Archives par mot-clé : jeunesse

Soutenance – Les étudiant-e-s parents – Enquête sur la norme de jeunesse dans l’enseignement supérieur français par Aden Gaide (14.12.2020)

Aden Gaide (OSC) soutiendra sa thèse de doctorat en sociologie intitulée « Les étudiant-e-s parents. Enquête sur la norme de jeunesse dans l’enseignement supérieur français« , sous la direction d’Anne Revillard (associate professor) et d’Agnès van Zanten (directrice de recherche CNRS) le lundi 14 décembre à 14h en visio-conférence. Pour y assister, merci de le contacter par mail : aden.gaide@gmail.com.

Le jury est composé de :

Nathalie Bajos, Directrice de recherche INSERM, IRIS, EHESS
Georges Felouzis, Professeur ordinaire à l’Université de Genève (rapporteur)
Juliette Rennes, Maîtresse de conférences, EHESS, CEMS
Anne Revillard, Associate Professor (HDR), Sciences Po (co-directrice)
Cécile Van de Velde, Professeure agrégée à l’Université de Montréal (rapportrice)
Agnès van Zanten, Directrice de recherche CNRS, Sciences Po, OSC (co-directrice)

Résumé de la thèse :

Qui sont les 4,4% d’étudiant-e-s qui sont parents en France ? Comment expliquer leur situation a priori paradoxale, à la fois jeunes (car étudiant-e-s) et adultes (puisque parents) ? À partir d’une pluralité de matériaux (80 entretiens semi-directifs avec des étudiant-e-s parents, une étude de cas, des sources écrites et l’exploitation de l’enquête OVE 2016), cette thèse adresse ces questions en trois volets complémentaires : les politiques publiques visant les étudiant-e-s parents, leurs parcours et leur quotidien. L’analyse met au jour une norme de jeunesse produite par la politique de l’enseignement supérieur et les établissements. Cette norme assigne aux étudiant-e-s une place de jeunes et non d’adultes, ce qui engendre le paradoxe des étudiant-e-s parents.

L’étudiant pris comme modèle pour élaborer les politiques de l’enseignement supérieur et les modalités d’enseignement au sein des établissements est un étudiant jeune : financièrement dépendant, disponible à plein temps pour ses études et placé sous l’autorité des enseignant-e-s. Face à cette norme, les étudiant-e-s parents se situent dans des configurations hétérogènes qui leur permettent de correspondre plus ou moins bien aux attentes du supérieur, malgré leurs responsabilités familiales. Les pères étudiants issus de classes supérieures atteignent plus facilement la trajectoire linéaire valorisée car ils ont les moyens matériels d’y correspondre. Cette réussite repose largement sur l’exploitation de leur conjointe qui prend en charge le travail domestique, le travail de care et la charge mentale.

Parution – Revenir vivre en famille. Devenir adulte autrement

Les éditions du bord de l’eau publient Revenir Vivre En Famille. Devenir Adulte Autrement, de Sandra Gaviria (sociologue).

Résumé :

Pourquoi et comment les jeunes reviennent-ils vivre au domicile de leurs parents ? En quoi ce retour est-il ou non la marque d’un échec sur la voie de l’indépendance ?
Auparavant, lorsque les jeunes quittaient le domicile parental pour voler de leurs propres ailes, il s’agissait d’un départ définitif qui marquait l’entrée dans l’âge adulte. Tel était du moins le modèle français.

En quoi le retour est-il significatif d’un changement dans ce modèle ?
Comment décrire, comprendre et analyser ce changement dans le parcours des jeunes ? En quoi le retour remet-il en question la capacité d’autonomie des individus concernés ?

L’auteure apporte un éclairage nouveau sur ce phénomène pour trois raisons essentielles :
Premièrement, elle situe le phénomène français dans le contexte international. Deuxièmement, elle met en lumière des parcours sous-tendus par des logiques, non seulement économiques, mais aussi affectives, en décrivant les processus vécus au moment des retours du point de vue des jeunes et de leurs parents. Ressentent-ils les uns et les autres un sentiment d’échec ? Comment les jeunes s’autonomisent-ils ? Comment se passe la cohabitation intergénérationnelle ? Enfin, le livre s’interroge sur la considération que les politiques publiques devraient accorder à ce phénomène qui met en lumière les inégalités sociales au sein de la jeunesse.

Journée d’étude Interroger les temporalités des conjugalités et parentalités (24-25.06.2020)

L’INED organise ses journées doctorales les 24 et 25 juin 2020, sur le thème des temporalités conjugales et parentales.

