Archives par mot-clé : Royaume-Uni

Compte-rendu de la cinquième séance de l’atelier RePPaMa (21.06.2018)

La présentation de Chloë Cottrell portait sur des hommes devenus pères jeunes (avant 25 ans) en Angleterre. Elle s’appuyait sur un corpus d’entretiens avec 35 pères rencontrés par le biais de centres pour parents qui organisaient des groupes de discussion pour les jeunes pères. Ces pères appartiennent pour la majorité d’entre eux aux catégories « ouvriers » et « employés », et ont pour une partie d’entre eux un passé de délinquant. Dans la majorité des cas, la grossesse de la partenaire n’est pas prévue et est décrite comme un « choc » par les enquêtés. Cette arrivée imprévue d’un enfant les amène à revoir leur trajectoire future, de façon à le prendre en compte dans leurs projets. Rétrospectivement, l’enfant est cependant perçu comme une opportunité par une partie des interrogés, en leur permettant de sortir de la délinquance. Cependant, le maintien du lien père-enfant est souvent compromis par la séparation conjugale des parents, voire dans certains cas par des décisions de justice. L’hypothèse de Chloë Cottrell est que ces hommes ont des représentations et des pratiques en matière de paternité similaires à celles de la majorité des pères, mais que ces jeunes pères étaient sur des trajectoires biographiques qui les ont amenés à devenir père à un âge jugé « jeune » dans la société britannique contemporaine.

Les questions ont principalement porté sur la méthodologie et son impact sur les données collectées (comme le fait que rencontrer les pères par des centres et par le biais de travailleurs sociaux produit probablement des effets de sélection) et le choix des catégories (d’âge, du terme « jeune père »).

La communication de Rose-Myrlie Joseph portait sur la maternité en Haïti. Elle s’appuyait sur une enquête par entretiens répétés (un par an pendant trois ans) avec des femmes haïtiennes en Haïti et en France. L’absence de moyens de contraception et l’illégalité de l’avortement contribuent à ce que la grossesse soit perçue comme la conséquence inévitable de la sexualité (hétérosexuelle) dans les représentations notamment féminines. Or, si les femmes « assument » l’arrivée de l’enfant, les hommes se défaussent généralement de cette responsabilité en arguant que l’enfant n’est pas le leur et n’endossent pas un rôle de conjoint de la mère, ni de père de l’enfant après la naissance, attitude qualifiée de « paternité au rabais » par la chercheuse. Or, les soins concernant la grossesse, l’accouchement, et les coûts de l’éducation de l’enfant appauvrissent la mère, d’autant que la garde d’un enfant en bas-âge rend plus difficile pour la mère l’exercice d’une activité rémunérée. Faute d’alternative pour assurer leur survie et celle de leur(s) enfant(s), les mères prennent un amant pour les aider économiquement, mais cette nouvelle relation débouche généralement sur une nouvelle grossesse, qui provoque à son tour le départ du géniteur. Ainsi, les comportements féminins et masculins face à la procréation débouchent sur une polyandrie (basée sur un échange économico-sexuel) et une maternité en série pour les femmes haïtiennes.

La discussion qui a suivi la présentation a porté sur la marge de manœuvre dont disposent éventuellement les femmes (recours à un réseau d’entraide féminin, possibilité d’avoir une activité rémunérée), le projet migratoire des informatrices et leurs attentes romantiques concernant une nouvelle relation conjugale en France, la chaîne internationale du care, le rapport aux aides financières en France auxquelles ces femmes peuvent avoir accès et la question de l’éducation des garçons.

Programme de la cinquième séance