Archives de catégorie : Appels à communication ou à article

Appel à articles – Les « états » de la famille suite à la séparation du couple (01.05.2020)

Revue Recherches familiales n° 18, à paraître en janvier 2021

Le dossier du numéro 18 de la revue scientifique Recherches Familiales, à paraître en janvier 2021, est consacré à la famille et aux liens familiaux après une séparation, qu’elle prenne la forme d’un divorce, d’une rupture de PACS ou d’une désunion informelle d’un couple non institué par un acte juridique.

Alors qu’aujourd’hui, dans les pays occidentaux, nombre de couples sont amenés à se séparer, comment les familles font-elles face à une rupture ou à un divorce ? Que reste-t-il de la famille après une séparation ? Comment se reconfigure-t-elle ? Que deviennent les liens familiaux, par exemple, entre les membres des ex-familles alliées ou éventuellement entre les membres des nouvelles familles recomposées ? 

Jusqu’à présent, l’intérêt de la recherche et des politiques publiques s’est principalement porté sur les familles « monoparentales », en raison des risques de pauvreté et de précarité engendrés par une rupture ; sur la continuité des liens entre le père dit couramment « non-gardien » et son ou ses enfants ; ou encore sur les conséquences du divorce et de la séparation s’agissant du bien-être et du devenir des enfants. La plupart de ces travaux – dont certains sont déjà datés – n’ont guère été renouvelés, alors que le droit a considérablement transformé les conditions des ruptures. 

Dans ce dossier thématique, nous souhaitons approfondir notre compréhension des manières dont les collectifs familiaux se confrontent à la rupture conjugale : quelles dynamiques les traversent et quelles ressources mobilisent-ils dans ces situations de changement ? Au-delà des questions toujours d’actualité – comment se répartir les ressources ou gérer les comptes lorsque l’on se sépare ou encore comment décider de la résidence de l’enfant – d’autres apparaissent d’une importance croissante : Que se passe-t-il lorsque la séparation survient au moment du passage à la retraite ou après ? Comment les relations entre grands-parents et petits-enfants, oncles et tantes, etc. se poursuivent-elles ? Dans un contexte où il est possible qu’un individu connaisse plusieurs ruptures conjugales au cours de sa vie, quels arrangements prévalent pour maintenir des liens avec une pluralité de personnes (beaux-parents, mais aussi demi- ou quasi-frères et sœurs) alors que l’alliance conjugale ne les justifie plus ? Comment les individus concernés, ainsi que le droit, gèrent-ils ces relations familiales – parfois sans statut légal –, mais qui peuvent impliquer des relations affectives, des engagements et des responsabilités économiques ou de soins importants ? Dans quelle mesure les situations diffèrent-elles selon qu’il s’agisse de la rupture d’un mariage ou d’une union informelle ? Quelles sont les obligations ou les possibilités de recourir à des tiers régulateurs, médiateurs ou à des institutions lors des prises de décisions inhérentes à la séparation ? Quels sont les traitements juridico-administratifs réservés à ces (quasi) beaux-parents et (quasi) beaux-enfants séparés, ainsi qu’aux quasi-frères et sœurs ? Comment les politiques familiales se saisissent-elles de ces problématiques ? Quels sont les enjeux pour les dispositifs d’intervention sociale et pour les professionnel·le·s qui les mettent en œuvre ? Les questions ouvertes par ce champ de recherche sont nombreuses.

Suggestion d’approches et de thématiques

Les dynamiques familiales et individuelles liées à la séparation peuvent être abordées en termes de coûts économiques ou psychologiques, mais aussi en termes d’avantages et de bénéfices, de dépendance, d’émancipation ou de reconstruction identitaire. Une séparation peut tout autant signifier un saut dans l’inconnu et des ruptures qui ne concernent pas uniquement le lien conjugal, qu’impliquer la possibilité d’inventer de nouvelles formes de relations et de modes de faire famille en un sens jusque-là inédit. Les contributions qui abordent la séparation comme un processus s’inscrivant dans la durée et l’espace sont encouragées. Elles peuvent se pencher sur les principales personnes intéressées, le couple et les enfants, mais aussi – surtout ? – ouvrir aux autres acteurs et actrices de la constellation familiale, liés par la lignée, l’alliance ou la parenté pratique. Les contributions peuvent également réfléchir aux conséquences et aux implications de la séparation par le biais d’événements révélateurs comme le remariage ou la remise en couple des « ex », les transformations de la grand-parentalité, le décès et le deuil d’un membre de la famille ou d’autres événements qui concernent les enfants des ex-conjoints : anniversaire, naissance ou mariage. En ce sens, nous suggérons cinq axes d’exploration des enjeux d’une séparation ou d’un divorce.

Les enjeux de filiation et d’alliance : quid des anciens et des nouveaux alliés ?

Cet axe porte sur les relations (sociales, économiques, pratiques, etc.) qu’entretiennent les membres des anciennes familles avec les nouveaux alliés qui apparaissent lors des recompositions familiales : quelles relations maintiennent les grands-parents avec leurs petits-enfants une fois les parents séparés ? Des relations se développent-elles entre les oncles et tantes et les enfants d’un « second lit » des ex-partenaires et si oui, de quelle nature ? Comment vivent les quasi-, ex- demi-frères et sœurs au quotidien des recompositions familiales ? Peu de recherches portent sur ces questions qui se trouvent pourtant au cœur des nouvelles configurations familiales post-séparation et pour lesquelles aucune politique publique n’existe aujourd’hui.

Les enjeux de la division sexuée du travail après la rupture

On connaît déjà relativement bien les conséquences économiques et de départage des enfants lors d’une séparation, mais l’on sait peu de choses des processus qui les ont précédées. Comment les négociations ont-elles été conduites ? Comment les rapports de pouvoir se sont-ils restructurés ? Quels enjeux ont guidé les choix ? Dans cet axe, nous interrogeons également la division sexuée du travail, ainsi que la reconnaissance du travail domestique en général – et de soin en particulier – effectué par des (quasi) mères et pères pour les jeunes enfants, mais aussi par des (quasi) filles ou fils envers les membres des générations aînées devenus dépendants. Peu de recherches traitent de ces questions, et les politiques publiques sont à cet égard très peu présentes.

Les enjeux juridiques : héritage, résolution des questions patrimoniales entre ex-époux, résidence, modalités de prise en charge de l’enfant par chacun des deux parents, attribution des contributions

Des constellations familiales inédites et complexes se constituent après une séparation. Que les couples soient ou non reconnus institutionnellement, quels (nouveaux) enjeux juridiques pose la séparation, en particulier lors des héritages par exemple ? Comment et jusqu’où le droit protège-t-il les personnes concernées par une, voire plusieurs séparations successives ? Les contributions favorisant une approche en droit comparé sont les bienvenues.

Les enjeux politiques et sociaux : pauvreté, politique du logement, aide sociale, intervention sociale, politique familiale

Comment penser les dispositifs, encore inexistants ou balbutiants, qui seraient susceptibles de prendre en compte la diversité des configurations familiales actuelles ? Quelles politiques publiques ou modèles d’interventions sociales peuvent être identifiées ? Quelles sont les initiatives prises jusqu’ici ? Des études de cas et des réflexions provenant de recherches de terrain seraient particulièrement appréciées.

Les différents enjeux symboliques, affectifs ou électifs

Alors que le premier axe porte sur l’émergence ou la persistance des liens sociaux après la séparation, le dernier axe aborde la définition et la perception subjective de ces liens. En ce sens, ces deux perspectives peuvent être traitées conjointement. Comment se modifient les places affectives ou symboliques de chacun et chacune, autrement dit, comment les séparations agissent-elles sur la perception et la représentation de ces liens ? La pérennité de certaines relations relève-t-elle des sentiments affectifs ou du devoir et de l’obligation ? Et qu’est-ce que cela implique concrètement ? 

Indications techniques

Les articles entièrement rédigés sont à proposer au Comité de lecture de Recherches Familiales avant le 1er mai 2020. La revue paraîtra en janvier 2021.

Pour mieux connaître la revue : http://www.unaf.fr/spip.php?rubrique181

Pour consulter le règlement intérieur : http://www.unaf.fr/spip.php?article16501

Anonymat

Il appartient aux auteur.e.s de rendre anonyme leur article. Lorsqu’ils.elles citent leur propre référence, ils.elles doivent indiquer « XXX » à la place de leur nom.

