Archives par mot-clé : gestion de la fécondité

Appel à articles – Fécondité et accouchement au Cameroun et en Afrique d’hier à demain (10.07.2019)

Publication envisagée en décembre 2020

Résumé : Donner la vie ! C’est un acte multimillénaire qui entretient la perpétuation des êtres sur la terre. La fécondité humaine est donc au cœur de la présence continue de l’homme dans le cycle de la vie. La fécondité, élément qui rend possible la grossesse, entraine à son tour l’accouchement. Malgré que l’accouchement soit un acte naturel, il n’en demeure pas moins qu’à travers le temps et l’espace, les hommes aient développé des rites, des savoirs, des connaissances s’élevant au stade de science pour comprendre les mécanismes, les contraintes et les exigences de la conception et de la mise au monde de l’enfant.

Propositions de résumés

Elles doivent être écrites en français ou en anglais et limitées à 500 mots avec cinq mots clés, et envoyées simultanément aux adresses enokapaul@yahoo.fr et kep_son2003@yahoo.fr.

  • Date de publication de l’appel : 10 juin 2019;
  • Date limite de recevabilité des résumés : 10 juillet 2019;
  • Notification aux auteurs dont les résumés seront retenus : 10 août 2019;
  • Envoi du texte complet : 20 décembre 2019 ;
  • Retour aux auteurs pour corrections éventuelles : 31 mars 2020

En savoir plus

Soutenance – Des grossesses catastrophiques. Une sociologie des logiques reproductives dans les mises en récit judiciaires et biographiques de néonaticide par Julie Ancian (19.11.2018, Paris)

14h, à l’université Paris Descartes, 45 rue des Saints-Pères 75006, en Salle des Thèses (5ème étage du bâtiment Jacob)

Résumé de la thèse :
Le terme d’infanticide recouvre des homicides divers, souvent appréhendés de manière indifférenciée. Parmi eux, le néonaticide désigne le meurtre d’un nouveau-né dans les vingt-quatre heures qui suivent sa naissance. Dans les pays connaissant une forte diffusion de la contraception et de l’accès à l’avortement, cette conduite – anciennement associée à un mode de régulation des naissances – est devenue marginale. Cette recherche propose une approche sociologique de la pratique du néonaticide fondée sur ses mises en récits par la justice et par les auteures elles-mêmes en France (2005-2015). L’enquête s’est appuyée sur des séries d’entretiens approfondis avec cinq femmes jugées pour ces faits et l’observation de cinq procès en cour d’assises. Ces matériaux ont été complétés par l’analyse d’entretiens avec des avocat·e·s et magistrat·e·s, de dossiers judiciaires et d’un corpus d’articles de presse portant sur 75 affaires jugées sur la même période. Les récits judiciaires dévoilent la prégnance d’une approche essentialiste de la maternité et de la procréation qui pèse sur les efforts de mise en intelligibilité déployés par les professionnel·le·s. L’analyse des parcours de ces femmes, de leurs processus de socialisation, de leurs situations conjugales et familiales et de leurs ressources, permet d’identifier les obstacles rencontrés pour mettre en œuvre une contraception efficace ou accéder à l’IVG. En appréhendant le néonaticide comme l’ultime moyen d’éviter une naissance jugée catastrophique, cette étude s’éloigne de la lecture individualisante imposée par le traitement judiciaire et documente l’agentivité reproductive des femmes.