Atelier du 7 mars 2019 : Benoît Hachet (professeur agrégé à l’EHESS) – Refaire famille en situation de résidence alternée

Benoît Hachet (professeur agrégé à l’EHESS) présentera son travail de thèse intitulé La résidence alternée : une sociologie de l’expérience temporelle des parents.

Résumé : Refaire famille en situation de résidence alternée

Quand ils ont des enfants en résidence alternée, les parents séparés partagent le temps de présence de ces derniers entre leurs deux domiciles. Le plus souvent l’alternance se fait selon un rythme hebdomadaire. Cette forme d’organisation post divorce se développe depuis la fin du XXème siècle en parallèle avec la montée des valeurs de coparentalité. Sur les dernières années, la résidence en alternance s’est répandue dans tous les milieux sociaux et elle est par exemple moins fréquente à Paris ou en région Parisienne qu’en province (Insee, 2019). La résidence alternée demeure néanmoins une pratique très minoritaire qui ne concerne que moins de 4 % des enfants d’une génération. L’objectif de la communication est de monter comment les alternants organisent ou réorganisent leur vie familiale dans ce cadre temporellement et géographiquement contraint. Les données mobilisées, issues de ma thèse, sont à la fois qualitatives (55 entretiens) et quantitatives (5 103 questionnaires traités).

Nous montrons que « refaire famille » pour les alternants se conjugue de différentes manières.

  • Ils refont famille avec leurs enfants dans des conditions le plus souvent différentes de celles qui existaient avant la séparation. C’est souvent l’occasion d’affirmer des préférences familiales qui étaient auparavant l’objet de compromis constants. La particularité de cette organisation est de ne refaire famille qu’à mi-temps, même s’il existe des contacts avec les enfants en dehors des périodes de co-résidence.
  • Les parents refont aussi famille avec leurs enfants et leur ex conjoint selon des modalités variables. Certains fêtent les anniversaires ensemble (plutôt dans les classes aisées) et d’autres se voient plus au moment des transitions (plus dans les classes populaires).
  • Les parents refont enfin famille quand ils s’engagent dans une nouvelle relation de couple, qu’elle soit cohabitante ou non. Dans une phase préalable, se pose la question de la désirabilité et de la possibilité (géographique) de reconstruction d’une famille. Nos résultats confirment que les femmes alternantes se remettent plus en couple que les hommes alternants, ce qui particularise cette organisation par rapport aux connaissances que l’on a sur les recompositions familiales post divorces qui sont généralement plus favorables aux hommes. « Les enfants de l’autre » ou les nouveaux enfants qui naissent de ces relations participent à diverses formes de recompositions familiales qui ont en commun qu’une partie des enfants au moins continuent à changer de domicile une semaine sur deux.

Voir le programme de la séance


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.