Archives de catégorie : Journées d’études

Colloque – Maternités mystiques, spirituelles, ascétiques, monastiques (01.2021 – 03.2021)

Maternités mystiques, spirituelles, ascétiques, monastiques :Explorations à l’intersection du religieux et du maternel
https://www.colloquemater.ftsr.ulaval.ca
(Dimanche 10 janvier 2021 à 18h30, puis du 13 janvier au 10 mars 2021, les mercredis à midi)

Ce colloque qui explore une intersection particulière du religieux et du maternel a été réorganisé sous forme virtuelle. La soirée d’ouverture, avec la projection gratuite sur Viméo du film « Amoureuses » (K-Films Amérique, 2019) et la présence de la réalisatrice Louise Sigouin, aura lieu dimanche 10 janvier 2021, de 18h30 à 21h00. Ensuite, les mercredis à midi, du 13 janvier au 10 janvier 2021, neuf conférences traiteront de divers aspects liés à des maternités exceptionnelles ou ordinaires, dans des contextes historiques et contemporains, en lien au christianisme, au judaïsme, au bouddhisme, à l’hindouisme, au sikhisme et à des nouveaux mouvements religieux. 

Inscription gratuite
Lien au programme complet, par date
Résumés des conférences
Inscription gratuite pour recevoir les liens d’accès à la salle virtuelle des conférences (ainsi qu’au film lors de la soirée d’ouverture)
Ce colloque est organisé à la Faculté de théologie et de sciences religieuses de l’Université Laval (Québec) avec le soutien du Fonds Gérard Dion. 

Soutenance – Le jeu de la pourpre et du bâtard : Les enfants illégitimes de patriciens face à l’aristocratie vénitienne à travers cinq procès en justice civile au dernier siècle de la République (1694-1780) par Marie Malherbe (18.12.2020)

Mme Marie Malherbe soutiendra sa thèse d’histoire le 18 décembre 2020, à l’Université de Rouen Normandie (soutenance ‘en distanciel’), réalisée en cotutelle internationale Université de Rouen Normandie et Università degli Studi di Padova (Italie) :

« Le jeu de la pourpre et du bâtard : Les enfants illégitimes de patriciens face à l’aristocratie vénitienne à travers cinq procès en justice civile au dernier siècle de la République (1694-1780) »

RÉSUMÉ
Le régime politique original de la République aristocratique de Venise a produit un « système patricien » dans lequel familles et gouvernement sont intrinsèquement liés. De façon non surprenante, l’accès exclusif au pouvoir politique a généré des règles strictes d’hypodescendance. À partir de la moitié du XVIIe siècle, les défis économiques et politiques de la République ont à la fois remis en question et exacerbé la rigidité de ce modèle de parenté au bord de la rupture. Les enfants illégitimes de pères patriciens incarnent toute cette tension. Le statut successoral de ces êtres hybrides reflète la place que ceux-ci étaient censés occuper -ou ne pas occuper- dans la famille et la société, la marge de manœuvre laissée par les normes juridiques donnant lieu à une variété de cas de figure, mais aussi à des conflits.  
Les archives vénitiennes ont révélé des factums destinés à des procès intentés par des enfants illégitimes devenus adultes contre les héritiers patriciens de leur père, entre 1694 et 1783. Cette thèse est la première recherche basée sur les factums vénitiens d’Ancien Régime en justice civile, ou stampe in causa.  
Ces affaires mettent en scène des protagonistes variés, hommes et femmes, patriciens et non patriciens, bien-nés et mal-nés, essayant de faire le meilleur usage possible de la matière juridique et des procédures à leur disposition pour faire entendre leur voix. Ces voix discordantes, autant que celles des juges des diverses cours compétentes, prouvent la coexistence d’interprétations contradictoires de la parenté. Ce travail se propose d’analyser ces affrontements dans une perspective d’anthropologie juridique afin de dégager les « règles » complexes et inattendues de ce qui, dans un système judiciaire sophistiqué, apparaît comme un subtil ‘jeu de la pourpre et du bâtard’.

