Archives de catégorie : Appels à communication ou à article

Appel à Articles – Recherches Familiales N° 18 (30.09.2020)

Le comité de rédaction de la revue Recherches Familiales a décidé, exceptionnellement de reculer les dates limites de réception des articles (pour un dossier thématique ou pour la partie Varia) ou d’une proposition de thèmes à titre exceptionnel. Vous avez jusqu’au mercredi 30 septembre 2020 pour proposer un texte.

Appel à articles exceptionnel et complémentaire pour Recherches Familiales n°18 (janvier 2021) : Familles et luttes politiques et sociales : https://www.unaf.fr/spip.php?article25830

Appel à articles  pour Recherches familiales n°18 (janvier 2021) : Les « états » de la famille suite à la séparation du couple : https://www.unaf.fr/spip.php?article25543

Appel à thèmes : Coordonateurs.trices invité.e.s

Dans le but d’être plus étroitement en prise avec les préoccupations actuelles de la recherche dans le domaine de la famille et de contribuer à donner une plus grande visibilité aux thèmes émergents, le comité de rédaction de la revue Recherches Familiales souhaite associer la communauté des chercheur.e.s à l’élaboration des prochains dossiers thématiques.

Aussi, tout.e.s chercheur.e.s intéressé.e.s à devenir coordonnateur.trice.s scientifique.s peu.ven.t nous faire une proposition de thème. A cette fin, il est nécessaire d’envoyer au comité de rédaction (recherches.familiales@unaf.fr) un argumentaire de 2000 signes.

Si le thème est retenu, il s’agira : de rédiger l’appel à articles dans les normes de la revue (appel qui sera ensuite validé par le comité) ; d’évaluer avec les membres du comité de rédaction l’ensemble des articles proposés dans le cadre de ce thème (dans l’année précédant la publication, le/la chercheur.e fera partie du comité) et de rédiger/signer l’introduction du dossier thématique lors de sa publication.

RPSF-AAC Instituer la famille, entre parenté et parentalité. Résumé d’article pour le 1er juillet 2020

La Revue des politiques sociales et familiales (RPSF) lance un appel à articles scientifiques pour son numéro thématique Instituer la famille, entre parenté et parentalité.

Présentation du numéro thématique

La parentalité est souvent pensée comme relevant de la sphère “privée”. Pourtant, elle n’en est pas moins surveillée et encadrée par un ensemble d’institutions, que Jacques Donzelot (1977) qualifie de “police des familles”. Les institutions légales par exemple régulent l’accès au statut de parent (la parenté) et l’établissement de la filiation, tandis que les institutions médicales encadrent l’engendrement, notamment dans le recours à l’assistance médicale à la procréation (AMP) ou aux moyens de contraception. De même, l’exercice du rôle de parent (la parentalité) fait intervenir un ensemble d’agents institutionnels : des professionnels de l’enfance à ceux de l’éducation, en passant par les services sociaux.

Ces institutions sont aussi porteuses de normes dominantes quant à la famille.Les institutions peuvent être entendues comme d’une part l’incarnation physique et organisationnelle dans des lieux dédiés à la prise en charge des individus (soin, école, justice) d’une organisation sociale formelle possédant une certaine légitimité, voire exerçant une contrainte sur les individus. Les agents institutionnels, de par leur rôle, sont soumis au fonctionnement de l’institution. Ils agissent alors en prescripteurs de normes auprès des usagers de l’institution. Toutefois, une prise d’autonomie par rapport à l’institution est possible de la part des professionnels institutionnels, ou encore des usager.ères qui peuvent adhérer ou non aux discours portés par les institutions. Une marge de manœuvre existe et peut être étudiée quant aux rôles et aux injonctions préconisés. D’autre part, dans une seconde approche, nous pouvons penser l’institution comme plus diffuse, moins incarnée dans des lieux que dans des individus ou des groupes (famille, religion, médias, etc.). Pour autant, des agents s’y trouvent également être prescripteurs d’une morale ou de normes invitant les individus à moduler leurs pratiques ou leurs croyances. Dans ces deux approches, les « travailleurs sur autrui » (Dubet, 2002) ont une influence manifeste sur les individus (et en l’occurrence sur les parents ou parents potentiels) en ce qui concerne leur projet d’enfant, leurs pratiques et leurs représentations. Nous porterons donc notre attention sur les relations entre ces protagonistes.


Les sciences sociales distinguent trois dimensions sur lesquelles ces normes peuvent agir : l’engendrement biologique, la parenté légale, et la parentalité quotidienne. Ces aspects ont pu être abordés à partir de “cas limites” dans lesquelles ces dimensions sont dissociées. Ces parentalités “par les marges” sont éclairantes pour mettre en évidence les représentations des professionnels, et comprendre par exemple comment la norme de biparentalité (devenir et exercer son rôle de parent dans un couple hétérosexuel) limite la possibilité pour les agents institutionnels et les individus de penser une pluriparentalité de formes familiales (familles homoparentales, monoparentales, recomposées, etc.). Toutefois, l’intérêt de ces objets de recherche ne doit pas pour autant laisser de côté l’étude de parentalités “ordinaires” pour saisir le rapport entre individus et institutions, quant à la formulation d’un projet d’enfant, l’établissement de la filiation, et l’exercice du rôle de parent.

Les enjeux de “soutien à la parentalité” ont par ailleurs été largement étudiés, mais les résistances éventuelles des familles face aux normes institutionnelles le sont moins souvent. Ce numéro s’attachera à mettre en lumière les stratégies de retrait vis-à-vis des institutions (entendues au sens large du terme) de certains parents au nom de conceptions alternatives de l’engendrement, de la filiation ou de la parentalité aux normes dominantes. Enfin, l’emploi du terme de “parent”, sans distinction de sexe, dissimule les déclinaisons de cette fonction ou de ce statut suivant que le parent est un homme ou une femme. Ce numéro souhaite aussi interroger la façon dont les injonctions portées par les expert.es et les pratiques des (futurs) parents se déclinent entre paternité et maternité.

Ce numéro questionnera l’articulation entre les institutions et d’une part la parenté, d’autre part la parentalité, à travers deux axes (détaillés dans l’appel) :
– Axe 1 : Qui a le droit de devenir parent ? Les projets d’enfants encadrés par les institutions.
– Axe 2 : Quelles collaborations entre parents et institutions dans l’éducation des enfants ?

Axe 1 : Qui a le droit de devenir parent ? Les projets d’enfants encadrés par les institutions

Le numéro propose d’approfondir les réflexions autour de la question suivante : qui peut devenir parent et dans quelles conditions ? Quelles sont les normes portées par des cadres institutionnels désignant qui peut devenir ou être considéré comme parent ? Le “devenir parent” est souvent envisagé comme une affaire privée, auquel tout individu adulte aurait accès. Or, cet accès est encadré par un ensemble d’institutions, qu’elles soient médicales, judiciaires, etc., et ce d’autant plus lorsque cela concerne un désir d’enfant empêché ou contrarié (infertilité, célibat, relation de couple homosexuelle, etc.). Le parcours du “devenir parent” est en effet soumis à un ensemble de normes socialement définies ; les “bonnes” conditions étant souvent pensées sous l’angle de la stabilité conjugale, professionnelle et économique, et dans une tranche d’âge donnée (Bajos, Ferrand, 2006). Ceci est particulièrement visible au sein de dispositifs encadrant l’engendrement ou l’accès au statut de parent, comme dans le cas de l’AMP en France (Löwy, 2006) ou encore dans l’accès à l’adoption, dans lesquels les agents institutionnels ont un rôle d’écoute ou d’accompagnateur et délivrent un agrément autorisant l’adoption. Les professionnels (médicaux, juridiques, sociaux) se font aussi le relai des normes dominantes de parenté et de parentalité en sélectionnant et en écartant par exemple des couples de protocoles en AMP (Tain, 2005 ; Schuller, 2018), en évaluant les individus candidats à l’adoption (Ramos, Kertudo, 2014), en évaluant leur conformité aux “bonnes conditions” pour devenir parent, et selon leur genre.

Cet axe vise donc à interroger les conditions d’accès des individus au statut de parent, en négociation avec les institutions. Réciproquement, nous pouvons nous attacher aux cas où l’accès au statut de parent constitue un impensé de la part des agents institutionnels, en raison des caractéristiques particulières de l’individu (par exemple en cas de maladie ou de handicap). Plus largement aussi, il existe des configurations dans lesquelles les individus endossent le rôle de parent sans pour autant être reconnus comme tels (aîné d’une fratrie, grands-parents, etc.), ou à travers le statut de beau-parent suite à une recomposition familiale (Cadolle, 2013).

Axe 2 : Quelles collaborations entre parents et institutions dans l’éducation des enfants ?

