Archives de catégorie : Billets

Le non-désir d’enfant en BD (1) : une affaire de femmes ?

“IMG_0221.JPG” by m anima is licensed under CC BY 2.0

En 2011 et 2012, deux BDs sur le non-désir d’enfant sont publiées par Fluide Glacial, scénarisées et dessinées par Véronique Cazot et Madeleine Martin. Cette mini-série intitulée Et toi, quand est-ce que tu t’y mets ? met en scène le non-désir d’enfant, qu’il soit permanent avec l’héroïne du premier tome (Jeanne) ou temporaire avec l’héroïne du deuxième (Lucie).

 

Par l’expression de « non-désir d’enfant », je désigne soit le choix de ne pas devenir père ou mère (non-désir permanent), soit le choix de recourir à un avortement dans le cas d’une grossesse non-désirée, ce qui n’exclut pas que la personne ait un désir d’enfant à moyen ou long terme (non-désir temporaire). Par ces BDs, nous interrogerons la représentation de l’injonction à la maternité et la stigmatisation des femmes qui ne veulent pas être mères ou qui recourent à un avortement. Dans un premier temps, nous montrerons que la parentalité est présentée avant tout comme une affaire de femmes. Ensuite, nous explorerons la mise en scène du non-désir d’enfant, non seulement à travers les discours tenus par les personnages mais aussi par la représentation visuelle de la parentalité. Enfin, nous montrerons que bien que les femmes constituent la majorité des personnages parlants, le non-désir d’enfant est dépeint comme un choix de couple.

La parentalité : guerre tranchée entre femmes ou sororité ?

Dans les deux volumes, le fait d’être parent est présenté avant tout comme une affaire de femmes : ce sont les femmes qui parlent et s’occupent des enfants, qu’il s’agisse des personnages nommés ou de figurants croisés dans le parc, avec des nourrissons et des jeunes enfants. Les pères n’interviennent que très ponctuellement, le dimanche ou lors de sorties en famille, où ils sont impliqués dans des activités de bricolage avec des enfants plus âgés. On retrouve donc dans cette représentation des parents l’idée que le nourrisson est principalement la responsabilité de la mère, le père n’intervenant que plus tard dans l’éducation. De même, quand les femmes s’interrogent sur leur non-désir d’enfant, c’est vers d’autres femmes qu’elles vont se tourner, qu’elles aient été mère ou non. Enfin, dans le premier tome, Jeanne consulte un forum de childfree (« ceux qui ont choisi une vie sans enfant ») . Or,  la majorité des posts de ce forum viennent de femmes. Les hommes semblent donc moins concernés par des injonctions à la paternité ou des interrogations sur le non-désir d’enfant. Or, loin de composer un groupe féminin homogène ou un continuum face au désir d’enfant, deux camps s’affrontent.

« Celle qui ne voulait pas d’enfant » (tome 1) met dans un premier temps en scène une opposition nette entre deux groupes de femmes : les « avec » et les « sans ». Comprendre, avec ou sans enfant. Cette dichotomie est réaffirmée notamment par le personnage d’Adeline (qui n’est d’ailleurs nommé que dans la seconde moitié du deuxième tome, ce qui en dit long sur la perte d’identité personnelle qui est associée à la maternité dans la BD), qui incarne la Mère : ses conversations tournent essentiellement autour de ses enfants et de son étonnement que les autres femmes de son entourage n’en fassent pas autant, son album photo ne contient que des clichés de son nourrisson. Par exemple, dans les premières planches du premier tome, elle déclare successivement à Jeanne (présentée en introduction comme une jeune femme de 35 ans, en couple hétérosexuel, photographe, avec un « signe très particulier pour un être humain de sexe féminin : ne veut pas d’enfant ») : « Et toi Jeanne, quand est-ce que tu t’y mets ? » et « Tu sais tellement y faire avec les enfants ! C’est évident que tu adorerais être mère ». Dans le deuxième tome, lorsqu’Adeline apprend que sa petite sœur Lucie (20 ans, étudiante) est enceinte et ne veut pas mener la grossesse à terme, elle n’a de cesse de la persuader de ne pas recourir à un avortement.

