Tous les articles par RePPaMa

Compte-rendu de la onzième séance de l’atelier REPPaMa (28.01.2021)

Le 28 janvier 2021 a eu lieu le onzième atelier du REPPaMa au cours duquel nous avons entendu deux communications présentées par Lissell Quiroz et Camille Roudaut.

Enseignante-chercheure à l’Université de Cergy-Pontoise, Lissell Quiroz a réalisé une communication intitulée « La maternité des femmes autochtones à partir des cas des stérilisations forcées au Pérou (1996-2000) ». À cette occasion, elle est revenue sur la situation de 300 000 femmes qui ont subi des stérilisations forcées qui ont pris forme dans la réalisation d’opérations invalidantes voire létales menées sous la menace et/ou sans leur consentement éclairé. Très majoritairement originaires des zones Andaine et Amazonienne du pays, la chercheure a démontré que les femmes victimes de ces opérations n’avaient pas été ciblées au hasard par le gouvernement en place à cette période. En effet, les aires géographiques d’où elles sont originaires se distinguent par la présence de mouvements politiques d’extrême-gauche considérés comme des opposants au régime présidentiel d’Alberto Fujimori (1990-2000). En dépit de l’argument avancé de lutte contre la pauvreté justifiant cette « politique de planification familiale », il s’agissait dans les faits d’un instrument de répression lancé à l’encontre de ces « ennemis d’État ». En outre, croisant les questions de race et de genre et s’appuyant sur les travaux du sociologue Anibal Quijana et de la philosophe Maria Lugones qui ont théorisé le concept de « colonialité du genre », Lissel Quiroz a montré que cette campagne de stérilisations forcées était une incarnation moderne des formes de colonisation initiées par les découvertes de 1492. À cette date comme à l’aube du XXIe siècle, les populations autochtones, et plus encore particulièrement les femmes, étaient considérées comme inférieures et indignes du statut de mère tel qu’il est conçu en occident et duquel se réclamait le pouvoir installé à cette époque. Ces stérilisations étaient donc investies comme un moyen censé pallier les défaillances maternelles de ces mères autochtones qui n’ont pas été sans se défendre depuis. Ainsi de nombreuses femmes ont rendu publiques les dérives psychologiques et mortelles de cette « politique de planification familiale » entraînant la chute d’Alberte Fujimori reconnu coupable de crime contre l’humanité. 

Doctorante à l’Université de Paris et réalisant sa thèse dans le cadre d’un CIFRE avec le Conseil Départemental du Finistère, Camille Roudaut a effectué une communication intitulée « Qui est-ce ? Les désignations utilisées par les anciens enfants placés pour comprendre la place de leurs proches ». Camille Roudaut a interrogé vingt-et-un·e ancien·ne·s placé·e·s âgé·e·s en moyenne de vingt-cinq ans. Parmi eux·elles, neuf ont été placé·e·s en famille d’accueil, cinq en foyer et sept ont connu un « parcours hybride » alternant les placements en familles d’accueil et en foyers. La doctorante a d’abord mis en exergue quatre appellations – la famille de sang / la famille de cœur / la famille atypique / la famille naturelle – qui recouvrent différentes définitions que donnent ses enquêté·e·s de ce qu’est « la famille ». Le « sang » qui est un référentiel pour chacun·e désigne sa dimension biologique. Sous cette conception, font famille, toutes les personnes qui partagent le même sang. Si cette donnée biologique constitue un élément nécessaire pour la définir, elle n’est cependant pas une condition suffisante. Ainsi, le « cœur » qui exprime l’importance donnée à la qualité des relations entre les membres peut venir s’ajouter au biologique, voire avoir la priorité sur lui dans ce qui sert à définir une famille. Cette appréciation se retrouve également parmi les enquêté·e·s qui font usage de l’expression « famille atypique ». Cependant, pour eux·elles, viennent s’ajouter d’autres considérations d’ordres biologique et quotidien. En effet, dans une « famille atypique » sont intégré·e·s des membres de sa famille d’accueil, de sa famille biologique, des ami·e·s et les parents de ces dernier·ère·s. Ici, la famille est conçue comme un espace dans lequel des individus peuvent partager le même sang. Surtout, il va s’agir de donner un rôle prépondérant à l’éducation des enfants au quotidien, ainsi qu’à la qualité des relations entre ses membres. Enfin, la « famille naturelle » se compose de toutes les personnes avec lesquelles les enquêté·e·s vont se sentir la possibilité d’être authentiques. Au-delà de la qualité des relations, cette conception de la famille privilégie l’angle de la « révélation de soi » qui constitue l’une des fonctions des familles contemporaines telles qu’elles sont théorisées par le sociologue François de Singly.

Dans une seconde partie de son exposé, Camille Roudaut s’est consacrée aux appellations utilisées par les enfants placé·e·s pour désigner leurs assistantes familiales. Le corpus de Camille Roudaut n’étant composé que des ancien·ne·s enfants placé·e·s avec des assistantes familiales, nous utiliserons uniquement le féminin pour désigner cette profession. La prégnance du biologique se donne ici à voir sous l’interdiction formelle qui est faite par ces dernières, ainsi que par les institutions (Aide Sociale à l’Enfance – ASE), aux enfants placé·e·s de se servir de « papa » et « maman » ; l’usage de ces deux termes étant réservé aux parents.  Le plus souvent, Camille Roudaut a remarqué que les assistantes familiales sont appelées « tata », ce qui donne un aspect familial aux relations entretenues entre elles et les (ancien·ne·s) enfants placé·e·s tout en rappelant leur dimension professionnelle. Enfin, dans certains cas, le prénom va constituer la formule d’adresse privilégiée par les unes et les autres, faute de familiarisation préalable en raison d’un placement effectué dans l’urgence. Cela peut également résulter d’une réduction de la relation à ses seules orientations professionnelles.

Compte-rendu de la dixième séance de l’atelier REPPaMa (26.11.2020)

Le 26 novembre 2020 a eu lieu à l’Ined le dixième atelier du REPPaMa, au cours duquel deux communications ont été présentées.