JURY
• Prof. Anna Bellavitis, Professeure d’histoire moderne, GRHIS-Université de Rouen, directrice de thèse
• Prof. Luciano Pezzolo, Professore ordinario di storia moderna, Università Ca’Foscari (Venise), codirecteur de thèse
• Prof. Claire Châtelain, chargée de recherches HDR/CNRS, Centre R. Mousnier/Sorbonne Université (Paris), examinatrice
• Prof. Roberto Bizzocchi, Professore ordinario di storia moderna, Università di Pisa (Pise), examinateur
• Prof. Margareth Lanzinger, Professorin für Wirtschafts- und Sozialgeschichte des 16. bis 19. Jahrhunderts, Universität Wien (Vienne), rapporteure
• Prof. Francisco García González, Profesor Catedratico de Historia moderna, Universidad de Castilla-La Mancha (Albacete), rapporteur

Plus d’informations

Soutenance – Les étudiant-e-s parents – Enquête sur la norme de jeunesse dans l’enseignement supérieur français par Aden Gaide (14.12.2020)

Aden Gaide (OSC) soutiendra sa thèse de doctorat en sociologie intitulée « Les étudiant-e-s parents. Enquête sur la norme de jeunesse dans l’enseignement supérieur français« , sous la direction d’Anne Revillard (associate professor) et d’Agnès van Zanten (directrice de recherche CNRS) le lundi 14 décembre à 14h en visio-conférence. Pour y assister, merci de le contacter par mail : aden.gaide@gmail.com.

Le jury est composé de :

Nathalie Bajos, Directrice de recherche INSERM, IRIS, EHESS
Georges Felouzis, Professeur ordinaire à l’Université de Genève (rapporteur)
Juliette Rennes, Maîtresse de conférences, EHESS, CEMS
Anne Revillard, Associate Professor (HDR), Sciences Po (co-directrice)
Cécile Van de Velde, Professeure agrégée à l’Université de Montréal (rapportrice)
Agnès van Zanten, Directrice de recherche CNRS, Sciences Po, OSC (co-directrice)

Résumé de la thèse :

Qui sont les 4,4% d’étudiant-e-s qui sont parents en France ? Comment expliquer leur situation a priori paradoxale, à la fois jeunes (car étudiant-e-s) et adultes (puisque parents) ? À partir d’une pluralité de matériaux (80 entretiens semi-directifs avec des étudiant-e-s parents, une étude de cas, des sources écrites et l’exploitation de l’enquête OVE 2016), cette thèse adresse ces questions en trois volets complémentaires : les politiques publiques visant les étudiant-e-s parents, leurs parcours et leur quotidien. L’analyse met au jour une norme de jeunesse produite par la politique de l’enseignement supérieur et les établissements. Cette norme assigne aux étudiant-e-s une place de jeunes et non d’adultes, ce qui engendre le paradoxe des étudiant-e-s parents.

L’étudiant pris comme modèle pour élaborer les politiques de l’enseignement supérieur et les modalités d’enseignement au sein des établissements est un étudiant jeune : financièrement dépendant, disponible à plein temps pour ses études et placé sous l’autorité des enseignant-e-s. Face à cette norme, les étudiant-e-s parents se situent dans des configurations hétérogènes qui leur permettent de correspondre plus ou moins bien aux attentes du supérieur, malgré leurs responsabilités familiales. Les pères étudiants issus de classes supérieures atteignent plus facilement la trajectoire linéaire valorisée car ils ont les moyens matériels d’y correspondre. Cette réussite repose largement sur l’exploitation de leur conjointe qui prend en charge le travail domestique, le travail de care et la charge mentale.

Soutenance – L’engendrement avec tiers donneur. Genre, bioéthique et pratiques transfrontières (France, Belgique par Hélène Malmanche (11.12.2020)

Hélène Malmanche (CESPRA) soutiendra sa thèse de doctorat en anthropologie sociale et ethnologie intitulée « L’engendrement avec tiers donneur. Genre, bioéthique et pratiques transfrontières (France, Belgique) », sous la direction d’Irène Théry (directrice d’études à l’EHESS) le vendredi 11 décembre 2020 à 14h00 par visioconférence. Pour y assister, merci de la contacter par mail : h.malmanche@ehess.fr.

