Archives de catégorie : En lien avec RePPaMa

Colloque – Maternités mystiques, spirituelles, ascétiques, monastiques (01.2021 – 03.2021)

Maternités mystiques, spirituelles, ascétiques, monastiques :Explorations à l’intersection du religieux et du maternel
https://www.colloquemater.ftsr.ulaval.ca
(Dimanche 10 janvier 2021 à 18h30, puis du 13 janvier au 10 mars 2021, les mercredis à midi)

Ce colloque qui explore une intersection particulière du religieux et du maternel a été réorganisé sous forme virtuelle. La soirée d’ouverture, avec la projection gratuite sur Viméo du film « Amoureuses » (K-Films Amérique, 2019) et la présence de la réalisatrice Louise Sigouin, aura lieu dimanche 10 janvier 2021, de 18h30 à 21h00. Ensuite, les mercredis à midi, du 13 janvier au 10 janvier 2021, neuf conférences traiteront de divers aspects liés à des maternités exceptionnelles ou ordinaires, dans des contextes historiques et contemporains, en lien au christianisme, au judaïsme, au bouddhisme, à l’hindouisme, au sikhisme et à des nouveaux mouvements religieux. 

Inscription gratuite
Lien au programme complet, par date
Résumés des conférences
Inscription gratuite pour recevoir les liens d’accès à la salle virtuelle des conférences (ainsi qu’au film lors de la soirée d’ouverture)
Ce colloque est organisé à la Faculté de théologie et de sciences religieuses de l’Université Laval (Québec) avec le soutien du Fonds Gérard Dion. 

Parution – Le déterminisme parental en question : la «parentalisation » du social

Le déterminisme parental en question: la «parentalisation du social»

Depuis le début du 20e siècle, sont mis en place dans de nombreux pays du monde des politiques et dispositifs de soutien à la parentalité.

Organisé autour de douze contributions, ce numéro de Lien social et Politiques propose un bilan international de la montée en généralité de ce paradigme de l’intervention auprès des parents, que ce soit à travers les cultures et normes véhiculées, des politiques étatiques ou des interventions locales.

Sous la direction de Claude Martin et Xavier Leloup —
 L’intégralité du numéro est disponible en libre accès ici.

Soutenance – Le jeu de la pourpre et du bâtard : Les enfants illégitimes de patriciens face à l’aristocratie vénitienne à travers cinq procès en justice civile au dernier siècle de la République (1694-1780) par Marie Malherbe (18.12.2020)

Mme Marie Malherbe soutiendra sa thèse d’histoire le 18 décembre 2020, à l’Université de Rouen Normandie (soutenance ‘en distanciel’), réalisée en cotutelle internationale Université de Rouen Normandie et Università degli Studi di Padova (Italie) :

« Le jeu de la pourpre et du bâtard : Les enfants illégitimes de patriciens face à l’aristocratie vénitienne à travers cinq procès en justice civile au dernier siècle de la République (1694-1780) »

RÉSUMÉ
Le régime politique original de la République aristocratique de Venise a produit un « système patricien » dans lequel familles et gouvernement sont intrinsèquement liés. De façon non surprenante, l’accès exclusif au pouvoir politique a généré des règles strictes d’hypodescendance. À partir de la moitié du XVIIe siècle, les défis économiques et politiques de la République ont à la fois remis en question et exacerbé la rigidité de ce modèle de parenté au bord de la rupture. Les enfants illégitimes de pères patriciens incarnent toute cette tension. Le statut successoral de ces êtres hybrides reflète la place que ceux-ci étaient censés occuper -ou ne pas occuper- dans la famille et la société, la marge de manœuvre laissée par les normes juridiques donnant lieu à une variété de cas de figure, mais aussi à des conflits.  
Les archives vénitiennes ont révélé des factums destinés à des procès intentés par des enfants illégitimes devenus adultes contre les héritiers patriciens de leur père, entre 1694 et 1783. Cette thèse est la première recherche basée sur les factums vénitiens d’Ancien Régime en justice civile, ou stampe in causa.  
Ces affaires mettent en scène des protagonistes variés, hommes et femmes, patriciens et non patriciens, bien-nés et mal-nés, essayant de faire le meilleur usage possible de la matière juridique et des procédures à leur disposition pour faire entendre leur voix. Ces voix discordantes, autant que celles des juges des diverses cours compétentes, prouvent la coexistence d’interprétations contradictoires de la parenté. Ce travail se propose d’analyser ces affrontements dans une perspective d’anthropologie juridique afin de dégager les « règles » complexes et inattendues de ce qui, dans un système judiciaire sophistiqué, apparaît comme un subtil ‘jeu de la pourpre et du bâtard’.

