Archives de catégorie : Maternités et paternités dans les médias

Article – PMA et homoparentalité : que sait-on vraiment du développement des enfants de mères lesbiennes ?

La revue La Conversation a publié un article recensant les résultats des études menées ces trente dernières années sur les familles homoparentales, et en particulier sur les enfants issus de couples de femmes ayant eu recours à la procréation médicalement assistée (PMA) : la structure familiale semble moins prédictive du développement de l’enfant (mesuré par des critères comme des problèmes de comportements internalisés ou externalisés comme l’anxiété ou la délinquance, l’estime de soi, les compétences sociales) que d’autres facteurs, notamment la qualité des relations au sein du couple parental. A lire ici.

Article – La maternité comme pouvoir des faibles : comment la maternité est devenue une injonction

La revue Simonae a publié un article donnant quelques éléments sur l’histoire de les changements intervenus dans la perception de l’amour maternel, d’un sentiment étrange à une émotion encensée et obligatoire. A lire ici.

Les pères solos sont-ils des mères comme les autres ?

Le 2 avril, Libération a publié un article sur les pères monoparentaux ou « pères solos », s’appuyant entre autres sur un article d’Alexandra Piesen, publié dans la Revue des politiques sociales et familiales.

Le titre provocateur de l’article de Libération (“Les pères solos sont-ils des mères comme les autres ?”) soulève un point important pour l’étude des maternités et des paternités : dans quelle mesure ce qui est considéré comme le “propre” de la maternité ou de la paternité est en fait produit par les rôles généralement endossés par les parents en fonction de leur sexe ? Les enquêtes sur les situations d’inversion du genre interrogent les changements induits sur les rôles genrés, mais aussi les résistances, quand un homme endosse un rôle traditionnellement féminin (ou inversement).

Pour lire l’article de Libération : Les pères solos sont-ils des mères comme les autres ?

Les nouveaux pères, enfin une réalité ?

En 2016, l’UNAF a publié les résultats d’une enquête quantitative sur la paternité en France, interrogeant les pratiques et les représentations des pères concernant la paternité, de leur définition du “bon père” à leur avis sur la représentation des figures paternelles dans les médias. Si les hommes interrogés dans cette enquête déclarent pour la majorité d’entre eux vouloir être des pères présents pour leurs enfants et plus proches d’eux que ne l’étaient leurs propres pères, la répartition des tâches parentales déclarées par eux laisse apparaître une prise en charge des enfants majoritairement par les mères, ce qui fait écho à de nombreuses enquêtes quantitatives sur la répartition des tâches domestiques au sein du couple. Comme le disait  Anne-Marie Devreux en 1998 : « comment font-ils pour s’impliquer davantage sans y passer plus de temps ? ». Mystère.

Pour aller plus loin : 

Résumé de l’enquête sur le Monde
Synthèse de l’UNAF

Préférer son mari à ses enfants, un tabou ?

Dans un essai paru en 2009, la romancière Ayelet Waldman explique “J’adore ma fille, mais je ne suis pas amoureuse d’elle”. Pareil pour ses trois autres enfants. Elle explique ainsi que contrairement à ce que voudrait la norme de la maternité intensive, elle pourrait imaginer vivre sans ses enfants, mais pas sans son mari. Le compte-rendu qu’en fait le magazine Books permet aux lecteurs non-anglophones de découvrir les grandes lignes de l’essai de Waldman et de réfléchir aux contradictions contemporaines concernant les normes de la maternité. Si l’amour hétérosexuel est présenté comme constitutif de l’identité féminine, son prolongement “naturel”, la maternité, est censé permettre leur plein accomplissement, comme en témoigne en creux la stigmatisation dont sont victimes les femmes qui désirent ne pas être mères. Une réflexion en lien avec le tabou concernant le regret d’être mère. Pourquoi attend-on davantage des femmes de s’épanouir dans la maternité qu’aux hommes dans la paternité ? La sociologue Eva Illouz répondrait sans doute que les hommes ont davantage la possibilité de tirer de la satisfaction et de l’estime de soi de leur activité professionnelle, là où les femmes voient leurs possibilités professionnelles limitées par un certain nombre de facteurs liés justement à la famille et au fait d’avoir des enfants. Peut-être cette question mériterait qu’on se la pose plus souvent, sans recourir trop rapidement à la fiction de l’instinct maternel.