Bref, Adeline incarne l’injonction à la maternité qui pèse sur les femmes : sacralisation de la maternité comme seul plein accomplissement possible d’une femme, rappel de l’horloge biologique, dissuasion du recours à une IVG pourtant voulue par les deux géniteurs potentiels. En témoigne ce dialogue entre Jeanne et Adeline au début du premier tome :

Adeline : Je me sens tellement comblée ! Tu sais, c’est vrai ce qu’on dit : on n’est pas complètement femme tant qu’on n’a pas connu ça !
Jeanne : C’est sympa pour moi ! Et celles qui ne peuvent pas en avoir, elles ne servent à rien ??
Adeline : Mais non ! C’est juste triste de manquer ça ! Surtout quand on peut ! […]
Ne pleure pas mon bébé, Jeanne s’énerve parce qu’elle se ment à elle-même. Elle changera d’avis, comme tout le monde !

En une seule planche, Adeline coche plusieurs cases du bingo du non-désir d’enfant. Même type d’interactions entre Adeline et sa sœur Lucie tombée enceinte par accident, qu’elle essaye de faire culpabiliser pour qu’elle garde le fœtus.

Pourtant, la vie de mère d’Adeline n’a pas l’air si idyllique : elle est représentée à plusieurs reprises comme étant débordée par la maternité, qu’elle soit épuisée par son bébé qui ne fait pas ses nuits, tyrannisée par lui parce qu’elle cède au moindre de ses pleurs ou se sente humiliée devant ses proches parce que son fils ne marche pas encore. La maternité remplit toute son quotidien, au détriment de toute vie professionnelle, personnelle ou même conjugale (plus de relation sexuelle depuis l’accouchement à cause de la douleur de l’épisiotomie mais aussi un malaise lié à ses vergetures). Être mère ne semble donc pas lui prodiguer les satisfactions qu’elle vante à Jeanne.

Face à cet adversaire, il s’agit pour les deux héroïnes de trouver une alliée pour affronter les doutes qu’elles traversent (le conjoint de Jeanne se demande s’il ne veut pas des enfants, Lucie s’interroge sur son choix d’un recours à l’avortement). Ces soutiens se fondent sur une communauté d’expérience. Dans le premier cas, Jeanne trouve ce soutien dans le personnage de Maria, femme d’une soixantaine d’années qui a fait le choix d’une vie sans enfant et qui déclare n’avoir jamais regretté et s’être épanouie dans ce mode de vie. En ce qui concerne Lucie, elle est épaulée par deux femmes de son entourage qui ont eu recours à un avortement : Jeanne, mais aussi sa mère. Elles lui prodiguent des informations (sur le Planning familial par exemple) et la réconfortent. Ainsi, bien que ces deux personnages soient en couple et que leurs conjoints traversent la même épreuve qu’elles, ils ne constituent pas des alliés aussi efficaces que d’autres femmes ayant une expérience du non-désir d’enfant.

Cependant, on assiste à une réconciliation des deux camps à la fin de chaque tome. Dans le premier, la planche finale représente Adeline admettant envier parfois la vie de Jeanne, signe qu’elle reconnait les mérites d’une vie sans enfant. Dans le deuxième tome, la réconciliation se produit moins entre deux personnages, Adeline et Lucie, qu’entre Adeline et sa vie de femme : pour l’aider à se sentir à l’aise dans son corps après la grossesse, Jeanne photographie Adeline nue, et décide de faire une exposition intitulée « la femme derrière la mère ».

Les deux tomes de Et toi, quand est-ce que t’y mets ? reprend donc les représentations sociales de la maternité comme unique accomplissement d’une femme et de la parentalité comme une affaire de femmes avant tout. Cependant, il s’agit moins de s’en faire l’écho que de les critiquer, d’une part en rappelant que la maternité n’est pas un passage obligé et que la vie d’une femme ne se réduit pas (forcément) à cette dimension, et d’autre part en promouvant une sororité entre femmes De fait, la maternité est largement présentée comme une aliénation, par le personnage d’Adeline du moins, mise en scène comme étant asservie par son enfant.