En revanche, le message d’accompagnement doit indiquer l’ensemble des auteur.e.s, l’institution de rattachement el le texte originel qui paraîtra dans la version finale à la place des « XXX » sus-mentionnés, en cas de diffusion. 

Article

40 000 caractères, notes de bas de page et espaces compris. L’article doit être accompagné d’un résumé de 700 à 900 caractères, espaces compris.

Références

Ne pas utiliser le système américain (nom de l’auteur(e) et page entre parenthèses), mais le système « français » de référence intégrale en note de bas de page. Pour le référencement, voir les articles de la revue déjà publiés. 

La revue Recherche Familiale fonctionne selon des principes stricts de lutte contre le plagiat, y compris d’autoplagiat. L’auteur.e doit s’engager sur l’honneur que l’article proposé est un travail original, fruit d’un travail personnel. Ce travail a été rédigé de manière autonome, sans recourir à d’autres sources ou outils que ceux que l’auteur.e a explicitement déclarés comme tels. Ce travail ne comporte pas de plagiat ni d’autoplagiat. Tous les développements repris d’une source extérieure sont cités entre guillemets avec un renvoi précis à la source dûment identifiée (y compris Internet). Le fait de ne pas citer une source, ou de ne pas la citer correctement, est constitutif de plagiat. Le plagiat est considéré comme une faute grave par le comité de rédaction de la revue Recherches Familiales, qui se réserve la possibilité de la dénoncer. 

Envoyez votre article (fichier en format Word ou Rtf) par courrier électronique à recherches.familiales@unaf.fr. Date limite d’envoi : 1er mai 2020. Un accusé de réception vous sera envoyé. 

Appel à articles – Diversification des formes familiales et transformations résidentielles : Les enjeux du « Faire famille » dans et par l’espace (03.02.2020)

Argumentaire
Dans ce numéro spécial de Recherches sociologiques et anthropologiques, les coordinatrices souhaitent explorer les dimensions spatiales du ‘faire famille’, dans un contexte de diversification des formes familiales, et de mobilité des personnes qui en découle. Les familles divorcées, recomposées, transnationales… bousculent en effet l’appréhension classique de l’ancrage spatial du « faire famille» dans et autour d’un lieu de résidence fixe et commun, et amènent à repenser ce qui se joue dans, et au-delà des murs de la « maison ». Elles sont tout particulièrement intéressées par les pratiques, discours et narrations que développent les individus – adultes et enfants – dans ce contexte, afin de se distancier de, d’affirmer et/ou de (re)négocier dans un même mouvement leurs relations et appartenances familiales et territoriales. Dans ce numéro spécial, il s’agira d’examiner cette articulation dans une perspective sociologique ou anthropologique, à partir de travaux empiriques mobilisant un matériau qualitatif.

Soumission des propositions et calendrier
Les propositions d’articles, en anglais ou en français, sont à soumettre pour le 3 février 2020 à l’adresse suivante : sandrine.levêque@uclouvain.be. Ces propositions de 500 à 1000 mots présenteront la question de recherche, le cadre théorique, la méthode, et une ébauche d’argumentaire et/ou les principaux résultats pressentis ; ainsi qu’une courte notice biographique. Les auteure·es retenu·es seront invité·es à envoyer leur article final pour le 1er octobre 2020.

Coordinatrices
Laura Merla, Bérengère Nobels, Sarah Murru et Coralie Theys (UCLouvain)

Lien vers l’appel complet

Appel à articles – Penser les “origines” dans les familles contemporaines : perspectives internationales (06.01.2020)

Argumentaire :
La notion d’origines ouvre une perspective inédite pour analyser les reconfigurations contemporaines de la parenté et des liens familiaux. Elle témoigne en effet d’une évolution profonde, liée à la dissociation croissante de la procréation et de la parenté, d’où semblent émerger des relations et des figures « nouvelles » : le recours aux technologies reproductives crée des situations où, comme dans l’adoption, des personnes procréent, mais ne deviennent pas — au sens légal — des parents. Les relations potentiellement liées à l’origine demeurent ainsi aux marges de la parenté. Les contributions attendues pour ce numéro pourront explorer ces marges en éclairant différentes dimensions du rapport aux origines.

Sous la direction de :
Agnès Martial, Centre national de la recherche scientifique (France)
Isabel Côté, Université du Québec en Outaouais (Canada)
Kévin Lavoie, Université Laval (Canada)

Les propositions et les manuscrits doivent être soumis sur notre site :http://www.efg.inrs.ca/formulaire-soumettre-proposition/

Télécharger l’appel

Appel à communication – Produire des personnes et des liens : ce que l’absence d’enfants fait à la parenté (05.11.2019)

Colloque Produire des personnes et des liens : ce que l’absence d’enfants fait à la parenté
28, 29 et, sous réserve, 30 avril 2020, Toulouse

Appel à communications
Le colloque « Produire des personnes et des liens : ce que l’absence d’enfants fait à la parenté » s’interrogera sur la façon dont partout les sociétés ont fait face au problème que pose l’absence d’enfants, notamment du point de vue des logiques de parenté. Croisant différentes perspectives théoriques et méthodologiques de l’anthropologie de la parenté, du genre et des techniques de procréation, ce colloque propose un dialogue entre des approches dites « classiques » et « nouvelles » dans l’étude de la parenté. Il s’agit en d’autres termes de faire dialoguer les travaux menés dans des contextes sociaux et culturels marqués par le développement des biotechnologies dans le domaine de la procréation et ceux conduits dans des sociétés et des groupes sociaux où la médecine procréative est peu, voire pas diffusée. Nous prenons ainsi le parti de considérer les techniques de procréation médicalement assistée comme des techniques de parenté parmi d’autres, disponibles pour pallier l’absence d’enfants.

Au-delà, ce colloque contribuera à comprendre, du point de vue de l’anthropologie et des sciences sociales en général, ce que cela fait de ne pas réussir à avoir d’enfants, dans nombre de sociétés, croisant à la fois l’étude de la parenté, mais aussi les sciences studies, l’anthropologie du genre et de la personne. Les sociétés euro-américaines sont traversées par des discussions nombreuses quant aux formes que prennent les familles contemporaines et à l’aide attendue par les personnes en manque d’enfant. L’analyse comparative que proposera ce colloque consistera à prendre un peu de recul avec ces discussions politiques et contribuera, notamment, à éclairer autrement ces enjeux.

Depuis les années 1980, les études en anthropologie de la parenté ont eu tendance à se scinder en deux grands courants, reproduisant le grand partage entre « the West and the rest ». Depuis le développement des techniques de procréation assistée à la fin des années 1970, mais aussi la crise des études de parenté provoquée en partie par le travail de D. Schneider dans les années 1980, un nouveau courant des études de parenté a vu le jour, les new kinship studies (Carsten 2000; Stone 2002; Franklin and McKinnon 2000). Des manifestations scientifiques ainsi que des publications se sont attachées à interroger la partition entre « l’Ouest et le reste », mais aussi entre le « Nord et le Sud », en étudiant notamment l’utilisation des techniques de procréation assistée dans différents pays  (Bonnet et Duchesne 2016; Anderson and Hecht 2002).

L’objectif du colloque est de proposer un espace de dialogue entre les différentes traditions dans les études de parenté en anthropologie et, au-delà, dans les sciences sociales. Loin de se centrer uniquement sur les techniques de procréation assistée, qui ont fait l’objet de nombreuses manifestations scientifiques ces dernières années, il s’agira d’élargir les questionnements à l’ensemble des pratiques sociales mobilisées autour de l’absence d’enfant. Partout en effet, l’absence d’enfant pose des problèmes du point de vue des logiques de parenté. Qu’un membre de la lignée tarde à avoir un enfant à son tour, voire qu’il n’en ait pas du tout, hypothèque sa perpétuation. La menace pour le groupe est d’autant plus importante dans les familles où les fratries sont réduites. Elle est par ailleurs plus ou moins prégnante selon le genre. Ici, que les fils restent sans enfant est particulièrement problématique. Là, c’est surtout sur les femmes que pèse l’absence d’enfants, que ce soit lorsqu’on attend d’elles qu’elles mettent au monde des enfants pour la lignée de leur mari, ou lorsqu’elles sont enjointes à devenir mères pour être tout à fait accomplies (Bonnet 1988).

