Archives par mot-clé : Japon

Atelier du RePPaMa : prochaine séance le 15 octobre 2020

Affiche du neuvième atelier

Nous avons le plaisir de vous convier à notre neuvième atelier du Réseau d’Études Pluridisciplinaires sur les Paternités et les Maternités – REPPaMa qui aura lieu le jeudi 15 octobre 2020 de 14h00 à 16h30 à l’Ined, salle 1080 (9 cours des Humanités, 93322 Aubervilliers. Métro Front Populaire).

Dans le cadre de cet atelier, nous aurons le plaisir d’écouter les présentations de Kanako TAKEDA et de Marie-Noëlle DABESTANI.

Kanako Takeda (doctorante en sociologie à l’EHESS, Centre George Simmel) présentera la communication suivante : Anticipations parentales dans les couples transnationaux franco-japonais – Analyse des impacts sur la (re)configuration des rapports conjugaux

Marie-Noëlle Dabestani (doctorante en sciences de l’éducation à
Paris 8, CIRCEFT-ESCOL) présentera la communication suivante : Enquêter sur la relation entre école maternelle et familles. Cas d’un « jouet scolaire » et de son cahier introduits au domicile des parents

L’atelier aura lieu en présentiel et par visioconférence. Le nombre de places en présentiel étant limité, merci de nous informer de votre intention d’assister à l’atelier en personne par mail. Si vous souhaitez assister à l’atelier par Zoom, merci de remplir le formulaire dédié afin d’obtenir le lien de la réunion.

Programmation 2020-2021 des ateliers sur Calenda

Compte-rendu de la deuxième séance de l’atelier RePPaMa (01.06.2017)

La deuxième séance de l’atelier RePPama a consisté en deux présentations, la première de Miyako Hayakawa, doctorante en anthropologie, et la seconde de Giuseppina Sapio, docteure en Arts et médias.

La présentation de Miyako Hayakawa, portant sur 15 entretiens avec des femmes japonaises expatriées en France et des observations, a mis en lumière la pratique de la maternité intensive.

Pour nous décrire la maternité intensive, la chercheuse s’appuie sur le concept de Maternal proximal (maternage proximal)  qui consiste à :
– l’allaitement maternel de longue durée à la demande de l’enfant
– le co-dodo
– le portage de l’enfant contre le dos

Cette pratique du maternage existait déjà au Japon : toutefois, elle consistait surtout à protéger la famille des gênes engendrées par l’enfant. En effet, l’allaitement tardif avait une fonction de contraception, le co-dodo évitait de réveiller toute la maisonnée et le portage permettait de continuer à travailler dans les champs. Or, depuis les années 70, ce maternage a pris un sens nouveau tourné vers l’enfant et ses besoins, visant à renforcer le lien mère-enfant.

Malgré le choix de la chercheuse de ne pas sélectionner les enquêtées selon leurs pratiques de maternage, elle a retrouvé une grande similarité entre ces femmes. La maternité intensive est apparue comme un des résultats de sa thèse tandis qu’elle cherchait à comprendre le modèle familial des migrants japonais en France et les rapports sociaux de genre.Or, ce choix de modèle familial a des effets à la fois sur le bien-être des femmes et le couple. En effet, le maternage proximal semble à l’origine d’un renforcement du lien mère-enfant au détriment du lien conjugal : le père est exclu de la relation parentale, y compris spatialement (la mère dort avec l’enfant, le père dans une autre pièce), ce qui contribue à limiter les rapports sexuels conjugaux.

Contrairement à ce qu’on aurait pu supposer, les enquêtées présentent une assez faible acculturation au maternage « à la française », construit dans l’exposé en miroir du maternage intensif : autonomie de l’enfant et distance mère/enfant, par l’allaitement de courte durée ou recours au biberon, le berceau et le recours à des modes de garde autre que la mère. En effet, les Japonaises expatriées ont peu de liens avec des Français(e)s et ont « importé » leurs pratiques maternelles, sans envisager d’opter pour un autre modèle de maternage.

La discussion qui a suivi la présentation a porté sur la mise en relation du concept de maternage avec d’autres pays, la conciliation entre maternité intensive et travail et la place des pères dans la famille.