Virginie Loizeau (doctorante en sociologie à Rennes 2) a présenté une communication intitulée : Maladie respiratoire chronique de l’enfant et dimension genrée des rôles parentaux : le cas de la mucoviscidose. Les parents d’enfants atteints de mucoviscidose sont enjoints par le corps médical à réaliser un travail domestique conséquent afin de prévenir les risques d’infections respiratoires de leurs enfants malades, afin de préserver leur capital pulmonaire. En examinant comment ce travail de prévention spécifique est réparti entre le père et la mère, Virginie Loizeau établit une typologie adaptée de l’analyse culturelle de Mary Douglas et fondée sur deux critères : la distinction entre groupe et grid (individu) et la distinction entre rôles prescrits et rôles construits. Dès lors, Virginie Loizeau identifie quatre types de familles parmi ses enquêté.es : les familles hiérarchiques, individualistes, égalitaires et fatalistes. Les trois premiers types sont répartis de manière égale au sein de l’échantillon. Les familles fatalistes ne concernent qu’une minorité d’enquêté.es et il s’agit de familles présentant des parcours biographiques spécifiques, marqué par un cumul des difficultés. La doctorante a ensuite présenté les trois types principaux de familles en mettant l’accent sur la spécialisation ou non des rôles des parents en fonction de leur sexe. Dans les familles hiérarchiques, les mères sont souvent au foyer ou travaillent à temps partiel et responsables des soins et du travail domestique de la santé, tandis que les pères sont responsables des conditions matérielles (par exemple investir pour rénover le lieu d’habitation dans un objectif de prévention des risques respiratoires). Dans les familles individualistes, le rôle du père et de la mère sont présentés comme coconstruits en fonction des qualités personnelles de chacun des parents ou comme interchangeables. Enfin, dans les couples égalitaires, chaque parent devient « expert » de son domaine de compétence traditionnelle (mère « fée du logis » et père « roi du bricolage »), mais cette spécialisation peut amener à un décloisonnement des savoirs genrés dans la mesure où les parents peuvent se suppléer en cas de besoin (par exemple, la mère connait les informations techniques et le père les informations relatives au ménage). Les questions ont porté sur la méthodologie de l’enquête et sur des précisions quant au rapport des enquêté.es au travail domestique.

Myriam Chatot, post-doctorante à l’Irisso, a présenté une communication intitulée : Familles confinées – Enjeux méthodologiques de l’enquête à distance. Sur la base de deux recherches en cours sur l’articulation travail-famille pendant le confinement de mars-mai 2020 réalisées par le réseau de l’association française de sociologie Articulation des temps sociaux, elle a présenté comment la crise sanitaire a impacté les manières de faire de la recherche de terrain, en s’intéressant à trois thématiques : la conception d’une enquête pendant et sur le confinement, les entretiens par téléphone et visioconférence et les enjeux qu’il y a à enquêter sur un « événement ». Il s’agissait de mettre en évidence les gains et les pertes pour le recueil de matériaux dans ces conditions particulières, en montrant comment cette situation exceptionnelle a permis de recueillir des données qualitatives sur la vie quotidienne des familles, qui sont parfois difficiles à collecter, mais nécessite une flexibilité de la part de l’enquêteur et de l’enquêtrice qui maitrise peu les conditions de passation des entretiens. Elle a également abordé la question du « travail de mémoire », observable par le biais de la confrontation des deux enquêtes (l’une ayant eu lieu pendant le confinement et l’autre retrospective) : lors de la deuxième enquête, les détails concrets sur le quotidien sont difficilement remémorables par les enquêté.es. De même, pour certain.es enquêté.es, l’entretien participe au travail de structuration des souvenirs, ce qui se traduit dans le récit par des contradictions. Les remarques ont porté sur des pistes d’analyse possibles de ces entretiens.

Annexe : méthodologie de l’entretien par téléphone
•Block, E. S., & Erskine, L. (2012). Interviewing by telephone: Specific considerations, opportunities, and challenges. International journal of qualitative methods, 11(4), 428-445.
•Burke, L. A., & Miller, M. K. (2001). Phone interviewing as a means of data collection: Lessons learned and practical recommendations. In Forum Qualitative Sozialforschung/Forum: Qualitative Social Research (Vol. 2, No. 2).
•Drabble, L., Trocki, K. F., Salcedo, B., Walker, P. C., & Korcha, R. A. (2016). Conducting qualitative interviews by telephone: Lessons learned from a study of alcohol use among sexual minority and heterosexual women. Qualitative Social Work, 15(1), 118-133.
•Holt, A. (2010). Using the telephone for narrative interviewing: a research note. Qualitative research, 10(1), 113-121.
•Shuy, R. W. (2002). In-person versus telephone interviewing. Handbook of interview research: Context and method, 537-555.
•Sturges, J. E., & Hanrahan, K. J. (2004). Comparing telephone and face-to-face qualitative interviewing: a research note. Qualitative research, 4(1), 107-118.

Compte-rendu de la neuvième séance de l’atelier REPPaMa (15.10.2020)

Le 15 octobre 2020 a eu lieu à l’Ined le neuvième atelier du REPPaMa, au cours duquel deux communications ont été présentées.

Kanako Takeda, doctorante en sociologie à l’EHESS et au Centre Georges Simmel a évoqué les « Anticipations parentales dans les couples transnationaux franco-japonais : analyse des impacts sur la (re)configuration des rapports conjugaux », à partir d’une recherche menée en master et poursuivie en doctorat.

Elle s’est appuyée sur vingt-trois entretiens biographiques semi-directifs auprès de femmes japonaises qui ont grandi au Japon mais résident en France, et qui sont en couple avec un Français ayant quant à lui grandi en France. Kanako Takeda a interrogé le choix de la France comme lieu de résidence de ces couples franco-japonais et elle a montré que le bien-être de la famille ou future famille est un critère déterminant dans cette décision. La France est perçue comme un environnement avantageux pour les femmes, leur permettant d’élever des enfants tout en travaillant alors que le Japon est présenté, au contraire, comme peu propice pour concilier carrière professionnelle et maternité. La chercheuse s’est ensuite intéressée aux reconfigurations du lien conjugal et des rôles familiaux qu’entrainent l’installation en France et le fait d’y fonder une famille. Pour ce faire, elle a distingué quatre types de parcours des femmes japonaises en distinguant le lieu de rencontre, le lieu de cohabitation au début de couple et le projet conjugal et parental. Elle a souligné que les femmes qui parlent français avant de migrer s’insèrent facilement dans le marché du travail, mais que l’organisation domestique et l’emploi du temps des enfants restent prioritaires. Celles qui ne parlaient pas français avant d’émigrer ont beaucoup de mal à trouver un emploi, ce qui affecte les relations conjugales et génère des asymétries avec leur conjoint. Alors que les travaux sur la migration féminine mettent souvent en évidence l’ébranlement des normes de genre qu’elle provoque, Kanako Takeda a décrit le paradoxe entre un projet migratoire et familial conçu comme facilitant la réalisation de soi pour les femmes japonaises, et une installation en France qui reproduit ou accentue les asymétries de genre au sein du couple.

La discussion qui s’est suivie a porté sur des enjeux méthodologiques, notamment dans la composition sociale et géographique du panel de femmes interrogées. Le contexte japonais de répartition du travail domestique et reproductif a également été débattu.

