Tous les articles par RePPaMa

Parution – actes de la journée d’étude “Maternités, paternités”

Les actes de la journée inaugurale du réseau, « Maternités, Paternités : Représentations, Pratiques, Nouvelles perspectives », sont publiés chez Encyclo ! Vous pouvez les lire ici.

Sommaire :

Atelier du RePPaMa : prochaine séance le 26 mars 2020

Nous avons le plaisir de vous convier à notre neuxième atelier du Réseau d’Études Pluridisciplinaires sur les Paternités et les Maternités – REPPaMa qui aura lieu le jeudi 26 mars 2020 de 14h00 à 16h30 à l’Ined, R19 (RDC) (9 cours des Humanités, Campus Condorcet à Aubervilliers, M12 Front Populaire).

Dans le cadre de cet atelier, nous aurons le plaisir d’écouter les présentations d’Aden Gaide et Nouri Rupert.

Aden Gaide (doctorant en sociologie à Sciences Po Paris, Observatoire sociologique du changement) nous fera une présentation basée sur son enquête doctorale : Quand son enfant devient parent pendant ses études supérieures. Ce que les réactions des parents révèlent de leur rapport aux études de leur enfant

Nouri Rupert (postdoctorant en sociologie à l’Université d’Angers, ESO-CNRS) nous fera une présentation basée sur sa thèse : Les normes de parentalités hégémoniques à l’épreuve des familles transnationales – Circulation de femmes-mères franco-marocaines entre le Maroc et la France.

Colloque La fabrique des parents – note conclusive

Merci à tou-tes les communicant-es, président-es et modérateur-ices de session et à tou-tes les auditeur-ices qui sont venu-es au colloque La fabrique des parents qui vient de s’achever. Pour information, un live-tweet de l’événement est disponible :
Session 1
Session 2
Session 3
Session 4
Sessions 5 et 6

Un compte-rendu est en préparation.

Au plaisir de vous revoir,
l’équipe de RePPaMa

Séminaire – Père et mère d’un territoire : la genréisation de la pratique du pouvoir à la cour princière de Wurtemberg (1582-1614) (06.02.2020, Paris)

Séminaire Histoire et anthropologie de la famille et de la parenté

 Organisé par Laurent Barry (ehess, las), Claire Chatelain (cnrs, crm), Isabelle Daillant (cnrs, erea-lesc) et Michaël Gasperoni (cnrs, crm)

 1er et 3e jeudis du mois de 13 h à 15 h (salle 6, 105 bd Raspail, Paris), 

du 7 novembre 2019 au 4 juin 2020

Séance du 6 février 2020

Régine Maritz (fnrs/Centre Roland Mousnier)

Père et mère d’un territoire : la genréisation de la pratique du pouvoir à la cour princière de Wurtemberg (1582-1614)

Cette contribution porte sur la cour princière de Wurtemberg dans le Saint Empire germanique sur une période d’environ trente ans à compter de 1580. Les rôles de parenté genrés du duc et de la duchesse, qui ont facilité la pratique du pouvoir de multiples façons, seront au cœur de l’exposé. La place de la duchesse dans le couple et dans la famille ducale était enracinée dans une pratique éducative plus large qui visait à enseigner aux femmes de la haute aristocratie à s’adapter au caractère de leur mari afin de stabiliser les mariages dynastiques en privilégiant le travail émotionnel féminin. Nous verrons combien l’ensemble de la structure administrative de la cour princière a été conçue pour se conformer à une sorte de macro-foyer domestique dominé par le duc et la duchesse. Les hommes et les femmes de la cour se sont vu attribuer des rôles spécifiques dans leur entourage, ancrant de fait chaque individu dans un système genré de parenté virtuelle avec la dynastie au pouvoir. Les groupes homosociaux de la cour ont ainsi favorisé un sentiment d’appartenance spécifique chez de nombreux courtisans. De manière plus générale, nous verrons que la réélaboration permanente de la catégorie du genre et de son contenu était en soi une pratique importante du pouvoir, qui a contribué à créer une cohésion entre les différents groupes de la société de cour et qui a préservé des zones de flexibilité au sein du système dynastique.

Tribune – Les femmes divorcées, grandes perdantes de la réforme des retraites

Dans une tribune au « Monde », un collectif de chercheurs et d’universitaires suggère au gouvernement d’établir un vrai partage des droits à retraite au sein des couples.

Contrairement aux affirmations du Premier Ministre, les femmes ne seraient pas les « grandes gagnantes » de la réforme des retraites. En prenant en compte l’ensemble de la carrière plutôt que les « meilleures années », le passage à la retraite à points entraînerait une baisse de leur pension plus importante que pour les hommes. L’ensemble des inégalités (de carrière, de salaire, de temps de travail rémunéré…) qu’elles connaissent tout au long de leur vie professionnelle serait intégralement répercuté sur le montant de leur retraite.

La réforme des retraites renforcerait aussi les inégalités économiques entre femmes et hommes en s’attaquant au dispositif des pensions de réversion. Alors que 99 % du montant des pensions touchées par les hommes est constitué de leurs droits propres, un quart de celles des femmes est issu de ce qu’on appelle des droits dérivés, essentiellement des pensions de réversion. Ces pensions sont actuellement attribuées aux femmes qui ont été mariées, après le décès de leur époux ou ex-époux, en fonction des droits à la retraite acquis par ce dernier. Il ne s’agit pas de cas particuliers : en 2017, presque la moitié (42 %) des femmes touchant des droits à la retraite percevait une pension de réversion. Son montant moyen était de 700 euros. En France, ce dispositif a permis de réduire significativement la pauvreté des femmes âgées. Il faut rappeler que les femmes de plus de 65 ans touchent des pensions de droits propres inférieures de 38 % en moyenne à celles des hommes. Cet écart de revenu est ramené à 25 % grâce aux droits dérivés.

Il y a dix-huit mois, Emmanuel Macron affirmait : « Il n’est pas question de supprimer les pensions de réversion pour les futurs retraités » (Le Monde, 27/06/2018). Or, la dernière version du projet de réforme des retraites prévoit la suppression, après 2025, de la pension de réversion pour les femmes divorcées. Jusqu’ici, en cas de divorce, l’ex-épouse peut percevoir la pension de réversion, ou la partager au prorata du nombre d’années de mariage si son ex-époux a été marié plusieurs fois.

