Archives par mot-clé : masculinisme

Soutenance de thèse d’Edouard Leport – 13 mars 2020 – Quand les pères montent la garde

Quand les pères montent la garde.
Discours, pratiques et conscience de domination dans les mobilisations collectives de pères séparés.

Elle se tiendra le *vendredi 13 mars 2020 à 14h* dans la salle de
conférences du CRESPPA, 59-61 rue Pouchet, 75017 Paris.
Le jury est composé de:

**Laure BERENI*, Directrice de recherche au CNRS (Centre Maurice
Halbwachs – ENS) Rapporteure
*Anne-Marie DEVREUX*, Directrice de recherche émérite au CNRS
(CRESPPA-CSU) Directrice de thèse
*Francis DUPUIS-DÉRI*, Professeur (IREF-REQEF Université du Québec à Montréal) Rapporteur
*Sibylle GOLLAC*, Chargée de recherche au CNRS (CRESPPA-CSU)**Examinatrice
*Lilian MATHIEU*, Directeur de recherche CNRS (Centre Max Weber – ENS) Examinateur
*Pascale MOLINIER*, Professeure des Universités (UTRPP-EA – Paris 13) Examinatrice

La soutenance est publique et sera suivie d’un pot auquel vous êtes
cordialement invité-e-s. Afin d’en faciliter l’organisation, merci de
m’indiquer votre présence à cette adresse : edouardleport@herbesfolles.org

*Résumé de la thèse*

Cette thèse analyse les modalités et les conséquences de la
mobilisation d’hommes en tant que pères dans la partie la plus
active du mouvement masculiniste français, les associations de pères séparés et divorcés.

Ce travail est fondé sur une enquête qualitative constituée de 24
entretiens semi-directifs approfondis avec des militants et des
bénéficiaires de 7 associations différentes, ainsi que 32
observations de permanences d’accueil et de conseil menées dans 3
de ces associations, terrain qui s’enrichit de l’analyse de
nombreuses sources écrites produites par le mouvement. Ces matériaux permettent d’étudier le discours construit et diffusé par les associations afin d’en comprendre la construction argumentative, d’analyser ses effets sur les pratiques collectives et
individuelles des pères concernés ainsi que sur leur subjectivité.

Dans une première partie, la structuration actuelle du mouvement
français pour les droits des pères est reconstituée dans une
cartographie insistant sur ses spécificités dans l’espace des
mouvements sociaux mais aussi dans l’espace international. Les
revendications et les répertoires d’action mobilisés sont étudiés
en lien avec leur rôle dans la production sociale d’un groupe de
« pères séparés, injustement privés de leurs enfants ».

La seconde partie de la thèse analyse la construction de la
structure argumentative du mouvement en insistant sur les
conséquences matérielles des conseils fournis aux pères venus
consulter les associations, et la portée des analyses et des
revendications diffusées. Les discriminations dénoncées par les
pères de ces associations révèlent leur attachement à la position
socialement dominante qu’ils occupent dans les rapports sociaux de
sexe et qui se trouve partiellement écornée par le divorce ou la
séparation.

Enfin, la troisième partie analyse le rôle du mouvement pour les
droits des pères dans la production et le renforcement de leur
subjectivité de dominants et montre comment ce mouvement incitent
les pères à dissimuler la conscience masculine de domination.

Cette thèse articule ainsi la sociologie des mouvements sociaux et
celle des groupes dominants avec l’étude des rapports sociaux de
sexe et le féminisme matérialiste.