Marie-Noëlle Dabestani, doctorante en sciences de l’éducation à Paris 8 et au CIRCEFT-ESCOL, a ensuite présenté une communication intitulée : « Enquêter sur la relation entre école maternelle et familles. Cas d’un « jouet scolaire » et de son cahier introduits au domicile des parents ». Elle a présenté le cadre théorique, méthodologique et certains résultats de sa thèse qu’elle soutiendra en décembre, sur la réussite à l’école maternelle.

Depuis trente ans, l’institution scolaire pense la collaboration entre les familles et l’école comme une condition importante de la réussite des jeunes élèves. Marie-Noëlle Dabestani a étudié l’application de cet objectif de collaboration à partir de deux dispositifs pédagogiques : la cahier de vie, qui présente les activités faites à l’école et qui est ramené à la maison pendant les vacances, au cours desquelles les familles sont invitées à le compléter ; et la mascotte de la casse, qui est ramenée à la maison par les enfants à tour de rôle, avec son cahier dans lequel sont inscrites les activités faites avec cette peluche dans la famille. La chercheuse a mené des entretiens avec 27 mères d’enfants inscrits en maternelle dans des régions rurales, urbaines et industrielles, en zone d’éducation prioritaire ou non. Elle a interrogé des mères de classe supérieure et populaire, et s’est efforcée de conduire l’entretien en feuilletant le cahier de vie ou celui de la mascotte. Elle a aussi sollicité les enfants pour obtenir des précisions sur certaines réponses, lorsqu’ils étaient présents, permettant ainsi d’objectiver les pratiques des mères. Conjointement, elle a réalisé des entretiens avec 25 instituteur·ice·s.

Marie-Noëlle Dabestani a montré la connivence entre les familles à fort capital scolaire et l’école. Les premières se saisissent des deux dispositifs pédagogiques pour montrer l’acculturation de leur enfant aux normes scolaires, tandis que les instituteur·ice·s se tournent prioritairement vers les parents de classe supérieure pour faire fonctionner le système de la mascotte. Pour les familles de milieu populaire, ce « discours silencieux » de l’école peut au contraire être perçu comme un obstacle, car la dissociation entre le temps de l’école et celui de la maison est au contraire valorisée ; et les enseignant·e·s ont davantage tendance à tenir les familles populaires à l’écart de ces dispositifs pédagogiques.

Les participant·e·s de l’atelier sont revenu·e·s sur les enjeux méthodologiques de cette présentation, à travers le dispositif d’entretien dont le caractère novateur a été souligné. La discussion a aussi porté sur d’autres aspects de la thèse de Marie-Noëlle Dabestani, et notamment sa dimension socio-historique, à travers l’évolution du discours pédagogique et institutionnel sur la collaboration entre l’école et les parents.   

Soutenance de thèse d’Edouard Leport – 13 mars 2020 – Quand les pères montent la garde

Quand les pères montent la garde.
Discours, pratiques et conscience de domination dans les mobilisations collectives de pères séparés.

Elle se tiendra le *vendredi 13 mars 2020 à 14h* dans la salle de
conférences du CRESPPA, 59-61 rue Pouchet, 75017 Paris.
Le jury est composé de:

**Laure BERENI*, Directrice de recherche au CNRS (Centre Maurice
Halbwachs – ENS) Rapporteure
*Anne-Marie DEVREUX*, Directrice de recherche émérite au CNRS
(CRESPPA-CSU) Directrice de thèse
*Francis DUPUIS-DÉRI*, Professeur (IREF-REQEF Université du Québec à Montréal) Rapporteur
*Sibylle GOLLAC*, Chargée de recherche au CNRS (CRESPPA-CSU)**Examinatrice
*Lilian MATHIEU*, Directeur de recherche CNRS (Centre Max Weber – ENS) Examinateur
*Pascale MOLINIER*, Professeure des Universités (UTRPP-EA – Paris 13) Examinatrice

La soutenance est publique et sera suivie d’un pot auquel vous êtes
cordialement invité-e-s. Afin d’en faciliter l’organisation, merci de
m’indiquer votre présence à cette adresse : edouardleport@herbesfolles.org

*Résumé de la thèse*

Cette thèse analyse les modalités et les conséquences de la
mobilisation d’hommes en tant que pères dans la partie la plus
active du mouvement masculiniste français, les associations de pères séparés et divorcés.

Ce travail est fondé sur une enquête qualitative constituée de 24
entretiens semi-directifs approfondis avec des militants et des
bénéficiaires de 7 associations différentes, ainsi que 32
observations de permanences d’accueil et de conseil menées dans 3
de ces associations, terrain qui s’enrichit de l’analyse de
nombreuses sources écrites produites par le mouvement. Ces matériaux permettent d’étudier le discours construit et diffusé par les associations afin d’en comprendre la construction argumentative, d’analyser ses effets sur les pratiques collectives et
individuelles des pères concernés ainsi que sur leur subjectivité.

Dans une première partie, la structuration actuelle du mouvement
français pour les droits des pères est reconstituée dans une
cartographie insistant sur ses spécificités dans l’espace des
mouvements sociaux mais aussi dans l’espace international. Les
revendications et les répertoires d’action mobilisés sont étudiés
en lien avec leur rôle dans la production sociale d’un groupe de
« pères séparés, injustement privés de leurs enfants ».

La seconde partie de la thèse analyse la construction de la
structure argumentative du mouvement en insistant sur les
conséquences matérielles des conseils fournis aux pères venus
consulter les associations, et la portée des analyses et des
revendications diffusées. Les discriminations dénoncées par les
pères de ces associations révèlent leur attachement à la position
socialement dominante qu’ils occupent dans les rapports sociaux de
sexe et qui se trouve partiellement écornée par le divorce ou la
séparation.

Enfin, la troisième partie analyse le rôle du mouvement pour les
droits des pères dans la production et le renforcement de leur
subjectivité de dominants et montre comment ce mouvement incitent
les pères à dissimuler la conscience masculine de domination.

Cette thèse articule ainsi la sociologie des mouvements sociaux et
celle des groupes dominants avec l’étude des rapports sociaux de
sexe et le féminisme matérialiste.

Parution – actes de la journée d’étude « Maternités, paternités »

Les actes de la journée inaugurale du réseau, « Maternités, Paternités : Représentations, Pratiques, Nouvelles perspectives », sont publiés chez Encyclo ! Vous pouvez les lire ici.

Sommaire :

Atelier du RePPaMa : prochaine séance reportée

REPORTE

Nous avons le plaisir de vous convier à notre neuvième atelier du Réseau d’Études Pluridisciplinaires sur les Paternités et les Maternités – REPPaMa qui aura lieu le jeudi 26 mars 2020 de 14h00 à 16h30 à l’Ined, R19 (RDC) (9 cours des Humanités, Campus Condorcet à Aubervilliers, M12 Front Populaire).