Depuis la fin des années 1990, un volet de soutien à la parentalité est intégré aux politiques familiales. Son objet premier est d’accompagner les parents dans leur rôle d’éducateur (Neyrand, 2011). Au-delà d’une guidance relative des fonctions éducatives, le soutien à la parentalité peut parfois être perçu comme une injonction adressée aux parents pour qu’ils exercent leur responsabilité et leur autoritéparentale selon des modalités définies par les normes dominantes, intériorisées par les agents institutionnels. C’est au travers de des actions plurielles d’acteurs de l’éducation et du travail social que les parentalités sont permises, modulées et orientées. Les parentalités se pensent donc et se vivent en relation et en référence aux institutions et à ses experts. Ainsi, par le biais d’échanges avec des professionnels surtout, et avec d’autres parents parfois, des normes sont transmises afin d’orienter les comportements des parents et de corriger un certain nombre de pratiques éducatives. Ce sont également des rôles genrés qui sont co-construits en interaction avec les institutions. Les agents institutionnels, lorsqu’ils s’adressent à des pères et/ou des mère s, vont ainsi adapter leur comportement, leurs attentes ou leurs discours en fonction du genre de leur interlocuteur ou interlocutrice. De la même façon, les pères et les mères ne s’adressent peut- être pas aux mêmes institutions et ne s’en saisissent probablement pas de la même manière. Il s’agira de comprendre comment les parents composent avec les prescriptions institutionnelles multiples et parfois contradictoires qui leur sont renvoyées : comment affectent-elles l’exercice de leur parentalité ? De quelles marges de manœuvre les parents disposent-ils ? Quelles résistances opposent-ils ?

Ces questions peuvent être étudiées dans plusieurs cadres. L’école est une institution qui structure fortement la famille (Terrail, 1997). D’autres institutions, telles que les organismes de santé (en imposant des normes d’hygiènes et de soins, notamment pour la petite enfance) ou des institutions juridiques (faisant évoluer les structures et schémas familiaux) façonnent également le vécu parental. En nous situant du point de vue des structures et de ses usagers, nous pouvons en premier lieu nous demander à quel type de parents s’adressent spécifiquement les injonctions normatives (familles populaires, homoparentales ou adoptantes) ou encore les offres de soutien àla parentalité. Elsa Ramos et Pauline Kertudo (2014) ont par exemple montré comment les professionnels de l’adoption promeuvent auprès des parents une norme de la disponibilité parentale mais aussi la nécessité de s’adapter aux “spécificités” de l’enfant. En second lieu, nous pouvons questionner les effets des institutions sur les bénéficiaires (les parents et leurs familles) dans leur possibilité d’exercer un rôle de parent, et dans la latitude laissée aux parents pour l’exercer hors des normes prescrites. Dans certaines institutions, le statut de parent n’est en effetpaspensé,commel’amontréMarineQuennehen(2019)auseindel’institutioncarcérale qui n’envisage pas les détenus hommes comme des pères pouvant avoir recours à des dispositifs spécifiques pour passer du temps avec leurs enfants et jouer un rôle dans l’éducation de ces derniers.

À travers ces deux axes, l’objectif général de ce numéro est de saisir comment un ensemble d’acteurs institutionnels sont amené·es à intervenir dans l’exercice du rôle de parent, soit en tant que prescripteurs de normes éducatives ou de soin, soit en prenant en compte ou en excluant la possibilité pour les individus de devenir parent ou d’exercer le rôle de parent.

Le numéro thématique comporte 3 parties (les articles de « Synthèses et statistiques » seront particulièrement appréciées) :  – les « Articles scientifiques » (60 000 signes espaces compris maximum). Il s’agit de contributions originales fondées sur un matériau empirique ;-  les articles de « Synthèses et statistiques » (30 000 signes) proposent des analyses de littérature grise, de synthèses de recherche ou d’études quantitatives ou qualitatives problématisées qui se situent dans le champ couvert par la RPSF ;- les « Comptes rendus » sont des présentations d’ouvrages (8 000 signes) et de colloques (20 000 signes), problématisées en rapport avec les domaines d’intérêt de la revue.


Modalités de proposition
Les auteur·es envoient d’ici le 1er juillet 2020 un résumé (200 mots env.) et ses mots-clés en indiquant si l’article est proposé pour la première ou la deuxième partie de la revue, dans quel axe il s’inscrit, ainsi qu’une brève note biographique. Si la proposition de résumé est acceptée, l’article est à envoyer pour le 1er septembre 2020 pour au plus tard pour être expertisé (double évaluation) et discuté en Comité de rédaction. Les articles de synthèse ou d’études statistiques doivent être envoyées pour le 1er octobre 2020. Il n’y a donc pas de garantie de publication de l’article avant validation par les experts scientifiques et acceptation de l’article en Comité de rédaction, au premier semestre 2021.Les résumés sont à envoyer au reppama.contact@gmail.com et rpsf@cnaf.frVoici les consignes aux auteurs de la revue à respecter pour tous les articles soumis :http://www.caf.fr/sites/default/files/cnaf/Documents/Dser/PSF/RPSF%20_%20Recommandations%20auteurs.pdf


Calendrier
– 1er juillet 2020 : Soumission des résumés d’articles
– 15 juillet 2020 : Retour aux auteur.es
– 1er septembre 2020 : Soumission des articles scientifiques
– 1er octobre 2020 : Soumission des articles de synthèse ou d’études statistiques

Histoire de la revue

Créée en 1985, la Revue des politiques sociales et familiales (Recherches et Prévisions de 1985 à 2009, puis Politiques sociales et familiales jusqu’en mars 2015) est une publication scientifique trimestrielle et pluridisciplinaire à comité de lecture. Elle publie des travaux de recherches originaux dans le champ des politiques familiales et sociales (dispositifs d’action publique, prestations, offres de services, acteurs de ces politiques, publics visés, etc.) ainsi que sur les évolutions touchant à la famille, l’enfance, la jeunesse et la parentalité. La revue accepte des articles de toute discipline en sciences humaines et sociales. Son caractère pluridisciplinaire oblige les auteurs à adopter un langage clair et à préciser ce qui ne relève pas du langage courant (présentation de dispositifs, de concepts théoriques, de méthodes d’enquêtes particulières, etc.).

N’hésitez pas à diffuser l’information dans vos réseaux


Myriam Chatot, Marie-Caroline Compans, Marine Quennehen et Zoé Yadan

Appel à articles – Droits et devoirs procréatifs : des normes aux pratiques (15.06.2020)

Date limite de réception des propositions (résumés) : 15 juin 2020
Remise des manuscrits complets : 23 novembre 2020
Parution : Été 2021

Irène-Lucile Hertzog et Marie Mathieu dirigent un numéro de la revue Enfances, familles et générations sur le thème des droits et devoirs procréatifs. Vous pouvez le consulter ici.

Appel à article – Réalités familiales contemporaines et pratiques sociales auprès des familles (15.06.2020)

Réalités familiales contemporaines et pratiques sociales auprès des familles : des savoirs enracinés dans les expériences vécues

Contemporary family realities and social practices among families: knowledge rooted in lived experience

Revue « Service social » (vol. 67, 2021)

Résumé
Dans le cadre de ce numéro thématique de la revue Service social, nous souhaitons réunir des contributions visant à restituer la parole des membres de divers réseaux familiaux complexes (parents, tuteurs et tutrices, enfants, grands-parents, tiers de procréation, etc.) et des professionnel·le·s qui les accompagnent au quotidien ou à certaines périodes charnières de leur parcours. Ces savoirs émergents peuvent, entre autres, s’enraciner dans les expériences individuelles, mais aussi porter davantage sur les processus et les dynamiques familiales ou encore, documenter les pratiques sociales et la collaboration interprofessionnelle dans le champ de la famille. En ce sens, les contributions attendues peuvent présenter des résultats empiriques, retracer les choix méthodologiques ayant présidé à la construction de la démarche de recherche et leur pertinence au regard du projet de connaissances, ou encore rendre compte de manière critique d’interventions novatrices auprès des familles.

Direction du numéro

  • Kévin Lavoie, École de travail social et de criminologie Université Laval
  • Geneviève Pagé, Département de travail social Université du Québec en Outaouais

Argumentaire

Depuis quelques décennies, on assiste à une transformation rapide des configurations familiales. En effet, les changements sociaux et normatifs ayant ponctué l’histoire récente de l’institution familiale ont permis l’émergence de modèles inédits, bouleversant nos représentations des rôles parentaux et des liens de parenté. « Faire famille » à l’aube du 21e siècle se conjugue désormais au pluriel : recomposition familiale, adoption, accueil familial, relation charnelle, procréation assistée, coparentalité planifiée, pluriparentalité, famille « choisie » sont autant de modalités permettant de concrétiser le désir d’enfant ou de tisser une trame relationnelle entre les personnes concernées. Cette diversité familiale s’observe tant dans la structure de la famille, sa composition et ses frontières, que dans la qualité des liens qui unissent ses membres. Ces changements nous obligent à revoir nos manières d’analyser les réalités familiales contemporaines, mais aussi d’intervenir auprès des familles.