Partout, des solutions ont été imaginées pour remédier à cette absence. La mise en œuvre de ces techniques de parenté est envisagée tantôt comme un droit des individus, tantôt comme un devoir auquel les personnes dépourvues d’enfant, comme les tiers aidants, ne peuvent se soustraire. Des solutions hautement technologiques ont été mises en œuvre dans les sociétés industrielles et post-industrielles. Elles se sont diffusées sur tous les continents avec un accès parfois très inégal selon leur coût (Ginsburg and Rapp 1995) et les équipements disponibles localement. Leur niveau de sophistication a introduit des nouveautés importantes : une femme peut porter un embryon conçu grâce à l’ovocyte d’une autre femme (Teman 2010; Roca i Escoda 2016) ou même porter l’embryon conçu par un autre couple (Cromer 2018; Mathieu 2017) ; les gamètes et embryons peuvent être cryoconservés pendant des années ; on peut prélever l’ADN mitochondrial et le remplacer grâce à une donneuse (Herbrand and Dimond 2018). Dans l’histoire des sociétés humaines, ces solutions sont d’une nouveauté radicale et alimentent de nombreuses questions quant à la constitution des personnes et leur origine. Cependant, si on excepte cette hypertechnicité, elles s’inscrivent dans le continuum de celles destinées à remédier à l’infertilité et déjà à l’œuvre dans de nombreuses sociétés (Héritier 1996). Un homme proche ou au contraire aussi éloigné que possible se substitue à un autre pour la procréation. Une femme, déjà mère, porte un enfant pour sa sœur ou sa co-épouse qui ne peut en avoir. Un couple déjà parents de plusieurs enfants donne un enfant, pour un temps limité ou pour toute la vie, à un autre couple dans leur groupe de parenté ou dans le proche voisinage qui en est dépourvu. Une institution confie un enfant en adoption. Partout, des tiers, souvent parmi les proches, mais pas toujours, interviennent et pallient l’absence d’enfant chez un couple en situation d’infertilité, quelle que soit l’origine de cette infertilité. Mais cette absence d’enfant peut également être volontaire (Gotman 2017), et peser tout autant sur les personnes.

Dans le cadre de cet appel à communication, nous proposons trois axes qui pourront être traités de manière transversale.

Personne et parenté
L’étude de la personne est un des éléments qui a joué un rôle crucial dans la revitalisation des études de parenté dans les années 1980 (Carsten 2014, 269) car elle permet de rassembler différents aspects du social qui avaient été jusqu’alors étudiés séparément : la parenté, le corps, les substances, les conceptions du soi, la maison, le genre, les relations dans lesquelles la personne est prise. Cet axe visera à continuer ce travail entamé dans les années 1980 sur la façon dont les études sur la personne peuvent nous renseigner sur notre conception de la parenté, et inversement, dans des moments où cette parenté se trouve menacée par l’absence d’enfant, qu’elle soit subie ou voulue.

Techniques de fertilité et d’infertilité
Cet axe accueillera des propositions venant explorer les différents savoirs et techniques utilisés pour assurer la venue d’un enfant, ou au contraire pour l’en empêcher. Dans cet axe les communications aborderont aussi bien les techniques les plus « traditionnelles » (rituels de fécondité, pèlerinages, prières, etc.), que les plus « modernes » (FIV, Time-Lapse, éclosion assistée, etc.) sans présupposer que ces différents dispositifs ne peuvent se mêler ni que certains seraient nécessairement plus ritualisés que d’autres. Il s’agira d’analyser la manière dont ces techniques, quelle qu’en soit la nature, permettent aux hommes et aux femmes d’agir sur le cours de leur existence mais aussi la façon dont elles peuvent être mobilisées pour renforcer l’assignation à un destin de parents.

Les tiers procréateurs
L’intervention de tiers procréateurs (Godelier 2004; Weiner 1978) est partout et toujours nécessaire à la venue d’un enfant. Ces tiers sont de divers ordres. Ils peuvent prendre la forme d’un donneur ou donneuse de gamètes, d’un amant de circonstance, d’une femme qui va porter un enfant pour autrui, mais cela peut également être des tiers non-humains. Ces derniers incluent non seulement les techniques elles-mêmes, c’est-à-dire l’ensemble des techniques et savoirs nécessaires pour réaliser par exemple une fécondation in vitro (Thompson 2005) ou permettre le bon déroulement d’un rituel de fécondité. Ils incluent également des esprits, des dieux, tout aussi nécessaires à la venue d’un enfant (Collard 2011), mais aussi la chance, la nature ou encore les hasards de la génétique (Porqueres i Gené 2014, 20).

Les propositions de communication devront se limiter à 3000 signes et devront nécessairement s’appuyer sur des matériaux empiriques. Elles détailleront le propos qui sera présenté, le terrain et la nature des données empiriques analysées. Les autrices et auteurs préciseront leurs appartenances disciplinaire et institutionnelle, leur statut et leur adresse électronique. Au-delà de l’anthropologie, les autres disciplines engagées dans les études de parenté sont également attendues. La langue principale du colloque sera le français, même si ponctuellement des communications pourront être en anglais.

Les propositions de communication devront être envoyées avant le 5 novembre 2019 à l’adresse suivante : colloque.absence.enfants@gmail.com
Une réponse sera envoyée pour chaque proposition avant mi-décembre 2019.

Lieu du colloque :
Université Toulouse Jean Jaurès, campus du Mirail, Maison de la recherche, Toulouse.

Appel en version PDF

Appel à projet – Trajectoires familiales et ruptures familiales, Évaluation des ordonnances Travail (04.11.2019)

France Stratégie et le Haut Conseil de la famille, de l’enfance et de l’âge (HCFEA) lancent un appel à projets de recherche sur les trajectoires familiales et de niveau de vie suite à des ruptures familiales.

Si la vie en couple reste le mode de vie dominant à l’âge adulte, la proportion de personnes en couple a tendance à diminuer et les trajectoires sont de plus en plus discontinues. La succession de périodes de vie en couple et de vie sans conjoint est devenue aujourd’hui courante. À l’image ancienne du couple marié stable jusqu’au décès de l’un des conjoints s’est substitué tout un ensemble de configurations familiales entre lesquelles se construisent les trajectoires individuelles. La présence d’enfants, longtemps apanage des couples, se retrouve dans l’ensemble de ces configurations, les enfants vivant de plus en plus souvent, au gré des éventuelles séparations ou nouvelles unions, avec seulement l’un ou l’autre de leurs parents.

Au-delà de cette fluidité commune des parcours de vie, les trajectoires individuelles sont fortement différenciées entre hommes et femmes; elles sont aussi marquées par d’importantes différences sociales, les plus aisés se remettant en couple plus rapidement. Enfin, la présence et le nombre des enfants jouent là aussi un rôle central. Cela n’est pas sans conséquences sur le niveau de vie, celui-ci pouvant connaître des baisses et des hausses sensibles en fonction des ruptures et des éventuelles remises en couple. Parmi les familles monoparentales, les plus modestes connaissent les conditions de vie les plus difficiles. Cela n’est pas sans conséquences pour les enfants pour lesquels un éloignement parfois durable d’un des parents, cumulé avec des conditions de vie plus difficiles contribue à un risque plus élevé de reproduction des difficultés sociales.

Les comportements familiaux ont évolué ces dernières années, avec une hausse significative du nombre de ruptures chaque année : environ 380 000 enfants sont concernés aujourd’hui chaque année par la séparation de leurs parents, dont 60 % hors mariage. Les conditions juridiques encadrant la rupture ont également évolué, avec la création du divorce sans juge, et la garde alternée se développe. Enfin, pendant longtemps, on ne disposait pour étudier ces comportements familiaux que d’observations situées à une date donnée (enquêtes, recensements), éventuellement en utilisant une recomposition de la biographie faite à cette occasion (enquêtes Famille). Mais des sources nouvelles existent aujourd’hui, qui autorisent le suivi des trajectoires des adultes et des enfants.

Pour toutes ces raisons, un nouvel éclairage sur les trajectoires familiales et de niveau de vie suite à une rupture qui utiliserait des données récentes serait souhaitable. Une meilleure connaissance du devenir des enfants concernés par une séparation et de leurs parents gardiens et non gardiens est indispensable pour mieux orienter les politiques publiques à destination de ces enfants et viser à les protéger autant que possible de la pauvreté.