Le jury sera composé de :

Laurence Hérault, anthropologue, Aix-Marseille Université, rapporteure
Virginie Rozée, sociologue, Institut national d’études démographiques, rapporteure
Jérôme Courduriès, anthropologue, Université Toulouse Jean Jaurès
Liora Israël, sociologue, École des Hautes Études en Sciences Sociales
Séverine Mathieu, sociologue, École Pratique des Hautes Études
Rayna Rapp, anthropologue, New-York University
Irène Théry, sociologue, École des Hautes Études en Sciences Sociales, directrice de thèse

***
Résumé :

Le recours à l’assistance médicale à la procréation (AMP) avec tiers donneur est régi en France par les lois dites « de bioéthique » depuis 1994, qui balisent l’organisation des dons de gamètes et d’embryons en les réservant aux seuls couples hétérosexuels en âge de procréer. En raison des restrictions d’accès que pose ce cadre, et des difficultés à trouver un nombre suffisant de donneurs et donneuses pour répondre aux besoins croissants, de nombreuses personnes se tournent vers l’étranger pour bénéficier d’un don de sperme, d’ovocytes, d’embryon ou de gestation. Pour les Françaises et les Français, la Belgique représente le premier pays de destination pour le recours à une AMP transfrontières.

Appréhendés dans leur globalité, les dons de gamètes et d’embryon mais aussi les dons de gestation (la gestation pour autrui) sont autant des pratiques médicales que des pratiques de parenté en tant qu’ils créent une nouvelle forme familiale : la famille issue de don. Cette thèse vise à décrire la pratique de l’engendrement avec tiers donneur, à la fois du point de vue des parents d’intention qui sont engagés dans des parcours d’AMP avec tiers donneur, et du point de vue des praticiens qui accompagnent la construction de cette parenté par le don. Pour cela une double enquête a été réalisée. Premièrement une enquête par entretiens a été menée auprès de parents d’intention ayant eu recours à une AMP avec tiers donneur, qui s’articule en trois volets ; ils permettent chacun d’éclairer respectivement le don d’ovocytes, le don de sperme à des couples de femmes, le don de gestation à des couples d’hommes, des hommes seuls ou des couples de sexe opposé. Deuxièmement une enquête ethnographique de deux ans dans un centre de procréation médicalement assistée en Belgique accueillant des ressortissants français a permis de rendre compte d’une pratique médicale d’engendrement avec tiers donneur.

Dans un contexte où l’engendrement avec tiers donneur est dans une situation d’ « institution incomplète » en France comme en Belgique chacune à des titres différents, cette recherche permet d’éclairer le changement social en train de se faire à travers la question de l’institution de normes émergentes de cette nouvelle manière de faire une famille. Les résultats de l’enquête mettent en exergue le caractère processuel de l’acquisition des places de chaque protagoniste – parents d’intention, donneurs, enfant issu du don – pendant le temps de l’engendrement, qui s’étend depuis l’élaboration du projet parental jusqu’à l’après naissance ; ils rendent comptent de la façon dont des professionnels du soin accompagnent cet engendrement avec tiers donneur à travers un travail relationnel qui prend en compte l’ensemble des dimensions de l’engendrement, de sa composante biologique à la parenté, en passant par la filiation. Enfin ces pratiques médicales et de parenté doivent être replacées dans le contexte global des transformations de l’institution de la famille, ouvrant ainsi à un éclairage, par les sciences sociales, des débats bioéthiques les plus contemporains.

Projection-débat – Ma famille sans frontière (17.12.2020)

Le jeudi 17 Décembre 2020 de 16h à 18h, 1er événement « grand public » organisé par le Réseau de recherche Migrations de l’Asie de l’Est et du Sud-Est en France (MAF) :

Projection-débat autour du film de Minju Song « Ma Famille Sans Frontières »

Avec une table ronde sur le thème : Les dynamiques au sein de familles franco-est asiatique en France.

