AAC – Imaginaires de la grossesse/du corps enceint. Littérature, médecine et genre (01.07.2024)

Imaginaires de la grossesse/du corps enceint.

Littérature, médecine et genre

Journée d’étude

Vendredi 29 novembre 2024

Université Paris 8 Vincennes–Saint-Denis / Fabrique du littéraire (FabLitt)

À l’intersection de la littérature, de la médecine et du genre viennent prendre place les discours et imaginaires qui entourent l’expérience sexuée/genrée que constitue la grossesse.

L’étude des interactions entre littérature et médecine d’un côté bénéficie depuis une décennie du chassé-croisé entre sciences sociales et outils narratifs (Polkinghorne, 1988 ; Czarniawska, 2004 ; Kreiswirth, 2005) ; d’un autre côté, les études sur le genre (gender studies), héritières des théories et mouvements féministes, mais également dépositaires d’une tradition biomédicale et psychologique (Oakley, 1991 [1972] ; Fausto-Sterling, 2012 [2000]) interrogent la répartition sexuée des rôles dans les sociétés humaines ainsi que les rapports de pouvoir qui s’y jouent (Godelier, 2005 ; Bereni et alii, 2012 ; Schmitt-Pantel, 2021). Pour autant, l’approche genrée est encore peu mobilisée dans les humanités médicales francophones.

Dans le prolongement de travaux qui articulent les discours et représentations du médical à des enjeux littéraires – rhétoriques, stylistiques ou génériques (Abramovici, 2003 ; Brancher, 2012) – la journée d’étude entend donner toute sa place à la grossesse comme objet littéraire, quand elle est souvent traitée à la marge d’autres expériences, comme celle de la maternité (Saint-Martin, 1994), ou même celle, plus spécifique, de l’accouchement (Karath, 2013 ; Projet Birth[ing] Stories de Sorbonne Nouvelle). Ainsi, le corps « écrit » (Rueff [éd.], 2020), notamment « souffrant » (Danou, 1994 ; Marin, 2008) fait l’objet d’attentions, mais la perspective genrée du corps enceint manque encore à l’appel (Froideveaux-Metterie, 2023).

Étroitement lié à cette expérience, l’événement[1] que constitue l’interruption de la grossesse constitue, dans les études francophones, un champ ouvert. L’analyse des récits d’avortement est ainsi susceptible de recouper à certains égards les enjeux qui entourent les pratiques d’écriture participant de la médecine narrative (Charon, 2016 ; Lejeune, 2017) ou de l’autopathographie (Galichon, 2017 ; Thévenet, 2023), en relation avec le constat fait par Alexandre Gefen d’une littérature devenue aujourd’hui une forme de « médecine de l’âme » (Gefen, 2017). L’étude des imaginaires véhiculés par le discours médical sur l’arrêt de la grossesse, depuis le corpus hippocratique jusqu’à la période moderne de pré/post légalisation, peut bénéficier des outils forgés par les études de genre, comme l’agentivité (agency) ou le self-help/self-knowledge (King, 1995). Elle peut également se saisir de la question du sujet et du point de vue situé (standpoint).

La journée accueillera toute proposition issue des lettres classiques, de la littérature française ou comparée portant sur des textes médicaux, fictionnels ou autobiographiques, de l’Antiquité à nos jours. Sont particulièrement encouragées les propositions portant sur les textes médicaux anciens ou sur les écrits de médecins et/ou de professionnel•les de santé.Loin de constituer des sources transparentes sur la réalité des sociétés auxquelles ils appartiennent, ces textes peuvent être analysés autrement que sous un prisme historique, les imaginaires genrés qu’ils déploient dans la langue entrant en tension avec la transmission affichée d’un savoir, dont les modalités peuvent varier en fonction des destinataires – dans la lignée desécrits hippocratiques sur les femmes, dont les enjeux génériques ont été forgés à postériori (King, 2007 ; Hanson, 2019).

 Les axes suivants sont autant de pistes de réflexion :

1. Littérarité des discours médicaux sur la grossesse

Il s’agira de considérer les traités médicaux anciens – de la période antique jusqu’à la Renaissance – sous les angles tout à la fois du genre et du littéraire. L’analyse du discours médical moderne sur la grossesse doit quant à lui tenir compte des luttes professionnelles propres à la spécialité médicale de la gynécologie (Moscucci, 1990 ; Weisz, 2006). Les approches rhétoriques de ces discours est encouragée.

2.  Représentations et imaginaires de la grossesse

À la suite du travail pionnier de Susan Sontag sur le SIDA (Sontag, 2009 [1990]), l’attention aux métaphores et autres tropes discursifs dans la construction des imaginaires est bienvenue, tout comme l’identification de dispositifs narratifs particuliers pour mettre en scène une expérience porteuse d’une dramaturgie propre. Inversement, la mobilisation par la langue des métaphores de la grossesse constitue une perspective intéressante. 

3. Approches féministes des discours et des représentations médicales de la grossesse

Le corps enceint, lieu de la reproduction, a partie liée à l’institution médicale, ou à ce qui en tenait lieu, à savoir l’autorité de la parole du médecin ou du savant – soit l’auteur des traités médicaux anciens. Toute contribution qui interroge les rapports de pouvoir à l’œuvre dans la langue médicale et/ou qui utilise les outils des études de genre pour aborder la grossesse comme objet littéraire est bienvenue, y compris pour les textes anciens pour lesquels l’approche anachronique peut se révéler fructueuse.

 —

Organisation :

Marion Bonneau

Les propositions de communication, rédigées en français, devront inclure les nom, prénom, statut, institution de rattachement et courriel des communicant•es. Elles prendront la forme d’un résumé (250 mots) des enjeux abordés dans la communication, accompagné d’un titre et d’une bibliographie indicative. Elles seront transmises par courriel à l’adresse suivante : marion.bonneau04@univ-paris8.fr. La date limite de soumission est fixée au 01 juillet 2024, la réponse sera donnée dans un délai de 15 jours maximum. Dans la limite du budget alloué, une aide financière au transport et à l’hébergement des participant•es pourra être apportée.

En savoir plus



Citer ce billet
Myriam Chatot (2024, 15 avril). AAC – Imaginaires de la grossesse/du corps enceint. Littérature, médecine et genre (01.07.2024). REPPAMA. Consulté le 17 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w80z

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search