Le HCFEA et France Stratégie souhaitent donc, dans le cadre du présent appel à projets, susciter des projets de recherche qui leur permettent d’améliorer la qualité de la connaissance disponible sur les parcours familiaux et les trajectoires de niveau de vie suite à des ruptures familiales.

Clôture pour le dépôt des propositions détaillées : lundi 4 novembre 2019 à 14 h (heure de Paris)
https://www.strategie.gouv.fr/actualites/appel-projets-de-recherche-trajectoires-familiales-de-niveau-de-vie-suite-ruptures

Appel à contribution – Fabrique des parents efficaces et déterminisme parental (10.09.2019)

Argumentaire

L’idée de « déterminisme parental » a été avancée à la fin des années 1990 par Frank Furedi pour épingler une tendance croissante dès cette époque à faire des pratiques et comportements parentaux la cause première de nombre de problèmes sociaux. Des néologismes sont apparus sensiblement au même moment (parenting, en anglais, parentalité, en français), pour désigner ces pratiques et comportements parentaux et privilégier, en somme, des réflexions sur ce que font les parents, plutôt que sur qui ils sont.

Frank Furedi écrivait ainsi en 2001 : « Le parenting est devenu l’une des questions les plus vivement débattues du 21e siècle. Si la culture occidentale attache une telle importance au parenting, c’est qu’il est considéré potentiellement comme la source de tous les problèmes sociaux qui affectent nos communautés (…). Le déficit de compétence parentale est accusé d’être la cause des problèmes de santé mentale des enfants, des difficultés éducatives, des comportements antisociaux ; les conséquences destructrices de cette mauvaise parentalité produisant leurs effets tout au long de la vie d’un individu ».

Il faut sans doute distinguer cette hypothèse du déterminisme parental de celle de la « reproduction sociale », que l’on pourrait rapprocher au nom d’une commune lecture en termes de détermination sociale, de façonnage des conduites et d’incorporation des habitus. La différence fondamentale réside principalement dans le changement de contexte entre les travaux sur la reproduction sociale des années 1960 et 1970 (Bourdieu et Passeron, 1970), ceux des années 1990 qui décrivent finement les pratiques socialement situées des familles et leurs conséquences en termes d’incorporation de dispositions sociales (Lahire, 1995), et ceux qui apparaissent plus de vingt ans plus tard sur le déterminisme parental. Mais ne faut-il pas souligner une autre différence, à savoir la volonté de souligner les effets de classement et de stratification de la première, par rapport à la critique de la logique individualiste et comportementaliste de la dernière orientation. Les politiques publiques entourant le rôle de parent évoluant aussi pour être moins portées par l’État et ses institutions, l’école par exemple, mais plus souvent promues par des acteurs privés, tels que des fondations, et ciblant d’abord les individus et des acteurs associatifs et communautaires.

Le ciblage des pratiques parentales a conduit à la définition d’un certain nombre d’interventions, de programmes et même à un nouveau pilier des politiques en direction des familles, sous l’appellation de politique de soutien à la parentalité. Cette tendance à responsabiliser les parents a eu entre autres effets d’accorder une place centrale à l’idée de compétences parentales, de parenting skills, avec comme conséquence l’idée que ces compétences peuvent être formalisées, enseignées, d’où le déploiement d’un véritable marché du conseil et du coaching parental. En proposant d’insister sur les conséquences du travail parental sur les enfants, sur leur bien-être, leur adaptation au monde, les experts en parenting sont donc parvenus en même temps à s’imposer pour diagnostiquer les manques et insuffisances du travail parental et à promouvoir leurs méthodes et leurs outils. En réduisant parfois le travail parental à un ensemble de conduites et de comportements efficaces et efficients, ces experts ont aussi souvent privilégié des méthodes d’administration de la preuve fondées sur une certaine conception du travail scientifique : le recours aux essais randomisés contrôlés, socle de l’evidence-base policy, de l’evidence-based education, ou de l’evidence-base parenting program.

À la lumière de ces développements, une jonction s’est peu à peu établie entre certains types de savoirs disciplinaires allant de la psychologie positive à certaines applications en neuroscience, sans parler de l’économie du bonheur et des tentatives de formaliser les méthodes et les dispositifs garantissant l’accès à celui-ci.

Dans le numéro que nous proposons, quatre principales directions nous sembleraient pertinentes :

  • La première pour revenir sur cette hypothèse d’un déterminisme parental, sur son apparition et ses développements. Il s’agirait ici d’analyser les conditions qui ont présidé non seulement à l’apparition de ce type de lecture, mais aussi à sa relative hégémonie dans certains secteurs ou pays. La mise en discussion avec d’autres travaux sur la socialisation serait bienvenue.
  • La deuxième direction pourrait consister à examiner la façon dont des savoirs et résultats issus des neurosciences ont été utilisés par des décideurs publics, voire même littéralement politisés pour concevoir des mesures et des politiques publiques, et même des interventions en direction des familles et des enfants. Une discussion sur les méthodes d’evidence-based dans ce domaine est attendue.
  • La troisième direction pourrait accueillir des contributions portant sur les effets de cette « idéologie » sur les pratiques des professionnels de la petite enfance (infirmiers, puéricultrices, travailleurs sociaux, voire enseignants en maternelle ou primaire), mais aussi sur les parents eux-mêmes. Comment cette idéologie leur est-elle transmise et quels effets a-t-elle sur les pratiques et domaines d’intervention ? A qui s’adresse-t-elle (en termes de différence de genre, de classe) et à quoi sert-elle ? Comment les politiques et programmes à l’attention des parents contribuent-ils à redéfinir leur rôle, à l’intérieur de la cellule familiale, mais aussi au sein de la parenté ? Quelle transformation de rôle et de style parental se dessine et comment recoupe-t-elle les rapports sociaux de genre ?
  • La quatrième direction pourrait concerner le rôle des variables culturelles, négligées, voire littéralement oubliées dans ces modes d’interprétation. Ces composantes culturelles se manifestent non seulement dans les écarts entre normes et représentations des fonctions et des rôles parentaux selon les cultures d’origine, les trajectoires migratoires, mais aussi selon les milieux sociaux, et bien entendu selon les genres et les générations. Cette troisième orientation pourrait ainsi permettre d’ouvrir d’autres pistes d’analyse des liens entre travail de socialisation primaire et secondaire.

Calendrier

Les autrices et auteurs sont invité·e·s à envoyer une proposition de contribution(1 à 2 pages, ou environ 6000 signes), avant le 10 septembre 2019, à l’intention des responsables du numéro (claude.martin@ehesp.fr, Xavier.Leloup@ucs.inrs.ca), en précisant leur affiliation universitaire.

Les autrices et auteurs dont la proposition aura été retenue par le comité de rédactionseront invité·e·s à soumettre un article complet pour le 10 décembre 2019.

Publication prévue à l’automne 2020.

Direction

Sous la direction de : Claude Martin — Directeur de recherche au CNRS,UMR 6051 Arènes Université de Rennes, École des hautes études en santé publique et Xavier Leloup — Professeur agrégé, INRS Urbanisation, Culture et Société.

Calenda

Appel à articles – Fécondité et accouchement au Cameroun et en Afrique d’hier à demain (10.07.2019)

Publication envisagée en décembre 2020

Résumé : Donner la vie ! C’est un acte multimillénaire qui entretient la perpétuation des êtres sur la terre. La fécondité humaine est donc au cœur de la présence continue de l’homme dans le cycle de la vie. La fécondité, élément qui rend possible la grossesse, entraine à son tour l’accouchement. Malgré que l’accouchement soit un acte naturel, il n’en demeure pas moins qu’à travers le temps et l’espace, les hommes aient développé des rites, des savoirs, des connaissances s’élevant au stade de science pour comprendre les mécanismes, les contraintes et les exigences de la conception et de la mise au monde de l’enfant.

Propositions de résumés

Elles doivent être écrites en français ou en anglais et limitées à 500 mots avec cinq mots clés, et envoyées simultanément aux adresses enokapaul@yahoo.fr et kep_son2003@yahoo.fr.