Inscription requise : https://forms.gle/MvFWytcpWxwNvQgd8

Intervenant∙e∙s 

Minju Song (Réalisatrice)
Beate Collet (Sorbonne Université)
Zongnan Wang (Université de Poitiers)
Kanako Takeda (EHESS/Sorbonne Université, doctorante associée à l’IAO)

Comité d’organisation

Sophie Haas (Diplômée de l’INALCO), Meng Kou (ENS)
Kanako Takeda (EHESS/Sorbonne Université, doctorante associée à l’IAO)
Simeng Wang (CNRS)

Contact
migrations.asiatiques@gmail.com
https://www.migrations-asiatiques-en-france.cnrs.fr/actualites/204-1er-evenement-grand-public-organise-par-maf-projection-debat

Séminaire – Droit, justice et parentés LGBTQ (26.11.2020)

La prochaine séance du séminaire JustineS (Justice et inégalités au prisme des sciences sociales) aura lieu ce jeudi 26 novembre 2020 à 14h en visioconférence. Elle sera consacrée au thème « Droit, justice et parentés LGBTQ », avec deux interventions :

  • Lucie PRAUTHOIS (Univ. Paris-Dauphine, IRISSO) : « Des avocat·e·s au service des parents non-hétérosexuels : combattre, contourner et renforcer les inégalités juridiques »
  • Émilie BILAND (Sciences Po, CSO, IUF) : « Entre rapports ordinaires au droit et activisme judiciaire. Enquêtes en cours auprès de parents non-hétérosexuels dans les Amériques »

Le séminaire est ouvert à tou·tes. Pour assister à la visioconférence, merci d’écrire à seminaire.justines@gmail.com.

Le programme complet du séminaire pour l’année 2020-2021 est en pièce jointe et disponible ici.

Atelier – La naissance en France (04.12.2020)

Le réseau doctoral en santé publique organise un atelier intitulé « Une perspective pluridisciplinaire sur la naissance » le 4 décembre 2020.

Présentation
La prise de contrôle de la médecine clinique sur la naissance a débuté dans la seconde moitié du 18ème siècle. L’obstétrique scientifique masculine s’impose alors dans un domaine traditionnellement occupé par les sages-femmes.
Dès la seconde moitié du 19e siècle, ce sont plus de 50% des accouchements qui se déroulent à l’hôpital sous la tutelle des médecins.
Héritière de cette histoire, la naissance est toujours sujet de préoccupation dans la société française.
A l’heure où les violences gynécologiques et obstétricales sont dénoncées, où des alternatives se dessinent difficilement pour une prise en charge moins médicalisée des naissances, un éclairage pluridsiciplinaire s’impose.
Le 4 décembre 2020, de 9h à 13h, nous aborderons par l’écoute et le débat le vaste sujet de la naissance en France. Nous sommes honoré.e.s de pouvoir réunir, lors de ce séminaire en ligne, des expertes du sujet qui nous apporterons leurs éclairages scientifiques et pratiques sur les enjeux et dynamiques autour de la naissance en France.

Le programme et les modalités d’inscription sont à retrouver sur le site de l’atelier.

Colloque – Famille, pouvoir et inégalités (30.11.20, visioconférence)

Le colloque Famille, pouvoir et inégalités, organisé par l’unité « Genre sexualité et inégalités » de l’Ined, se tiendra lundi 30/11 par visioconférence. Veuillez trouver le programme ci-dessous et ci-joint.Pour participer au colloque, il est nécessaire de s’inscrire au préalable. Après inscriptions, vous recevrez un émail de confirmation avec les informations nécessaires pour se connecter le 30/11. Le nombre de places est limité à 100 participant.e.s.