Le gouvernement a prévu d’agir par ordonnance sur ce point ; il envisage de remplacer la pension de réversion pour les femmes divorcées par une augmentation de ce que l’on nomme la prestation compensatoire. Ceci traduit une méconnaissance complète de la justice familiale et de ses évolutions.

Déterminée au moment du divorce, la prestation compensatoire est un capital versé par un ex-conjoint à l’autre, en cas de disparité importante dans leurs conditions de vie respectives à l’issue de la vie commune. La prestation compensatoire est censée compenser les sacrifices professionnels réalisés par un des époux (presque toujours la femme) du fait de la prise en charge du travail domestique et parental. Dans les faits, ce dispositif de compensation a été très affaibli ces vingt dernières années, depuis qu’il n’est plus versé sous forme de rente mais d’un capital pour solde de tout compte.

Pour qu’une femme bénéficie d’une prestation compensatoire, il faut aujourd’hui que son ex-époux détienne, au moment du divorce, un capital disponible important. Seul un divorce sur cinq donne ainsi lieu à une telle prestation : les femmes qui l’obtiennent appartiennent à des milieux plus aisés que celles qui touchent une pension de réversion. Et même quand il y a prestation compensatoire, les sommes fixées sont bien loin de compenser les inégalités économiques entre ex-conjoints. Imaginer que le montant de ces prestations compenserait la disparition de la pension de réversion est totalement irréaliste.

En juillet 2019, Jean-Paul Delevoye affirmait, dans le cadre de la consultation citoyenne sur les retraites : « il appartiendra au juge des affaires familiales d’intégrer la question des droits à retraite dans les divorces, en particulier dans le cadre des prestations compensatoires qui pourront être majorées ». C’est ignorer que les juges aux affaires familiales expriment déjà des difficultés pour calculer les prestations compensatoires, car ils et elles manquent du temps et des moyens nécessaires pour évaluer précisément les situations économiques des ex-conjoints au moment de leur divorce.

C’est aussi ignorer que, depuis 2017, les juges aux affaires familiales ne prononcent plus les divorces par consentement mutuel, soit plus de la moitié des divorces. Ces divorces sont négociés entre avocats ou avocates et enregistrés par les notaires. Les femmes divorcées qui, aujourd’hui, ne parviennent pas à obtenir de prestation compensatoire ne parviendront pas plus, dans un bras de fer entre avocates ou avocats, à y inclure le calcul de leurs droits dérivés.

Loi après loi, la justice se retire au moment des séparations conjugales, au profit d’une négociation privée. Avec la suppression des pensions de réversion pour les femmes divorcées, l’État abandonne son ambition de protéger les plus vulnérables et d’organiser les mécanismes de la solidarité publique, au profit de la loi du plus fort au sein des couples.

La même logique est à l’œuvre pour la prise en compte des enfants dans le calcul des retraites. Aujourd’hui, les mères ont droit à une majoration de leur durée de cotisation (jusqu’à huit trimestres par enfant dans le privé). Demain, celle-ci sera remplacée par une majoration du montant de la pension, à hauteur de 5% par enfant (et 7% pour le troisième enfant) ; le gouvernement prévoyant de laisser aux parents la responsabilité de décider lequel des deux bénéficiera de cette majoration.

Or, le gouvernement oublie par là une réalité tenace statistiquement démontrée : la maternité pénalise les carrières alors que la paternité les « booste ». On pourrait s’attendre à ce que les femmes divorcées soient défendues par la Secrétaire d’État chargée de « l’égalité entre les femmes et les hommes et de la lutte contre les discriminations ». Hélas, non. Marlène Schiappa a déclaré au magazine Elle (13/12/2019) : « J’appelle chaque couple à réfléchir et à respecter l’autonomie financière des femmes. À un moment, l’État peut mettre en place des politiques publiques, on ne peut pas prendre les décisions à la place des couples. (…) Et donc on en appelle simplement à la responsabilité de chacun ». Ceci reviendrait à avaliser les décisions issues d’une négociation entre des partenaires inégaux. Du fait des écarts de revenus très importants au sein des couples (les hommes gagnent 42 % de plus que leur conjointe selon l’INSEE), on peut légitimement s’inquiéter que les couples ne choisissent d’attribuer les 5 % au père pour majorer cette bonification. Si le couple se sépare, les parents seront-ils en mesure de revenir sur leur décision initiale et dans quelles conditions se fera cette « négociation » ? Les femmes ont peu de chance de remporter ce bras de fer à huis clos.

Le gouvernement a pourtant annoncé un nouveau système de retraite plus juste, dont les femmes seraient les grandes gagnantes. Pour cela, il aurait fallu ouvrir des discussions sur de toutes autres bases. Quand on prétend réduire les inégalités économiques entre les hommes et les femmes, accentuées par les séparations conjugales, pourquoi supprimer les quelques dispositifs qui compensent partiellement ces inégalités ? Pourquoi ne pas réfléchir, comme l’ont fait d’autres pays, à un véritable partage des droits à retraite au sein des couples, qui tienne compte des inégalités de genre et encourage un partage égalitaire de la prise en charge du travail domestique gratuit ?

Aujourd’hui, une jeune retraitée sur cinq est divorcée. Dans les générations ciblées par la réforme des retraites, les femmes ayant connu un divorce et, surtout, la rupture d’une union libre seront bien plus nombreuses. Il est plus que temps que la puissance publique se saisisse de la situation des couples non-mariés, qui ne sont concernés ni par la pension de réversion ni par la prestation compensatoire. Ce seraient alors de nombreuses femmes qui accéderaient, enfin, à des conditions de vie à la hauteur du travail quotidien qu’elles accomplissent. Mariées ou non, elles continuent en effet d’assurer l’essentiel du travail domestique tandis qu’elles accumulent moins de richesse que leur conjoint tout au long de la vie.

Le projet de réforme des retraites présenté par le gouvernement d’Edouard Philippe ne se soucie guère de ces enjeux. Il renvoie, en pratique, les femmes séparées à la loi du plus fort. Et l’on continue à se demander de quel souci de justice ou d’égalité il peut bien se prévaloir.