La présentation de Giuseppina Sapio portait sur les films de famille des années 60 à aujourd’hui. L’originalité de sa thèse était de regarder ces films avec les acteurs eux-mêmes et de réaliser des entretiens avec les parents d’un côté et les enfants de l’autre pour revenir sur le contexte de production. La chercheuse a ainsi suivi six familles dont les modèles étaient diversifiés (famille nucléaire, adoptante et recomposée).

La première partie de la présentation portait sur les concepts utilisés pour décrire les films de famille : cinéma d’amateur, home movie mais aussi la théorie semio-pragmatique et la notion d’espace de communication.

Une fois le cadre posé, la chercheuse nous a montré l’évolution des films de famille des années 1960 à aujourd’hui à travers les limites techniques mais surtout l’évolution des pratiques. Le premier aspect abordé est le mode ludique. Filmer est un jeu individuel ou collectif où l’on va faire « comme si »  on était dans la « réalité ». On passe donc du game qui avait un but précis et où les rôles étaient définis notamment par le père de famille (dans les années 1960) vers le play où l’activité est créative, les interactions plus libre et où la camera tourne entre les acteurs (depuis les années 1980).

Concernant le niveau énonciatif, la première période (les années 1960) correspond à un je individuel, celui qui filme fait l’histoire. Le but étant d’avoir une image satisfaisante de la famille qui se conformait au modèle familial de l’époque et tout ça dans un temps très court. Les films sont réalisés pendant des événements déjà ritualisés comme les fêtes de famille. La deuxième période (années 1980) est le collectif. Ce qui compte est de montrer la famille unie mais avec les spécificités de chacun des membres, en laissant plus de place à la spontanéité et à la parole individuelle. Enfin, la troisième période (celle du numérique) est tournée vers la reconnaissance de l’autre. L’idée étant que sur un même événement, il est possible d’avoir plusieurs points de vue, par exemple par le recours à plusieurs caméras (avec les téléphones portables). La nouveauté est de voir la place de l’enfant reconnu en tant qu’acteur et créateur.

Le cœur de la présentation porte sur le point de vue des acteurs sur la production de ces films. L’effet lissé des plans ne permet pas de voir les failles et les conflits de la famille. C’est donc le retour réflexif des acteurs sur ces films qui les autorise à se situer, à critiquer, à croire ou à refuser l’image de la famille heureuse immortalisée pendant ce laps de temps. Les films opèrent donc sur la présentation de soi et autorisent à performer son rôle mais c’est véritablement les acteurs qui vont donner les codes d’interprétation au chercheur.

Giuseppina Sapio souligne également l’effet de l’évolution des techniques sur les films de famille. Dans les années 1960, la caméra est un appareil cher (qui est donc accaparé par le père de famille, perçu comme le seul à même de le manipuler correctement), qui impose une pratique de montage (du fait du recours aux pellicules) et une forme de ritualisation du visionnage, puisque le film est projeté. Avec la diffusion de la VSH puis le numérique et la démocratisation de la caméra (en termes de prix et d’inclusion de ces équipements dans la vie quotidienne avec les téléphones portables), les pratiques entourant la production et le visionnage des films de famille se transforment, d’une part parce que la production de film est plus simple et moins coûteuse (d’où la moindre mise en scène dans les films : les maladresses dans le tournage sont perçues comme une preuve d’authenticité et non comme du gâchis), et d’autre part par une réduction du temps entre production et visionnage (qui convergent : dans les années 2000, on regarde le film juste après le tournage, mais pas forcément après).

La discussion qui a suivi la présentation portait sur l’accès à ce matériau, la place du père dans les films des années 1960 et de son absence dans les films, puis sur les effets de la technique dans les choix filmiques et la présentation de soi et, pour conclure, l’évolution des rituels de visionnage.

Voir le programme de la séance

Miyako Hayakawa – Enquête ethnographique sur la « maternité intensive » chez les femmes japonaises

Miyako HAYAKAWA
Doctorante en anthropologie
Centre Norbert Elias, EHESS Marseille

Résumé :

Dans cette communication, je présente les pratiques du maternage intensif entreprises par les mères japonaises et leurs implications sur la vie de famille. Toutes mariées à des Japonais et habitant dans des endroits différents, ces femmes japonaises de la classe moyenne instruite s’engagent au maternage intensif. Appelée aussi maternage « proximal », cette manière d’élever des enfants qui favoriserait l’attachement entre la mère et l’enfant au nom d’un meilleur développement de l’enfant est née aux Etats-Unis et devenue de plus en plus fréquente depuis les années 1990 chez les femmes de la classe moyenne supérieure, notamment en Europe et en Amérique du nord, mais aussi au Japon. Il s’agit des pratiques tels que l’allaitement maternel à la demande et de longue durée, le « co-dodo », qui consiste à dormir avec le bébé dans le lit parental ou à proximité, et le portage de l’enfant contre le dos, etc.