Dans le cadre de ce numéro thématique de la revue Service social, nous souhaitons réunir des contributions visant à restituer la parole des membres de divers réseaux familiaux complexes (parents, tuteurs et tutrices, enfants, grands-parents, tiers de procréation, etc.) et des professionnel·le·s qui les accompagnent au quotidien ou à certaines périodes charnières de leur parcours. Ces savoirs émergents peuvent, entre autres, s’enraciner dans les expériences individuelles, mais aussi porter davantage sur les processus et les dynamiques familiales ou encore, documenter les pratiques sociales et la collaboration interprofessionnelle dans le champ de la famille. En ce sens, les contributions attendues peuvent présenter des résultats empiriques, retracer les choix méthodologiques ayant présidé à la construction de la démarche de recherche et leur pertinence au regard du projet de connaissances, ou encore rendre compte de manière critique d’interventions novatrices auprès des familles.

Axe 1 : Mieux connaître les réalités et les dynamiques familiales contemporaines

Le premier axe réunira des articles permettant de mieux comprendre la diversité familiale et les parent(alit)és émergentes, à travers des résultats de recherches empiriques. Les contributions pourront témoigner tant des expériences vécues au Québec par les familles natives ou immigrantes que celles vécues dans d’autres contextes culturels et nationaux à l’échelle internationale. Les questions de recherche pourront être explorées à travers différentes lorgnettes théoriques permettant de mettre à jour, voire de renouveler le champ des études familiales en sciences sociales.

Axe 2 : Recueillir la parole des personnes concernées

Au-delà des recherche positivistes et quantitatives visant à décrire ou à expliquer certains phénomènes familiaux, les approches inductives et interprétatives représentent une avenue féconde pour cerner la pluralisation des expériences vécues par les familles, consolidant par le fait même l’arrimage des modèles d’intervention avec leurs besoins. Les contributions de cet axe pourront par exemple décrire des démarches de recherche qualitatives et compréhensives, où les méthodes et les outils de collecte de données ont permis de recueillir de manière originale la parole des personnes directement concernées. De même, les articles pourront aborder les considérations épistémologiques de la recherche avec les familles selon différentes postures, ou offrir des analyses critiques sur des méthodologies déployées, soulignant leurs apports et leurs écueils dans le processus de construction de connaissances.

Axe 3 : Documenter les pratiques d’intervention novatrices auprès des familles

Le travail social comme discipline pratique tournée vers l’action offre un terreau fertile pour construire des savoirs sur les approches et les dispositifs d’intervention. Il en est de même pour les autres métiers de la relation d’aide telles les sciences infirmières, la psychoéducation, la psychologie et l’ergothérapie. Les articles s’inscrivant dans le troisième axe documenteront les pratiques professionnelles et les programmes développés pour soutenir les pluralités familiales ou défendre leurs droits, tout en dégageant les fondements théoriques sous-jacents.

À propos de la revue

Service social est une revue à caractère scientifique et professionnel qui s’adresse aux intervenant·e·s et chercheur·se·s du service/travail social et aux autres disciplines qui s’intéressent aux pratiques sociales. On y retrouve des études sur le service social professionnel, des analyses fondées sur les disciplines de base du service social, des résultats de recherche dans différents domaines du bien-être, des études sur les méthodologies fondamentales du service social, une information sur la législation sociale ainsi que des comptes rendus d’ouvrages récents.

Professeur·e·s, chercheur·se·s, praticien·ne·s, et étudiant·e·s y publient régulièrement dans cette revue des travaux empiriques, des analyses scientifiques, des comptes rendus d’ouvrages et d’autres articles qui font état de l’évolution des idées et des pratiques dans leurs champs d’intérêt respectifs. La revue Service social est une revue arbitrée évaluée par les pairs à double insu. La publication se fait en français uniquement.

Calendrier

  • Remise des lettres d’intention (résumés) : 15 juin 2020
  • Retour aux autrices et aux auteurs : au plus tard le 23 juin 2020
  • Remise des manuscrits complets : 1er novembre 2020

Modalités de proposition

Nous demandons aux autrices et aux auteurs qui prévoient soumettre un texte de rédiger une lettre d’intention et de l’acheminer en format Word au comité directeur du numéro, au plus tard le 15 juin 2020. Une réponse sera transmise au plus tard le 23 juin.

La lettre d’intention doit contenir les informations suivantes : 1) les noms et les coordonnées de l’ensemble des personnes contributrices (département, université d’attache, courriel) ; 2) le titre provisoire de l’article ; 3) un résumé de la proposition (300 à 500 mots maximum) et 4) l’axe dans lequel s’inscrit la contribution.

Les manuscrits complets (20 pages maximum, incluant les tableaux, les graphiques, les références et les notes de bas de page) des propositions retenues devront être soumis au plus tard le 1er novembre 2020. Pour les directives aux autrices et aux auteurs (normes éditoriales, bibliographie, etc.), consultez le site web de la revue : https://www.fss.ulaval.ca/travail-social-et-criminologie/recherche/revue-service-social

Appel à communications : Maternités alternatives choix scolaires alternatifs ? Journée d’étude sur les liens entre condition maternelle et éducation des enfants – 23 juin 2020 PARIS

23 juin 2020 – Paris

Comment la situation scolaire de son ou ses enfant(s) affecte-t-elle les mères, et réciproquement ? Pour élucider les formes, déterminations et enjeux de cette question, la journée d’étude se concentre sur le cas spécifique des terrains « alternatifs ». Ces terrains renvoient, dans le champ du couple et de la famille, à des méthodes ou rhétoriques qui, « positives », « bienveillantes » ou encore « non violentes », revendiquent de nouvelles approches des relations de pouvoir entre adultes et enfants (Spirale, 2019). Ces terrains alternatifs renvoient, d’autre part, cette fois dans le champ de l’éducation, aux « pédagogies alternatives », aux établissements privés hors contrat ou à l’instruction en famille, qui connaissent actuellement un intérêt sensible (Allam, Wagnon, 2018 ; Bongrand, 2018). Ces parentalités et éducations alternatives, respectivement très hétérogènes, ne coïncident pas nécessairement : s’approprier une approche « différente » de la parentalité n’impose pas de recourir à des scolarisations alternatives, tandis que les établissements hors contrat ou « l’école à la maison » peuvent être investis dans une perspective explicitement « traditionnelle ». Cependant, ces parentalités et éducations alternatives, parce qu’elles revendiquent le changement et/ou désignent des formes déviantes, se situent explicitement relativement à des figures dominantes. De plus, les pratiques de parentalité sont principalement assumées par les femmes et, parmi elles, les mères. Elles permettent dès lors d’examiner si et comment les actrices qui endossent ces alternatives en font un espace pour renégocier, simultanément, leur condition de femme. Un objectif de cette journée d’étude est de réunir et faire dialoguer des travaux relevant des sociologies de l’éducation, du genre et de la famille. Les communications, fondées sur des travaux de recherche inédits ou en cours, pourront notamment interroger les axes suivants :


Axe 1 : L’« alternatif » comme occasion de (re-)négocier la division genrée des rôles au sein du ménage.
Les pratiques scolaires ordinaires placent communément les mères en première ligne du suivi de la scolarité (Lahire, 1995 ; Garcia, 2018). L’éducation est, plus généralement, un objet d’investissement central de la « maternité intensive » (Hays, 1995). Cette division genrée du travail éducatif et affectif au sein des familles pourrait sembler être exacerbée par les éducations alternatives. Celles-ci nécessitent a priori un investissement supplémentaire dans ces tâches perçues comme féminines : présence accrue au domicile dans le cas de l’instruction en famille, responsabilité de diverses tâches au sein des écoles parentales, participation à la vie quotidienne des établissements (préparation des repas, ménage, organisation et participation à des activités pédagogiques, etc.). L’instruction en famille a par exemple été analysée comme un cas paradigmatique de maternité intensive (Lois, 2013). Pourtant, ces alternatives peuvent être endossées en lien avec des pères a contrario plus impliqués. Elles peuvent également être revendiquées par des mères féministes (Faircloth, 2013). Reconstituer les trajectoires de ménages peut dès lors éclairer la (re)négociation que le recours à l’alternatif peut, éventuellement, avoir mise en jeu. Comment la division genrée des rôles en matière d’éducation a-t-elle évolué au fil de ces trajectoires ?