Dans le cadre de cet atelier, nous aurons le plaisir d’écouter les présentations d’Aden Gaide et Nouri Rupert.

Aden Gaide (doctorant en sociologie à Sciences Po Paris, Observatoire sociologique du changement) nous fera une présentation basée sur son enquête doctorale : Quand son enfant devient parent pendant ses études supérieures. Ce que les réactions des parents révèlent de leur rapport aux études de leur enfant

Nouri Rupert (postdoctorant en sociologie à l’Université d’Angers, ESO-CNRS) nous fera une présentation basée sur sa thèse : Les normes de parentalités hégémoniques à l’épreuve des familles transnationales – Circulation de femmes-mères franco-marocaines entre le Maroc et la France.

Colloque La fabrique des parents – note conclusive

Merci à tou-tes les communicant-es, président-es et modérateur-ices de session et à tou-tes les auditeur-ices qui sont venu-es au colloque La fabrique des parents qui vient de s’achever. Pour information, un live-tweet de l’événement est disponible :
Session 1
Session 2
Session 3
Session 4
Sessions 5 et 6

Un compte-rendu est en préparation.

Au plaisir de vous revoir,
l’équipe de RePPaMa

Séminaire – Père et mère d’un territoire : la genréisation de la pratique du pouvoir à la cour princière de Wurtemberg (1582-1614) (06.02.2020, Paris)

Séminaire Histoire et anthropologie de la famille et de la parenté

 Organisé par Laurent Barry (ehess, las), Claire Chatelain (cnrs, crm), Isabelle Daillant (cnrs, erea-lesc) et Michaël Gasperoni (cnrs, crm)

 1er et 3e jeudis du mois de 13 h à 15 h (salle 6, 105 bd Raspail, Paris), 

du 7 novembre 2019 au 4 juin 2020

Séance du 6 février 2020

Régine Maritz (fnrs/Centre Roland Mousnier)

Père et mère d’un territoire : la genréisation de la pratique du pouvoir à la cour princière de Wurtemberg (1582-1614)

Cette contribution porte sur la cour princière de Wurtemberg dans le Saint Empire germanique sur une période d’environ trente ans à compter de 1580. Les rôles de parenté genrés du duc et de la duchesse, qui ont facilité la pratique du pouvoir de multiples façons, seront au cœur de l’exposé. La place de la duchesse dans le couple et dans la famille ducale était enracinée dans une pratique éducative plus large qui visait à enseigner aux femmes de la haute aristocratie à s’adapter au caractère de leur mari afin de stabiliser les mariages dynastiques en privilégiant le travail émotionnel féminin. Nous verrons combien l’ensemble de la structure administrative de la cour princière a été conçue pour se conformer à une sorte de macro-foyer domestique dominé par le duc et la duchesse. Les hommes et les femmes de la cour se sont vu attribuer des rôles spécifiques dans leur entourage, ancrant de fait chaque individu dans un système genré de parenté virtuelle avec la dynastie au pouvoir. Les groupes homosociaux de la cour ont ainsi favorisé un sentiment d’appartenance spécifique chez de nombreux courtisans. De manière plus générale, nous verrons que la réélaboration permanente de la catégorie du genre et de son contenu était en soi une pratique importante du pouvoir, qui a contribué à créer une cohésion entre les différents groupes de la société de cour et qui a préservé des zones de flexibilité au sein du système dynastique.

Tribune – Les femmes divorcées, grandes perdantes de la réforme des retraites

Dans une tribune au « Monde », un collectif de chercheurs et d’universitaires suggère au gouvernement d’établir un vrai partage des droits à retraite au sein des couples.

Contrairement aux affirmations du Premier Ministre, les femmes ne seraient pas les « grandes gagnantes » de la réforme des retraites. En prenant en compte l’ensemble de la carrière plutôt que les « meilleures années », le passage à la retraite à points entraînerait une baisse de leur pension plus importante que pour les hommes. L’ensemble des inégalités (de carrière, de salaire, de temps de travail rémunéré…) qu’elles connaissent tout au long de leur vie professionnelle serait intégralement répercuté sur le montant de leur retraite.

La réforme des retraites renforcerait aussi les inégalités économiques entre femmes et hommes en s’attaquant au dispositif des pensions de réversion. Alors que 99 % du montant des pensions touchées par les hommes est constitué de leurs droits propres, un quart de celles des femmes est issu de ce qu’on appelle des droits dérivés, essentiellement des pensions de réversion. Ces pensions sont actuellement attribuées aux femmes qui ont été mariées, après le décès de leur époux ou ex-époux, en fonction des droits à la retraite acquis par ce dernier. Il ne s’agit pas de cas particuliers : en 2017, presque la moitié (42 %) des femmes touchant des droits à la retraite percevait une pension de réversion. Son montant moyen était de 700 euros. En France, ce dispositif a permis de réduire significativement la pauvreté des femmes âgées. Il faut rappeler que les femmes de plus de 65 ans touchent des pensions de droits propres inférieures de 38 % en moyenne à celles des hommes. Cet écart de revenu est ramené à 25 % grâce aux droits dérivés.

Il y a dix-huit mois, Emmanuel Macron affirmait : « Il n’est pas question de supprimer les pensions de réversion pour les futurs retraités » (Le Monde, 27/06/2018). Or, la dernière version du projet de réforme des retraites prévoit la suppression, après 2025, de la pension de réversion pour les femmes divorcées. Jusqu’ici, en cas de divorce, l’ex-épouse peut percevoir la pension de réversion, ou la partager au prorata du nombre d’années de mariage si son ex-époux a été marié plusieurs fois.

Le gouvernement a prévu d’agir par ordonnance sur ce point ; il envisage de remplacer la pension de réversion pour les femmes divorcées par une augmentation de ce que l’on nomme la prestation compensatoire. Ceci traduit une méconnaissance complète de la justice familiale et de ses évolutions.

Déterminée au moment du divorce, la prestation compensatoire est un capital versé par un ex-conjoint à l’autre, en cas de disparité importante dans leurs conditions de vie respectives à l’issue de la vie commune. La prestation compensatoire est censée compenser les sacrifices professionnels réalisés par un des époux (presque toujours la femme) du fait de la prise en charge du travail domestique et parental. Dans les faits, ce dispositif de compensation a été très affaibli ces vingt dernières années, depuis qu’il n’est plus versé sous forme de rente mais d’un capital pour solde de tout compte.