Tandis que ce mode de soin vise à améliorer le bien-être des enfants, plusieurs recherches montrent que cette pratique demande un dévouement parfois excessif des parents et peut provoquer la hausse du stress et l’épuisement chez les mères, surtout lorsque elles ont une activité professionnelle (Damaske 2013 ; Hays 1996). Certains chercheurs constatent que cette tendance à la « surcharge » des jeunes mères est d’autant plus prononcée chez les Japonaises que des facteurs socio-historiques bien spécifiques dans le pays leur demandent un travail parfois trop pénible (Shinada 2004 ; Tanaka 2004). Ainsi, les questions qui se posent sont les suivantes : Quelles sont les pratiques concrètes du maternage proximal effectuées par les mères japonaises dans la vie de tous les jours aujourd’hui ? Compte tenu du contexte socio-historique propre à la société japonaise sur l’évolution du maternage intensif, peut-on identifier des spécificités du maternage « à la japonaise » ? Pourquoi cette manière est-elle partagée chez les enquêtées ? Et quel impact peut-on constater sur la vie de famille ?

Dans le cadre de mon travail doctoral, j’ai réalisé une recherche sur le maternage proximal sur deux terrains différents avec une quinzaine de mères japonaises au total, en 2015 – 2017. Elles sont toutes mariées et mères de famille, de la classe moyenne instruite, entre 32 et 43 ans. Il s’agit d’une enquête ethnographique composée des entretiens et des observations, auprès des femmes qui sont des épouses des expatriés japonais résidant temporairement en France pendant quelques années (normalement entre 2 et 6 ans) dans des grandes villes, comme Paris, Lyon, et Aixen-Provence. Cette recherche a été complétée avec une enquête effectuée au Japon en 2016, principalement dans la région de Tokyo, avec les mêmes profils des enquêtées. La localisation géographique des enquêtées ne semble pas avoir eu un impact sur leur choix et la façon et de la prise en charge des enfants pour les couples non-mixtes, même en cas de l’expatriation.

Au cours de mes enquêtes, j’ai tâché à identifier des pratiques du maternage intensif chez les enquêtées, en me focalisant par la suite à voir comment elles sont arrivées à s’approprier des identités et pratiques maternelles. Une attention particulière a été portée sur certains aspects peu étudiés dans la littérature existante : des impacts de cette pratique sur la vie conjugale, notamment l’absence ou le manque de communication au sein du couple. Par exemple, comme l’allaitement nocturne – combiné avec le co-dodo – fortement répandu chez les Japonais et que la pratique peut durer au moins 1 an et aller sur 3 ans, un grand nombre de couples font chambre à part et la femme mène une vie complètement séparée de son mari, tout en restant avec ses enfants. Comment le couple vivent-ils cette « séparation » ? Contrairement à la période antérieure aux années 1970 où la moitié des mariages étaient arrangés par les parents ou les autres membres de famille, aujourd’hui le mariage constituerait moins une « institution », mais un acte d’amour. Si ces pratiques de maternage intensif « nuisent » à la relation conjugale et à leur intimité, comment les couples les perçoivent-ils cette réalité ?

Après avoir effectué une recherche de terrain, je propose de mener une réflexion sur le maternage intensif « à la japonaise » avec sa propre histoire et métamorphose, tout en mettant l’accent sur ses impacts réels sur la vie de famille et de couple.

Références citées
Damaske, Sarah. 2013. “Work, Family, and Accounts of Mothers’ Lives Using Discourse to Navigate Intensive Mothering Ideals”, Sociology Compass 7/6, pp.436–444. Hays, Sharon. 1996. The cultural contradictions of motherhood. New Haven : Yale University Press, Shinada, Tomomi. 2004. Kosodate hou kakumei. Tokyo : Chuokouron shinsha. Tanaka, Kimiko. 2004. Boshimicchaku to ikuji shougai. Tokyo : Koudansha

Voir le programme de la séance
Calenda