Axe 2 : La figure de la mère dans les modèles de parentalité et de scolarisation alternatives
Les choix alternatifs peuvent s’adosser à des productions commerciales, ressources associatives ou publications expertes spécifiquement conçues pour accompagner la parentalité, l’éducation ou la scolarité. Quelles sont les figures exemplaires, modélisantes, de mère qui apparaissent sur les sites web spécialisés ou sur les blogs de parents, dans les modes que consacrent la « presse féminine », dans le matériel pédagogique commercialisé à l’usage de parents, dans les pratiques et les soutiens que donnent à voir les réseaux sociaux numériques ? Contribuent-elles à consacrer des normes susceptibles de disqualifier plus facilement des pratiques de milieux populaires (Garcia, 2011) ? Dans ces productions, la récurrence des termes « parent » ou « famille » pourrait dissimuler la recomposition de
la division genrée du travail éducatif. Certains discours pourraient promouvoir en particulier la naturalisation, voire la biologisation des rôles parentaux (définitions corporelles de la famille, valorisation des pratiques telles que l’allaitement intensif et le maternage proximal) (Iacub, 2004 ; Memmi, 2014). L’insistance sur les questions pratiques peut détourner l’attention des rapports de pouvoir (Déplaude, Navarro-Rodríguez, 2018). Analyser ces corpus peut également mettre en lumière la tension, évoquée supra, entre les maternités et les scolarités alternatives : comment les normes de maternité se présentent-elles au fur et à mesure de l’avancée en âge des enfants, et en particulier lorsque ceux-ci arrivent à « l’âge scolaire » ? La norme scolaire conduit-elle à recomposer le positionnement des mères et à déplacer les termes de « l’alternatif » ?


Axe 3 : Des conflits de normes
L’endossement de choix alternatifs conduit les mères à se définir dans la (re)-négociation conjugale des tâches domestiques et éducatives (axe 1), en s’appropriant certaines ressources (axe 2) : en pratique, comment les mères travaillent-elles à mettre ces éléments en cohérence ? Comment articulent-elles expériences subjectives et injonctions normatives (Cardi, Odier, Villani, Vozari, 2016) ? Ces « carrières d’investissement maternel » (Gojard, 2010 : 178-186) dans l’alternatif sont-elles vécues comme adhésion à un modèle identifié et revendiqué de la “bonne mère”, ou bien dans une situation d’incertitude relativement à différents repères inaccessibles ou en tension (Martin, 2014) ? Pour en rendre compte, on peut, d’une part, apprécier comment des mères articulent leur position éducative alternative à certaines valeurs, à l’image des parents qui ont opté pour le retrait de l’école en raison de leur perception d’une incompatibilité avec des croyances religieuses ou politiques (Massei, 2017). On peut, d’autre part, étudier comment ces croyances sont mobilisées pour rendre compte non plus de l’éducation, mais de l’organisation de la vie domestique et de l’éventuelle activité professionnelle. L’articulation entre les aspirations, temporalités et expériences familiales et professionnelles permet de situer les identités maternelles relativement aux conséquences qu’emportent des choix scolaires alternatifs. Quelles sont les épreuves éventuellement rencontrées par ces mères pour concilier les injonctions professionnelles et l’investissement qu’elles estiment normal dans la sphère familiale (Landour, 2019) ? Par contrepoint, l’étude de trajectoires de pères pourrait être intéressante, afin d’éclairer les conflictualités et recompositions de ces normes.


Modalités de soumission
Les propositions de communication, d’une page maximum, seront accompagnées d’une courte présentation des auteur·e·s (statut, institution de rattachement). Elles devront parvenir à chacun·e des organisateur·trices avant le 30 mars 2020. Merci de préciser dans quel(s) axe(s) s’inscrit votre communication. Les propositions hors axes thématiques seront également prises en compte.
En cas de réponse positive, les autrices et auteurs feront parvenir aux organisateurs un texte permettant de préparer la discussion pour le 1er juin 2020. Lors de la journée, les textes seront discutés dans la perspective de les rassembler en projet de publication.
La journée d’étude aura lieu le mardi 23 juin 2020 dans les locaux de l’Institut d’études politiques de Paris.


Propositions à envoyer à :
anneclaire.collier@gmail.com
pauline.proboeuf@sciencespo.fr
philippe.bongrand@u-cergy.fr


Pour toute information complémentaire, n’hésitez pas à nous contacter.
Comité d’organisation :
Philippe Bongrand, ÉMA, CY Cergy Paris Université.
Anne-Claire Collier, Sophiapol, Conservatoire National des Arts et Métiers.
Pauline Proboeuf, Observatoire Sociologique du Changement, Sciences Po.


Comité scientifique :
Françoise Carraud (ECP, Lyon 2)
Marta Dominguez (OSC, Sciences Po)
Sandrine Garcia (Université de Bourgogne, IREDU)
Dominique Glasman (Université Savoie Mont Blanc, LLSETI)
Julie Landour (IRISSO, Université Paris Dauphine)
Claude Martin (Université de Rennes, EHESP, CNRS, Arènes)
Julie Pagis (IRIS, EHESS)
Agnès Van Zanten (OSC, Sciences Po)


Bibliographie citée
Allam M.-C., Wagnon, S. (coord.) (2018). « L’essor des pédagogies alternatives en France. Débats et perspectives », Tréma. Revue internationale en sciences de l’éducation, 50, https://journals.openedition.org/trema/4131.
Ben Soussan P. (coord.) (2019). « La parentalité positive ?! », Spirale, 91.
Bongrand P. (dir.) (2018). « Instruction(s) en famille. Explorations sociologiques d’un phénomène émergent », Revue française de pédagogie, 205.
Cardi C., Odier L., Villanni M., Vozari A.-S. (2016), « Penser les maternités d’un point de vue féministe », Genre, sexualité & société, 16, http://journals.openedition.org/gss/391.
Déplaude M.-O., Navarro-Rodríguez T. (2018). « Soutenir des mères des classes moyennes. Les groupes d’entraide à l’allaitement maternel en France », Sociologie, 9, p. 19-36.
Faircloth C. (2013). Militant Lactivism : Attachement parenting and intensive motherhood in the UK and France, New-York : Berghahn Books.
Garcia S. (2011). Mères sous influence. De la cause des femmes à la cause des enfants, Paris : La Découverte.
Garcia S. (2018). Le goût de l’effort. La construction familiale des inégalités scolaires, Paris : PUF.
Hays S. (1995). The Cultural Contradictions of Motherhood. New Haven : Yale University Press.
Iacub M. (2004). L’empire du ventre. Pour une autre histoire de la maternité, Paris, Fayard.
Lahire B. (1995). Tableaux de famille, Heurs et malheurs scolaires en milieux populaires, Paris : Seuil.
Landour J. (2019). Sociologie des Mompreneurs. Entreprendre pour concilier travail et famille ? Villeneuve d’Ascq : Presses Universitaires du Septentrion.
Lois J. (2013). Home Is Where the School Is. The Logic of Home-schooling and the Emotional Labor of Mothering, New York : New York University Press.
Martin C. (dir.) (2014). Être un bon parent : une injonction contemporaine, Rennes : Presses de l’EHESP.
Massei S. (2017). « S’engager contre l’enseignement de la « théorie du genre ». Trajectoires sociales et carrières militantes dans les mouvements anti-ABCD Egalité », Genre, sexualité & société, 18, en ligne : http://journals.openedition.org/gss/4095
Memmi, D. (2014). La revanche de la chair. Essai sur les nouveaux supports de l’identité, Paris : Seuil.

Appel à articles – Les « états » de la famille suite à la séparation du couple (01.05.2020)

Revue Recherches familiales n° 18, à paraître en janvier 2021

Le dossier du numéro 18 de la revue scientifique Recherches Familiales, à paraître en janvier 2021, est consacré à la famille et aux liens familiaux après une séparation, qu’elle prenne la forme d’un divorce, d’une rupture de PACS ou d’une désunion informelle d’un couple non institué par un acte juridique.

Alors qu’aujourd’hui, dans les pays occidentaux, nombre de couples sont amenés à se séparer, comment les familles font-elles face à une rupture ou à un divorce ? Que reste-t-il de la famille après une séparation ? Comment se reconfigure-t-elle ? Que deviennent les liens familiaux, par exemple, entre les membres des ex-familles alliées ou éventuellement entre les membres des nouvelles familles recomposées ? 

Jusqu’à présent, l’intérêt de la recherche et des politiques publiques s’est principalement porté sur les familles « monoparentales », en raison des risques de pauvreté et de précarité engendrés par une rupture ; sur la continuité des liens entre le père dit couramment « non-gardien » et son ou ses enfants ; ou encore sur les conséquences du divorce et de la séparation s’agissant du bien-être et du devenir des enfants. La plupart de ces travaux – dont certains sont déjà datés – n’ont guère été renouvelés, alors que le droit a considérablement transformé les conditions des ruptures. 