  • Date de publication de l’appel : 10 juin 2019;
  • Date limite de recevabilité des résumés : 10 juillet 2019;
  • Notification aux auteurs dont les résumés seront retenus : 10 août 2019;
  • Envoi du texte complet : 20 décembre 2019 ;
  • Retour aux auteurs pour corrections éventuelles : 31 mars 2020

En savoir plus

Appel à communication – Ateliers RePPaMa 2019-2020

Le Réseau Pluridisciplinaire sur les Paternités et les Maternités (RePPaMa) cherche des intervenant.es pour ses ateliers de 2019-2020, qui auront lieu à l’INED (Paris). Durant ces ateliers, deux intervenante.s disposent de 45 minutes chacun.e  pour présenter leurs recherches et/ou effectuer une communication et/ou soulever des points de méthodologie. Chaque communication sera suivie d’une discussion d’une trentaine de minutes avec le public présent. Ces ateliers sont une occasion d’échanges dans un cadre bienveillant entre jeunes chercheur.euses travaillant sur les maternités et/ou les paternités appartenant à différentes disciplines des sciences humaines.

Si vous souhaitez intervenir, nous vous invitons à proposer une proposition de communication d’une page ou deux (au format PDF, ou traitement de texte comme Word ou OpenOffice) sur les thématiques des paternités et des maternités, à l’adresse suivante : reppama.contact@gmail.com. Le titre devra prendre la forme : RePPaMa2019 – Prénom Nom – Titre de la communication.

 Les dates d’ateliers pour 2019-2020 sont les suivantes :
– 24 octobre 2019
– 5 décembre 2019
– 26 juin 2020

Pour en savoir plus

Appel à communication – Tuer les pères : femmes derrière la caméra dans les films de famille (05.07.2019)

9 décembre 2019, IRCAV, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3
Organisée par Beatriz Rodovalho & Giuseppina Sapio

La journée d’études « Tuer les pères : Femmes derrière la caméra dans les films de famille » propose une réflexion collective autour des images d’amateur tournées en famille. En affirmant et en perpétuant l’institution familiale dans sa configuration patriarcale, nucléaire et hétérosexuelle, le film de famille a contribué à reproduire les codes et les hiérarchies de genre et de sexualité de la société bourgeoise. En concevant le cinéma d’amateur comme une « technologie de genre » (De Lauretis, 1987), nous invitons des communications portant sur les images réalisées par des femmes-amatrices afin de découvrir et décortiquer leur propre « regard familial ».

Modalités de soumission

Les propositions de communication sont à envoyer conjointement aux coordinatrices, Beatriz Rodovalho et Giuseppina Sapio, à l’adresse : filmsdefamille2019@gmail.com

Elles comporteront : le titre de la communication, un résumé de 500 mots (maximum), une bibliographie indicative, cinq mots clefs et une courte note bio-bibliographique (150 mots maximum).

La date limite de soumission des propositions est fixée au 5 juillet 2019.

Consulter l‘intégralité de l’appel

Appel à communication – Intersectionality, Families and Relationships (31.08.2019)

CRFR International Conference: Intersectionality, Families and Relationships,
22 – 24 June 2020
University of Edinburg

We are pleased to announce the call for papers for our 6th International conference on Intersectionality, Families and Relationships. Leading social theorist and activist Patricia Hill Collins will open the conference, providing the platform for an exciting and vibrant dialogue on how intersectionality, past and present, can deepen our understandings of families and relationships and the power relations within.  We welcome papers reporting empirical research findings, methodological approaches to researching intersectionality, as well as those more theoretical in orientation. We are especially keen to include the experiences and perspectives of those working outside academia, in policy and practice settings, and would welcome papers from professionals working in these contexts.
Contributions may include, but are not limited to, the role of intersectionality in families and/or relationships in the following areas:
– RACE & ETHNICITY
– SEXUALITY & GENDER
– SOCIAL CLASS AND INEQUALITIES
– INTERSECTIONAL CHILDHOODS & YOUTHS
– SPATIAL MOBILITIES, FAMILIES & COMMUNITY
– DISABILITY STUDIES
– HEALTH & ILLNESS
– OLDER PEOPLE
– ENVIRONMENT, SUSTAINABILITY & CLIMATE CHANGE
– INTERSECTIONALITY, PRACTICE & PROFESSIONAL PERSPECTIVE
– DIGITAL DOMAINS, INTERSECTIONALITY, FAMILIES & RELATIONSHIPS
– INTERSECTIONAL METHODS & ETHICAL ISSUES

The call for papers is open until 31st August 2019.Abstracts received after this date will not be considered. The link to submit your abstract is here.

En savoir plus

Appel à articles – Entre parentalité positive, déterminisme parental et usages politiques des neurosciences : la socialisation primaire au 21e siècle (10.09.2019)

Lien social et Politiques vous invite à consulter son nouvel appel de contributions sur le thème « fabrique des parents efficaces et déterminisme parental ».

Ce numéro 85 de la revue sera dirigé par Claude Martin (Directeur de recherche au CNRS, UMR 6051 Arènes Université de Rennes, École des hautes études en santé publique)et Xavier Leloup (Professeur agrégé, INRS Urbanisation, Culture et Société)

Les propositions sont attendues pour le 10 septembre 2019

L’idée de « déterminisme parental » a été avancée à la fin des années 1990 par Frank Furedi pour épingler une tendance croissante dès cette époque à faire des pratiques et comportements parentaux la cause première de nombre de problèmes sociaux. Des néologismes sont apparus sensiblement au même moment (parenting, en anglais, parentalité, en français), pour désigner ces pratiques et comportements parentaux et privilégier, en somme, des réflexions sur ce que font les parents, plutôt que sur qui ils sont.

Frank Furedi écrivait ainsi en 2001 : « Le parenting est devenu l’une des questions les plus vivement débattues du 21e siècle. Si la culture occidentale attache une telle importance au parenting, c’est qu’il est considéré potentiellement comme la source de tous les problèmes sociaux qui affectent nos communautés (…). Le déficit de compétence parentale est accusé d’être la cause des problèmes de santé mentale des enfants, des difficultés éducatives, des comportements antisociaux ; les conséquences destructrices de cette mauvaise parentalité produisant leurs effets tout au long de la vie d’un individu ».

Lien vers l’appel à contribution

Appel à communication – La fabrique des parents (02.09.2019)

La fabrique des parents – Devenir et être parent en fonction des contextes géographiques, historiques et culturels
Condorcet
6 et 7 février 2020

La diffusion du néologisme “parentalité” à la fin du XXe siècle témoigne d’une attention croissante de l’opinion publique à la manière dont les parents s’occupent des enfants. La parentalité est supposée être une affaire personnelle et/ou conjugale. Chaque parent serait alors libre de devenir parent par les moyens de son choix et d’élever ses enfants selon ses convictions éducatives propres, dans un contexte de diversification des modèles familiaux (techniques médicales d’aide à la procréation, mono- ou homo-parentalité, familles recomposées, etc.). La parentalité ou parenté quotidienne (Weber, 2013) est en réalité étroitement encadrée par des normes et des institutions. L’objet “parentalité” est défini ici comme l’exercice du rôle ou de la fonction de parent. Les objectifs de ces journées sont donc doubles : documenter la pluralité des modalités de l’exercice du rôle de parent (en fonction des configurations parentales, des modalités d’entrée dans le rôle de parent, la diversité des styles éducatifs, la répartition des responsabilités parentales entre les parents, etc.) et rendre compte de l’encadrement de cet exercice (tant à l’échelle nationale qu’à un niveau méso ou microsocial).

La manière dont un individu devient parent et s’occupe de ses enfants intéresse l’ensemble des sciences sociales, de la sociologie à l’histoire en passant par la psychologie ou le droit. L’objet de cette journée d’étude est de réunir les chercheur.es de différents horizons disciplinaires afin d’appréhender ce sujet d’étude commun. Le titre de cette journée, “La fabrique des parents”, ne doit pas pour autant être entendu dans une approche verticale, du haut vers le bas, et univoque (il y aurait une seule manière de fabriquer des parents). Il s’agit au contraire d’attirer l’attention sur les processus, les acteurs, les ressources, les contextes qui agissent sur les manières dont un individu exerce le rôle ou la fonction de parent. Nous nous concentrerons sur trois questions transversales : quelles sont les modalités d’entrée et d’exercice de la parentalité, en fonction des contextes sociaux, économiques, politiques, légaux, historiques, géographiques ou de la trajectoire propre du parent ? Comment évolue la parentalité en fonction de l’âge de l’enfant ? Comment les normes de parentalité (“bonne” ou “mauvaise” manière d’être parent, déclinaison de la parentalité en fonction du sexe du parent) influencent la parentalité ?