Revue – Des parentalités bousculées

Début de l’avant-propos du numéro de la Revue Française des Affaires Sociales intitulé “des parentalités bousculées” :

La famille est au cœur de transformations importantes. Les situations familiales se complexifient et la place de l’enfant est devenue centrale dans les sociétés occidentales (Déchaux, 2014). Les normes familiales se sont multipliées : cette diversification des modes de vie familiaux témoigne de l’autonomisation des individus dans leur vie privée (Singly, 2003). Parallèlement, l’injonction à être un « bon parent » (Le Pape, 2012 ; Martin, 2014) s’est renforcée, la relation parent-enfant étant de plus en plus présentée comme un facteur d’épanouissement et de réalisation personnelle. D’ailleurs, les nouvelles politiques de soutien à la parentalité sont axées sur la qualité de cette relation, comme l’explique ici Pierre Mazet dans son point de vue sur la politique de soutien à la parentalité (p. 237). On note ainsi une tension entre, d’une part, une plus grande liberté d’élever ses enfants en sortant d’un dogme familial unique et, d’autre part, la multiplication de normes qui, pour être moins coercitives, n’en sont pas, pour autant, moins contraignantes. Comme le souligne Gérard Neyrand dans son point de vue sur le dossier (p. 247), ces tensions induisent ainsi, chez certains parents, un sentiment de perte de repères. Le début du xxie siècle est donc celui du doute sur la parentalité.

Dans ce contexte, les recherches sur la « parentalité » se sont multipliées en sciences sociales depuis les années 1990 (Martin, 2018). Si certains de ces travaux s’attachent à analyser les normes et pratiques parentales, d’autres s’intéressent aux politiques familiales ou encore aux professionnels qui gravitent autour de l’enfant. Cependant, l’état des savoirs est essentiellement centré sur certains moments de la vie de l’enfant, sur certaines pratiques et sur certaines catégories de parents. Pour un état des lieux plus complet des connaissances sur la parentalité, nous renvoyons ici le lecteur à l’appel à contribution qui initiait le dossier (p. 263).

À l’origine, cet appel avait l’ambition de porter un regard nouveau sur la parentalité en la considérant davantage comme un processus dynamique que comme un état. Deux axes avaient été envisagés afin d’analyser des trajectoires de parentalité : un premier centré sur la parentalité aux différents âges de l’enfant ; un second axe portant sur les incidents biographiques dans la parentalité (séparation conjugale, maladie, deuil…). L’idée était de considérer la parentalité comme étant non linéaire : elle évolue en fonction de l’âge des enfants, elle varie d’un enfant à l’autre, elle se construit et se réajuste en fonction du regard des autres.

Au bout du compte, les articles que nous avons retenus pour composer ce dossier traitent d’incidents biographiques ou de situations particulières d’une grande diversité. Plusieurs articles portent sur la naissance d’un enfant dans des contextes spécifiques : arrivée d’un deuxième enfant (Clément, Hamelin, Paillet et al.), deuil périnatal (Charrier et Clavandier), entrée en parentalité en famille recomposée (Vincent), en sortant de l’Aide sociale à l’enfance (Ganne, Dietrich-Ragon, Frechon) ou en situation de handicap visuel (Doé). D’autres articles s’intéressent à un incident biographique, au sens large, dans la trajectoire parentale : survenue d’un cancer (Mary), incarcération (Quennehen), séparation conjugale (Le Pape et Virot), convocation d’un enfant devant un conseil de discipline (Yadan).

Ces différents articles reçus en réponse à notre appel à contribution nous ont amenés à repenser ce dossier, de la notion de trajectoires de parentalité à celle de parentalités « bousculées ». [suite]

Les articles sont disponibles sur Cairn.

Conférence – Who cares for the children ? Gender and transnational families (27.01.2020, Paris)

Rhacel Salazar Parreñas is Professor of Sociology and Gender and Sexuality Studies at the University of Southern California. She is the author of numerous books and articles on gender, family, labor, migration and the political economy of globalization. In 2019, she was honored with the Jessie Bernard Award by the American Sociological Association in recognition of her contributions to our understanding of women in society.

She will address the question of how gender constitutes and is constituted in transnational households. It draws from a two year ethnographic study on children raised from a distance in the Philippines by migrant parents across the diaspora. While the talk empirically establishes the continued relegation of housework and childcare to women, including in the household of migrant mothers, it also engages the implications of such a finding to feminist theory. It explains the stalled gender revolution in the formation of transnational households with migrant mothers and establishes the significance of examining gender from a relational and not solely an identity perspective. The conference will be moderated by Hélène Le Bail and Hélène Thiollet, researchers CNRS at Sciences Po’s Center for International Studies (CERI).

Monday January 27, 2020 5:00 – 7:00 PM
Sciences po, Amphithéâtre Jacques Chapsal, 27 rue Saint Guillaume, 75007 Paris
Contact / inscriptions externes : valerie.richard@sciencespo.fr

Colloque – La fabrique des parents (06.02.2020, Aubervilliers)

La fabrique des parents – Devenir et être parent en fonction des contextes géographiques, historiques et culturels 6 et 7 février 2020, Condorcet (Aubervilliers)

En raison des mouvements sociaux au sein de l’enseignement supérieur en janvier 2020, le programme a connu d’importantes modifications. Merci de vous reporter à l’onglet en haut de la page pour connaitre le programme actualisé.

Jour 1 :

9h-9h30 : Accueil et café

9h30-9h45 : Introduction Magda Tomasini (directrice de l’Ined)

9h40 – 12h : Session 1 : Parentalité face au handicap et à la maladie
Modération : Anaïs Mary (Université de Paris)                                  

  • Marion Doé (EHESS) : La maternité à l’épreuve de la déficience visuelle, expériences et pratiques d’une parentalité bousculée
  • Alice Feyeux (Paris Dauphine) : Sortir son enfant de l’anorexie en (re)devenant un bon parent ? Thérapies familiales et normes de parentalité au sein d’une unité psychiatrique pour enfants.
  • Estelle Veyron Lacroix (Université Lyon 2) : Maternités empêchées : destins du désir d’enfant chez des femmes hébergées en établissement médico-social pour adultes avec déficience intellectuelle et troubles associés
  • Manon Vialle (EHESS) : Accès à la parenté post-cancer : l’autonomie procréative des patient·es entre désintérêt médical et systématisation de la prise en charge