9H15 : OUVERTURE

Ouverture : Magda Tomasini, directrice de l’Ined

Introduction : Marie Bergström & Mathieu Trachman (Ined)

9H30-11H : LA PLACE DES MINORITÉS SEXUELLES AU SEIN DES FAMILLES
Discutant : Wifried Rault (Ined)

Camille Masclet (CESSP, CNRS) : Coming-out familiaux, et après ? Des processus d’acceptation parentale contrastés

Tania Lejbowicz (Ined, Université Paris Nanterre) : Détresse psychologique des femmes lesbiennes et bisexuelles : quels liens avec la connaissance et acceptation parentales de leur identification minoritaire ?

11H15-12H45 : INÉGALITÉS ET ENFANCE
Discutante : Lidia Panico (Ined)

Sébastien Roux (LISST, CNRS) : Le coeur et ses raisons. Amour, altérité et préparation dans le monde de l’adoption

Kevin Diter (EHESP) : “C’est quand qu’on va où ?” : les rapports socialement différenciés au temps des adolescent.e.s et de leurs parents

14H-15H30 : INÉGALITÉS ÉCONOMIQUES, INÉGALITÉS DE GENRE
Discutante : Hélène Périvier (Sciences Po)

Angèle Jannot (Ined, Université Paris 8) : Des inégalités de revenus aux inégalités de richesse dans la famille : le rôle du genre dans les transactions économiques quotidiennes au sein des couples parentaux hétérosexuels

Anne Lambert (Ined) : Emploi, télétravail et conditions de vie : une analyse des dissensions conjugales à l’heure de la pandémie de covid-19

15H45-17H15 : VIOLENCES AU SEIN DE LA FAMILLE : LES APPORTS DES ENQUÊTES VIRAGE
Discutante : Pauline Delage (CSU, CNRS)

Amélie Charruault (Ined, Univiersité Paris 1) : Les réactions des filles et des garçons suite aux violences subies dans la famille et son entourage: se taire, parler ou dénoncer ?

Stéphanie Condon et l’équipe Virage Outre-mer (Ined) : Genre et contextes relationnels des violences dans l’entourage familial à La Réunion

17H15 18H00 : CONFÉRENCE DE CLÔTURE
Présidence : Michel Bozon (Ined)

Céline Bessière (Université Paris Dauphine) & Sibylle Gollac (CSU, CNRS) : Le genre du capital. Comment la famille reproduit les inégalités

Journée organisée par Marie Bergström, Marie Digoix, Tania Lejbowicz, Mathieu Trachman & Lucie Wicky

Programme

Journée d’étude – Les domesticités en 2020

La journée d’étude Domesticités en 2020 s’inscrit dans la continuité de trois ans de discussions dédiées aux domesticités à travers l’histoire et le monde. Il s’agit d’interroger les domesticités contemporaines – définies en tant qu’activités qui consistent à être rémunéré-e en faisant des tâches domestiques pour des ménages autres que le sien – en portant l’attention sur les formes qu’elles prennent dans différents espaces nationaux et en situant ces variations nationales dans l’histoire de chacun des pays concernés. Cette journée d’étude est l’occasion d’appréhender la complexité du travail rémunéré chez autrui et vise à contribuer à des réflexions et des débats qui concernent la sociologie du travail, de l’emploi et des professions, ou encore la sociologie des mouvements sociaux et les études de genre. Quelques interventions portent sur les enjeux de garde d’enfant et sur la relation entre parents et travailleuses gardant des enfants (nourrices, assistantes maternelles, au pair).

Lien vers la journée d’étude

Programme

Inscription

Colloque – Féminismes Matérialistes 15-16.10.2020, Paris)

Le colloque « Féminismes Matérialistes : Héritages épistémologiques et politiques, Réappropriations contemporaines » aura lieu les 15 et 16 octobre prochains à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Campus de Port Royal (Lourcine), salle 13. Compte-tenu de la situation sanitaire actuelle, le nombre de places est limité : les personnes intéressées sont priées de s’inscrire par mail à l’adresse suivante : Philo-recherche@univ-paris1.fr 
En raison du nombre de places limitées, une captation audio des interventions est prévue ; les podcasts seront mis en ligne sur le site de l’ISJPS après le colloque.