Notons que le terme “parent” ne renvoie pas seulement aux parents “biologiques” ou “statutaires” (c’est-à-dire reconnus comme tels par l’état civil), pas plus qu’il ne désigne exclusivement les adultes vivant avec l’enfant. Au contraire, le terme “parent” est entendu ici comme un terme générique désignant les individus amenés à s’occuper des enfants dans le cadre privé (par opposition au cadre professionnel), qu’ils soient reconnus comme tels ou non (beaux-parents, grands-parents, parrains et marraines, frères et soeurs…). De même, la mobilisation de ce terme neutre du point de vue du sexe ne doit pas occulter la question du genre dans la parentalité. Des propositions portant sur la représentation des parentalités (dans les arts ou la fiction) sont également bienvenues.

L’enjeu de ce colloque sera d’interroger la parenté quotidienne et non quotidienne, à travers les dimensions biologiques, statutaires, affectives et économiques. Ces différents questionnements seront explorés lors de ce colloque à partir de trois axes proposés : devenir parent, être parent d’un mineur et être parent d’un adulte. Ces axes ne sont cependant que des pistes de réflexion : toute proposition concernant la parentalité est bienvenue, qu’elle s’inscrive ou non dans l’un des axes ou l’une des questions soulevées.

Axe I. Devenir parent

Formuler ou non le désir d’un (nouvel) enfant et les modalités de réalisation d’un projet de devenir parent ou d’agrandir sa famille donnent à voir comment se déclinent les rapports de genre et comment ces derniers évoluent et diffèrent selon les contextes. On peut par exemple interroger le caractère prévu ou non prévu d’une naissance et son vécu, dans le cadre de grossesses précoces ou plus tardives. Une (nouvelle) naissance peut être désirée comme accomplissement ou concrétisation d’un couple, que ce soit une première union ou après une rupture et une remise en union, et dans le cadre de familles recomposées. Dans ce dernier cas, comment est alors formulé un désir d’enfant conjointement au rôle de beau-parent ? Dans quelle mesure l’âge des potentiels parents joue-t-il un rôle ? Par ailleurs, le recours à la l’Aide médicale à la procréation (AMP) connait des développements croissants, et est aujourd’hui envisagé en première intention face à l’adoption. Parmi les motivations des individus, figure en partie la volonté de transmission d’un patrimoine biologique, mais qu’en est-il dans le cadre d’un don d’ovocytes ou de sperme ? Et comment les individus ayant eu recours à un don de gamètes ou à l’adoption perçoivent-ils leur rôle de parent ? En quoi ces modes d’accès au statut de parent modifient-ils aussi les rapports de genre ? Le don de gamètes et la congélation d’ovocytes donnent par exemple la possibilité d’avoir un enfant aux femmes seules, et à des âges tardifs, la rencontre d’un géniteur masculin n’étant plus nécessaire pour procréer. Comment et dans quelles circonstances ces maternités en solo sont-elles envisagées ? De plus, si le recours à l’Aide médicale à la procréation (AMP) par des couples hétérosexuels témoigne de vécus et gestions de l’infertilité différentes entre hommes et femmes, qu’en est-il lorsque les techniques de procréation médicale permettent d’avoir un enfant aux couples de même sexe ou à des coparents n’ayant pas eu de relation conjugale et sexuelle ?

Au-delà des modalités d’entrée dans la parentalité, se projeter en tant que parent et se préparer à l’arrivée d’un enfant avant la naissance sont des moments durant lesquels peuvent également se cristalliser des rapports et représentations du genre. Le vécu de la grossesse est souvent étudié du point de vue des femmes, dans leur rapport à leur féminité, à la médicalisation de leur suivi (rapport aux professionnels, aux techniques médicales…), ou dans une perspective historique (Berthiaud, 2009). Qu’en est-il du point de vue des hommes ? Quelle est la gestion de la grossesse par le couple ? Comment les individus se préparent-ils à une naissance, par exemple au regard de l’anticipation du genre permise par la connaissance du sexe du fœtus (Pelage et al., 2016) ? En quoi l’activité professionnelle ou la sphère familiale s’en trouvent modifiées, pour les futures mères, mais aussi les futurs pères ?

Enfin, l’arrivée d’un enfant peut être attendue, mais ne pas se réaliser. C’est le cas de morts périnatales ou de fausses-couches, des évènements permettant des discussions et réflexions entre disciplines sur la parentalité non réalisée et pourtant désirée (Charrier et al., 2018). Quel statut ont les individus concernés ? Quelles influences ces expériences peuvent-elles avoir sur le désir d’enfant ?

Axe II. Être parent d’un mineur : apprendre à être parent, enseigner à devenir un adulte

La “fabrique des parents” d’un enfant mineur peut être entendue de manière double : la genèse de la parentalité (apprentissage de manières de faire et de manières d’être avec un enfant, adoption d’une philosophie éducative) et son exercice concret. Si différents âges (premier âge/enfance/adolescence) sont distingués ici, il ne s’agit pas de les envisager comme des bornes rigides, mais de rendre compte d’enjeux différents de la parentalité en fonction du développement de l’enfant.

L’enfance

La parentalité pendant la petite enfance (les enfants de moins de trois ans) fait depuis longtemps l’objet d’une attention particulière de la part des expert.es de la parentalité, comme en témoignent les changements fréquents de normes de puériculture. Pensée comme un âge crucial, où l’enfant est particulièrement fragile et perméable, la petite enfance est aussi un moment important de l’apprentissage de l’exercice de la fonction de parent. Au-delà de la question de la conciliation travail-famille, largement documentée, il s’agira donc de comprendre comment on devient parent d’un enfant en bas âge. Plus spécifiquement, comment les parents apprennent-ils à s’occuper d’un enfant ? Quels sont les débats, les acteurs et les cadres culturels intervenant dans la définition et la transmission des normes de puériculture, d’éducation ? Comment arbitrent les parents entre les différentes sources d’information ? Quels objets, gestes ou attitudes sont considérés comme “bons” ou “mauvais”, utiles ou inutiles, et pourquoi sont-ils envisagés comme tels ? Comment cet apprentissage ou cette perception diffèrent-ils en fonction du sexe du parent ou de l’enfant ? À qui est confiée la garde des enfants, qui en est jugée responsable ? Comment diffèrent cet apprentissage ou les personnes désignées comme responsables (ou jugées dignes de l’être) de l’enfant en fonction des contextes et des périodes ?

À mesure que le nourrisson puis le bambin devient un enfant, la parentalité évolue du pouponnage à l’éducation : il s’agit de lui transmettre les savoirs et les manières d’être liés à la vie en société et au sein de la cellule familiale, et de lui inculquer des principes et des valeurs supposés orienter ses actions présentes et futures, mais aussi préserver le lien affectif entre parent et enfant. Quelles sont les transformations que connait la parentalité à mesure que l’enfant grandit ? Comment les transformations de la famille (constitution d’une fratrie, séparation des parents, intervention croissante ou désengagement d’un membre de la parentèle…) affectent-elles la parentalité ? L’avancée en âge de l’enfant peut également être à l’origine d’un changement dans le style éducatif : que signifie pour un parent “bien” élever son enfant ? Quels acteurs ou ressources interviennent dans la définition de principes éducatifs ? Comment ces principes sont-ils mis en place, quels obstacles rencontrent-ils ? Qu’est-ce que les parents jugent important de transmettre à leurs enfants, aussi bien en matière

de valeurs que de goûts ou d’activités ? Quels outils ou méthodes valorisent-ils ou au contraire rejettent-ils dans cette transmission ? Comment les principes, les méthodes ou les outils diffèrent-ils en fonction des contextes et des périodes ?

L’adolescence

Le temps de l’adolescence reste difficile à qualifier et lorsqu’il s’agit de définir cette classe d’âge nous procédons souvent plus par élimination : l’adolescent n’est plus un enfant et pas encore un adulte. Nous bornerons l’adolescence à l’entrée au collège d’une part, et à la majorité d’autre part. Si les bornes temporelles sont mouvantes, l’adolescence se caractérise, toutefois, par une période de transformations identitaires marquée par une émancipation progressive de la sphère familiale. Les propositions de communication pourront donc étudier les relations entre parents et adolescent.e.s à la lumière de ces transformations afin d’en mesurer les conséquences (effectives) en matière de rôles et de pratiques parentales. Il est entendu que le contexte socioculturel, l’époque, ainsi que l’aire géographique dans laquelle grandit l’enfant vont déterminer les cadres sociaux de cette période spécifique (11-18 ans), mais également la façon dont ses parents vivent et se représentent celle-ci.