Dans ce dossier thématique, nous souhaitons approfondir notre compréhension des manières dont les collectifs familiaux se confrontent à la rupture conjugale : quelles dynamiques les traversent et quelles ressources mobilisent-ils dans ces situations de changement ? Au-delà des questions toujours d’actualité – comment se répartir les ressources ou gérer les comptes lorsque l’on se sépare ou encore comment décider de la résidence de l’enfant – d’autres apparaissent d’une importance croissante : Que se passe-t-il lorsque la séparation survient au moment du passage à la retraite ou après ? Comment les relations entre grands-parents et petits-enfants, oncles et tantes, etc. se poursuivent-elles ? Dans un contexte où il est possible qu’un individu connaisse plusieurs ruptures conjugales au cours de sa vie, quels arrangements prévalent pour maintenir des liens avec une pluralité de personnes (beaux-parents, mais aussi demi- ou quasi-frères et sœurs) alors que l’alliance conjugale ne les justifie plus ? Comment les individus concernés, ainsi que le droit, gèrent-ils ces relations familiales – parfois sans statut légal –, mais qui peuvent impliquer des relations affectives, des engagements et des responsabilités économiques ou de soins importants ? Dans quelle mesure les situations diffèrent-elles selon qu’il s’agisse de la rupture d’un mariage ou d’une union informelle ? Quelles sont les obligations ou les possibilités de recourir à des tiers régulateurs, médiateurs ou à des institutions lors des prises de décisions inhérentes à la séparation ? Quels sont les traitements juridico-administratifs réservés à ces (quasi) beaux-parents et (quasi) beaux-enfants séparés, ainsi qu’aux quasi-frères et sœurs ? Comment les politiques familiales se saisissent-elles de ces problématiques ? Quels sont les enjeux pour les dispositifs d’intervention sociale et pour les professionnel·le·s qui les mettent en œuvre ? Les questions ouvertes par ce champ de recherche sont nombreuses.

Suggestion d’approches et de thématiques

Les dynamiques familiales et individuelles liées à la séparation peuvent être abordées en termes de coûts économiques ou psychologiques, mais aussi en termes d’avantages et de bénéfices, de dépendance, d’émancipation ou de reconstruction identitaire. Une séparation peut tout autant signifier un saut dans l’inconnu et des ruptures qui ne concernent pas uniquement le lien conjugal, qu’impliquer la possibilité d’inventer de nouvelles formes de relations et de modes de faire famille en un sens jusque-là inédit. Les contributions qui abordent la séparation comme un processus s’inscrivant dans la durée et l’espace sont encouragées. Elles peuvent se pencher sur les principales personnes intéressées, le couple et les enfants, mais aussi – surtout ? – ouvrir aux autres acteurs et actrices de la constellation familiale, liés par la lignée, l’alliance ou la parenté pratique. Les contributions peuvent également réfléchir aux conséquences et aux implications de la séparation par le biais d’événements révélateurs comme le remariage ou la remise en couple des « ex », les transformations de la grand-parentalité, le décès et le deuil d’un membre de la famille ou d’autres événements qui concernent les enfants des ex-conjoints : anniversaire, naissance ou mariage. En ce sens, nous suggérons cinq axes d’exploration des enjeux d’une séparation ou d’un divorce.

Les enjeux de filiation et d’alliance : quid des anciens et des nouveaux alliés ?

Cet axe porte sur les relations (sociales, économiques, pratiques, etc.) qu’entretiennent les membres des anciennes familles avec les nouveaux alliés qui apparaissent lors des recompositions familiales : quelles relations maintiennent les grands-parents avec leurs petits-enfants une fois les parents séparés ? Des relations se développent-elles entre les oncles et tantes et les enfants d’un « second lit » des ex-partenaires et si oui, de quelle nature ? Comment vivent les quasi-, ex- demi-frères et sœurs au quotidien des recompositions familiales ? Peu de recherches portent sur ces questions qui se trouvent pourtant au cœur des nouvelles configurations familiales post-séparation et pour lesquelles aucune politique publique n’existe aujourd’hui.

Les enjeux de la division sexuée du travail après la rupture

On connaît déjà relativement bien les conséquences économiques et de départage des enfants lors d’une séparation, mais l’on sait peu de choses des processus qui les ont précédées. Comment les négociations ont-elles été conduites ? Comment les rapports de pouvoir se sont-ils restructurés ? Quels enjeux ont guidé les choix ? Dans cet axe, nous interrogeons également la division sexuée du travail, ainsi que la reconnaissance du travail domestique en général – et de soin en particulier – effectué par des (quasi) mères et pères pour les jeunes enfants, mais aussi par des (quasi) filles ou fils envers les membres des générations aînées devenus dépendants. Peu de recherches traitent de ces questions, et les politiques publiques sont à cet égard très peu présentes.

Les enjeux juridiques : héritage, résolution des questions patrimoniales entre ex-époux, résidence, modalités de prise en charge de l’enfant par chacun des deux parents, attribution des contributions

Des constellations familiales inédites et complexes se constituent après une séparation. Que les couples soient ou non reconnus institutionnellement, quels (nouveaux) enjeux juridiques pose la séparation, en particulier lors des héritages par exemple ? Comment et jusqu’où le droit protège-t-il les personnes concernées par une, voire plusieurs séparations successives ? Les contributions favorisant une approche en droit comparé sont les bienvenues.

Les enjeux politiques et sociaux : pauvreté, politique du logement, aide sociale, intervention sociale, politique familiale

Comment penser les dispositifs, encore inexistants ou balbutiants, qui seraient susceptibles de prendre en compte la diversité des configurations familiales actuelles ? Quelles politiques publiques ou modèles d’interventions sociales peuvent être identifiées ? Quelles sont les initiatives prises jusqu’ici ? Des études de cas et des réflexions provenant de recherches de terrain seraient particulièrement appréciées.

Les différents enjeux symboliques, affectifs ou électifs

Alors que le premier axe porte sur l’émergence ou la persistance des liens sociaux après la séparation, le dernier axe aborde la définition et la perception subjective de ces liens. En ce sens, ces deux perspectives peuvent être traitées conjointement. Comment se modifient les places affectives ou symboliques de chacun et chacune, autrement dit, comment les séparations agissent-elles sur la perception et la représentation de ces liens ? La pérennité de certaines relations relève-t-elle des sentiments affectifs ou du devoir et de l’obligation ? Et qu’est-ce que cela implique concrètement ? 

Indications techniques

Les articles entièrement rédigés sont à proposer au Comité de lecture de Recherches Familiales avant le 1er mai 2020. La revue paraîtra en janvier 2021.

Pour mieux connaître la revue : http://www.unaf.fr/spip.php?rubrique181

Pour consulter le règlement intérieur : http://www.unaf.fr/spip.php?article16501

Anonymat

Il appartient aux auteur.e.s de rendre anonyme leur article. Lorsqu’ils.elles citent leur propre référence, ils.elles doivent indiquer « XXX » à la place de leur nom.

En revanche, le message d’accompagnement doit indiquer l’ensemble des auteur.e.s, l’institution de rattachement el le texte originel qui paraîtra dans la version finale à la place des « XXX » sus-mentionnés, en cas de diffusion. 

Article

40 000 caractères, notes de bas de page et espaces compris. L’article doit être accompagné d’un résumé de 700 à 900 caractères, espaces compris.

Références

Ne pas utiliser le système américain (nom de l’auteur(e) et page entre parenthèses), mais le système « français » de référence intégrale en note de bas de page. Pour le référencement, voir les articles de la revue déjà publiés. 

La revue Recherche Familiale fonctionne selon des principes stricts de lutte contre le plagiat, y compris d’autoplagiat. L’auteur.e doit s’engager sur l’honneur que l’article proposé est un travail original, fruit d’un travail personnel. Ce travail a été rédigé de manière autonome, sans recourir à d’autres sources ou outils que ceux que l’auteur.e a explicitement déclarés comme tels. Ce travail ne comporte pas de plagiat ni d’autoplagiat. Tous les développements repris d’une source extérieure sont cités entre guillemets avec un renvoi précis à la source dûment identifiée (y compris Internet). Le fait de ne pas citer une source, ou de ne pas la citer correctement, est constitutif de plagiat. Le plagiat est considéré comme une faute grave par le comité de rédaction de la revue Recherches Familiales, qui se réserve la possibilité de la dénoncer. 

Envoyez votre article (fichier en format Word ou Rtf) par courrier électronique à recherches.familiales@unaf.fr. Date limite d’envoi : 1er mai 2020. Un accusé de réception vous sera envoyé. 

Appel à articles – Diversification des formes familiales et transformations résidentielles : Les enjeux du « Faire famille » dans et par l’espace (03.02.2020)

Argumentaire
Dans ce numéro spécial de Recherches sociologiques et anthropologiques, les coordinatrices souhaitent explorer les dimensions spatiales du ‘faire famille’, dans un contexte de diversification des formes familiales, et de mobilité des personnes qui en découle. Les familles divorcées, recomposées, transnationales… bousculent en effet l’appréhension classique de l’ancrage spatial du « faire famille» dans et autour d’un lieu de résidence fixe et commun, et amènent à repenser ce qui se joue dans, et au-delà des murs de la « maison ». Elles sont tout particulièrement intéressées par les pratiques, discours et narrations que développent les individus – adultes et enfants – dans ce contexte, afin de se distancier de, d’affirmer et/ou de (re)négocier dans un même mouvement leurs relations et appartenances familiales et territoriales. Dans ce numéro spécial, il s’agira d’examiner cette articulation dans une perspective sociologique ou anthropologique, à partir de travaux empiriques mobilisant un matériau qualitatif.