12h – 13h30 : Déjeuner

13h30 – 15h45 : Session 2 : Parents en devenir ?
Présidence : Marie-Clémence Le Pape (Université Lyon 2) – présentation sur l’usage de la notion de parentalité en sociologie

  • Elsa Boulet (EHESS) : Devenir parent “au bon moment” : l’inscription sociale de la norme procréative
  • Marie Daugey (Université de Liège) : Devenir parrain pour devenir parent (pays kabyè, Togo)
  • Gaëlle Larrieu (Sciences Po) : Devenir mère ou père d’un garçon ou d’une fille : co-construction des identités parentales et fœtales pendant la grossesse au travers de la sexuation du fœtus
  • Josiane Tousse-Djou (Université de Yaoundé II Soa) : « Rester sans enfant » ou parent à « tout prix » en Afrique : enquête sur le problème de stérilité et infertilité au Cameroun

Pause : 15h45 – 16h15

16h10- 16h30 : Présentation du numéro spécial de la Revue française des affaires sociales (RFAS) sur la parentalité, avec Marie-Clémence Le Pape, Pauline Virot et Guillemette Buisson

16h30 – 18h00 : Session 3 : Homoparentalités, entre lois et normes
Modération : Marine Quennehen (EHESS, Ined)

  • Camille Frémont (Université du Havre) : Être une “bonne mère” lesbienne en pleine controverse sur le mariage pour tou-tes
  • Martine Gross (EHESS), Isabel Côté (Université du Québec en Outaouais), Kevin Lavoie (Université de Laval), Line Chamberland (Université du Québec à Montréal) : Regards croisés de mères, de donneurs et d’enfants de familles lesboparentales en France
  • Lucie Prauthois (Paris Dauphine) : Devenir parent en marges de l’hétérosexualité : comment les personnes lesbiennes, gaies et bisexuelles s’approprient les normes procréatives

18h00 : Cocktail

**

Jour 2 :

9h-9h30 : Accueil et café

9h30– 12h00 : Session 4 : Rapports des familles aux institutions
Présidence : Agnès Martial (CNRS) – présentation intitulée “Devenir parents aujourd’hui : une pluralité d’itinéraires”

  • Inès Anrich (Université Paris 1) : Les oppositions des parents à la vocation religieuse de leur fille : un observatoire de l’autorité paternelle, de son cadre normatif et de son exercice (France, Espagne, XIXe siècle)
  • Elsa Neuville (Université Lyon 2) : Choisir d’élever ses enfants à plusieurs : les groupes de parents dans les crèches parallèles des “années 1968”
  • Anne-Gaëlle Picart (Université Paris Ouest Nanterre): Pratique et expérience de la parentalité chez les mères et les pères d’enfants à l’école maternelle : le point de vue de parents de CSP+ en REP.
  • Pauline Proboeuf (Sciences Po): Les incidences biographiques des choix de scolarisation alternative

12h – 13H30 : Déjeuner

13h30 – 15h30 : Session 5 : Apprendre à être parents
Modération : Arnaud-Regnier Loilier (Ined)

  • Solène Brun (Sciences Po) : Devenir parent blanc d’un enfant non blanc : se préparer et être préparé à la parentalité adoptive à travers les frontières raciales en France
  • Marie Cartier (Université de Nantes), Anaïs Collet (Université de Strasbourg), Estelle Czerny (Université de Strasbourg), Pierre Gilbert (Paris 8), Marie-Hélène Lechien (EHESS) et Sylvie Monchatre (Université Lyon 2) : Allez les pères ! Les conditions de l’engagement masculin dans les tâches parentales et domestiques
  • Benoît Hachet (EHESS) : “Beaucoup de parents deviennent parents au moment de la séparation” : quand la séparation conjugale fabrique des parents
  • Manon Laurent (Paris 7) : Être mère professionnelle en Chine urbaine

15h30 – 16h00 : Pause

16h00 – 17h30 : Session 6 : Socialisation de l’enfant
Modération : Marie Caroline Compans (Paris I, Ined)

  • Amélie Grysole (CNAM) : La fabrique d’enfants redevables
  • Morgan Kitzmann (Ined, Sorbonne) et Lidia Panico (Ined) : Une approche comparative de l’acculturation concertée
  • Juliette Linard de Guertechin (Université Catholique de Louvain) : Enfances en guerre, enfances sans père (1939-1945). Quelle place accordée aux grands-parents dans l’univers parental des fils et filles de prisonniers de guerre en Belgique francophone ?

Calenda

Appel à contribution – Fabrique des parents efficaces et déterminisme parental (10.09.2019)

Argumentaire

L’idée de « déterminisme parental » a été avancée à la fin des années 1990 par Frank Furedi pour épingler une tendance croissante dès cette époque à faire des pratiques et comportements parentaux la cause première de nombre de problèmes sociaux. Des néologismes sont apparus sensiblement au même moment (parenting, en anglais, parentalité, en français), pour désigner ces pratiques et comportements parentaux et privilégier, en somme, des réflexions sur ce que font les parents, plutôt que sur qui ils sont.

Frank Furedi écrivait ainsi en 2001 : « Le parenting est devenu l’une des questions les plus vivement débattues du 21e siècle. Si la culture occidentale attache une telle importance au parenting, c’est qu’il est considéré potentiellement comme la source de tous les problèmes sociaux qui affectent nos communautés (…). Le déficit de compétence parentale est accusé d’être la cause des problèmes de santé mentale des enfants, des difficultés éducatives, des comportements antisociaux ; les conséquences destructrices de cette mauvaise parentalité produisant leurs effets tout au long de la vie d’un individu ».

Il faut sans doute distinguer cette hypothèse du déterminisme parental de celle de la « reproduction sociale », que l’on pourrait rapprocher au nom d’une commune lecture en termes de détermination sociale, de façonnage des conduites et d’incorporation des habitus. La différence fondamentale réside principalement dans le changement de contexte entre les travaux sur la reproduction sociale des années 1960 et 1970 (Bourdieu et Passeron, 1970), ceux des années 1990 qui décrivent finement les pratiques socialement situées des familles et leurs conséquences en termes d’incorporation de dispositions sociales (Lahire, 1995), et ceux qui apparaissent plus de vingt ans plus tard sur le déterminisme parental. Mais ne faut-il pas souligner une autre différence, à savoir la volonté de souligner les effets de classement et de stratification de la première, par rapport à la critique de la logique individualiste et comportementaliste de la dernière orientation. Les politiques publiques entourant le rôle de parent évoluant aussi pour être moins portées par l’État et ses institutions, l’école par exemple, mais plus souvent promues par des acteurs privés, tels que des fondations, et ciblant d’abord les individus et des acteurs associatifs et communautaires.

