux de pouvoir. 

Quarante ans après la publication de l’article de Roger Odin, Giuseppina Sapio et Beatriz Rodovalho ont souhaité proposer une réflexion collective autour des images d’amateur tournées en famille. Il s’agira alors de penser les manières de voir et de se voir qui existent au sein des groupes familiaux et que les dispositifs (caméras analogiques et numériques).

Lieu : Maison de la Recherche de l’Université Sorbonne Nouvelle (4 rue des Irlandais, 75005 Paris)

Précisions et programme