Programme

Cette année la journée doctorale aura lieu par visio-conférence, via Zoom. Pour participer il est nécessaire de s’inscrire pour chaque session avant 9h30 à la date où elle aura lieu.

L’inscription se fait via les liens Zoom, mot de passe : JDINED2020.

LE 24 JUIN 2020

9h30-9h45 : accueil des participant·es sur Zoom

9h45-10h00 : ouverture de la journée et mot d’accueil par Magda Tomasini, directrice de l’Ined

REGARDS CROISÉS SUR LES VIOLENCES CONJUGALES ET FAMILIALES

10h15-12h30

Présidente de la session : Stéphanie Condon, Chargée de recherche, Ined

  • SARAH DESCHENES : « Pertinence et limites de l’usage des expériences de liste pour mesurer les violences conjugales : cas du Burkina Faso ». 
    Discutante : Valentine Becquet, Chargée de recherche, Ined
  • TANIA LEJBOWICZ : « Objectiver les violences conjugales: comment rendre compte des expériences subies par les femmes homosexuelles, bisexuelles et hétérosexuelles ? ». 
    Discutante : Florence Maillochon, Directrice de recherche au CNRS, Professeure attachée à l’ENS
  • AMÉLIE CHARRUAULT : « L’entrée dans la vie adulte des jeunes ayant vécu des violences dans la sphère familiale ou proche ». 
    Discutante : Isabelle Frechon, chargée de recherche au CNRS et Directrice adjointe du Laboratoire Printemps (UVSQ)

LE 25 JUIN 2020

9h30-9h45 : accueil des participant·es sur Zoom

INTERROGER LES TEMPORALITÉS DES CONJUGALITÉS ET PARENTALITÉS

9h45-12h15

Présidente de la session : Marie Bergström, Chargée de recherche, Ined

  • MARIE-CAROLINE COMPANS : « La redéfinition des prérequis à la parentalité à des âges tardifs ». 
    Discutante : Juliette Rennes, Maîtresse de conférences à l’EHESS
  • YOLINLITZI PEREZ HERNANDEZ : « « Depuis plusieurs années, c’est plutôt clair que je n’ai pas envie d’avoir d’enfant » : auto-conservation ovocytaire et (non-) maternité(s) dans le contexte français ». 
    Discutante : Irène-Lucile Hertzog, Docteure en sociologie, Maîtresse de conférences à l’EHESS
  • LEA CIMELLI : « Les conséquences économiques des ruptures d’union après 50 ans ». 
    Discutant : Jean-Michel Hourriez, responsable des études du COR

12h15-12h30 : clôture de la journée par Michel Guillot, directeur de la délégation doctorale et postdoctorale

Le comité d’organisation se compose de :

Liam Balhan, Constance Beaufils, Juliette Congy, Angèle Jannot, Alix Sponton, Isabelle Teychene et Lucie Wicky

Appel à communication – Intersectionality, Families and Relationships (31.08.2019)

CRFR International Conference: Intersectionality, Families and Relationships,
22 – 24 June 2020
University of Edinburg

We are pleased to announce the call for papers for our 6th International conference on Intersectionality, Families and Relationships. Leading social theorist and activist Patricia Hill Collins will open the conference, providing the platform for an exciting and vibrant dialogue on how intersectionality, past and present, can deepen our understandings of families and relationships and the power relations within.  We welcome papers reporting empirical research findings, methodological approaches to researching intersectionality, as well as those more theoretical in orientation. We are especially keen to include the experiences and perspectives of those working outside academia, in policy and practice settings, and would welcome papers from professionals working in these contexts.
Contributions may include, but are not limited to, the role of intersectionality in families and/or relationships in the following areas:
– RACE & ETHNICITY
– SEXUALITY & GENDER
– SOCIAL CLASS AND INEQUALITIES
– INTERSECTIONAL CHILDHOODS & YOUTHS
– SPATIAL MOBILITIES, FAMILIES & COMMUNITY
– DISABILITY STUDIES
– HEALTH & ILLNESS
– OLDER PEOPLE
– ENVIRONMENT, SUSTAINABILITY & CLIMATE CHANGE
– INTERSECTIONALITY, PRACTICE & PROFESSIONAL PERSPECTIVE
– DIGITAL DOMAINS, INTERSECTIONALITY, FAMILIES & RELATIONSHIPS
– INTERSECTIONAL METHODS & ETHICAL ISSUES

The call for papers is open until 31st August 2019.Abstracts received after this date will not be considered. The link to submit your abstract is here.

En savoir plus