Le ciblage des pratiques parentales a conduit à la définition d’un certain nombre d’interventions, de programmes et même à un nouveau pilier des politiques en direction des familles, sous l’appellation de politique de soutien à la parentalité. Cette tendance à responsabiliser les parents a eu entre autres effets d’accorder une place centrale à l’idée de compétences parentales, de parenting skills, avec comme conséquence l’idée que ces compétences peuvent être formalisées, enseignées, d’où le déploiement d’un véritable marché du conseil et du coaching parental. En proposant d’insister sur les conséquences du travail parental sur les enfants, sur leur bien-être, leur adaptation au monde, les experts en parenting sont donc parvenus en même temps à s’imposer pour diagnostiquer les manques et insuffisances du travail parental et à promouvoir leurs méthodes et leurs outils. En réduisant parfois le travail parental à un ensemble de conduites et de comportements efficaces et efficients, ces experts ont aussi souvent privilégié des méthodes d’administration de la preuve fondées sur une certaine conception du travail scientifique : le recours aux essais randomisés contrôlés, socle de l’evidence-base policy, de l’evidence-based education, ou de l’evidence-base parenting program.

À la lumière de ces développements, une jonction s’est peu à peu établie entre certains types de savoirs disciplinaires allant de la psychologie positive à certaines applications en neuroscience, sans parler de l’économie du bonheur et des tentatives de formaliser les méthodes et les dispositifs garantissant l’accès à celui-ci.

Dans le numéro que nous proposons, quatre principales directions nous sembleraient pertinentes :

  • La première pour revenir sur cette hypothèse d’un déterminisme parental, sur son apparition et ses développements. Il s’agirait ici d’analyser les conditions qui ont présidé non seulement à l’apparition de ce type de lecture, mais aussi à sa relative hégémonie dans certains secteurs ou pays. La mise en discussion avec d’autres travaux sur la socialisation serait bienvenue.
  • La deuxième direction pourrait consister à examiner la façon dont des savoirs et résultats issus des neurosciences ont été utilisés par des décideurs publics, voire même littéralement politisés pour concevoir des mesures et des politiques publiques, et même des interventions en direction des familles et des enfants. Une discussion sur les méthodes d’evidence-based dans ce domaine est attendue.
  • La troisième direction pourrait accueillir des contributions portant sur les effets de cette « idéologie » sur les pratiques des professionnels de la petite enfance (infirmiers, puéricultrices, travailleurs sociaux, voire enseignants en maternelle ou primaire), mais aussi sur les parents eux-mêmes. Comment cette idéologie leur est-elle transmise et quels effets a-t-elle sur les pratiques et domaines d’intervention ? A qui s’adresse-t-elle (en termes de différence de genre, de classe) et à quoi sert-elle ? Comment les politiques et programmes à l’attention des parents contribuent-ils à redéfinir leur rôle, à l’intérieur de la cellule familiale, mais aussi au sein de la parenté ? Quelle transformation de rôle et de style parental se dessine et comment recoupe-t-elle les rapports sociaux de genre ?
  • La quatrième direction pourrait concerner le rôle des variables culturelles, négligées, voire littéralement oubliées dans ces modes d’interprétation. Ces composantes culturelles se manifestent non seulement dans les écarts entre normes et représentations des fonctions et des rôles parentaux selon les cultures d’origine, les trajectoires migratoires, mais aussi selon les milieux sociaux, et bien entendu selon les genres et les générations. Cette troisième orientation pourrait ainsi permettre d’ouvrir d’autres pistes d’analyse des liens entre travail de socialisation primaire et secondaire.

Calendrier

Les autrices et auteurs sont invité·e·s à envoyer une proposition de contribution(1 à 2 pages, ou environ 6000 signes), avant le 10 septembre 2019, à l’intention des responsables du numéro (claude.martin@ehesp.fr, Xavier.Leloup@ucs.inrs.ca), en précisant leur affiliation universitaire.

Les autrices et auteurs dont la proposition aura été retenue par le comité de rédactionseront invité·e·s à soumettre un article complet pour le 10 décembre 2019.

Publication prévue à l’automne 2020.

Direction

Sous la direction de : Claude Martin — Directeur de recherche au CNRS,UMR 6051 Arènes Université de Rennes, École des hautes études en santé publique et Xavier Leloup — Professeur agrégé, INRS Urbanisation, Culture et Société.

Calenda

PhD in Family Sociology – Gendered Care Perspective (Antwerp) (30.06.2019)

The Centre for Population, Family and Health (CPFH) is seeking to fill the following full-time (100%) vacancy: Doctoral Grant (Fonds Voor Wetenschappelijk Onderzoek-Vlaanderen (FWO)) in the area of family sociology

Job description

  • You prepare a doctoral thesis in the field of family sociology, working on a project on family dynamics and upward solidarity (intergenerational care for parents).
  • You work in close collaboration with your supervisors and colleagues studying related research themes.

 

Project abstract

The sociological field of intergenerational solidarity studies the type and intensity of interactions between adult children and their parents. For upward informal caregiving (children looking after their parents), it has been acknowledged that care arrangements are shaped within families. Although it are individual children who care for their parents, the amount of care a child provides is generally the outcome of a collective family decision. Gender stands out as a determinant of the care a child provides. Caregiving is unfairly weighted against women, especially in male-dominated families. An important feature of informal caregiving is its fluidity.

This project examines the extent to which caregiving is subject to change, and how this relates to the gender composition of children and other aspects of the family context. Using a rich longitudinal panel (Share), we pursue 4 aims: (1) to examine to what extent the gender composition of siblings affects the care use of parents, (2) to assess the association between gender composition and stability of the adult-child care network, (3) to study the stability and redistribution of the informal care burden and how this relates to siblings’ gender composition, and (4) to investigate how the care network and distribution of sibling care vary when parents’ care needs change.