Le premier type de changement a trait au statut complexe, parfois ambigu de l’adolescent.e au sein de la famille. Sans disposer du statut d’adulte, l’adolescent.e semble toutefois gagner en droit et en pouvoir. C’est plus précisément sous l’angle du gain d’autonomie qu’est analysée l’adolescence. Les parents, acteurs secondaires des recherches sur les adolescent.e.s, semblent être présents pour mieux souligner la mise à l’écart dont ils font l’objet. Nous proposons de déplacer la focale afin de saisir le vécu des parents au cours de cette période spécifique. Dans le contexte particulier d’une autonomie croissante prise par l’enfant, comment les parentalités se déclinent-elles ? De quelles façons les parents vont-ils accompagner, encourager ou freiner cette autonomie naissante ?

L’influence des pairs durant l’adolescence est le deuxième élément à prendre en compte. Participant à la formation identitaire du jeune, les relations entre adolescent.e.s sont inhérentes à la définition de cette classe d’âge au point qu’il existerait une « tyrannie du groupe de pairs » (Arendt, 1972). Comment les parents vivent-ils la coexistence entre leur modèle normatif et le modèle juvénile ? De quelles manières s’impose, ou se négocie, le contrôle des activités et des relations amicales de l’enfant en fonction du contexte social et du genre ? Par ailleurs, l’adolescence est également marquée par des transformations sur le plan physique et sexuel. Si ces aspects de la vie adolescente sont régulièrement sondés par des chercheurs (Clair, 2008, Maillochon, 2012, Amsellem-Mainguy & Vuattoux 2018), le point de vue des parents concernant leurs propres transmissions en termes d’éducation à la sexualité, de normes de genre et de santé fait plus rarement l’objet d’études. Comment et à quel âge les parents abordent-ils les questions de sexualité avec leur(s) enfant(s) ? Quel est leur rôle en termes de transmissions des normes de genre ? Par ailleurs, comment se positionnent-ils par rapport aux différentes instances socialisatrices qui diffusent également des connaissances et prescriptions sur ces questions (école, pairs, etc.) ? Les parents sont-ils perçus comme une ressource ou, au contraire, mis à l’écart par l’adolescent.e lorsqu’il s’agit de parler de sexualité ?

L’institution scolaire et la famille

Enfin, la dernière mutation s’inscrit sur le plan scolaire. Si l’influence de l’institution scolaire sur le quotidien des familles n’est plus à prouver (Montandon, Perrenoud, 1994), il semblerait toutefois s’opérer un « brouillage » entre les missions dédiées à la famille et à l’école. Bien que ces deux institutions se voient liées pour une durée plus longue du fait de l’allongement de la scolarité, celles-ci semblent tantôt en concurrence, tantôt partenaires. Or, s’il est une dimension commune au vécu de parents, c’est sans doute le statut de parents d’élèves. À ce sujet, les recherches (Dubet, 1997, Périer, 2007, Payet, 2017) semblent unanimes : les parents de tous milieux sociaux se sentent concernés par la question scolaire. Comment se déclinent les différentes figures de parent d’élève en fonction des contextes géographiques, mais également de la forme scolaire spécifique du collège et du lycée ? Quelles sont les représentations et les attentes des parents à l’égard de l’institution scolaire et de ses acteurs ? Quelles sont les connaissances et stratégies mises en place par les parents et l’adolescent.e concernant l’orientation scolaire ? Dans quelle mesure le rôle des parents (tel qu’ils l’envisagent ou qu’il est envisagé par la société ou le groupe auquel ils appartiennent) se redéfinit ou est en concurrence avec celui de l’école ? De plus, ces interrogations nous placent dans un contexte social dans lequel l’école est le principal vecteur de transmission des connaissances, envisagées comme des valeurs civiques et/ou un socle commun de savoirs jugés indispensables. Qu’en est-il dans d’autres contextes historiques ou culturels, où l’acteur chargé de la transmission de connaissances n’est pas l’école, mais un précepteur, un compagnon, etc. ?

Axe III. Être parent d’un adulte

Dans ce troisième axe, nous nous intéresserons à ce qu’il advient de la parentalité lorsque les enfants – ici, entendus dans son sens filial – deviennent adultes. L’intérêt de cette question se pose dans un contexte d’allongement des études et de durcissement des conditions d’entrée sur le marché du travail qui tend à retarder l’accès des jeunes à un logement personnel qui constituait l’une des premières modalités du « devenir adulte » (Gaviria, 2005). En conséquence, qu’elle soit liée à des contraintes d’ordre financier ou qu’elle soit désirée, la cohabitation entre (au moins) deux générations d’adultes semble (re)devenir une réalité sociale de plus en plus prégnante. Dans ce contexte de dépendance financière et de plus en plus souvent résidentielle, comment penser sa conciliation avec les aspirations d’autonomie des uns et des autres ? Quelles conséquences sur les relations entretenues ? Ces questions seront à explorer du côté des enfants désireux de se donner leurs propres règles de vie en dépit de leur(s) dépendance(s). Elles seront également à considérer pour les parents pris entre l’obligation légale de répondre aux besoins financiers, matériels et moraux de leurs enfants et la possibilité de prendre de la distance moyennant l’émancipation partielle ou totale de ces derniers. Ces tensions seront non seulement à interroger pour les « jeunes adultes » entendus comme des individus en études ou récemment diplômés, mais elle sera également à explorer pour ceux qui après une reconversion/rupture professionnelle, conjugale, etc. retournent vivre au domicile parental ou encore pour des individus qui n’en sont jamais partis – notamment pour des cas de personnes porteuses de handicaps moteur et/ou mental contrevenant à leur indépendance.

Outre l’allongement des études et le durcissement des conditions d’entrée sur le marché du travail, la société française est également marquée par l’allongement de l’espérance de vie. De ce fait, de nombreux enfants sont amenés à connaitre leurs grands-parents, et cela même une fois devenus adultes. Nous porterons une grande attention aux recherches qui traiteront du rôle que les grands-parents occupent auprès de leurs petits-enfants, mais également auprès de leurs enfants devenus parents. Comment interviennent-ils dans l’éducation de leurs petits-enfants ? Quelle place leur est accordée dans l’éducation de leurs petits-enfants par leurs enfants ? Quelle place s’accordent-ils eux en tant que grands-parents ? Quelles relations entretiennent-ils avec leurs petits-enfants ? Par quelles tensions sont-elles traversées ? De façon générale, il s’agira ici de faire travailler le rôle accordé aux grands-parents et aux autres membres de la parenté concernant la parentalité en regard des contextes culturels, géographiques et historiques variés.

Les propositions de communication (4000 signes maximum espaces compris + titre + résumé de 400 signes maximum + principales références bibliographiques) devront être envoyées le 15 septembre 2019 au plus tard, dans un fichier (de préférence au format PDF, ou .doc, .docx ou .odt), par courriel à l’adresse : reppama.contact@gmail.com. Le nom du fichier devra être sous la forme : Fabrique2020 – Prénom Nom – Titre de la proposition de communication. La proposition devra être accompagnée d’une courte présentation de l’auteur.e (statut(s), discipline(s), établissement(s) et laboratoire(s) de rattachement). Les résultats de la sélection seront communiqués le 4 novembre 2019

Comité scientifique :

Aude Béliard (Université Paris Descartes), Yazid Ben Hounet (EHESS), Danielle Boyer (CNAF), Nolwenn Bühler (Université de Lausanne), Coline Cardi (Université de Paris 8), Claire Chatelain (Université de Lille), Aurélie Damet (Université Paris 1), François De Singly (Université Paris Descartes), Vincent Gourdon (CNRS-Université de Paris-Sorbonne), Emmanuel Gratton (Université d’Angers), Laurence Hérault (Université de Provence), Nathalie Le Bouteillec (CURAPP- Ined), Marie-Clémence Le Pape (Université Lyon 2), Agnès Martial (CNRS-EHESS), Séverine Mayol (Université Saint Quentin en Yvelines), Elsa Ramos (Université Paris Descartes), Virginie Rozée (Ined), Anne Salles (Université Paris-Sorbonne – Ined), Olivia Samuel (UVSQ), Laurent Toulemon (Ined).