JURY
• Prof. Anna Bellavitis, Professeure d’histoire moderne, GRHIS-Université de Rouen, directrice de thèse
• Prof. Luciano Pezzolo, Professore ordinario di storia moderna, Università Ca’Foscari (Venise), codirecteur de thèse
• Prof. Claire Châtelain, chargée de recherches HDR/CNRS, Centre R. Mousnier/Sorbonne Université (Paris), examinatrice
• Prof. Roberto Bizzocchi, Professore ordinario di storia moderna, Università di Pisa (Pise), examinateur
• Prof. Margareth Lanzinger, Professorin für Wirtschafts- und Sozialgeschichte des 16. bis 19. Jahrhunderts, Universität Wien (Vienne), rapporteure
• Prof. Francisco García González, Profesor Catedratico de Historia moderna, Universidad de Castilla-La Mancha (Albacete), rapporteur

Plus d’informations

Appel à articles – Families and COVID-19: an interactive relationship (07.02.2021)

The deadline for submitting an abstract to the special issue « Families and COVID-19: an interactive relationship » of Frontiers in Sociology is 7th February 2021.
Since the co-editors are eager to follow the progression of this Special issue, they invite you to: 
1. Confirm your interest in this project and/or your intention to submit a paper proposal 
2. Before submitting a proposal on-line, send us the title & names of all the co-authors 

· an indication of the type (theoretical/conceptual analysis), empirical (research report, methods), research/policy review, with estimated and length (4-8,000 words)
· an abstract of 250-350 words maximum
· a time frame indicating the current stage of the work (data collected, project completion date) and the expected article submission date (whether within 6 months of the closing date for abstracts)
As indicated previously, the articles will be published online as soon as they have been reviewed and accepted for publication, and editorials will be written when all the articles have been received.

Please send your responses to Linda Hantrais, who is centralizing the information on their behalf : L.Hantrais@lse.ac.uk

Lien vers l’appel

Appel à chapitres – Reinventing ‘the family’ in uncertain times: education, policy and social justice (31.01.2021)

Reinventing ‘the family’ in uncertain times: education, policy and social justice. Editors: Prof. Marie-Pierre Moreau, Dr Catherine Lee and Dr Cynthia Okpokiri, Anglia Ruskin University, UK.

The Covid-19 pandemic, resurgence of social movements, tensions between the conservative, far-right politics, socialist principles, and neoliberal ideologies have converged to create an unprecedented situation, characterised by acute changes and uncertainties. Set against this context, this edited volume is concerned with the reproduction and transformation of family norms in contemporary times. It is underpinned by two main ambitions. First, we wish to document and question what ‘counts’ as a family in contemporary times. What families are rendered in/visible and mis/recognised and how are these processes of in/visibility and mis/recognition framed by the discourses of power which operate in various institutional and geographical contexts? Second, we want to explore how family forms are changing in the current climate of uncertainties and profound socio-economic, cultural and political shifts. 

We call for contributions which critically explore the following themes: 

  • Family forms:  the diversity of family formations and what makes a family in contemporary times, including work concerned with non-traditional, non-heteronormative, non-Eurocentric definitions of the family, such as single-parent families, one-person families, childless families, families with animal companions, LGBTQ families, families across the Global South, extended families, mixed heritage families, transnational families, step families, blended families and families of ‘choice’. 
  • Power relationships: how power relationships linked to gender, class, ethnicity, sexuality, faith,dis/ability and other in/equalities intersect and or operate in defining what counts as a family. 
  • Family narratives: how individuals and groups negotiate discourses of the family and their implications with regards to power relationships, including how activists and minority and majority groups reproduce or challenge family norms and work towards the promotion of alternative definitions of the family. 
  • Systemic influences on family: contemporary disruptions to prevailing family norms, including the shift in private/public boundaries and the use and impact of traditional and social media on family dynamics. 
  • Family practices: how mundane, everyday activities of family life sustain or negate individual and collective subjectivities. 

While we anticipate that the volume will be sociologically informed, we welcome work informed by a broad range of conceptual and methodological approaches, including ethnographies, autoethnographies, case studies, empirical studies, policy analysis and discussion pieces.  