Profile and requirements

  • You hold a master degree in social sciences, preferably in sociology, or economic sciences.
  • You can submit outstanding academic results.
  • You have an interest in family sociology and intergenerational solidarity.
  • You are capable of executing quantitative research.
  • You are capable of applying (or learning) advanced statistical analysis techniques (multi-level analysis, structural equation modeling).
  • Your academic English and writing skills allow you to successfully communicate research results.
  • Your academic qualities comply with the requirements stipulated in the university’s policy.
  • You are quality-oriented, conscientious, creative and cooperative.
  • Also master students in the final year of their degree can apply.
  • Foreign candidates are encouraged to apply.

We offer

  • a doctoral scholarship for a period of two years, with the possibility of renewal for a further two-year period after positive evaluation;
  • the start date of scholarship will be September 1st or October 1st 2019;
  • a monthly grant amount ranging from € 2.373,36 – € 2.516.73;
  • a dynamic and stimulating work environment.

How to apply?

  • Applications may only be submitted online, until June 30th 2019.
  • A pre-selection will be made from amongst the submitted applications. The remainder of the selection procedure is specific to the position and will be determined by the selection panel.
  • The interviews will take place on Friday July 5th.
  • More information about the application form can be obtained from vacatures@uantwerpen.be.
  • For questions about the profile and the description of duties, please contact prof. Dimitri Mortelmans (dimitri.mortelmans@uantwerpen.be) or dr. Jorik Vergauwen (jorik.vergauwen@uantwerpen.be).

Atelier – Se soustraire à la maternité (18.03.2019, Paris)

Le lundi 18 mars 2019, de 13h30 à 16h30, le groupe Genre, normes procréatives et parentalité (GNP) vous convie en salle 311, sur le site Pouchet au 59-61 rue Pouchet, Paris (métro Guy Môquet / Brochant / Porte de Clichy) pour le 5ème rendez-vous de l’année.

Les intervenantes :
– Vanessa BRANDALESI (doctorante, UNIGE): « « Je ne suis pas un utérus sur pattes ». Comment les femmes sans enfant en Suisse expérimentent les normes de genre»
– Laurine THIZY (doctorante, Université Paris 8/CSU-CRESPPA ; chargée de cours à l’ENS de Lyon) : « L’IVG, entre remise en cause et renouvellement de l’injonction à la maternité »
Leurs communications seront discutées par Coline CARDI (MCF, Univ. Paris 8, CSU)

Nous vous rappelons que l’atelier est ouvert à tou.tes (masterantes, doctorantes et docteures), aucune inscription préalable n’est nécessaire.

En savoir plus

Séminaire – Nouvelles perspectives sur les maternités : Regards croisés des sciences et de la littérature (Luxembourg)

 

La maternité est un sujet qui divise. Largement investie par les stéréotypes, l’image des mères est prise dans un faisceau de représentations depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours. Tantôt source d’oppression, tantôt source de pouvoir, la maternité est indissociable de la construction sociale des. La procréation se place ainsi comme la pierre angulaire de la féminité, essentialisant le genre féminin et les corps des femmes. Ces derniers se font les réceptacles des constructions sociales : accepter ou refuser la procréation, être fertile ou être stérile, autant de faits qui conditionnent la manière dont la féminité est socialement construite et perçue.

Penser la maternité convoque tous les aspects de la vie biologique et sociale, mêlant étroitement des pratiques (sociales, médicales, anthropologiques, etc.) et des représentations que les arts ont investi. Si la grossesse, l’accession à la maternité ont pu quitter au xxesiècle le domaine du tabou littéraire et social (Détrez, Simon 2006), reste que les œuvres artistiques témoignent de la difficulté à s’extraire d’une pensée binaire de la maternité, tout en mettant en mots des enjeux contemporains qui déchaînent les passions. Ces questionnements sociaux et juridiques, qui nourrissent les œuvres artistiques, renvoient également aux pratiques médicales entourant la maternité, et donc les corps des femmes. Bien avant notre époque contemporaine d’ailleurs, le Moyen Âge occidental, pour ancrer notre réflexion dans le temps et l’espace, voit la maternité (grossesse, accouchement, allaitement, mise en nourrice, et prime éducation du nourrisson puis du bébé) comme objet du développement d’un discours médical prescriptif.

Ce cycle de séminaire est l’occasion de faire dialoguer humanités et sciences autour de ce que le concept de maternité implique tant au niveau des pratiques qu’à celui des représentations, de manière à déconstruire les discours traditionnels qui s’articulent autour de normalité / anormalité. Il s’agira d’explorer, au-delà de tout système d’opposition, les grands topoïliés à la maternité : le fait de donner naissance, la maternité à travers les âges, les corps des femmes et l’allaitement, la maternité et l’éthique, la violence des mères et l’homoparentalité féminine.

Programme

Vendredi 26 octobre 2018

Donner naissance : Penser la maternité

  • L’accouchement et son influence dans la littérature, Michel Clees, Médecin gynécologue (CHEM) et auteur luxembourgeois, Luxembourg 
  • L’illusion de la fusion : naissance, maternité et infanticide dans L’Obéissancede Suzanne Jacob, Andrea Oberhuber, Professeure des Universités en littératures française et québécoise (XIXe-XXIe siècles), Université de Montréal, Canada

Vendredi 23 novembre 2018  

Être mère au Moyen Âge, avis de la science et résistance de femmes

  • Être mère à la fin du Moyen Âge (XIIe – XVe siècle) Didier Lett, Professeur des Universités en histoire médiévale, Université Paris-Diderot, France
  • Soin de la mère et de l’enfant dans les traités d’art médical en ancien occitan, Marjolaine Raguin, Marie-Curie Co-fund fellow, Université de Liège, Belgique
  • Conférence-lecture de Laura Freixas, auteure

Vendredi 25 janvier 2019

Corps des femmes et allaitement : le sein 

  • Le lait des femmes  Martine Sagaert, Professeure émérite en littérature, Université du Sud – Toulon-Var, France.
  • Représentations sociales et politiques du corps maternel dans la littérature marocaine : repenser les espaces hétérotopiques. Jean Zaganiaris, Enseignant-chercheur en sociologie, Université Mohammed-VI, Maroc