Le non-désir d’enfant : entre raison et sentiment

Constamment renvoyée à son non-désir d’enfant, Jeanne argumente régulièrement avec Adeline, mais aussi avec son conjoint, pour expliquer son non-désir d’enfant. Elle explique ainsi que selon elle, le monde actuel ne donne pas envie de faire des enfants (« quand le monde sera sans guerre, sans faim, sans pédophilie, sans chômage, [….] alors je réfléchirais à la question »), que ce n’est pas parce que « tout le monde » a des enfants qu’elle doit en faire autant, qu’elle ne veut pas faire passer un seul être avant ses proches et elle-même, etc. Cependant, l’essentiel de l’argumentation de la BD passe moins par le verbal que par l’émotionnel. De nombreuses planches représentent une vision diabolisée de la parentalité : le fœtus ou l’enfant comme un tyran qui dévore littéralement sa mère, l’accouchement comme une séance de torture, la parentalité comme un désastre écologique ou social (risque de mettre au monde un futur Hitler). De plus, le fait que n’importe qui puisse de devenir parent, indépendamment de qualités indispensables pour endosser ce rôle avec succès (amour, psychologie, patience, pédagogie…), est critiqué. De fait, le choix de Jeanne et de son conjoint de ne pas avoir d’enfant est valorisé à plusieurs reprises par la mise en avant d’une vie diversifiée dans ses activités et par l’harmonie de leur vie de couple.

A l’inverse, la décision de Lucie d’avorter est présentée essentiellement sous l’angle rationnel : son choix repose sur le fait qu’elle ne se sente pas prête à être mère maintenant. Le registre émotionnel est davantage mobilisé par ses opposants, incarnés essentiellement par des hordes de démons qui s’expriment dans des sites anti-avortement.

D’ailleurs, en refusant de mettre en scène des femmes qui regrettent leur choix de ne pas avoir d’enfant (qu’il s’agisse d’un choix de vie ou du recours à un avortement), la BD dénonce également l’injonction faite aux femmes de « mal vivre » leur avortement. En effet, vers la fin du deuxième tome, Lucie déclare culpabiliser de ne pas culpabiliser au sujet de son IVG, après avoir reçu plusieurs coups de fil d’amis qui partent du principe qu’elle est affectée par l’intervention (« ça doit être dur », « tu tiens le coup ? il va te falloir du temps pour t’en remettre », « c’est trop L’HORREUR, tu dois être trop MAL ! », « c’est la première année la plus DURE, après t’y penses juste les dates anniversaires »). Jeanne lui montre alors à Lucie le site « je vais bien, merci », qui recense des témoignages de femmes sur l’IVG, qui déclarent que le plus difficile dans leur décision était le manque de professionnalisme des soignants qui les ont critiquées ou culpabilisées, ou l’ingérence des anti-IVG. Une femme qui regrette d’avoir été mère est néanmoins mise en scène par le biais d’un témoignage, soulignant une fois encore que la maternité n’est pas forcément une garantie de bonheur.

Toujours dans le registre argumentatif, Adeline est à plusieurs reprises renvoyée à l’animalité quand elle critique les choix de Jeanne et de Lucie : représentée en guenon ou en femme des cavernes quand elle défend la maternité, elle est associée à une humanité primitive, tant par une absence de technologie pour éviter la grossesse que par ses arguments décrits comme primaires ou simplistes.

S’opposant aux arguments parfois simplistes présentant la maternité et le refus du recours à l’IVG comme une évidence, Et toi, quand est-ce que tu t’y mets ? a donc à cœur de présenter le choix de devenir parent ou non comme une alternative où chaque option se vaut, du moment qu’il est en accord avec le parcours de vie et de la personnalité de la mère. Au-delà de la dénonciation des injonctions à la maternité, quel qu’en soit le prix pour les femmes, la BD dénonce donc également la stigmatisation et la culpabilisation des femmes ayant recours à l’IVG.