A range of focuses are expected, with all contributions brought together through: 
1) a shared critical stance towards normative constructions of the family
2) a key concern for diversity, equity and intersectionality.  

We welcome work that concentrates on what happens within the family as well as work concerned with what local, organisational, national, international and transnational policies and discourses ‘do’ to families. We encourage the submission of work documenting and exploring family discourses in multiple fields, including, for example, education, paid and unpaid work, social work and social policy. 

Scholars at various stages of their career and from various parts of the world are welcome, particularly First Nations communities and those in the Global South.  

We have approached Bloomsbury who have expressed an interest in this project. We are now in the process of identifying contributors, before submitting a proposal by Spring 2021. If the proposal is successful, we will expect to receive the draft chapters from contributors by Autumn 2021, with the book published in 2022.  

If you are interested, please do send a 250-word abstract, by 31 January 2021, to marie-pierre.moreau@aru.ac.uk

Lien vers l’appel

Appel à articles – Familles et professionnel.le.s (15.05.2021)

Familles et professionnel.le.s

Appels à articles

Revue Recherches familiales n° 19

L’intervention des professionnel.le.s auprès des familles interroge d’emblée le sujet de la rencontre de ces protagonistes ainsi que la question de leurs places, positions et compétences respectives. Les missions professionnelles des intervenant.e.s sont multiples et s’inscrivent dans différents domaines de la vie quotidienne en lien avec l’éducation, la santé, la justice, le logement, l’économie… Dans ce champ professionnel élargi et toujours plus difficile à délimiter, on trouve les métiers de l’intervention sociale, de la protection juridique, de la santé, du care… les professionnel.le.s proposant aide, assistance, soin, accompagnement, éducation spécialisée, accueil à domicile, répit, avec en toile de fond des valeurs et normes à défendre et à préserver, telles que l’intimité, le respect, ou encore la dignité et l’autonomie des personnes.

Comme en témoignent un certain nombre de textes législatifs, fondateurs au regard de la présence et des droits des proches dans le paysage institutionnel (cf. notamment la loi du 2002-2 du 2 janvier 2002 rénovant l’action sociale et médico-sociale), la famille, bien qu’elle ne soit pas une personne morale dotée de la personnalité juridique, est appelée à occuper de plus en plus une place d’acteur, de « co-partenaire » auprès des organisations et des professionnel.les. Cette participation active de la famille, qu’elle corresponde à une volonté d’intégration de la part d’instances décisionnelles ou qu’elle soit le fait de mobilisations collectives (associations d’usagers et de malades, de parents d’enfant placés ou d’anciens enfants placés, de parents apportant du soutien auprès de jeunes adultes en situation de handicap et de personnes âgées rencontrant des limitations …), implique de facto, une recomposition des rapports de pouvoirs et de savoirs entre les acteurs engagés. Elle interroge en outre, à travers les discours en situation, la nature et la qualité de leur relation ainsi que les différents niveaux d’interactions.

Dans ce numéro 19 de Recherches Familiales, nous souhaitons observer les enjeux actuels soulevés par les rapports qu’entretiennent familles, organisations et professionnel.le.s au regard de l’évolution et l’institutionnalisation de leurs liens. Autour d’une famille et de son accompagnement par les professionnel.les, ce questionnement pourra être étendu d’une part aux relations inter-professionnelles et, d’autre part, aux postures des intervenants dans les cadres institutionnels qui encadrent leurs pratiques.

Comme le montre l’évolution des pratiques parentales notamment avec l’apparition et l’usage du terme de parentalité en milieux professionnels, vocable que l’on retrouve dans le discours éducatif et social au cours des années 90, en requalifiant notamment la fonction de parent, ce terme a favorisé la mise en place de nombreuses mesures de soutien à destination des familles, portées par différents réseaux d’acteurs accompagnés par les pouvoirs publics. La transformation des relations professionnels-familles, dans le cadre du soutien à la parentalité, témoigne ici de la volonté de promouvoir des relations de coopération avec et entre les familles et interroge de fait le champ des responsabilités partagées entre organisations, professionnels et parents, ce qui donne lieu à l’apparition ou au développement de nouveaux métiers et dispositifs d’accompagnement et de soutien (Reaap, LAEP, Clas, médiation familiale, divers programmes de soutien à la parentalité…). 