Vendredi 15 mars 2019

Éthique et maternités

  • Grossesse et accouchement interpellent toute l’éthique du soin Martin Winckler (Dr. Marc Zaffran), Médecin généraliste et auteur, Canada
  • Maternité et responsabilité. Réflexions sur la pensée de Levinas Anne Coignard,Docteure en philosophie de l’École polytechnique et chargée de cours au département de philosophie de l’Université Toulouse – Jean Jaurès, France                               

Vendredi 26 avril 2019

Violence des mères

  • Quand la maternité engendre la mort : la violence des mères dans les romans policiers contemporains, Fabienne Soldini, Chargée de recherche en sociologie de la littérature, Laboratoire méditerranéen de sociologie – UMR 7305, CNRS / Aix-Marseille Universités, France
  • Regards sociologiques sur la violence maternelleColine Cardi, Maîtresse de conférences en sociologie et anthropologie, Université Paris-VIII, France

Vendredi 24 mai 2019

Maternités et homosexualité féminine : pour une réflexion sur les polémiques actuelles

  • La maternité par les marges : le point de vue des mères lesbiennesVirginie Descoutures, Maîtresse de conférences en sociologue, Université de Picardie – Jules-Verne 
  • Maternité pour tou.te.s – éclairée par le concept de ContinuumChristel Baltes-Löhr, Associate Professor en littérature, Université du Luxembourg

Avec le soutien de l’Université du Luxembourg, l’Université de Liège, l’Institut d’études romanes, médias et arts (IRMA), l’Unité de recherche « Identités. Politiques, Sociétés, Espaces » (IPSE), l’Unité de recherche « Transitions », l’Institut français du Luxembourg, Marie Sklodowska-Curie Actions – European Commission, et le FerULG.  

Renseignements

Entrée libre

  • Lieu : Institut Pierre Werner, 28 rue Münster, 2160 Luxembourg
  • Horaires : de 15h à 17h30

En savoir plus

Appel à communication – La famille au Moyen Âge entre normes et pratiques (03.05.2019)

Ces journées d’étude auront pour ambition d’aborder le thème de la famille dans les sociétés médiévales chrétiennes et musulmanes. Elles porteront sur les décalages qui pouvaient exister à une même époque et dans un espace donné entre les normes et les pratiques associées à la famille. En effet, les modèles normatifs – qu’il s’agisse de règles contraignantes ou de prescriptions morales – établissent une définition dominante du groupe familial qui ne se recoupe pas forcément avec les réalités observées dans les actes de la pratique ou les représentations véhiculées par les sources littéraires. Dans l’esprit du laboratoire, ces journées sont ouvertes aux historiens, aux littéraires et aux archéologues travaillant sur les mondes chrétiens et musulmans médiévaux.

Argumentaire

Les doctorants du CIHAM (Histoire, Archéologie, Littératures des mondes chrétiens et musulmans médiévaux) vous invitent à participer à leurs journées d’étude intitulées La famille au Moyen Âge entre normes et pratiques. Elles se tiendront à Lyon les 24 et 25 octobre 2019. Les propositions de communication sont à envoyer pour le 3 mai 2019 à l’adresse cihamjournees@gmail.com

Incluant tout type de normes, juridiques, morales, religieuses, on se posera la question du rôle de la pratique dans l’élaboration des modèles normatifs familiaux. Dans la sphère juridique, par exemple, l’étude de l’émergence de nouvelles règles à travers l’évolution de la jurisprudence ou la diffusion du droit romain et la confrontation avec d’autres pratiques, pourra montrer comment ces modèles se recomposent. Plus largement on questionnera les mutations des règles morales et religieuses en rapport avec la pratique, comme l’assouplissement de la définition de l’inceste par l’Eglise en réponse à l’endogamie de la haute noblesse.

Le décalage entre normes et pratiques pourra également être étudié à travers les productions culturelles, qu’elles soient littéraires, iconographiques ou emblématiques. On s’intéressera particulièrement à la production littéraire ou artistique, qui peut aussi bien renforcer et fonder un cadre prescriptif que le remettre en cause. Comment les auteurs jouent-ils avec la vision de l’inceste, de la bâtardise, ou au contraire entérinent-t-ils des modèles familiaux plus traditionnels ? Il sera pertinent de rendre compte des diverses modalités de représentation de la famille dans ses rapports avec les normes lorsqu’ils sont, par exemple, moteurs de l’intrigue et ressorts du tragique ou du comique. Plus largement, nous invitons les participants à se pencher sur la représentation de l’affiliation familiale par les systèmes de signes, qu’il s’agisse des enluminures, de la peinture, mais aussi de la généalogie, de l’héraldique ou de l’emblématique. Cela peut permettre de mesurer le conformisme ou l’originalité de la représentation de la famille par elle-même.

L’étude des sources matérielles – architecturales et archéologiques – sera l’occasion d’illustrer un autre aspect des pratiques familiales. Par exemple, les traces de l’organisation spatiale et symbolique de l’habitat ou bien celle des sépultures peuvent renseigner sur l’écart entre les normes et les modes de vie.

Cette discordance permet également d’aborder la famille comme une construction culturelle plurielle, et place au centre de l’analyse les acteurs en questionnant le rapport à la norme conçu comme générateur de stratégies. Ainsi, un des axes principaux de réflexion ouvert par ces journées d’étude sera centré sur la manière dont les individus ou les groupes familiaux appréhendent, interprètent ou contournent les règles morales, religieuses ou juridiques. On pourra examiner comment les stratégies matrimoniales ou successorales entrent en conflit avec les normes les plus répandues telles que les règles d’héritage, la prohibition de l’inceste ou bien la définition d’une parenté légitime (qui suppose a contrario d’interroger la place de la parenté naturelle ou filiation illégitime dans la famille médiévale).

Enfin, seront éminemment appréciées les propositions de communication analysant l’évolution des pratiques familiales dans le contexte d’une pluralité de modèles normatifs, notamment dans les aires de contacts religieux et culturels, par exemple les aires de contact entre l’islam et la chrétienté.

Modalités de soumission

Les propositions de communication, d’une page maximum (résumé et titre de la présentation), accompagnées de renseignements pratiques (statut, situation institutionnelle, domaine de recherche) sont à envoyer au format PDF

avant le 3 mai 2019

à l’adresse suivante : cihamjournees@gmail.com

En savoir plus

Compte-rendu de la septième séance de l’atelier RePPaMA (07.03.2019)

Cette séance a constitué en deux présentations sur les parents séparés : celle d’Alexandra Piesen a porté sur les parents ayant la résidence principale de leur.s enfant.s et celle de Benoit Hachet sur les parents pratiquant la garde alternée.