Ne pas devenir parent : un choix de couple

En dépit d’une relative absence de personnages masculins dans la BD et d’une centration sur les femmes concernant le non-désir d’enfant, le choix de ne pas devenir parent est néanmoins présenté comme un choix de couple.

Dans le cas de Jeanne, le non-désir d’enfant partagé par elle et son conjoint est d’ailleurs présenté comme une métonymie de leur couple : alors que Jeff lui dit qu’il se pose des questions sur ce choix de non-parentalité, elle lui répond « on a toujours été d’accord là-dessus ! c’est même pour ça qu’on s’entend si bien ! ». Si les hésitations de Jeff constituent la trame narrative de « celle qui ne voulait pas d’enfant » et amène Jeanne à s’interroger également sur son désir d’enfant, le tome se conclut par la réaffirmation conjugale de leur volonté de ne pas être parents et sur la mise en place du projet de couple de s’installer à la campagne et de retaper une petite maison. Il s’agit donc d’un primat du couple (« je préfère mille fois ne pas faire d’enfant avec toi, qu’en avoir avec une autre ») et de leur bonheur dans leur situation actuelle.

De même, si Harry (le petit ami de Lucie) estime que c’est forcément Lucie qui aura le dernier mot, il ne désire pas non plus qu’elle poursuive la grossesse et il l’accompagne à la clinique où elle subit l’intervention. Là encore, le tome « on l’appellera Simone » se conclut par le primat du conjugal, avec un dessin d’Harry et de Lucie qui conviennent qu’ils auront un enfant lorsqu’ils seront prêts. De même, dans un flashback où Jeanne raconte à Lucie son avortement, Jeff est dessiné à ses côtés quand elle se réveille sur le lit d’hôpital après l’intervention.

Ainsi, bien que les hommes soient largement laissés à l’arrière-plan de cette BD, ils sont néanmoins représentés dans les moments-clefs de l’affirmation du non-désir d’enfant des deux héroïnes. Bien que ce non-désir soit présenté comme quelque chose d’individuel, émanant de la personnalité et des choix de vies de ces femmes, la « concrétisation » du non-désir d’enfant semble devoir passer par le couple.

 

Cette BD est donc un objet intéressant pour des chercheurs sur les paternités et les maternités. En dessinant sous un angle humoristique la parentalité et le non-désir d’enfant, elle dénonce les injonctions associées à la maternité et la culpabilisation dont font l’objet les femmes qui ont recours à l’avortement. Elle s’attache par exemple à désamorcer certains clichés concernant les femmes ayant recours à l’avortement, dépeintes non comme irresponsables, discours qui peut être tenu par les anti-IVG (laissant d’ailleurs dans l’ombre le rôle du partenaire masculin dans la grossesse), mais comme des femmes n’ayant pas eu de chance : accident contraceptif, mésinformation concernant le contraceptif utilisé, échec de la pilule du lendemain, voire femme victime de viol… Loin d’être nécessairement traumatisées par l’IVG, elles continuent la vie qu’elles ont choisie après cet accident de parcours. La BD cherche à désamorcer une opposition trop facile entre femmes qui se protègent et femmes qui ne se protègent pas, en rappelant que le risque de grossesse non désirée peut concerner toutes femmes ayant une activité sexuelle. En creux, apparaît également une critique de l’injonction à renoncer à toute vie personnelle au profit d’un investissement exclusif dans l’enfant pour celles devenues mères. Après la glorification de la maternité, puis la promotion d’une maternité forcément épanouie parce que choisie[1], va-t-on vers une reconnaissance du droit à la non-maternité ?