Soumission des propositions et calendrier
Les propositions d’articles, en anglais ou en français, sont à soumettre pour le 3 février 2020 à l’adresse suivante : sandrine.levêque@uclouvain.be. Ces propositions de 500 à 1000 mots présenteront la question de recherche, le cadre théorique, la méthode, et une ébauche d’argumentaire et/ou les principaux résultats pressentis ; ainsi qu’une courte notice biographique. Les auteure·es retenu·es seront invité·es à envoyer leur article final pour le 1er octobre 2020.

Coordinatrices
Laura Merla, Bérengère Nobels, Sarah Murru et Coralie Theys (UCLouvain)

Lien vers l’appel complet

Appel à articles – Penser les « origines » dans les familles contemporaines : perspectives internationales (06.01.2020)

Argumentaire :
La notion d’origines ouvre une perspective inédite pour analyser les reconfigurations contemporaines de la parenté et des liens familiaux. Elle témoigne en effet d’une évolution profonde, liée à la dissociation croissante de la procréation et de la parenté, d’où semblent émerger des relations et des figures « nouvelles » : le recours aux technologies reproductives crée des situations où, comme dans l’adoption, des personnes procréent, mais ne deviennent pas — au sens légal — des parents. Les relations potentiellement liées à l’origine demeurent ainsi aux marges de la parenté. Les contributions attendues pour ce numéro pourront explorer ces marges en éclairant différentes dimensions du rapport aux origines.

Sous la direction de :
Agnès Martial, Centre national de la recherche scientifique (France)
Isabel Côté, Université du Québec en Outaouais (Canada)
Kévin Lavoie, Université Laval (Canada)

Les propositions et les manuscrits doivent être soumis sur notre site :http://www.efg.inrs.ca/formulaire-soumettre-proposition/

Télécharger l’appel

Appel à communication – Produire des personnes et des liens : ce que l’absence d’enfants fait à la parenté (05.11.2019)

Colloque Produire des personnes et des liens : ce que l’absence d’enfants fait à la parenté
28, 29 et, sous réserve, 30 avril 2020, Toulouse

Appel à communications
Le colloque « Produire des personnes et des liens : ce que l’absence d’enfants fait à la parenté » s’interrogera sur la façon dont partout les sociétés ont fait face au problème que pose l’absence d’enfants, notamment du point de vue des logiques de parenté. Croisant différentes perspectives théoriques et méthodologiques de l’anthropologie de la parenté, du genre et des techniques de procréation, ce colloque propose un dialogue entre des approches dites « classiques » et « nouvelles » dans l’étude de la parenté. Il s’agit en d’autres termes de faire dialoguer les travaux menés dans des contextes sociaux et culturels marqués par le développement des biotechnologies dans le domaine de la procréation et ceux conduits dans des sociétés et des groupes sociaux où la médecine procréative est peu, voire pas diffusée. Nous prenons ainsi le parti de considérer les techniques de procréation médicalement assistée comme des techniques de parenté parmi d’autres, disponibles pour pallier l’absence d’enfants.

Au-delà, ce colloque contribuera à comprendre, du point de vue de l’anthropologie et des sciences sociales en général, ce que cela fait de ne pas réussir à avoir d’enfants, dans nombre de sociétés, croisant à la fois l’étude de la parenté, mais aussi les sciences studies, l’anthropologie du genre et de la personne. Les sociétés euro-américaines sont traversées par des discussions nombreuses quant aux formes que prennent les familles contemporaines et à l’aide attendue par les personnes en manque d’enfant. L’analyse comparative que proposera ce colloque consistera à prendre un peu de recul avec ces discussions politiques et contribuera, notamment, à éclairer autrement ces enjeux.

Depuis les années 1980, les études en anthropologie de la parenté ont eu tendance à se scinder en deux grands courants, reproduisant le grand partage entre « the West and the rest ». Depuis le développement des techniques de procréation assistée à la fin des années 1970, mais aussi la crise des études de parenté provoquée en partie par le travail de D. Schneider dans les années 1980, un nouveau courant des études de parenté a vu le jour, les new kinship studies (Carsten 2000; Stone 2002; Franklin and McKinnon 2000). Des manifestations scientifiques ainsi que des publications se sont attachées à interroger la partition entre « l’Ouest et le reste », mais aussi entre le « Nord et le Sud », en étudiant notamment l’utilisation des techniques de procréation assistée dans différents pays  (Bonnet et Duchesne 2016; Anderson and Hecht 2002).

L’objectif du colloque est de proposer un espace de dialogue entre les différentes traditions dans les études de parenté en anthropologie et, au-delà, dans les sciences sociales. Loin de se centrer uniquement sur les techniques de procréation assistée, qui ont fait l’objet de nombreuses manifestations scientifiques ces dernières années, il s’agira d’élargir les questionnements à l’ensemble des pratiques sociales mobilisées autour de l’absence d’enfant. Partout en effet, l’absence d’enfant pose des problèmes du point de vue des logiques de parenté. Qu’un membre de la lignée tarde à avoir un enfant à son tour, voire qu’il n’en ait pas du tout, hypothèque sa perpétuation. La menace pour le groupe est d’autant plus importante dans les familles où les fratries sont réduites. Elle est par ailleurs plus ou moins prégnante selon le genre. Ici, que les fils restent sans enfant est particulièrement problématique. Là, c’est surtout sur les femmes que pèse l’absence d’enfants, que ce soit lorsqu’on attend d’elles qu’elles mettent au monde des enfants pour la lignée de leur mari, ou lorsqu’elles sont enjointes à devenir mères pour être tout à fait accomplies (Bonnet 1988).

Partout, des solutions ont été imaginées pour remédier à cette absence. La mise en œuvre de ces techniques de parenté est envisagée tantôt comme un droit des individus, tantôt comme un devoir auquel les personnes dépourvues d’enfant, comme les tiers aidants, ne peuvent se soustraire. Des solutions hautement technologiques ont été mises en œuvre dans les sociétés industrielles et post-industrielles. Elles se sont diffusées sur tous les continents avec un accès parfois très inégal selon leur coût (Ginsburg and Rapp 1995) et les équipements disponibles localement. Leur niveau de sophistication a introduit des nouveautés importantes : une femme peut porter un embryon conçu grâce à l’ovocyte d’une autre femme (Teman 2010; Roca i Escoda 2016) ou même porter l’embryon conçu par un autre couple (Cromer 2018; Mathieu 2017) ; les gamètes et embryons peuvent être cryoconservés pendant des années ; on peut prélever l’ADN mitochondrial et le remplacer grâce à une donneuse (Herbrand and Dimond 2018). Dans l’histoire des sociétés humaines, ces solutions sont d’une nouveauté radicale et alimentent de nombreuses questions quant à la constitution des personnes et leur origine. Cependant, si on excepte cette hypertechnicité, elles s’inscrivent dans le continuum de celles destinées à remédier à l’infertilité et déjà à l’œuvre dans de nombreuses sociétés (Héritier 1996). Un homme proche ou au contraire aussi éloigné que possible se substitue à un autre pour la procréation. Une femme, déjà mère, porte un enfant pour sa sœur ou sa co-épouse qui ne peut en avoir. Un couple déjà parents de plusieurs enfants donne un enfant, pour un temps limité ou pour toute la vie, à un autre couple dans leur groupe de parenté ou dans le proche voisinage qui en est dépourvu. Une institution confie un enfant en adoption. Partout, des tiers, souvent parmi les proches, mais pas toujours, interviennent et pallient l’absence d’enfant chez un couple en situation d’infertilité, quelle que soit l’origine de cette infertilité. Mais cette absence d’enfant peut également être volontaire (Gotman 2017), et peser tout autant sur les personnes.

Dans le cadre de cet appel à communication, nous proposons trois axes qui pourront être traités de manière transversale.

Personne et parenté
L’étude de la personne est un des éléments qui a joué un rôle crucial dans la revitalisation des études de parenté dans les années 1980 (Carsten 2014, 269) car elle permet de rassembler différents aspects du social qui avaient été jusqu’alors étudiés séparément : la parenté, le corps, les substances, les conceptions du soi, la maison, le genre, les relations dans lesquelles la personne est prise. Cet axe visera à continuer ce travail entamé dans les années 1980 sur la façon dont les études sur la personne peuvent nous renseigner sur notre conception de la parenté, et inversement, dans des moments où cette parenté se trouve menacée par l’absence d’enfant, qu’elle soit subie ou voulue.