Organisation : Audrey Benoit, Marie Garrau, Mona Gérardin-Laverge et Mickaëlle Provost 
Lieu : Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Campus de Port Royal (Lourcine), salle 13. 

Jeudi 15 octobre
9h30 : Accueil et introduction des organisatrices 

10h-12h30. Session 1 : Travail et oppression 
(Présidence : Isabelle Aubert, U. Paris 1 Panthéon Sorbonne)
Aurore KOECHLIN (U. Paris 1 Panthéon-Sorbonne) : « Le concept de travail reproductif : enjeux théoriques et politiques »
Alexis CUKIER (U. de Poitiers) : « Travail, capitalisme et patriarcat dans les féminismes matérialistes en France et en Italie »
Marie GARRAU (U. Paris 1 Panthéon-Sorbonne) : « Travail de care ou travail reproductif ? » 

12h-14h : Pause déjeuner

14h-16h30. Session 2 : Le constructivisme matérialiste en question
(Présidence : Magali Bessone, U. Paris 1 Panthéon-Sorbonne) 
Marlène JOUAN (U. Grenoble Alpes) : « Penser le travail de gestation pour autrui : un enjeu féministe de réconciliation des « ancien » et « nouveau » matérialismes ? »
Claire GRINO (U. de Genève) : « Remue-ménage dans les théories féministes autour de la conception du corps : qu’en est-il de la perspective matérialiste aujourd’hui ? »
Mickaëlle PROVOST (U. Paris 1 Panthéon-Sorbonne) : « Tensions matérialistes à propos de l’expérience vécue de la domination » 

Vendredi 16 octobre 
9h30-12h. Session 3 : Peut-on encore parler de classe des femmes ?
(Présidence : Mona Gérardin-Laverge, U. Paris Ouest Nanterre, Audrey Benoit, U. Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
Isabelle CLAIR (CNRS, IRIS) : « Le féminisme matérialiste face au féminisme poststructuraliste »
Pauline CLOCHEC (U. Picardie Jules Verne) : « Classes de sexe et transsexualité »
Elsa DORLIN (U. Paris 8) : « L’idéologie du genre » 

12h-14h : Pause déjeuner 

14h-16h. Session 4 : Perspectives d’articulations théoriques et politiques
(Présidence : Alexandrine Guyard-Nédélec, U. Paris 1 Panthéon-Sorbonne) 
Sophie NOYE (SciencesPo Paris) : « Penser le sujet féministe entre classe et multitudes »
Vanina MOZZICONACCI (U. Paul Valéry-Montpellier) : « Des institutions utopiques. Articuler care et matérialisme à l’endroit de l’éducation féministe » 

Conclusion des organisatrices.

Programme en ligne

Séance de séminaire – Des hommes et des contraceptions

Le Laboratoire Contraception&Genre organise la douzième séance de son séminaire le mardi 22 septembre, de 14h30 à 17h30.
Compte tenu de la situation sanitaire, et afin de permettre au plus grand nombre d’y assister, la séance aura lieu en ligne, via Zoom. Si vous désirez y participer, merci de nous envoyer un mail à contraception.genre@gmail.com et nous vous communiquerons le lien la veille du séminaire.

Thème de la séance :Des hommes et des contraceptions
Intervenantes :

  • Mireille Le Guen, démographe, en post-doctorat à l’UCLouvain et associée à l’Ined, pour une présentation intitulée : « Étudier les pratiques contraceptives des hommes : révéler la norme contraceptive genrée et interroger les masculinités »    
  • Cécile Thomé, docteure en sociologie, post-doctorante à l’Ined, pour une présentation intitulée : « Étudier la contraception à travers les discours des hommes : une pratique « féminine » entre mises à distance et appropriations »

 La discussion sera assurée par des membres de l’ARDECOM

Journée d’étude Interroger les temporalités des conjugalités et parentalités (24-25.06.2020)

L’INED organise ses journées doctorales les 24 et 25 juin 2020, sur le thème des temporalités conjugales et parentales.