Pour qu’une femme bénéficie d’une prestation compensatoire, il faut aujourd’hui que son ex-époux détienne, au moment du divorce, un capital disponible important. Seul un divorce sur cinq donne ainsi lieu à une telle prestation : les femmes qui l’obtiennent appartiennent à des milieux plus aisés que celles qui touchent une pension de réversion. Et même quand il y a prestation compensatoire, les sommes fixées sont bien loin de compenser les inégalités économiques entre ex-conjoints. Imaginer que le montant de ces prestations compenserait la disparition de la pension de réversion est totalement irréaliste.

En juillet 2019, Jean-Paul Delevoye affirmait, dans le cadre de la consultation citoyenne sur les retraites : « il appartiendra au juge des affaires familiales d’intégrer la question des droits à retraite dans les divorces, en particulier dans le cadre des prestations compensatoires qui pourront être majorées ». C’est ignorer que les juges aux affaires familiales expriment déjà des difficultés pour calculer les prestations compensatoires, car ils et elles manquent du temps et des moyens nécessaires pour évaluer précisément les situations économiques des ex-conjoints au moment de leur divorce.

C’est aussi ignorer que, depuis 2017, les juges aux affaires familiales ne prononcent plus les divorces par consentement mutuel, soit plus de la moitié des divorces. Ces divorces sont négociés entre avocats ou avocates et enregistrés par les notaires. Les femmes divorcées qui, aujourd’hui, ne parviennent pas à obtenir de prestation compensatoire ne parviendront pas plus, dans un bras de fer entre avocates ou avocats, à y inclure le calcul de leurs droits dérivés.

Loi après loi, la justice se retire au moment des séparations conjugales, au profit d’une négociation privée. Avec la suppression des pensions de réversion pour les femmes divorcées, l’État abandonne son ambition de protéger les plus vulnérables et d’organiser les mécanismes de la solidarité publique, au profit de la loi du plus fort au sein des couples.

La même logique est à l’œuvre pour la prise en compte des enfants dans le calcul des retraites. Aujourd’hui, les mères ont droit à une majoration de leur durée de cotisation (jusqu’à huit trimestres par enfant dans le privé). Demain, celle-ci sera remplacée par une majoration du montant de la pension, à hauteur de 5% par enfant (et 7% pour le troisième enfant) ; le gouvernement prévoyant de laisser aux parents la responsabilité de décider lequel des deux bénéficiera de cette majoration.

Or, le gouvernement oublie par là une réalité tenace statistiquement démontrée : la maternité pénalise les carrières alors que la paternité les « booste ». On pourrait s’attendre à ce que les femmes divorcées soient défendues par la Secrétaire d’État chargée de « l’égalité entre les femmes et les hommes et de la lutte contre les discriminations ». Hélas, non. Marlène Schiappa a déclaré au magazine Elle (13/12/2019) : « J’appelle chaque couple à réfléchir et à respecter l’autonomie financière des femmes. À un moment, l’État peut mettre en place des politiques publiques, on ne peut pas prendre les décisions à la place des couples. (…) Et donc on en appelle simplement à la responsabilité de chacun ». Ceci reviendrait à avaliser les décisions issues d’une négociation entre des partenaires inégaux. Du fait des écarts de revenus très importants au sein des couples (les hommes gagnent 42 % de plus que leur conjointe selon l’INSEE), on peut légitimement s’inquiéter que les couples ne choisissent d’attribuer les 5 % au père pour majorer cette bonification. Si le couple se sépare, les parents seront-ils en mesure de revenir sur leur décision initiale et dans quelles conditions se fera cette « négociation » ? Les femmes ont peu de chance de remporter ce bras de fer à huis clos.

Le gouvernement a pourtant annoncé un nouveau système de retraite plus juste, dont les femmes seraient les grandes gagnantes. Pour cela, il aurait fallu ouvrir des discussions sur de toutes autres bases. Quand on prétend réduire les inégalités économiques entre les hommes et les femmes, accentuées par les séparations conjugales, pourquoi supprimer les quelques dispositifs qui compensent partiellement ces inégalités ? Pourquoi ne pas réfléchir, comme l’ont fait d’autres pays, à un véritable partage des droits à retraite au sein des couples, qui tienne compte des inégalités de genre et encourage un partage égalitaire de la prise en charge du travail domestique gratuit ?

Aujourd’hui, une jeune retraitée sur cinq est divorcée. Dans les générations ciblées par la réforme des retraites, les femmes ayant connu un divorce et, surtout, la rupture d’une union libre seront bien plus nombreuses. Il est plus que temps que la puissance publique se saisisse de la situation des couples non-mariés, qui ne sont concernés ni par la pension de réversion ni par la prestation compensatoire. Ce seraient alors de nombreuses femmes qui accéderaient, enfin, à des conditions de vie à la hauteur du travail quotidien qu’elles accomplissent. Mariées ou non, elles continuent en effet d’assurer l’essentiel du travail domestique tandis qu’elles accumulent moins de richesse que leur conjoint tout au long de la vie.

Le projet de réforme des retraites présenté par le gouvernement d’Edouard Philippe ne se soucie guère de ces enjeux. Il renvoie, en pratique, les femmes séparées à la loi du plus fort. Et l’on continue à se demander de quel souci de justice ou d’égalité il peut bien se prévaloir.

Revue – Des parentalités bousculées

Début de l’avant-propos du numéro de la Revue Française des Affaires Sociales intitulé « des parentalités bousculées » :

La famille est au cœur de transformations importantes. Les situations familiales se complexifient et la place de l’enfant est devenue centrale dans les sociétés occidentales (Déchaux, 2014). Les normes familiales se sont multipliées : cette diversification des modes de vie familiaux témoigne de l’autonomisation des individus dans leur vie privée (Singly, 2003). Parallèlement, l’injonction à être un « bon parent » (Le Pape, 2012 ; Martin, 2014) s’est renforcée, la relation parent-enfant étant de plus en plus présentée comme un facteur d’épanouissement et de réalisation personnelle. D’ailleurs, les nouvelles politiques de soutien à la parentalité sont axées sur la qualité de cette relation, comme l’explique ici Pierre Mazet dans son point de vue sur la politique de soutien à la parentalité (p. 237). On note ainsi une tension entre, d’une part, une plus grande liberté d’élever ses enfants en sortant d’un dogme familial unique et, d’autre part, la multiplication de normes qui, pour être moins coercitives, n’en sont pas, pour autant, moins contraignantes. Comme le souligne Gérard Neyrand dans son point de vue sur le dossier (p. 247), ces tensions induisent ainsi, chez certains parents, un sentiment de perte de repères. Le début du xxie siècle est donc celui du doute sur la parentalité.