Techniques de fertilité et d’infertilité
Cet axe accueillera des propositions venant explorer les différents savoirs et techniques utilisés pour assurer la venue d’un enfant, ou au contraire pour l’en empêcher. Dans cet axe les communications aborderont aussi bien les techniques les plus « traditionnelles » (rituels de fécondité, pèlerinages, prières, etc.), que les plus « modernes » (FIV, Time-Lapse, éclosion assistée, etc.) sans présupposer que ces différents dispositifs ne peuvent se mêler ni que certains seraient nécessairement plus ritualisés que d’autres. Il s’agira d’analyser la manière dont ces techniques, quelle qu’en soit la nature, permettent aux hommes et aux femmes d’agir sur le cours de leur existence mais aussi la façon dont elles peuvent être mobilisées pour renforcer l’assignation à un destin de parents.

Les tiers procréateurs
L’intervention de tiers procréateurs (Godelier 2004; Weiner 1978) est partout et toujours nécessaire à la venue d’un enfant. Ces tiers sont de divers ordres. Ils peuvent prendre la forme d’un donneur ou donneuse de gamètes, d’un amant de circonstance, d’une femme qui va porter un enfant pour autrui, mais cela peut également être des tiers non-humains. Ces derniers incluent non seulement les techniques elles-mêmes, c’est-à-dire l’ensemble des techniques et savoirs nécessaires pour réaliser par exemple une fécondation in vitro (Thompson 2005) ou permettre le bon déroulement d’un rituel de fécondité. Ils incluent également des esprits, des dieux, tout aussi nécessaires à la venue d’un enfant (Collard 2011), mais aussi la chance, la nature ou encore les hasards de la génétique (Porqueres i Gené 2014, 20).

Les propositions de communication devront se limiter à 3000 signes et devront nécessairement s’appuyer sur des matériaux empiriques. Elles détailleront le propos qui sera présenté, le terrain et la nature des données empiriques analysées. Les autrices et auteurs préciseront leurs appartenances disciplinaire et institutionnelle, leur statut et leur adresse électronique. Au-delà de l’anthropologie, les autres disciplines engagées dans les études de parenté sont également attendues. La langue principale du colloque sera le français, même si ponctuellement des communications pourront être en anglais.

Les propositions de communication devront être envoyées avant le 5 novembre 2019 à l’adresse suivante : colloque.absence.enfants@gmail.com
Une réponse sera envoyée pour chaque proposition avant mi-décembre 2019.

Lieu du colloque :
Université Toulouse Jean Jaurès, campus du Mirail, Maison de la recherche, Toulouse.

Appel en version PDF

Appel à projet – Trajectoires familiales et ruptures familiales, Évaluation des ordonnances Travail (04.11.2019)

France Stratégie et le Haut Conseil de la famille, de l’enfance et de l’âge (HCFEA) lancent un appel à projets de recherche sur les trajectoires familiales et de niveau de vie suite à des ruptures familiales.

Si la vie en couple reste le mode de vie dominant à l’âge adulte, la proportion de personnes en couple a tendance à diminuer et les trajectoires sont de plus en plus discontinues. La succession de périodes de vie en couple et de vie sans conjoint est devenue aujourd’hui courante. À l’image ancienne du couple marié stable jusqu’au décès de l’un des conjoints s’est substitué tout un ensemble de configurations familiales entre lesquelles se construisent les trajectoires individuelles. La présence d’enfants, longtemps apanage des couples, se retrouve dans l’ensemble de ces configurations, les enfants vivant de plus en plus souvent, au gré des éventuelles séparations ou nouvelles unions, avec seulement l’un ou l’autre de leurs parents.

Au-delà de cette fluidité commune des parcours de vie, les trajectoires individuelles sont fortement différenciées entre hommes et femmes; elles sont aussi marquées par d’importantes différences sociales, les plus aisés se remettant en couple plus rapidement. Enfin, la présence et le nombre des enfants jouent là aussi un rôle central. Cela n’est pas sans conséquences sur le niveau de vie, celui-ci pouvant connaître des baisses et des hausses sensibles en fonction des ruptures et des éventuelles remises en couple. Parmi les familles monoparentales, les plus modestes connaissent les conditions de vie les plus difficiles. Cela n’est pas sans conséquences pour les enfants pour lesquels un éloignement parfois durable d’un des parents, cumulé avec des conditions de vie plus difficiles contribue à un risque plus élevé de reproduction des difficultés sociales.

Les comportements familiaux ont évolué ces dernières années, avec une hausse significative du nombre de ruptures chaque année : environ 380 000 enfants sont concernés aujourd’hui chaque année par la séparation de leurs parents, dont 60 % hors mariage. Les conditions juridiques encadrant la rupture ont également évolué, avec la création du divorce sans juge, et la garde alternée se développe. Enfin, pendant longtemps, on ne disposait pour étudier ces comportements familiaux que d’observations situées à une date donnée (enquêtes, recensements), éventuellement en utilisant une recomposition de la biographie faite à cette occasion (enquêtes Famille). Mais des sources nouvelles existent aujourd’hui, qui autorisent le suivi des trajectoires des adultes et des enfants.

Pour toutes ces raisons, un nouvel éclairage sur les trajectoires familiales et de niveau de vie suite à une rupture qui utiliserait des données récentes serait souhaitable. Une meilleure connaissance du devenir des enfants concernés par une séparation et de leurs parents gardiens et non gardiens est indispensable pour mieux orienter les politiques publiques à destination de ces enfants et viser à les protéger autant que possible de la pauvreté.

Le HCFEA et France Stratégie souhaitent donc, dans le cadre du présent appel à projets, susciter des projets de recherche qui leur permettent d’améliorer la qualité de la connaissance disponible sur les parcours familiaux et les trajectoires de niveau de vie suite à des ruptures familiales.

Clôture pour le dépôt des propositions détaillées : lundi 4 novembre 2019 à 14 h (heure de Paris)
https://www.strategie.gouv.fr/actualites/appel-projets-de-recherche-trajectoires-familiales-de-niveau-de-vie-suite-ruptures

Appel à contribution – Fabrique des parents efficaces et déterminisme parental (10.09.2019)

Argumentaire

L’idée de « déterminisme parental » a été avancée à la fin des années 1990 par Frank Furedi pour épingler une tendance croissante dès cette époque à faire des pratiques et comportements parentaux la cause première de nombre de problèmes sociaux. Des néologismes sont apparus sensiblement au même moment (parenting, en anglais, parentalité, en français), pour désigner ces pratiques et comportements parentaux et privilégier, en somme, des réflexions sur ce que font les parents, plutôt que sur qui ils sont.

Frank Furedi écrivait ainsi en 2001 : « Le parenting est devenu l’une des questions les plus vivement débattues du 21e siècle. Si la culture occidentale attache une telle importance au parenting, c’est qu’il est considéré potentiellement comme la source de tous les problèmes sociaux qui affectent nos communautés (…). Le déficit de compétence parentale est accusé d’être la cause des problèmes de santé mentale des enfants, des difficultés éducatives, des comportements antisociaux ; les conséquences destructrices de cette mauvaise parentalité produisant leurs effets tout au long de la vie d’un individu ».

Il faut sans doute distinguer cette hypothèse du déterminisme parental de celle de la « reproduction sociale », que l’on pourrait rapprocher au nom d’une commune lecture en termes de détermination sociale, de façonnage des conduites et d’incorporation des habitus. La différence fondamentale réside principalement dans le changement de contexte entre les travaux sur la reproduction sociale des années 1960 et 1970 (Bourdieu et Passeron, 1970), ceux des années 1990 qui décrivent finement les pratiques socialement situées des familles et leurs conséquences en termes d’incorporation de dispositions sociales (Lahire, 1995), et ceux qui apparaissent plus de vingt ans plus tard sur le déterminisme parental. Mais ne faut-il pas souligner une autre différence, à savoir la volonté de souligner les effets de classement et de stratification de la première, par rapport à la critique de la logique individualiste et comportementaliste de la dernière orientation. Les politiques publiques entourant le rôle de parent évoluant aussi pour être moins portées par l’État et ses institutions, l’école par exemple, mais plus souvent promues par des acteurs privés, tels que des fondations, et ciblant d’abord les individus et des acteurs associatifs et communautaires.

Le ciblage des pratiques parentales a conduit à la définition d’un certain nombre d’interventions, de programmes et même à un nouveau pilier des politiques en direction des familles, sous l’appellation de politique de soutien à la parentalité. Cette tendance à responsabiliser les parents a eu entre autres effets d’accorder une place centrale à l’idée de compétences parentales, de parenting skills, avec comme conséquence l’idée que ces compétences peuvent être formalisées, enseignées, d’où le déploiement d’un véritable marché du conseil et du coaching parental. En proposant d’insister sur les conséquences du travail parental sur les enfants, sur leur bien-être, leur adaptation au monde, les experts en parenting sont donc parvenus en même temps à s’imposer pour diagnostiquer les manques et insuffisances du travail parental et à promouvoir leurs méthodes et leurs outils. En réduisant parfois le travail parental à un ensemble de conduites et de comportements efficaces et efficients, ces experts ont aussi souvent privilégié des méthodes d’administration de la preuve fondées sur une certaine conception du travail scientifique : le recours aux essais randomisés contrôlés, socle de l’evidence-base policy, de l’evidence-based education, ou de l’evidence-base parenting program.