A d’autres temps du cours de la vie, des parents sont amenés à intervenir durablement dans l’accompagnement et les soins de longue durée de leurs proches (ascendant.e.s, conjoint.e.s, enfants adultes). Leurs activités dépendent des conditions de « défamilialisation » d’une part de ce travail, de sa répartition, entre parents et professionnel.le.s, variable selon les dispositifs de solidarité publique, selon l’offre professionnelle et les régulations du marché des services. Ce travail familial de soutien les conduit à être placés dans une ou plusieurs fonctions : personne à contacter, producteur ou organisateur de soins profanes, personne de confiance, curateur ou tuteur familial, personne à former dans le cadre de l’aide aux aidants… Définis en tant qu’« aidants familiaux » par la loi n° 2015-1776 du 28 décembre 2015 relative à l’adaptation de la société au vieillissement, ces parents sont potentiellement en place de coordinateurs, de médiateurs, de porte-voix de leur proche à l’égard de professionnels, dans l’organisation des services à domicile ou en établissement médico-social. Les conditions de leur légitimité à intervenir dans différents dispositifs de promotion de formes de démocratie en santé, et d’individualisation des parcours, pourront faire l’objet de contributions (plan d’aide ou de compensation, plans de soins individualisés, coordination ou intégration du soin, partage d’informations/décisions sur les modes de vie et de soin). 

À la faveur de ces reconfigurations relationnelles, pourront être présentées dans des contextes variés des situations où des logiques de négociation, d’alliance et de partenariat sont à l’œuvre, aux plans formel et informel. Les conditions de faisabilité et de viabilité de ces modalités partenariales (dans les écoles, tribunaux, hôpitaux, associations d’usagers…) pourront être discutées, en mobilisant les sujets controversés de l’expertise parentale ou encore de la décision thérapeutique partagée, qui questionnent diversement, d’une part, la reconnaissance effective des compétences et savoirs profanes et, d’autre part, le sujet de l’autonomie de la personne et de sa capacité /possibilité de décider pour elle-même en toute circonstance. 

Pour exemple, le sujet des espaces dédiés aux échanges entre familles et professionnel.les, qui viendraient accueillir la parole plurielle des acteurs sur une expérience de type traumatique (mais pas seulement), pourrait être également investigué afin de mieux comprendre comment s’organise l’actualisation d’un travail de liens aux dimensions multiples. Ici, les rapports d’égalité, l’élaboration d’un cadre ainsi que le partage des décisions entre professionnel.les, patients, entourage familial et discours institutionnels pourraient être analysés à travers les enjeux politiques et institutionnels mais aussi sociaux et culturels. 

Parce que les relations entre familles et professionnels s’inscrivent dans une visée heuristique, où il s’agit de faire circuler des savoirs, des compétences et des pratiques aux ancrages divers, le savoir d’expérience, issu des sciences de l’éducation, aujourd’hui réifié en expertise, est le lieu où s’incarnent des connaissances et des pratiques issues du quotidien dont les familles sont les principales détentrices. Les échanges qui y résident peuvent être notamment facilités par la médiation scientifique, dispositif en plein essor qui participe au transfert de savoirs théoriques et expérientiels entre les différents acteurs de la rencontre. Dans ce contexte, la médiation représente en elle-même un vecteur d’interrelations entre parents et professionnels dont l’efficacité pourrait être interrogée dans ce dossier.

Les articles entièrement rédigés sont à proposer au Comité de lecture de Recherches Familiales avant le 15 mai 2021. La revue paraîtra en janvier 2022.

Pour mieux connaître la revue : http://www.unaf.fr/spip.php?rubrique181

Pour consulter le règlement intérieur : http://www.unaf.fr/spip.php?article16501

Indications techniques :

1- Article :

40 000 signes, notes de bas de page et espaces compris. L’article doit être accompagné d’un résumé de 700 à 900 caractères, espaces compris.

2- Références :

Ne pas utiliser le système américain (nom de l’auteur(e) et page entre parenthèses), mais le système « français » de référence intégrale en note de bas de page. Pour ce référencement, voir les articles de la revue déjà publiés sur le site http://www.unaf.fr/spip.php?rubrique181 ou sur https://www.cairn.info/revue-recherches-familiales.htm

La revue Recherches Familiales est publiée en version papier et en version électronique sur les sites Portail Doc de l’Unaf etCairn. La revue fait l’objet de plus de 25 000 téléchargements d’articles par mois. 