Dans ce contexte, les recherches sur la « parentalité » se sont multipliées en sciences sociales depuis les années 1990 (Martin, 2018). Si certains de ces travaux s’attachent à analyser les normes et pratiques parentales, d’autres s’intéressent aux politiques familiales ou encore aux professionnels qui gravitent autour de l’enfant. Cependant, l’état des savoirs est essentiellement centré sur certains moments de la vie de l’enfant, sur certaines pratiques et sur certaines catégories de parents. Pour un état des lieux plus complet des connaissances sur la parentalité, nous renvoyons ici le lecteur à l’appel à contribution qui initiait le dossier (p. 263).

À l’origine, cet appel avait l’ambition de porter un regard nouveau sur la parentalité en la considérant davantage comme un processus dynamique que comme un état. Deux axes avaient été envisagés afin d’analyser des trajectoires de parentalité : un premier centré sur la parentalité aux différents âges de l’enfant ; un second axe portant sur les incidents biographiques dans la parentalité (séparation conjugale, maladie, deuil…). L’idée était de considérer la parentalité comme étant non linéaire : elle évolue en fonction de l’âge des enfants, elle varie d’un enfant à l’autre, elle se construit et se réajuste en fonction du regard des autres.

Au bout du compte, les articles que nous avons retenus pour composer ce dossier traitent d’incidents biographiques ou de situations particulières d’une grande diversité. Plusieurs articles portent sur la naissance d’un enfant dans des contextes spécifiques : arrivée d’un deuxième enfant (Clément, Hamelin, Paillet et al.), deuil périnatal (Charrier et Clavandier), entrée en parentalité en famille recomposée (Vincent), en sortant de l’Aide sociale à l’enfance (Ganne, Dietrich-Ragon, Frechon) ou en situation de handicap visuel (Doé). D’autres articles s’intéressent à un incident biographique, au sens large, dans la trajectoire parentale : survenue d’un cancer (Mary), incarcération (Quennehen), séparation conjugale (Le Pape et Virot), convocation d’un enfant devant un conseil de discipline (Yadan).

Ces différents articles reçus en réponse à notre appel à contribution nous ont amenés à repenser ce dossier, de la notion de trajectoires de parentalité à celle de parentalités « bousculées ». [suite]

Les articles sont disponibles sur Cairn.

Conférence – Who cares for the children ? Gender and transnational families (27.01.2020, Paris)

Rhacel Salazar Parreñas is Professor of Sociology and Gender and Sexuality Studies at the University of Southern California. She is the author of numerous books and articles on gender, family, labor, migration and the political economy of globalization. In 2019, she was honored with the Jessie Bernard Award by the American Sociological Association in recognition of her contributions to our understanding of women in society.

She will address the question of how gender constitutes and is constituted in transnational households. It draws from a two year ethnographic study on children raised from a distance in the Philippines by migrant parents across the diaspora. While the talk empirically establishes the continued relegation of housework and childcare to women, including in the household of migrant mothers, it also engages the implications of such a finding to feminist theory. It explains the stalled gender revolution in the formation of transnational households with migrant mothers and establishes the significance of examining gender from a relational and not solely an identity perspective. The conference will be moderated by Hélène Le Bail and Hélène Thiollet, researchers CNRS at Sciences Po’s Center for International Studies (CERI).

Monday January 27, 2020 5:00 – 7:00 PM
Sciences po, Amphithéâtre Jacques Chapsal, 27 rue Saint Guillaume, 75007 Paris
Contact / inscriptions externes : valerie.richard@sciencespo.fr

Colloque – La fabrique des parents (06.02.2020, Aubervilliers)

La fabrique des parents – Devenir et être parent en fonction des contextes géographiques, historiques et culturels 6 et 7 février 2020, Condorcet (Aubervilliers)

En raison des mouvements sociaux au sein de l’enseignement supérieur en janvier 2020, le programme a connu d’importantes modifications. Merci de vous reporter à l’onglet en haut de la page pour connaitre le programme actualisé.

Jour 1 :

9h-9h30 : Accueil et café

9h30-9h45 : Introduction Magda Tomasini (directrice de l’Ined)

9h40 – 12h : Session 1 : Parentalité face au handicap et à la maladie
Modération : Anaïs Mary (Université de Paris)                                  

  • Marion Doé (EHESS) : La maternité à l’épreuve de la déficience visuelle, expériences et pratiques d’une parentalité bousculée
  • Alice Feyeux (Paris Dauphine) : Sortir son enfant de l’anorexie en (re)devenant un bon parent ? Thérapies familiales et normes de parentalité au sein d’une unité psychiatrique pour enfants.
  • Estelle Veyron Lacroix (Université Lyon 2) : Maternités empêchées : destins du désir d’enfant chez des femmes hébergées en établissement médico-social pour adultes avec déficience intellectuelle et troubles associés
  • Manon Vialle (EHESS) : Accès à la parenté post-cancer : l’autonomie procréative des patient·es entre désintérêt médical et systématisation de la prise en charge

12h – 13h30 : Déjeuner

13h30 – 15h45 : Session 2 : Parents en devenir ?
Présidence : Marie-Clémence Le Pape (Université Lyon 2) – présentation sur l’usage de la notion de parentalité en sociologie

  • Elsa Boulet (EHESS) : Devenir parent « au bon moment » : l’inscription sociale de la norme procréative
  • Marie Daugey (Université de Liège) : Devenir parrain pour devenir parent (pays kabyè, Togo)
  • Gaëlle Larrieu (Sciences Po) : Devenir mère ou père d’un garçon ou d’une fille : co-construction des identités parentales et fœtales pendant la grossesse au travers de la sexuation du fœtus
  • Josiane Tousse-Djou (Université de Yaoundé II Soa) : « Rester sans enfant » ou parent à « tout prix » en Afrique : enquête sur le problème de stérilité et infertilité au Cameroun

Pause : 15h45 – 16h15

16h10- 16h30 : Présentation du numéro spécial de la Revue française des affaires sociales (RFAS) sur la parentalité, avec Marie-Clémence Le Pape, Pauline Virot et Guillemette Buisson

16h30 – 18h00 : Session 3 : Homoparentalités, entre lois et normes
Modération : Marine Quennehen (EHESS, Ined)

  • Camille Frémont (Université du Havre) : Être une « bonne mère » lesbienne en pleine controverse sur le mariage pour tou-tes
  • Martine Gross (EHESS), Isabel Côté (Université du Québec en Outaouais), Kevin Lavoie (Université de Laval), Line Chamberland (Université du Québec à Montréal) : Regards croisés de mères, de donneurs et d’enfants de familles lesboparentales en France
  • Lucie Prauthois (Paris Dauphine) : Devenir parent en marges de l’hétérosexualité : comment les personnes lesbiennes, gaies et bisexuelles s’approprient les normes procréatives