Comité d’organisation :

Myriam Chatot (EHESS-Iris-CMH), Marie-Caroline Compans (Ined-CRIDUP), Anaïs Mary (Paris Descartes-CERLIS), Alexandra Piesen (Paris Descartes-CERLIS), Marine Quennehen (EHESS-CESPRA, Ined), Zoé Yadan (Paris Descartes-CERLIS).

Lien Calenda

Bibliographie indicative

Amsellem-Mainguy Y., Vuattoux A., (2018). Construire, explorer et partager sa sexualité en ligne, Paris, INJEP Rapport d’étude

Arendt H., (1972). La crise de la culture, Paris, Gallimard.

Berthiaud, E., (2009). Grossesse désirée, grossesse imposée : le vécu de la grossesse aux XVIIIe-XIXe siècles en France dans les écrits féminins privés. Histoire, économie & société, 28e année (4),

Charrier P., Clavandier G., Gourdon V., Rollet C., Sage Pranchère N. (dir)., (2018). Morts avant de naître. La mort périnatale, Tours, Presses universitaires François Rabelais, coll. « Perspectives historiques », 437 p.

Clair I., (2008). Les jeunes et l’amour dans les cités, Paris, Armand Colin

Dubet F., (1996). Ecole, familles. Le malentendu, Paris, Textuel

Gaviria, S., (2015). Quitter ses parents : Une comparaison franco-espagnole. Consulté à l’adresse http://books.openedition.org/pur/12320

Maillochon, F., (2012). Premières relations sexuelles et prises de risque : L’éclairage des enquêtes statistiques réalisées en France. Agora débats/jeunesses, 60(1), 59-66.

Montandon C., Perrenoud P., (1994). Entre parents et enseignants : un dialogue impossible ? Berne, Lang

Payet, J-P., (2017). Ecole et familles, une approche sociologique. Louvain, De Boeck

Pelage, A., Brachet, S., Brugeilles, C., Paillet, A., Rollet, C., & Samuel, O., (2016). « Alors c’est quoi, une fille ou un garçon ? »: Travail de préparation autour du genre pendant la grossesse. Actes de la recherche en sciences sociales, 214(4), 30.

Weber F., (2013). Penser la parenté aujourd’hui: la force du quotidien, Sciences sociales, Paris.

Programme

Appel à communication – La famille au Moyen Âge entre normes et pratiques (03.05.2019)

Ces journées d’étude auront pour ambition d’aborder le thème de la famille dans les sociétés médiévales chrétiennes et musulmanes. Elles porteront sur les décalages qui pouvaient exister à une même époque et dans un espace donné entre les normes et les pratiques associées à la famille. En effet, les modèles normatifs – qu’il s’agisse de règles contraignantes ou de prescriptions morales – établissent une définition dominante du groupe familial qui ne se recoupe pas forcément avec les réalités observées dans les actes de la pratique ou les représentations véhiculées par les sources littéraires. Dans l’esprit du laboratoire, ces journées sont ouvertes aux historiens, aux littéraires et aux archéologues travaillant sur les mondes chrétiens et musulmans médiévaux.

Argumentaire

Les doctorants du CIHAM (Histoire, Archéologie, Littératures des mondes chrétiens et musulmans médiévaux) vous invitent à participer à leurs journées d’étude intitulées La famille au Moyen Âge entre normes et pratiques. Elles se tiendront à Lyon les 24 et 25 octobre 2019. Les propositions de communication sont à envoyer pour le 3 mai 2019 à l’adresse cihamjournees@gmail.com

Incluant tout type de normes, juridiques, morales, religieuses, on se posera la question du rôle de la pratique dans l’élaboration des modèles normatifs familiaux. Dans la sphère juridique, par exemple, l’étude de l’émergence de nouvelles règles à travers l’évolution de la jurisprudence ou la diffusion du droit romain et la confrontation avec d’autres pratiques, pourra montrer comment ces modèles se recomposent. Plus largement on questionnera les mutations des règles morales et religieuses en rapport avec la pratique, comme l’assouplissement de la définition de l’inceste par l’Eglise en réponse à l’endogamie de la haute noblesse.

Le décalage entre normes et pratiques pourra également être étudié à travers les productions culturelles, qu’elles soient littéraires, iconographiques ou emblématiques. On s’intéressera particulièrement à la production littéraire ou artistique, qui peut aussi bien renforcer et fonder un cadre prescriptif que le remettre en cause. Comment les auteurs jouent-ils avec la vision de l’inceste, de la bâtardise, ou au contraire entérinent-t-ils des modèles familiaux plus traditionnels ? Il sera pertinent de rendre compte des diverses modalités de représentation de la famille dans ses rapports avec les normes lorsqu’ils sont, par exemple, moteurs de l’intrigue et ressorts du tragique ou du comique. Plus largement, nous invitons les participants à se pencher sur la représentation de l’affiliation familiale par les systèmes de signes, qu’il s’agisse des enluminures, de la peinture, mais aussi de la généalogie, de l’héraldique ou de l’emblématique. Cela peut permettre de mesurer le conformisme ou l’originalité de la représentation de la famille par elle-même.

L’étude des sources matérielles – architecturales et archéologiques – sera l’occasion d’illustrer un autre aspect des pratiques familiales. Par exemple, les traces de l’organisation spatiale et symbolique de l’habitat ou bien celle des sépultures peuvent renseigner sur l’écart entre les normes et les modes de vie.

Cette discordance permet également d’aborder la famille comme une construction culturelle plurielle, et place au centre de l’analyse les acteurs en questionnant le rapport à la norme conçu comme générateur de stratégies. Ainsi, un des axes principaux de réflexion ouvert par ces journées d’étude sera centré sur la manière dont les individus ou les groupes familiaux appréhendent, interprètent ou contournent les règles morales, religieuses ou juridiques. On pourra examiner comment les stratégies matrimoniales ou successorales entrent en conflit avec les normes les plus répandues telles que les règles d’héritage, la prohibition de l’inceste ou bien la définition d’une parenté légitime (qui suppose a contrario d’interroger la place de la parenté naturelle ou filiation illégitime dans la famille médiévale).

Enfin, seront éminemment appréciées les propositions de communication analysant l’évolution des pratiques familiales dans le contexte d’une pluralité de modèles normatifs, notamment dans les aires de contacts religieux et culturels, par exemple les aires de contact entre l’islam et la chrétienté.

Modalités de soumission

Les propositions de communication, d’une page maximum (résumé et titre de la présentation), accompagnées de renseignements pratiques (statut, situation institutionnelle, domaine de recherche) sont à envoyer au format PDF

avant le 3 mai 2019

à l’adresse suivante : cihamjournees@gmail.com

En savoir plus

Appel à communication – Les relations de parenté dans des mondes contemporains en transformation : persistances, conflictualités et redéfinition (1.03.2019)

Le Laboratoire de Sociologie et d’Anthropologie (LaSA EA 3189) de l’Université de Bourgogne Franche-Comté organise un colloque international intitulé “Les relations de parenté dans des mondes contemporains en transformation : persistances, conflictualités et redéfinitions” qui se tiendra à Besançon du 27 au 29 mai 2019
 
Les propositions de communication doivent être envoyées au plus tard le 1 mars 2019 à l’adresse colloque.parente@univ-fcomte.fr
 
L’objectif de ce colloque est d’explorer des points aveugles de la sociologie et de l’anthropologie de la famille en élargissant les regards aux relations familiales dans toutes leurs étendues (collatérales, alliés, lignées…). Il s’agira de s’intéresser notamment aux effets de distance, de présences et d’obligations, de conflictualités, en tenant compte des conditions sociales, matérielles, économiques des groupes, du genre mais aussi des redéfinitions individuelles et collectives des relations de parenté. Nous souhaitons donc réunir des contributions sociologiques, anthropologiques et en sciences humaines concernant autant la France et l’Europe que les autres continents.

Argumentaire

Appel à article – « Les trajectoires de parentalité » (1.04.201)

La revue française des affaires sociales lance un appel à contribution sur “les trajectoires de parentalité”. Il s’adresse aux chercheurs en sociologie, sciences de l’éducation, anthropologie, sciences politiques, démographie, économie, philosophie, histoire. Deux axes sont proposés :
– La parentalité aux différents âges de l’enfant
– Les incidents biographiques dans la parentalité
Ce dossier sera coordonné par la DREES, les articles sont attendus avant le lundi 1er avril 2019. Vous pouvez retrouver l’ensemble des informations et contacts ici.