La revue Recherche Familiale fonctionne selon des principes stricts de lutte contre le plagiat, y compris d’autoplagiat. L’auteur(e) doit s’engager sur l’honneur à garantir que l’article proposé est un travail original, fruit d’un travail personnel. Ce travail a été rédigé de manière autonome, sans recourir à d’autres sources ou outils que ceux que l’auteur(e) a explicitement déclarés comme tels. Ce travail ne comporte pas de plagiat, ni d’autoplagiat. Tous les développements repris d’une source extérieure sont cités entre guillemets avec un renvoi précis à la source dûment identifiée (y compris Internet). Le fait de ne pas citer une source, ou de ne pas la citer correctement, est constitutif de plagiat. Le plagiat est considéré comme une faute grave par le comité de rédaction de la revue Recherches Familiales, qui se réserve la possibilité de la dénoncer.

Envoyez votre article (fichier en format Word ou Rtf) par courrier électronique à recherches.familiales@unaf.fr. Date limite d’envoi : 15 mai 2021. Un accusé de réception vous sera envoyé. 

A noter : Si l’article est susceptible d’être publié (décision du comité de rédaction), il sera demandé à l’auteur(e) de signer deux documents : une autorisation de reproduction/cession de droits et une déclaration sur l’honneur assurant que l’article présenté ne comporte pas de plagiat. 

Soutenance – Les étudiant-e-s parents – Enquête sur la norme de jeunesse dans l’enseignement supérieur français par Aden Gaide (14.12.2020)

Aden Gaide (OSC) soutiendra sa thèse de doctorat en sociologie intitulée « Les étudiant-e-s parents. Enquête sur la norme de jeunesse dans l’enseignement supérieur français« , sous la direction d’Anne Revillard (associate professor) et d’Agnès van Zanten (directrice de recherche CNRS) le lundi 14 décembre à 14h en visio-conférence. Pour y assister, merci de le contacter par mail : aden.gaide@gmail.com.

Le jury est composé de :

Nathalie Bajos, Directrice de recherche INSERM, IRIS, EHESS
Georges Felouzis, Professeur ordinaire à l’Université de Genève (rapporteur)
Juliette Rennes, Maîtresse de conférences, EHESS, CEMS
Anne Revillard, Associate Professor (HDR), Sciences Po (co-directrice)
Cécile Van de Velde, Professeure agrégée à l’Université de Montréal (rapportrice)
Agnès van Zanten, Directrice de recherche CNRS, Sciences Po, OSC (co-directrice)

Résumé de la thèse :

Qui sont les 4,4% d’étudiant-e-s qui sont parents en France ? Comment expliquer leur situation a priori paradoxale, à la fois jeunes (car étudiant-e-s) et adultes (puisque parents) ? À partir d’une pluralité de matériaux (80 entretiens semi-directifs avec des étudiant-e-s parents, une étude de cas, des sources écrites et l’exploitation de l’enquête OVE 2016), cette thèse adresse ces questions en trois volets complémentaires : les politiques publiques visant les étudiant-e-s parents, leurs parcours et leur quotidien. L’analyse met au jour une norme de jeunesse produite par la politique de l’enseignement supérieur et les établissements. Cette norme assigne aux étudiant-e-s une place de jeunes et non d’adultes, ce qui engendre le paradoxe des étudiant-e-s parents.

L’étudiant pris comme modèle pour élaborer les politiques de l’enseignement supérieur et les modalités d’enseignement au sein des établissements est un étudiant jeune : financièrement dépendant, disponible à plein temps pour ses études et placé sous l’autorité des enseignant-e-s. Face à cette norme, les étudiant-e-s parents se situent dans des configurations hétérogènes qui leur permettent de correspondre plus ou moins bien aux attentes du supérieur, malgré leurs responsabilités familiales. Les pères étudiants issus de classes supérieures atteignent plus facilement la trajectoire linéaire valorisée car ils ont les moyens matériels d’y correspondre. Cette réussite repose largement sur l’exploitation de leur conjointe qui prend en charge le travail domestique, le travail de care et la charge mentale.

Soutenance – L’engendrement avec tiers donneur. Genre, bioéthique et pratiques transfrontières (France, Belgique par Hélène Malmanche (11.12.2020)

Hélène Malmanche (CESPRA) soutiendra sa thèse de doctorat en anthropologie sociale et ethnologie intitulée « L’engendrement avec tiers donneur. Genre, bioéthique et pratiques transfrontières (France, Belgique) », sous la direction d’Irène Théry (directrice d’études à l’EHESS) le vendredi 11 décembre 2020 à 14h00 par visioconférence. Pour y assister, merci de la contacter par mail : h.malmanche@ehess.fr.