Bien que les deux interventant.es aient opté pour des points d’entrée différents (articulation travail/famille et parentalité pour Alexandra Piesen et « refaire famille » dans le cas de Benoit Hachet), de nombreux parallèles se sont dessinés entre les deux présentations. Tout d’abord, les deux interventant.es ont mentionné l’importance pour les parents séparés de s’investir d’autant plus dans le temps passé avec l’enfant après la séparation, à plein temps pour les parents « solos » et la semaine où ils ont leur.s enfant.s pour les parents alternants. Ensuite, les deux interventant.es ont évoqué la recomposition des rôles suite à la séparation, qu’il s’agisse pour les mères alternantes d’adopter un rôle parental plus « authentique » en n’ayant plus à jouer le rôle de la mère et de la ménagère parfaites (et de ne plus se forcer à faire des activités familiales comme le camping) ; tandis qu’Alexandra Piesen a souligné la volonté (et la difficulté) des parents solos à « jouer les deux rôles », c’est-à-dire être à la fois paternant.es (exercice de l’autorité) et maternant.es (affection). Enfin, les deux communiquant.es ont évoqué le genre de la parentalité solo ou alternante. Du côté des parents solos, on constate par exemple une différence dans les conditions d’entrée dans la situation de parent solo : si quelques mères ont choisi de « faire un bébé toutes seules », ce n’était le cas d’aucun père interrogé (par exemple, en acceptant d’assumer seul un enfant après l’accouchement de la mère). D’autres expliquent qu’elles ont été contraintes à la séparation parce que l’équilibre familial était rompu (par des conflits entre les parents ou un comportement du père comme un adultère ou de l’alcoolisme). A l’inverse, presque tous les pères présentent leur entrée dans cette situation comme étant subie, du fait d’un départ brutal de la mère du domicile. Du côté des parents alternants, on constate des discours différents sur la remise en couple en fonction du sexe : les mères hésitent davantage à reformer un couple (et à plus forte raison cohabitant) et s’inquiètent davantage de la compatibilité entre le nouveau conjoint et les enfants que les hommes.

Par ailleurs, et sans que cette thématique n’ait été abordée frontalement par les interventant.es, on observe un rôle important des ressources dans les conditions d’exercice de la parentalité, comme le soutien de l’environnement amical ou familial (voire un « capital d’autochtonie », pour reprendre le terme de Christelle Avril ?), celles liées à l’environnement professionnel (une bonne insertion dans un emploi permet au parent solo d’aménager son activité professionnelle pour la rendre compatible avec l’exercice de la parentalité en solo, alors que les parents moins bien insérés optent parfois pour le chômage faute de possibilité de rendre leurs horaires compatibles avec la prise en charge des enfants) et à l’entente avec l’ex-conjoint.e. En effet, les deux présentations ont mentionné l’importance de l’entente entre les parents dans les conditions d’exercice de la parentalité solo ou alternante : une bonne entente peut constituer une ressource sur le plan organisationnel (par exemple, le parent non-gardien peut garder ponctuellement l’enfant à la demande du parent gardien) ou matérielle (par exemple, les vêtements circulent plus facilement entre les foyers de parents qui ont gardé de bonnes relations), et dans le cas des parents solo les relations entre les parents séparés conditionnent en partie le maintien du lien entre les enfants et la parent non-gardien.

Une différence importante peut cependant être observée entre les deux groupes : là où les parents solos se sentent stigmatisés et « surveillés » quant à leurs compétences parentales, c’est beaucoup moins vrai pour les parents alternants, signe que la bi-parentalité est une norme encore prégnante malgré le développement de « nouvelles formes de famille ».

Voir le programme de la séance

Atelier du 7 mars 2019 : Alexandra Piesen (chercheure associée au CERLIS) – Être parent solo : un exercice d’équilibriste au quotidien ?

Alexandra Piesen (chercheuse associée au CERLIS) présentra une partie de sa thèse intitulée (Re)définition du rôle parental au regard de la parentalité solo contemporaine

Résumé : Être parent solo : un exercice d’équilibriste au quotidien ?

Alors que l’accroissement du nombre de recherches sur le thème de la conciliation travail/famille s’explique par la hausse de la participation des femmes, et plus particulièrement des mères au marché du travail dans les pays industrialisés (St-Amour et Bourque, 2013), plusieurs interrogations relatives à cette articulation selon les configurations familiales demeurent. En effet, l’articulation vie privée/vie professionnelle se pose différemment pour les parents solos (Algava, 2002, 2005 ; Acs, Lhommeau, et Reynaud, 2015). Au sein de ces familles, où un seul parent assure l’essentiel du  travail parental et de la charge mentale qui l’accompagne, le poids de la conciliation peut sembler plus lourd à porter.

Cette communication issue d’un travail doctoral relatif au quotidien des parents solos, s’appuie sur une enquête qualitative réalisée entre 2015 et 2017. Cinquante-quatre entretiens semi-directifs ont été conduits avec des parents solos (dix-huit pères et trente-six mères). Ces entretiens ont abordé des thématiques variées relative au quotidien (entrée en parentalité solo, conséquences sur l’organisation quotidienne, familiale, professionnelle, amicale et amoureuse notamment). Nous faisons l’hypothèse selon laquelle il existe des difficultés spécifiques au travail parental des parents solos (Martial, 2009 ; Piesen, 2017) : gestion du quotidien plus complexe, charge mentale plus lourde, impossibilité matérielle d’externaliser la prise en charge des enfants, etc.

Dans le cadre de cette communication, nous nous intéresserons plus particulièrement aux façons dont ces parents solos articulent vie familiale et vie professionnelle au quotidien. Comment font les parents qui s’occupent quotidiennement de leur(s) enfant(s) sans médiation maternelle/paternelle ? Comment se sentent-ils/elles perçu.e.s et comment vivent-ils/elles leur parentalité solo au quotidien ? Comment ces parents vivent-ils/elles cette articulation entre travail de care et d’éducation et activité professionnelle ou recherche d’emploi ? Peut-on identifier des trajectoires spécifiques selon le sexe du parent solo ? Son origine sociale ?

Voir le programme de la séance