Programme

Cette année la journée doctorale aura lieu par visio-conférence, via Zoom. Pour participer il est nécessaire de s’inscrire pour chaque session avant 9h30 à la date où elle aura lieu.

L’inscription se fait via les liens Zoom, mot de passe : JDINED2020.

LE 24 JUIN 2020

9h30-9h45 : accueil des participant·es sur Zoom

9h45-10h00 : ouverture de la journée et mot d’accueil par Magda Tomasini, directrice de l’Ined

REGARDS CROISÉS SUR LES VIOLENCES CONJUGALES ET FAMILIALES

10h15-12h30

Présidente de la session : Stéphanie Condon, Chargée de recherche, Ined

  • SARAH DESCHENES : « Pertinence et limites de l’usage des expériences de liste pour mesurer les violences conjugales : cas du Burkina Faso ». 
    Discutante : Valentine Becquet, Chargée de recherche, Ined
  • TANIA LEJBOWICZ : « Objectiver les violences conjugales: comment rendre compte des expériences subies par les femmes homosexuelles, bisexuelles et hétérosexuelles ? ». 
    Discutante : Florence Maillochon, Directrice de recherche au CNRS, Professeure attachée à l’ENS
  • AMÉLIE CHARRUAULT : « L’entrée dans la vie adulte des jeunes ayant vécu des violences dans la sphère familiale ou proche ». 
    Discutante : Isabelle Frechon, chargée de recherche au CNRS et Directrice adjointe du Laboratoire Printemps (UVSQ)

LE 25 JUIN 2020

9h30-9h45 : accueil des participant·es sur Zoom

INTERROGER LES TEMPORALITÉS DES CONJUGALITÉS ET PARENTALITÉS

9h45-12h15

Présidente de la session : Marie Bergström, Chargée de recherche, Ined

  • MARIE-CAROLINE COMPANS : « La redéfinition des prérequis à la parentalité à des âges tardifs ». 
    Discutante : Juliette Rennes, Maîtresse de conférences à l’EHESS
  • YOLINLITZI PEREZ HERNANDEZ : « « Depuis plusieurs années, c’est plutôt clair que je n’ai pas envie d’avoir d’enfant » : auto-conservation ovocytaire et (non-) maternité(s) dans le contexte français ». 
    Discutante : Irène-Lucile Hertzog, Docteure en sociologie, Maîtresse de conférences à l’EHESS
  • LEA CIMELLI : « Les conséquences économiques des ruptures d’union après 50 ans ». 
    Discutant : Jean-Michel Hourriez, responsable des études du COR

12h15-12h30 : clôture de la journée par Michel Guillot, directeur de la délégation doctorale et postdoctorale

Le comité d’organisation se compose de :

Liam Balhan, Constance Beaufils, Juliette Congy, Angèle Jannot, Alix Sponton, Isabelle Teychene et Lucie Wicky

Conférence – Having it all – How couples around the world create equality at home (26.02.2020, Paris)

Portrait of Professor Francine Deutsch ©Mount Holyoke College

Francine M. Deutsch, Professor Emerita of Psychology at Mount Holyoke College (Massachusetts, USA), will present her forthcoming book, Creating Equality at Home: How 25 Couples around the World Share Housework and Childcare. Creating Equality at Home tells the fascinating stories of couples around the world today who are thwarting social norms and achieving equality. Their everyday decisions about who cooks the food, washes the dishes, diapers the baby, helps with homework, and whose career is compromised to make time for family life, add up to a gender revolution. Often driven by either what they admired or rejected in their own mothers and fathers, these couples reject the prescription that men’s identities are determined by paid work, and women’s by motherhood. They show that men can put family first and are as capable of nurturing as women, and that women can pursue careers as seriously as their husbands do. Equally-sharing couples go beyond lip service to gender equality by building a new kind of family. They demonstrate that equality can provide profound rewards for men, women, marriage, and children.

Marta Dominguez Folgueras, Associate Professor at OSC-Sciences Po andd Director of the Department of Sociology, will initiate a discussion of the issues raised in the presentation.