Le jury sera composé de :

Laurence Hérault, anthropologue, Aix-Marseille Université, rapporteure
Virginie Rozée, sociologue, Institut national d’études démographiques, rapporteure
Jérôme Courduriès, anthropologue, Université Toulouse Jean Jaurès
Liora Israël, sociologue, École des Hautes Études en Sciences Sociales
Séverine Mathieu, sociologue, École Pratique des Hautes Études
Rayna Rapp, anthropologue, New-York University
Irène Théry, sociologue, École des Hautes Études en Sciences Sociales, directrice de thèse

***
Résumé :

Le recours à l’assistance médicale à la procréation (AMP) avec tiers donneur est régi en France par les lois dites « de bioéthique » depuis 1994, qui balisent l’organisation des dons de gamètes et d’embryons en les réservant aux seuls couples hétérosexuels en âge de procréer. En raison des restrictions d’accès que pose ce cadre, et des difficultés à trouver un nombre suffisant de donneurs et donneuses pour répondre aux besoins croissants, de nombreuses personnes se tournent vers l’étranger pour bénéficier d’un don de sperme, d’ovocytes, d’embryon ou de gestation. Pour les Françaises et les Français, la Belgique représente le premier pays de destination pour le recours à une AMP transfrontières.

Appréhendés dans leur globalité, les dons de gamètes et d’embryon mais aussi les dons de gestation (la gestation pour autrui) sont autant des pratiques médicales que des pratiques de parenté en tant qu’ils créent une nouvelle forme familiale : la famille issue de don. Cette thèse vise à décrire la pratique de l’engendrement avec tiers donneur, à la fois du point de vue des parents d’intention qui sont engagés dans des parcours d’AMP avec tiers donneur, et du point de vue des praticiens qui accompagnent la construction de cette parenté par le don. Pour cela une double enquête a été réalisée. Premièrement une enquête par entretiens a été menée auprès de parents d’intention ayant eu recours à une AMP avec tiers donneur, qui s’articule en trois volets ; ils permettent chacun d’éclairer respectivement le don d’ovocytes, le don de sperme à des couples de femmes, le don de gestation à des couples d’hommes, des hommes seuls ou des couples de sexe opposé. Deuxièmement une enquête ethnographique de deux ans dans un centre de procréation médicalement assistée en Belgique accueillant des ressortissants français a permis de rendre compte d’une pratique médicale d’engendrement avec tiers donneur.

Dans un contexte où l’engendrement avec tiers donneur est dans une situation d’ « institution incomplète » en France comme en Belgique chacune à des titres différents, cette recherche permet d’éclairer le changement social en train de se faire à travers la question de l’institution de normes émergentes de cette nouvelle manière de faire une famille. Les résultats de l’enquête mettent en exergue le caractère processuel de l’acquisition des places de chaque protagoniste – parents d’intention, donneurs, enfant issu du don – pendant le temps de l’engendrement, qui s’étend depuis l’élaboration du projet parental jusqu’à l’après naissance ; ils rendent comptent de la façon dont des professionnels du soin accompagnent cet engendrement avec tiers donneur à travers un travail relationnel qui prend en compte l’ensemble des dimensions de l’engendrement, de sa composante biologique à la parenté, en passant par la filiation. Enfin ces pratiques médicales et de parenté doivent être replacées dans le contexte global des transformations de l’institution de la famille, ouvrant ainsi à un éclairage, par les sciences sociales, des débats bioéthiques les plus contemporains.

Projection-débat – Ma famille sans frontière (17.12.2020)

Le jeudi 17 Décembre 2020 de 16h à 18h, 1er événement « grand public » organisé par le Réseau de recherche Migrations de l’Asie de l’Est et du Sud-Est en France (MAF) :

Projection-débat autour du film de Minju Song « Ma Famille Sans Frontières »

Avec une table ronde sur le thème : Les dynamiques au sein de familles franco-est asiatique en France.