Myriam Chatot

Véronique Cazot, Madeleine Martin, Et toi, quand est-ce que tu t’y mets ? – celle qui ne voulait pas d’enfant, tome 1, Fluide Glacial, 2011
Véronique Cazot, Madeleine Martin, Et toi, quand est-ce que tu t’y mets ? – on l’appellera Simone, tome 2, Fluide Glacial, 2012

[1] Garcia Sandrine, Mères sous influence – De la cause des femmes à la cause des enfants, La Découverte (coll. « Textes à l’appui »), 2011

A signaler

Le 21 juin 2017, le Mage organise un débat sur les femmes sans enfants. Informations

« Suis-je un bon père ? » : une question qui ne se pose pas ?

“Hayden and Daddy” by Michael Crane is licensed under CC BY 2.0

Ni trop ni pas assez disponible. Etre aimante, mais pas étouffante. Protéger les enfants, mais les laisser faire leurs propres expériences. Les faire progresser, mais ne pas les forcer. Tout en prescriptions contradictoires, être une « bonne mère » est une injonction qui pèse fortement sur les femmes. Il ne s’agit pas seulement des « rappels à l’ordre » ou des conseils prodigués par l’entourage de la mère, mais aussi de l’image de la « bonne mère » que se forgent les femmes elles-mêmes. En témoigne cette déclaration d’une mère qui a pris un congé parental presque malgré elle :

Pendant ma grossesse, j’ai décidé que j’allais prendre un congé parental, pour mon premier. Mais ce n’était pas parce qu’il n’y avait pas de place en crèche, c’était parce que je voulais faire la bonne mère. Pour moi, la bonne mère, ça prend un congé parental. C’est pas parce que j’en avais vraiment envie ou que… Pour moi, une bonne mère prend un congé parental. […] J’étais en dépression post-natale. Parce que rester à la maison, c’est pas mon truc. Je les aime, mes enfants, mais passer toute la journée avec des gamins qui ne parlent pas, changer des couches, les biberons, pour moi c’était… La perte de liberté, je ne me sentais pas bien. Mais par contre j’aime mes enfants. Je le dis parce que… [rire] J’ai culpabilisé un moment en me disant « t’es une mauvaise mère, c’est pas possible », je les aime mais c’est pas mon truc.

Plus largement, Sarah Lécossais (2015) montre, à partir de l’étude de séries télévisées françaises de type « chroniques familiales », qu’il n’y a pour ainsi dire qu’un seul modèle de mères représenté dans ces séries : à l’écoute, disponibles, aimantes, mais surtout culpabilisées. Se demander si on est une « bonne mère » (ou se reprocher de ne pas l’être assez) semble à ce titre considéré comme le lot commun des femmes.

Qu’en est-il pour les pères ? Se demandent-ils s’ils sont des bons pères ? A partir de deux enquêtes sociologiques, l’une menée auprès de 39 pères qui ont pris un congé parental à temps plein ou à temps partiel en couple hétérosexuel et 18 pères en situation de monoparentalité, nous tenterons, sinon de répondre à cette question, au moins d’apporter quelques pistes de réponse.

Ce qui ressort des entretiens avec les pères en congé parental, c’est que la « bonne paternité » est largement une non-question pour eux. Certes, certains d’entre eux reconnaissent se poser de la question de temps en temps, notamment lorsque les pères se sentent en « échec éducatif » (par exemple, si l’enfant refuse d’obéir). Cependant, dans l’ensemble, ces hommes semblent plutôt sûrs de leurs compétences parentales. Par exemple, Hugo (en congé parental pendant 3 ans et demi) déclare :

[En tant que père,] je vais essayer de mieux que je peux. Je ne me mets pas une barrière, genre « Untel a dit ça, Untel a dit ça, Dolto a dit ça », non, j’en ai rien à foutre. Enfin, c’est intéressant, mais moi, ce que je peux donner, le meilleur de moi, je vais lui donner. Après, ça aura ses failles, ses qualités, ses défauts, mais voilà, moi je lui ai donné le mieux de ce que je pouvais. Et je continue.