18h00 : Cocktail

**

Jour 2 :

9h-9h30 : Accueil et café

9h30– 12h00 : Session 4 : Rapports des familles aux institutions
Présidence : Agnès Martial (CNRS) – présentation intitulée « Devenir parents aujourd’hui : une pluralité d’itinéraires »

  • Inès Anrich (Université Paris 1) : Les oppositions des parents à la vocation religieuse de leur fille : un observatoire de l’autorité paternelle, de son cadre normatif et de son exercice (France, Espagne, XIXe siècle)
  • Elsa Neuville (Université Lyon 2) : Choisir d’élever ses enfants à plusieurs : les groupes de parents dans les crèches parallèles des « années 1968 »
  • Anne-Gaëlle Picart (Université Paris Ouest Nanterre): Pratique et expérience de la parentalité chez les mères et les pères d’enfants à l’école maternelle : le point de vue de parents de CSP+ en REP.
  • Pauline Proboeuf (Sciences Po): Les incidences biographiques des choix de scolarisation alternative

12h – 13H30 : Déjeuner

13h30 – 15h30 : Session 5 : Apprendre à être parents
Modération : Arnaud-Regnier Loilier (Ined)

  • Solène Brun (Sciences Po) : Devenir parent blanc d’un enfant non blanc : se préparer et être préparé à la parentalité adoptive à travers les frontières raciales en France
  • Marie Cartier (Université de Nantes), Anaïs Collet (Université de Strasbourg), Estelle Czerny (Université de Strasbourg), Pierre Gilbert (Paris 8), Marie-Hélène Lechien (EHESS) et Sylvie Monchatre (Université Lyon 2) : Allez les pères ! Les conditions de l’engagement masculin dans les tâches parentales et domestiques
  • Benoît Hachet (EHESS) : « Beaucoup de parents deviennent parents au moment de la séparation » : quand la séparation conjugale fabrique des parents
  • Manon Laurent (Paris 7) : Être mère professionnelle en Chine urbaine

15h30 – 16h00 : Pause

16h00 – 17h30 : Session 6 : Socialisation de l’enfant
Modération : Marie Caroline Compans (Paris I, Ined)

  • Amélie Grysole (CNAM) : La fabrique d’enfants redevables
  • Morgan Kitzmann (Ined, Sorbonne) et Lidia Panico (Ined) : Une approche comparative de l’acculturation concertée
  • Juliette Linard de Guertechin (Université Catholique de Louvain) : Enfances en guerre, enfances sans père (1939-1945). Quelle place accordée aux grands-parents dans l’univers parental des fils et filles de prisonniers de guerre en Belgique francophone ?

Calenda

Appel à contribution – Fabrique des parents efficaces et déterminisme parental (10.09.2019)

Argumentaire

L’idée de « déterminisme parental » a été avancée à la fin des années 1990 par Frank Furedi pour épingler une tendance croissante dès cette époque à faire des pratiques et comportements parentaux la cause première de nombre de problèmes sociaux. Des néologismes sont apparus sensiblement au même moment (parenting, en anglais, parentalité, en français), pour désigner ces pratiques et comportements parentaux et privilégier, en somme, des réflexions sur ce que font les parents, plutôt que sur qui ils sont.

Frank Furedi écrivait ainsi en 2001 : « Le parenting est devenu l’une des questions les plus vivement débattues du 21e siècle. Si la culture occidentale attache une telle importance au parenting, c’est qu’il est considéré potentiellement comme la source de tous les problèmes sociaux qui affectent nos communautés (…). Le déficit de compétence parentale est accusé d’être la cause des problèmes de santé mentale des enfants, des difficultés éducatives, des comportements antisociaux ; les conséquences destructrices de cette mauvaise parentalité produisant leurs effets tout au long de la vie d’un individu ».

Il faut sans doute distinguer cette hypothèse du déterminisme parental de celle de la « reproduction sociale », que l’on pourrait rapprocher au nom d’une commune lecture en termes de détermination sociale, de façonnage des conduites et d’incorporation des habitus. La différence fondamentale réside principalement dans le changement de contexte entre les travaux sur la reproduction sociale des années 1960 et 1970 (Bourdieu et Passeron, 1970), ceux des années 1990 qui décrivent finement les pratiques socialement situées des familles et leurs conséquences en termes d’incorporation de dispositions sociales (Lahire, 1995), et ceux qui apparaissent plus de vingt ans plus tard sur le déterminisme parental. Mais ne faut-il pas souligner une autre différence, à savoir la volonté de souligner les effets de classement et de stratification de la première, par rapport à la critique de la logique individualiste et comportementaliste de la dernière orientation. Les politiques publiques entourant le rôle de parent évoluant aussi pour être moins portées par l’État et ses institutions, l’école par exemple, mais plus souvent promues par des acteurs privés, tels que des fondations, et ciblant d’abord les individus et des acteurs associatifs et communautaires.

Le ciblage des pratiques parentales a conduit à la définition d’un certain nombre d’interventions, de programmes et même à un nouveau pilier des politiques en direction des familles, sous l’appellation de politique de soutien à la parentalité. Cette tendance à responsabiliser les parents a eu entre autres effets d’accorder une place centrale à l’idée de compétences parentales, de parenting skills, avec comme conséquence l’idée que ces compétences peuvent être formalisées, enseignées, d’où le déploiement d’un véritable marché du conseil et du coaching parental. En proposant d’insister sur les conséquences du travail parental sur les enfants, sur leur bien-être, leur adaptation au monde, les experts en parenting sont donc parvenus en même temps à s’imposer pour diagnostiquer les manques et insuffisances du travail parental et à promouvoir leurs méthodes et leurs outils. En réduisant parfois le travail parental à un ensemble de conduites et de comportements efficaces et efficients, ces experts ont aussi souvent privilégié des méthodes d’administration de la preuve fondées sur une certaine conception du travail scientifique : le recours aux essais randomisés contrôlés, socle de l’evidence-base policy, de l’evidence-based education, ou de l’evidence-base parenting program.

À la lumière de ces développements, une jonction s’est peu à peu établie entre certains types de savoirs disciplinaires allant de la psychologie positive à certaines applications en neuroscience, sans parler de l’économie du bonheur et des tentatives de formaliser les méthodes et les dispositifs garantissant l’accès à celui-ci.

