Parution – L’empreinte des violences familiales sur l’entrée dans la vie adulte des jeunes

L’empreinte des violences familiales sur l’entrée dans la vie adulte des jeunes.

Auteur(s) :  Amélie Charruault

Date :  04/2021 http://veille-et-analyses.ens-lyon.fr/Rapports/DetailRapport.php?parent=actu&id=3445

Dans un contexte de forte réprobation sociale, de médiatisation et de politisation des violences familiales sur mineur·e·s, ce rapport met au jour l’empreinte des violences subies durant l’enfance et l’adolescence dans le cadre familial sur l’entrée dans la vie adulte des jeunes femmes et des jeunes hommes résidant en France métropolitaine. Il se donne en outre pour ambition de prolonger les travaux scientifiques sur la transition vers l’âge adulte qui, jusqu’à présent, ont peu étudié le rôle des violences dans ce processus.

En s’appuyant sur un échantillon de plus de 5 500 femmes et hommes âgé·e·s de 20 à 34 ans ayant répondu à l’enquête statistique VIRAGE, réalisée en population générale dans l’Hexagone en 2015, cette recherche révèle tout d’abord l’importance des violences familiales : environ 18 % des jeunes femmes et 15 % des jeunes hommes déclarent des violences subies avant 18 ans dans la famille et son entourage. Mais derrière ces chiffres se cache une hétérogénéité des situations de violences. Les filles et les garçons ayant cumulé des violences psychologiques et physiques, et les filles principales victimes des violences sexuelles, ont plus souvent vécu dans une atmosphère familiale dégradée.

Cette recherche explore ensuite cinq étapes constitutives du passage à l’âge adulte selon l’expérience en matière de violences familiales : la sortie du système scolaire, l’insertion sur le marché de l’emploi, le départ de chez les parents, l’entrée dans la sexualité et la naissance du premier enfant. L’analyse des données montre que le cumul des formes de violences ou la survenue de violences sexuelles dans l’enfance (pour les femmes) accélère et rend plus précoce l’autonomisation résidentielle pour les deux sexes et le premier rapport sexuel pour les femmes. En revanche, l’épreuve des violences ne perturbe pas autant que nous pourrions l’imaginer les trajectoires scolaires, professionnelles et l’entrée en parentalité, qui sont davantage déterminées par d’autres facteurs (origine sociale, niveau d’études, lien à la migration, etc.).

1)PANORAMA DES VIOLENCES SUBIES AVANT L’ÂGE DE 18 ANS DANS LA FAMILLE ET SON ENTOURAGE
Les fréquences des violences et leurs caractéristiques
L’atmosphère familiale et la survenue de violences : quels liens ?

2)FINIR SES ÉTUDES ET TROUVER UN PREMIER EMPLOI .
Les violences ne perturbent pas les âges à la fin des études et au premier emploi
L’importance des origines sociales sur les destinées scolaires et professionnelles

3)UN DÉPART DU FOYER PARENTAL PRÉCOCE POUR LES JEUNES AYANT VÉCU DES VIOLENCES
Partir pour échapper aux violences ou suite à un « conflit familial »
Les violences, un important déterminant de décohabitation précoce pour les deux sexes

4)UNE ENTRÉE PRÉCOCE DANS LA SEXUALITÉ POUR LES JEUNES FEMMES AYANT VÉCU DES VIOLENCES
Caractéristiques des premiers rapports sexuels
Les multiples déterminants du premier rapport sexuel

5)ENTRÉE DANS LA PARENTALITÉ DES JEUNES ADULTES AYANT VÉCU DES VIOLENCES
Les violences sexuelles semblent accélérer l’entrée dans la maternité
D’autres facteurs entretiennent des liens plus étroits avec l’entrée en parentalité

Télécharger le document


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search