À la lumière de ces développements, une jonction s’est peu à peu établie entre certains types de savoirs disciplinaires allant de la psychologie positive à certaines applications en neuroscience, sans parler de l’économie du bonheur et des tentatives de formaliser les méthodes et les dispositifs garantissant l’accès à celui-ci.

Dans le numéro que nous proposons, quatre principales directions nous sembleraient pertinentes :

  • La première pour revenir sur cette hypothèse d’un déterminisme parental, sur son apparition et ses développements. Il s’agirait ici d’analyser les conditions qui ont présidé non seulement à l’apparition de ce type de lecture, mais aussi à sa relative hégémonie dans certains secteurs ou pays. La mise en discussion avec d’autres travaux sur la socialisation serait bienvenue.
  • La deuxième direction pourrait consister à examiner la façon dont des savoirs et résultats issus des neurosciences ont été utilisés par des décideurs publics, voire même littéralement politisés pour concevoir des mesures et des politiques publiques, et même des interventions en direction des familles et des enfants. Une discussion sur les méthodes d’evidence-based dans ce domaine est attendue.
  • La troisième direction pourrait accueillir des contributions portant sur les effets de cette « idéologie » sur les pratiques des professionnels de la petite enfance (infirmiers, puéricultrices, travailleurs sociaux, voire enseignants en maternelle ou primaire), mais aussi sur les parents eux-mêmes. Comment cette idéologie leur est-elle transmise et quels effets a-t-elle sur les pratiques et domaines d’intervention ? A qui s’adresse-t-elle (en termes de différence de genre, de classe) et à quoi sert-elle ? Comment les politiques et programmes à l’attention des parents contribuent-ils à redéfinir leur rôle, à l’intérieur de la cellule familiale, mais aussi au sein de la parenté ? Quelle transformation de rôle et de style parental se dessine et comment recoupe-t-elle les rapports sociaux de genre ?
  • La quatrième direction pourrait concerner le rôle des variables culturelles, négligées, voire littéralement oubliées dans ces modes d’interprétation. Ces composantes culturelles se manifestent non seulement dans les écarts entre normes et représentations des fonctions et des rôles parentaux selon les cultures d’origine, les trajectoires migratoires, mais aussi selon les milieux sociaux, et bien entendu selon les genres et les générations. Cette troisième orientation pourrait ainsi permettre d’ouvrir d’autres pistes d’analyse des liens entre travail de socialisation primaire et secondaire.

Calendrier

Les autrices et auteurs sont invité·e·s à envoyer une proposition de contribution(1 à 2 pages, ou environ 6000 signes), avant le 10 septembre 2019, à l’intention des responsables du numéro (claude.martin@ehesp.fr, Xavier.Leloup@ucs.inrs.ca), en précisant leur affiliation universitaire.

Les autrices et auteurs dont la proposition aura été retenue par le comité de rédactionseront invité·e·s à soumettre un article complet pour le 10 décembre 2019.

Publication prévue à l’automne 2020.

Direction

Sous la direction de : Claude Martin — Directeur de recherche au CNRS,UMR 6051 Arènes Université de Rennes, École des hautes études en santé publique et Xavier Leloup — Professeur agrégé, INRS Urbanisation, Culture et Société.

Calenda

Appel à articles – Fécondité et accouchement au Cameroun et en Afrique d’hier à demain (10.07.2019)

Publication envisagée en décembre 2020

Résumé : Donner la vie ! C’est un acte multimillénaire qui entretient la perpétuation des êtres sur la terre. La fécondité humaine est donc au cœur de la présence continue de l’homme dans le cycle de la vie. La fécondité, élément qui rend possible la grossesse, entraine à son tour l’accouchement. Malgré que l’accouchement soit un acte naturel, il n’en demeure pas moins qu’à travers le temps et l’espace, les hommes aient développé des rites, des savoirs, des connaissances s’élevant au stade de science pour comprendre les mécanismes, les contraintes et les exigences de la conception et de la mise au monde de l’enfant.

Propositions de résumés

Elles doivent être écrites en français ou en anglais et limitées à 500 mots avec cinq mots clés, et envoyées simultanément aux adresses enokapaul@yahoo.fr et kep_son2003@yahoo.fr.

  • Date de publication de l’appel : 10 juin 2019;
  • Date limite de recevabilité des résumés : 10 juillet 2019;
  • Notification aux auteurs dont les résumés seront retenus : 10 août 2019;
  • Envoi du texte complet : 20 décembre 2019 ;
  • Retour aux auteurs pour corrections éventuelles : 31 mars 2020

En savoir plus

Appel à communication – Ateliers RePPaMa 2019-2020

Le Réseau Pluridisciplinaire sur les Paternités et les Maternités (RePPaMa) cherche des intervenant.es pour ses ateliers de 2019-2020, qui auront lieu à l’INED (Paris). Durant ces ateliers, deux intervenante.s disposent de 45 minutes chacun.e  pour présenter leurs recherches et/ou effectuer une communication et/ou soulever des points de méthodologie. Chaque communication sera suivie d’une discussion d’une trentaine de minutes avec le public présent. Ces ateliers sont une occasion d’échanges dans un cadre bienveillant entre jeunes chercheur.euses travaillant sur les maternités et/ou les paternités appartenant à différentes disciplines des sciences humaines.

Si vous souhaitez intervenir, nous vous invitons à proposer une proposition de communication d’une page ou deux (au format PDF, ou traitement de texte comme Word ou OpenOffice) sur les thématiques des paternités et des maternités, à l’adresse suivante : reppama.contact@gmail.com. Le titre devra prendre la forme : RePPaMa2019 – Prénom Nom – Titre de la communication.

 Les dates d’ateliers pour 2019-2020 sont les suivantes :
– 24 octobre 2019
– 5 décembre 2019
– 26 juin 2020

Pour en savoir plus

Appel à communication – Tuer les pères : femmes derrière la caméra dans les films de famille (05.07.2019)

9 décembre 2019, IRCAV, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3
Organisée par Beatriz Rodovalho & Giuseppina Sapio

La journée d’études « Tuer les pères : Femmes derrière la caméra dans les films de famille » propose une réflexion collective autour des images d’amateur tournées en famille. En affirmant et en perpétuant l’institution familiale dans sa configuration patriarcale, nucléaire et hétérosexuelle, le film de famille a contribué à reproduire les codes et les hiérarchies de genre et de sexualité de la société bourgeoise. En concevant le cinéma d’amateur comme une « technologie de genre » (De Lauretis, 1987), nous invitons des communications portant sur les images réalisées par des femmes-amatrices afin de découvrir et décortiquer leur propre « regard familial ».

Modalités de soumission

Les propositions de communication sont à envoyer conjointement aux coordinatrices, Beatriz Rodovalho et Giuseppina Sapio, à l’adresse : filmsdefamille2019@gmail.com

Elles comporteront : le titre de la communication, un résumé de 500 mots (maximum), une bibliographie indicative, cinq mots clefs et une courte note bio-bibliographique (150 mots maximum).

La date limite de soumission des propositions est fixée au 5 juillet 2019.

Consulter l‘intégralité de l’appel

Appel à communication – Intersectionality, Families and Relationships (31.08.2019)

CRFR International Conference: Intersectionality, Families and Relationships,
22 – 24 June 2020
University of Edinburg

We are pleased to announce the call for papers for our 6th International conference on Intersectionality, Families and Relationships. Leading social theorist and activist Patricia Hill Collins will open the conference, providing the platform for an exciting and vibrant dialogue on how intersectionality, past and present, can deepen our understandings of families and relationships and the power relations within.  We welcome papers reporting empirical research findings, methodological approaches to researching intersectionality, as well as those more theoretical in orientation. We are especially keen to include the experiences and perspectives of those working outside academia, in policy and practice settings, and would welcome papers from professionals working in these contexts.
Contributions may include, but are not limited to, the role of intersectionality in families and/or relationships in the following areas:
– RACE & ETHNICITY
– SEXUALITY & GENDER
– SOCIAL CLASS AND INEQUALITIES
– INTERSECTIONAL CHILDHOODS & YOUTHS
– SPATIAL MOBILITIES, FAMILIES & COMMUNITY
– DISABILITY STUDIES
– HEALTH & ILLNESS
– OLDER PEOPLE
– ENVIRONMENT, SUSTAINABILITY & CLIMATE CHANGE
– INTERSECTIONALITY, PRACTICE & PROFESSIONAL PERSPECTIVE
– DIGITAL DOMAINS, INTERSECTIONALITY, FAMILIES & RELATIONSHIPS
– INTERSECTIONAL METHODS & ETHICAL ISSUES

The call for papers is open until 31st August 2019.Abstracts received after this date will not be considered. The link to submit your abstract is here.

En savoir plus