Dans le numéro que nous proposons, quatre principales directions nous sembleraient pertinentes :

  • La première pour revenir sur cette hypothèse d’un déterminisme parental, sur son apparition et ses développements. Il s’agirait ici d’analyser les conditions qui ont présidé non seulement à l’apparition de ce type de lecture, mais aussi à sa relative hégémonie dans certains secteurs ou pays. La mise en discussion avec d’autres travaux sur la socialisation serait bienvenue.
  • La deuxième direction pourrait consister à examiner la façon dont des savoirs et résultats issus des neurosciences ont été utilisés par des décideurs publics, voire même littéralement politisés pour concevoir des mesures et des politiques publiques, et même des interventions en direction des familles et des enfants. Une discussion sur les méthodes d’evidence-based dans ce domaine est attendue.
  • La troisième direction pourrait accueillir des contributions portant sur les effets de cette « idéologie » sur les pratiques des professionnels de la petite enfance (infirmiers, puéricultrices, travailleurs sociaux, voire enseignants en maternelle ou primaire), mais aussi sur les parents eux-mêmes. Comment cette idéologie leur est-elle transmise et quels effets a-t-elle sur les pratiques et domaines d’intervention ? A qui s’adresse-t-elle (en termes de différence de genre, de classe) et à quoi sert-elle ? Comment les politiques et programmes à l’attention des parents contribuent-ils à redéfinir leur rôle, à l’intérieur de la cellule familiale, mais aussi au sein de la parenté ? Quelle transformation de rôle et de style parental se dessine et comment recoupe-t-elle les rapports sociaux de genre ?
  • La quatrième direction pourrait concerner le rôle des variables culturelles, négligées, voire littéralement oubliées dans ces modes d’interprétation. Ces composantes culturelles se manifestent non seulement dans les écarts entre normes et représentations des fonctions et des rôles parentaux selon les cultures d’origine, les trajectoires migratoires, mais aussi selon les milieux sociaux, et bien entendu selon les genres et les générations. Cette troisième orientation pourrait ainsi permettre d’ouvrir d’autres pistes d’analyse des liens entre travail de socialisation primaire et secondaire.

Calendrier

Les autrices et auteurs sont invité·e·s à envoyer une proposition de contribution(1 à 2 pages, ou environ 6000 signes), avant le 10 septembre 2019, à l’intention des responsables du numéro (claude.martin@ehesp.fr, Xavier.Leloup@ucs.inrs.ca), en précisant leur affiliation universitaire.

Les autrices et auteurs dont la proposition aura été retenue par le comité de rédactionseront invité·e·s à soumettre un article complet pour le 10 décembre 2019.

Publication prévue à l’automne 2020.

Direction

Sous la direction de : Claude Martin — Directeur de recherche au CNRS,UMR 6051 Arènes Université de Rennes, École des hautes études en santé publique et Xavier Leloup — Professeur agrégé, INRS Urbanisation, Culture et Société.

Calenda

PhD in Family Sociology – Gendered Care Perspective (Antwerp) (30.06.2019)

The Centre for Population, Family and Health (CPFH) is seeking to fill the following full-time (100%) vacancy: Doctoral Grant (Fonds Voor Wetenschappelijk Onderzoek-Vlaanderen (FWO)) in the area of family sociology

Job description

  • You prepare a doctoral thesis in the field of family sociology, working on a project on family dynamics and upward solidarity (intergenerational care for parents).
  • You work in close collaboration with your supervisors and colleagues studying related research themes.

 

Project abstract

The sociological field of intergenerational solidarity studies the type and intensity of interactions between adult children and their parents. For upward informal caregiving (children looking after their parents), it has been acknowledged that care arrangements are shaped within families. Although it are individual children who care for their parents, the amount of care a child provides is generally the outcome of a collective family decision. Gender stands out as a determinant of the care a child provides. Caregiving is unfairly weighted against women, especially in male-dominated families. An important feature of informal caregiving is its fluidity.

This project examines the extent to which caregiving is subject to change, and how this relates to the gender composition of children and other aspects of the family context. Using a rich longitudinal panel (Share), we pursue 4 aims: (1) to examine to what extent the gender composition of siblings affects the care use of parents, (2) to assess the association between gender composition and stability of the adult-child care network, (3) to study the stability and redistribution of the informal care burden and how this relates to siblings’ gender composition, and (4) to investigate how the care network and distribution of sibling care vary when parents’ care needs change.

Profile and requirements

  • You hold a master degree in social sciences, preferably in sociology, or economic sciences.
  • You can submit outstanding academic results.
  • You have an interest in family sociology and intergenerational solidarity.
  • You are capable of executing quantitative research.
  • You are capable of applying (or learning) advanced statistical analysis techniques (multi-level analysis, structural equation modeling).
  • Your academic English and writing skills allow you to successfully communicate research results.
  • Your academic qualities comply with the requirements stipulated in the university’s policy.
  • You are quality-oriented, conscientious, creative and cooperative.
  • Also master students in the final year of their degree can apply.
  • Foreign candidates are encouraged to apply.

We offer

  • a doctoral scholarship for a period of two years, with the possibility of renewal for a further two-year period after positive evaluation;
  • the start date of scholarship will be September 1st or October 1st 2019;
  • a monthly grant amount ranging from € 2.373,36 – € 2.516.73;
  • a dynamic and stimulating work environment.

How to apply?

  • Applications may only be submitted online, until June 30th 2019.
  • A pre-selection will be made from amongst the submitted applications. The remainder of the selection procedure is specific to the position and will be determined by the selection panel.
  • The interviews will take place on Friday July 5th.
  • More information about the application form can be obtained from vacatures@uantwerpen.be.
  • For questions about the profile and the description of duties, please contact prof. Dimitri Mortelmans (dimitri.mortelmans@uantwerpen.be) or dr. Jorik Vergauwen (jorik.vergauwen@uantwerpen.be).

Atelier – Se soustraire à la maternité (18.03.2019, Paris)

Le lundi 18 mars 2019, de 13h30 à 16h30, le groupe Genre, normes procréatives et parentalité (GNP) vous convie en salle 311, sur le site Pouchet au 59-61 rue Pouchet, Paris (métro Guy Môquet / Brochant / Porte de Clichy) pour le 5ème rendez-vous de l’année.

Les intervenantes :
– Vanessa BRANDALESI (doctorante, UNIGE): « « Je ne suis pas un utérus sur pattes ». Comment les femmes sans enfant en Suisse expérimentent les normes de genre»
– Laurine THIZY (doctorante, Université Paris 8/CSU-CRESPPA ; chargée de cours à l’ENS de Lyon) : « L’IVG, entre remise en cause et renouvellement de l’injonction à la maternité »
Leurs communications seront discutées par Coline CARDI (MCF, Univ. Paris 8, CSU)

Nous vous rappelons que l’atelier est ouvert à tou.tes (masterantes, doctorantes et docteures), aucune inscription préalable n’est nécessaire.

En savoir plus