Inscription requise : https://forms.gle/MvFWytcpWxwNvQgd8

Intervenant∙e∙s 

Minju Song (Réalisatrice)
Beate Collet (Sorbonne Université)
Zongnan Wang (Université de Poitiers)
Kanako Takeda (EHESS/Sorbonne Université, doctorante associée à l’IAO)

Comité d’organisation

Sophie Haas (Diplômée de l’INALCO), Meng Kou (ENS)
Kanako Takeda (EHESS/Sorbonne Université, doctorante associée à l’IAO)
Simeng Wang (CNRS)

Contact
migrations.asiatiques@gmail.com
https://www.migrations-asiatiques-en-france.cnrs.fr/actualites/204-1er-evenement-grand-public-organise-par-maf-projection-debat

Séminaire – Droit, justice et parentés LGBTQ (26.11.2020)

La prochaine séance du séminaire JustineS (Justice et inégalités au prisme des sciences sociales) aura lieu ce jeudi 26 novembre 2020 à 14h en visioconférence. Elle sera consacrée au thème « Droit, justice et parentés LGBTQ », avec deux interventions :

  • Lucie PRAUTHOIS (Univ. Paris-Dauphine, IRISSO) : « Des avocat·e·s au service des parents non-hétérosexuels : combattre, contourner et renforcer les inégalités juridiques »
  • Émilie BILAND (Sciences Po, CSO, IUF) : « Entre rapports ordinaires au droit et activisme judiciaire. Enquêtes en cours auprès de parents non-hétérosexuels dans les Amériques »

Le séminaire est ouvert à tou·tes. Pour assister à la visioconférence, merci d’écrire à seminaire.justines@gmail.com.

Le programme complet du séminaire pour l’année 2020-2021 est en pièce jointe et disponible ici.

Atelier – La naissance en France (04.12.2020)

Le réseau doctoral en santé publique organise un atelier intitulé « Une perspective pluridisciplinaire sur la naissance » le 4 décembre 2020.

Présentation
La prise de contrôle de la médecine clinique sur la naissance a débuté dans la seconde moitié du 18ème siècle. L’obstétrique scientifique masculine s’impose alors dans un domaine traditionnellement occupé par les sages-femmes.
Dès la seconde moitié du 19e siècle, ce sont plus de 50% des accouchements qui se déroulent à l’hôpital sous la tutelle des médecins.
Héritière de cette histoire, la naissance est toujours sujet de préoccupation dans la société française.
A l’heure où les violences gynécologiques et obstétricales sont dénoncées, où des alternatives se dessinent difficilement pour une prise en charge moins médicalisée des naissances, un éclairage pluridsiciplinaire s’impose.
Le 4 décembre 2020, de 9h à 13h, nous aborderons par l’écoute et le débat le vaste sujet de la naissance en France. Nous sommes honoré.e.s de pouvoir réunir, lors de ce séminaire en ligne, des expertes du sujet qui nous apporterons leurs éclairages scientifiques et pratiques sur les enjeux et dynamiques autour de la naissance en France.

Le programme et les modalités d’inscription sont à retrouver sur le site de l’atelier.

Parution – Les économies de la procréation médicalement assistée

Le dernier numéro de Nouvelles questions féministes porte sur Les économies de la procréation médicalement assistée. Il est coordonné par Nolwenn Bühler, Irène-Lucile Hertzog, Marta Roca i Escoda et Véronique Boillet.

Présentation du numéro

La procréation médicalement assistée (PMA) s’inscrit dans un marché globalisé qui est traversé et organisé par différents types d’économies –financière, morale, biologique et affective. Bien que profondément imbriquées, ces économies reposent sur des forces de travail, des modalités d’échange et des biens ou valeurs qui sont distincts. En proposant d’étudier les dynamiques économiques à l’œuvre dans la PMA, ce numéro de Nouvelles Questions Féministes met en lumière les processus matériels et symboliques qui contribuent à reproduire et produire d’anciennes et nouvelles formes d’inégalités. Les articles du Grand angle du numéro révèlent les reconfigurations du système de genre en revisitant le travail procréatif soumis aux logiques économiques d’un marché globalisé. Les auteures analysent ainsi les enchevêtrements complexes de cette chaîne mondiale de la procréation et sa stratification selon des lignes sexistes, racistes et classistes.