S’ils se posent des questions, c’est plutôt sur la meilleure méthode à adopter que sur la pertinence de leurs choix ou de leur attitude avec les enfants. Par exemple, Fabien (en congé parental pendant 6 mois) se rappelle :

Au début, quand les deux garçons sont nés, c’est l’éternelle question, « est-ce que je le laisse pleurer, est-ce que je le laisse pas pleurer ? ». Et on a appris énormément de choses avec ça, et en même temps, ma conjointe a eu du mal à les laisser pleurer, moi je pensais qu’il fallait les laisser s’exprimer… On a trouvé un bon système, on a trouvé un équilibre, sur ce point crucial quand tu es parent, de ta parentalité, c’est le nerf de la guerre parce que tu veux que ton enfant il dorme etc., on a trouvé à nous deux, en puisant chacun de notre côté… Je ne sais pas si c’est du hasard, de l’inné, de l’acquis, par rapport aux enfants… Je trouve qu’on fait un bon duo.

A l’inverse, les pères solos semblent raisonner différemment. Conscients de la dimension atypique de leur paternité solo, les pères rencontrés évoquent régulièrement leurs inquiétudes quant à leurs compétences pour être un « bon » parent et un « bon » père. Il s’agit alors pour eux, non plus d’exercer au quotidien des pratiques parentales données mais de faire en sorte que ces dernières soient conformes aux discours relatifs à la « bonne » parentalité. Les pères solos rencontrés ne cherchent pas à être uniquement des pères mais à être de « bons » pères voire des pères parfaits.

Cette volonté semble liée à deux éléments principaux, d’une part, les circonstances ayant conduit ces hommes à la paternité solo et d’autre part, l’idée selon laquelle la mère est le parent « principal » (entendu comme le parent légitime par les institutions car le plus apte en termes de compétences parentales). En effet, pour la plupart des enquêtés, la paternité solo a été subie, la mère étant partie « du jour au lendemain ». Le père s’est alors retrouvé seul au quotidien avec ses enfants. Cette déstabilisation soudaine et souvent non anticipée amène ces pères à opérer un travail réflexif sur leur rôle parental. Alors qu’auparavant ils pouvaient être plus ou moins investis auprès de leur(s) enfant(s), il semble que l’entrée en parentalité solo entraîne des « reformulations » (Martial, 2016) de leur paternité. Désormais, ces pères mènent un travail constant au quotidien sur leurs pratiques afin que ces dernières s’inscrivent dans les normes de la « bonne » paternité.

Ainsi, plusieurs pères enquêtés font part de l’importance accrue qu’ils apportent à des activités telle que la préparation du repas, qui fait désormais l’objet de nombreuses réflexions: volonté de préparer des repas équilibrés, à partir de produits frais et variés, demande de conseils à des femmes considérées comme de « bonnes » cuisinières, etc.

Pour les pères solos enquêtés, un leitmotiv semble constant : être un « bon » parent c’est faire de l’enfant une priorité. Il s’agit alors de se consacrer pleinement à lui, quitte à mettre en retrait sa vie amicale et amoureuse jusqu’à ce que les enfants soient considérés comme « assez grands » pour être autonomes.

A l’inverse, pour les pères en congé parental, être un « bon » parent, c’est avant tout être présent, mais pas forcément au détriment d’autres dimensions de leurs vies. En effet, plusieurs d’entre eux insistent sur l’importance de se garder du temps pour soi, et du temps de couple, pour ne pas être seulement un parent.

A partir de cette comparaison de deux groupes de pères assez minoritaires (pères en congé parental et pères en situation monoparentale), on voit donc se dessiner l’importance de la relation de couple dans le sentiment de compétence en tant que père. En effet, les pères en congé parental manifestent une certaine assurance dans l’exercice de leur paternité, là où les pères solos semblent se considérer comme des parents moins bons que les mères, même s’ils tentent de les égaler. Est-ce parce que la présence de la mère (et la possibilité de l’imiter) prodigue au père un sentiment de confiance dans ses propres capacités, ou parce que le « bon père » est celui qui seconde la mère ? Nous laissons soin à d’autres recherches que les nôtres de répondre à cette question.

Myriam Chatot
Alexandra Piesen