Compte-rendu de la neuvième séance de l’atelier REPPaMa (15.10.2020)

Le 15 octobre 2020 a eu lieu à l’Ined le neuvième atelier du REPPaMa, au cours duquel deux communications ont été présentées.

Kanako Takeda, doctorante en sociologie à l’EHESS et au Centre Georges Simmel a évoqué les « Anticipations parentales dans les couples transnationaux franco-japonais : analyse des impacts sur la (re)configuration des rapports conjugaux », à partir d’une recherche menée en master et poursuivie en doctorat.

Elle s’est appuyée sur vingt-trois entretiens biographiques semi-directifs auprès de femmes japonaises qui ont grandi au Japon mais résident en France, et qui sont en couple avec un Français ayant quant à lui grandi en France. Kanako Takeda a interrogé le choix de la France comme lieu de résidence de ces couples franco-japonais et elle a montré que le bien-être de la famille ou future famille est un critère déterminant dans cette décision. La France est perçue comme un environnement avantageux pour les femmes, leur permettant d’élever des enfants tout en travaillant alors que le Japon est présenté, au contraire, comme peu propice pour concilier carrière professionnelle et maternité. La chercheuse s’est ensuite intéressée aux reconfigurations du lien conjugal et des rôles familiaux qu’entrainent l’installation en France et le fait d’y fonder une famille. Pour ce faire, elle a distingué quatre types de parcours des femmes japonaises en distinguant le lieu de rencontre, le lieu de cohabitation au début de couple et le projet conjugal et parental. Elle a souligné que les femmes qui parlent français avant de migrer s’insèrent facilement dans le marché du travail, mais que l’organisation domestique et l’emploi du temps des enfants restent prioritaires. Celles qui ne parlaient pas français avant d’émigrer ont beaucoup de mal à trouver un emploi, ce qui affecte les relations conjugales et génère des asymétries avec leur conjoint. Alors que les travaux sur la migration féminine mettent souvent en évidence l’ébranlement des normes de genre qu’elle provoque, Kanako Takeda a décrit le paradoxe entre un projet migratoire et familial conçu comme facilitant la réalisation de soi pour les femmes japonaises, et une installation en France qui reproduit ou accentue les asymétries de genre au sein du couple.

La discussion qui s’est suivie a porté sur des enjeux méthodologiques, notamment dans la composition sociale et géographique du panel de femmes interrogées. Le contexte japonais de répartition du travail domestique et reproductif a également été débattu.

Marie-Noëlle Dabestani, doctorante en sciences de l’éducation à Paris 8 et au CIRCEFT-ESCOL, a ensuite présenté une communication intitulée : « Enquêter sur la relation entre école maternelle et familles. Cas d’un « jouet scolaire » et de son cahier introduits au domicile des parents ». Elle a présenté le cadre théorique, méthodologique et certains résultats de sa thèse qu’elle soutiendra en décembre, sur la réussite à l’école maternelle.

Depuis trente ans, l’institution scolaire pense la collaboration entre les familles et l’école comme une condition importante de la réussite des jeunes élèves. Marie-Noëlle Dabestani a étudié l’application de cet objectif de collaboration à partir de deux dispositifs pédagogiques : la cahier de vie, qui présente les activités faites à l’école et qui est ramené à la maison pendant les vacances, au cours desquelles les familles sont invitées à le compléter ; et la mascotte de la casse, qui est ramenée à la maison par les enfants à tour de rôle, avec son cahier dans lequel sont inscrites les activités faites avec cette peluche dans la famille. La chercheuse a mené des entretiens avec 27 mères d’enfants inscrits en maternelle dans des régions rurales, urbaines et industrielles, en zone d’éducation prioritaire ou non. Elle a interrogé des mères de classe supérieure et populaire, et s’est efforcée de conduire l’entretien en feuilletant le cahier de vie ou celui de la mascotte. Elle a aussi sollicité les enfants pour obtenir des précisions sur certaines réponses, lorsqu’ils étaient présents, permettant ainsi d’objectiver les pratiques des mères. Conjointement, elle a réalisé des entretiens avec 25 instituteur·ice·s.

Marie-Noëlle Dabestani a montré la connivence entre les familles à fort capital scolaire et l’école. Les premières se saisissent des deux dispositifs pédagogiques pour montrer l’acculturation de leur enfant aux normes scolaires, tandis que les instituteur·ice·s se tournent prioritairement vers les parents de classe supérieure pour faire fonctionner le système de la mascotte. Pour les familles de milieu populaire, ce « discours silencieux » de l’école peut au contraire être perçu comme un obstacle, car la dissociation entre le temps de l’école et celui de la maison est au contraire valorisée ; et les enseignant·e·s ont davantage tendance à tenir les familles populaires à l’écart de ces dispositifs pédagogiques.

Les participant·e·s de l’atelier sont revenu·e·s sur les enjeux méthodologiques de cette présentation, à travers le dispositif d’entretien dont le caractère novateur a été souligné. La discussion a aussi porté sur d’autres aspects de la thèse de Marie-Noëlle Dabestani, et notamment sa dimension socio-historique, à travers l’évolution du discours pédagogique et institutionnel sur la collaboration entre l’école et les parents.   


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.