Sommaire

Nolwenn Bühler, Irène-Lucile Hertzog, Marta Roca i Escoda et Véronique Boillet
La production biomédicale d’enfants : entre stratification et globalisation

Claire Grino
Quand congeler revient déjà à genrer : une étude comparative du développement des techniques biomédicales de cryopréservation des gamètes humains mâles et femelles

Marie Mesnil
Des ovocytes sous contrôle. Regards franco-suisses sur l’encadrement juridique du don et de l’autoconservation d’ovocytes

Marlène Jouan et Clémence Clos
Le privé est politique… et économique ! Pour une économie politique du travail de gestation pour autrui

Carolin Schurr
De la biopolitique aux bioéconomies : PMA et (re)production de la blanchité sur le marché de la GPA au Mexique

Venetia Kantsa
Investissements futurs : Loi, technologies et l’ordre de la parenté en Grèce

Présentation du numéro
Edito
Résumés

Colloque – Famille, pouvoir et inégalités (30.11.20, visioconférence)

Le colloque Famille, pouvoir et inégalités, organisé par l’unité « Genre sexualité et inégalités » de l’Ined, se tiendra lundi 30/11 par visioconférence. Veuillez trouver le programme ci-dessous et ci-joint.Pour participer au colloque, il est nécessaire de s’inscrire au préalable. Après inscriptions, vous recevrez un émail de confirmation avec les informations nécessaires pour se connecter le 30/11. Le nombre de places est limité à 100 participant.e.s.

9H15 : OUVERTURE

Ouverture : Magda Tomasini, directrice de l’Ined

Introduction : Marie Bergström & Mathieu Trachman (Ined)

9H30-11H : LA PLACE DES MINORITÉS SEXUELLES AU SEIN DES FAMILLES
Discutant : Wifried Rault (Ined)

Camille Masclet (CESSP, CNRS) : Coming-out familiaux, et après ? Des processus d’acceptation parentale contrastés

Tania Lejbowicz (Ined, Université Paris Nanterre) : Détresse psychologique des femmes lesbiennes et bisexuelles : quels liens avec la connaissance et acceptation parentales de leur identification minoritaire ?

11H15-12H45 : INÉGALITÉS ET ENFANCE
Discutante : Lidia Panico (Ined)

Sébastien Roux (LISST, CNRS) : Le coeur et ses raisons. Amour, altérité et préparation dans le monde de l’adoption

Kevin Diter (EHESP) : “C’est quand qu’on va où ?” : les rapports socialement différenciés au temps des adolescent.e.s et de leurs parents

14H-15H30 : INÉGALITÉS ÉCONOMIQUES, INÉGALITÉS DE GENRE
Discutante : Hélène Périvier (Sciences Po)

Angèle Jannot (Ined, Université Paris 8) : Des inégalités de revenus aux inégalités de richesse dans la famille : le rôle du genre dans les transactions économiques quotidiennes au sein des couples parentaux hétérosexuels

Anne Lambert (Ined) : Emploi, télétravail et conditions de vie : une analyse des dissensions conjugales à l’heure de la pandémie de covid-19

15H45-17H15 : VIOLENCES AU SEIN DE LA FAMILLE : LES APPORTS DES ENQUÊTES VIRAGE
Discutante : Pauline Delage (CSU, CNRS)

Amélie Charruault (Ined, Univiersité Paris 1) : Les réactions des filles et des garçons suite aux violences subies dans la famille et son entourage: se taire, parler ou dénoncer ?

Stéphanie Condon et l’équipe Virage Outre-mer (Ined) : Genre et contextes relationnels des violences dans l’entourage familial à La Réunion

17H15 18H00 : CONFÉRENCE DE CLÔTURE
Présidence : Michel Bozon (Ined)

Céline Bessière (Université Paris Dauphine) & Sibylle Gollac (CSU, CNRS) : Le genre du capital. Comment la famille reproduit les inégalités

Journée organisée par Marie Bergström, Marie Digoix, Tania Lejbowicz, Mathieu Trachman & Lucie Wicky

Programme

Journée d’étude – Les domesticités en 2020

La journée d’étude Domesticités en 2020 s’inscrit dans la continuité de trois ans de discussions dédiées aux domesticités à travers l’histoire et le monde. Il s’agit d’interroger les domesticités contemporaines – définies en tant qu’activités qui consistent à être rémunéré-e en faisant des tâches domestiques pour des ménages autres que le sien – en portant l’attention sur les formes qu’elles prennent dans différents espaces nationaux et en situant ces variations nationales dans l’histoire de chacun des pays concernés. Cette journée d’étude est l’occasion d’appréhender la complexité du travail rémunéré chez autrui et vise à contribuer à des réflexions et des débats qui concernent la sociologie du travail, de l’emploi et des professions, ou encore la sociologie des mouvements sociaux et les études de genre. Quelques interventions portent sur les enjeux de garde d’enfant et sur la relation entre parents et travailleuses gardant des enfants (nourrices, assistantes maternelles, au pair).

Lien vers la journée d’étude

Programme

Inscription