Membres du bureau de RePPaMa

Inès Anrich

Doctorante en histoire contemporaine à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et au Centre d’histoire du XIXe siècle, les recherches d’Inès Anrich portent sur l’histoire de la famille, du genre et du fait religieux en France et en Espagne au XIXe siècle. Depuis 2017, elle prépare une thèse sur les conflits familiaux autour des vocations religieuses féminines (France et Espagne, années 1830-années 1900).

Publications
2021, « Captations d’héritages : les enjeux juridiques et judiciaires d’un combat anticlérical (France, 1880-1905) », Revue historique, vol. 698, n°2, p. 365-386.
2021, Avec Anne Unterreiner, « La Fabrique des parents. Devenir et être parent en fonction des contextes géographiques, historiques et culturels. Compte rendu du colloque au Campus Condorcet, Aubervilliers, 6 et 7 février 2020 », Revue des politiques sociales et familiales, vol. 139-140, n°2-3, p. 117-121.

Margot Lenouvel

Actuellement doctorante en sociologie rattachée à l’Ined et à Sorbonne Université, Margot Lenouvel réalise sa thèse sur les expériences de la maternité de femmes « en solitaire » (célibataires). Ses thématiques de recherche portent plus généralement sur la sociologie de la famille, des inégalités, des parcours de vie, du genre et des temporalités.

Mike Marchal

Doctorant en sociologie à l’EHESS rattaché à l’IRIS et actuellement en CIFRE avec la Ville de Paris, Mike Marchal réalise une thèse sur l’engagement des (futurs) pères, de la grossesse aux trois ans de l’enfant, au sein de centres de protection maternelle et infantile et de crèches. S’appuyant sur une démarche ethnographique et une recherche collaborative, il explore la diversité des pratiques paternelles précoces et l’accompagnement du « devenir père » en contexte urbain et dans différentes institutions de la périnatalité de deux métropoles européennes : Paris et Berlin en contrepoint.

2015, « Les institutions d’accueil de la petite enfance en France. Un espace social peu ouvert aux hommes et à l’égalité des sexes », Mouvements, vol. 82, n°2, 2015, p. 97-105.

Marine Quennehen

Marine Quennehen est docteure en sociologie (thèse soutenue en 2019 à l’EHESS et financée par l’Ined). Elle a réalisé en 2020 un postdoc dans le cadre de l’ANR WORKLIFE (coordonnée par Anne Lambert) sur l’articulation travail-famille des salarié·es en horaires atypiques puis a été ATER à l’Université de Versailles-Saint-Quentin. Elle réalise depuis octobre 2021 un post-doctorante sur les trajectoires d’hommes sans domicile au CRESPPA-CSU. Ses travaux portent sur les paternités en situation de précarité (prison et centres d’hébergement) mais elle s’intéresse plus largement aux paternités et aux masculinités des hommes issus des classes populaires en interrogeant les vécus parentaux, les trajectoires biographiques et les rapports aux normes de parentalité. Ses recherches s’appuient sur un matériau qualitatif : ethnographie en institution, des entretiens répétés avec des hommes et des entretiens avec différent·es professionel·les (Surveillant·es de prison, conseiller·es d’insertion et de probation, assistant·es sociales·aux, éducateur·trices spécialisé·es, psychologues, psychiatres…).

Publications
2021, « Paternités cachées, paternités impensées : être père en prison. », Genre, Sexualité et Société, « Intimités en institutions », vol. 26
2022, avec Anne Unterreiner, “Le stigmate de la paternité incarcérée en France : Les tensions normatives des professionnels et des pères en milieu carcéral”, Sociologie, vol. 13, n°1, p. 25-42
2019, « La paternité s’arrête-t-elle aux portes de la prison ? », Revue française des affaires sociales, 4, p. 73‑96.
2019, « Expérience carcérale et exercice de la paternité : le point de vue de pères détenus », Champ pénal/Penal field, 16.
2019, « Le lien père-enfant au parloir : entre pertes et ressources », Encyclo. Revue de l’école doctorale ED 382, 10, p. 91‑109.

Alix Sponton

Doctorante en sociologie à l’OSC (Sciences Po) et l’INED, Alix Sponton réalise une thèse sur les congés de paternité et le travail domestique et parental en France. Elle compare l’expérience des premiers mois après une naissance du point de vue des pères selon les arrangements professionnels mis en place. Une partie de son travail étudie l’expérience des pères confinés avec leur nouveau-né sans activité rémunérée pendant deux mois au cours du printemps 2020.

Publications
2021, « Exploring COVID-19 lockdowns as unexpected paternity leave: One shock, diverse gender ideologies », Journal of Family Research.
2020, « Le confinement a-t-il joué en faveur d’un plus long congé paternité ? », The Conversation, p. 1‑5.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search