Wednesday February 26, 2020, 5:00 – 7:00 PM Amphithéâtre Simone Veil, 28 rue des Saints-Pères, 75007 Paris Contact: valerie.richard@sciencespo.fr

REGISTRATION IS MANDATORY

Séminaire – Père et mère d’un territoire : la genréisation de la pratique du pouvoir à la cour princière de Wurtemberg (1582-1614) (06.02.2020, Paris)

Séminaire Histoire et anthropologie de la famille et de la parenté

 Organisé par Laurent Barry (ehess, las), Claire Chatelain (cnrs, crm), Isabelle Daillant (cnrs, erea-lesc) et Michaël Gasperoni (cnrs, crm)

 1er et 3e jeudis du mois de 13 h à 15 h (salle 6, 105 bd Raspail, Paris), 

du 7 novembre 2019 au 4 juin 2020

Séance du 6 février 2020

Régine Maritz (fnrs/Centre Roland Mousnier)

Père et mère d’un territoire : la genréisation de la pratique du pouvoir à la cour princière de Wurtemberg (1582-1614)

Cette contribution porte sur la cour princière de Wurtemberg dans le Saint Empire germanique sur une période d’environ trente ans à compter de 1580. Les rôles de parenté genrés du duc et de la duchesse, qui ont facilité la pratique du pouvoir de multiples façons, seront au cœur de l’exposé. La place de la duchesse dans le couple et dans la famille ducale était enracinée dans une pratique éducative plus large qui visait à enseigner aux femmes de la haute aristocratie à s’adapter au caractère de leur mari afin de stabiliser les mariages dynastiques en privilégiant le travail émotionnel féminin. Nous verrons combien l’ensemble de la structure administrative de la cour princière a été conçue pour se conformer à une sorte de macro-foyer domestique dominé par le duc et la duchesse. Les hommes et les femmes de la cour se sont vu attribuer des rôles spécifiques dans leur entourage, ancrant de fait chaque individu dans un système genré de parenté virtuelle avec la dynastie au pouvoir. Les groupes homosociaux de la cour ont ainsi favorisé un sentiment d’appartenance spécifique chez de nombreux courtisans. De manière plus générale, nous verrons que la réélaboration permanente de la catégorie du genre et de son contenu était en soi une pratique importante du pouvoir, qui a contribué à créer une cohésion entre les différents groupes de la société de cour et qui a préservé des zones de flexibilité au sein du système dynastique.

Séminaire – La carrière scientifique au croisement de deux institutions « gourmandes »: l’université et la famille (31.01.2020, Aubervilliers)

Le séminaire à l’EHESS « Présences sociales: Genre, care et temporalités » se mobilise à sa manière contre la réforme inique des retraites et contre ce qui nous attend avec la LPPR dans l’ESR. Ainsi, la sociologie des présences sociales est ici appréhendée pour penser le mouvement social et ses enjeux. C’est une approche féministe, temporaliste et pragmatique du care, pour comprendre les temporalités du travail académique, les logiques genrées des carrières et des retraites, la division du travail et le rôle déterminant des présences sociales dans l’Enseignement Supérieur et la Recherche. Dans cette optique, sera menée le Vendredi 31 janvier 2020, de 13H à 15h au Campus Condorcet,  salle 0.018, bâtiment Recherche Sud, Cours des Humanités 93300 Aubervilliers, une discussion sur la régulation de la recherche, les tensions que cela génère, les mécanismes d’évaporation des femmes, le problème de l’articulation entre parcours de vie et engagement dans une carrière scientifique, les questions sociologiques que posent la réforme…

Elle sera introduite par un exposé des recherches menées sur les temporalités et l’expérience des post-doctorants, par Pascal Barbier, sociologue, Maître de conférences à l’Université Paris 1, CESSP & Bernard Fusulier, sociologue, Directeur de recherches au FNSR et Professeur à l’Université Catholique de Louvain : « La carrière scientifique au croisement de deux institutions « gourmandes »: l’université et la famille »
Avec sous réserve de leur disponibilité, la participation de membres du collectif des précaires de l’ESR.