Archives par mot-clé : enfants

Atelier du RePPaMa : prochaine séance le 26 novembre 2020

Nous avons le plaisir de vous convier à notre neuvième atelier du Réseau d’Études Pluridisciplinaires sur les Paternités et les Maternités – REPPaMa qui aura lieu le jeudi 15 octobre 2020 de 14h00 à 16h30 à l’Ined, salle 1080 (9 cours des Humanités, 93322 Aubervilliers. Métro Front Populaire).

Dans le cadre de cet atelier, nous aurons le plaisir d’écouter les présentations de Virginie Loizeau et d’Aden Gaide.

Virginie Loizeau (doctorante en sociologie à Rennes 2) présentera une communication intitulée : Maladie respiratoire chronique de l’enfant et dimension genrée des rôles parentaux : le cas de la mucoviscidose

Aden Gaide (doctorant en sociologie à Sciences Po) présentera une communication intitulée : Quand son enfant devient parent pendant ses études supérieures. Ce que les réactions des parents révèlent de leur rapport aux études de leur enfant (indisponible)

Myriam Chatot (postdoctorante en sociologie à l’IRISSO) présentera une communication intitulée : Enquêtes confinées – Enjeux méthodologiques de l’enquête à distance

Latelier aura lieu par visioconférence. Si vous souhaitez assister à l’atelier par Zoom, merci de remplir le formulaire dédié afin d’obtenir le lien de la réunion.

Programmation 2020-2021 des ateliers sur Calenda

Journée d’étude – Les domesticités en 2020

La journée d’étude Domesticités en 2020 s’inscrit dans la continuité de trois ans de discussions dédiées aux domesticités à travers l’histoire et le monde. Il s’agit d’interroger les domesticités contemporaines – définies en tant qu’activités qui consistent à être rémunéré-e en faisant des tâches domestiques pour des ménages autres que le sien – en portant l’attention sur les formes qu’elles prennent dans différents espaces nationaux et en situant ces variations nationales dans l’histoire de chacun des pays concernés. Cette journée d’étude est l’occasion d’appréhender la complexité du travail rémunéré chez autrui et vise à contribuer à des réflexions et des débats qui concernent la sociologie du travail, de l’emploi et des professions, ou encore la sociologie des mouvements sociaux et les études de genre. Quelques interventions portent sur les enjeux de garde d’enfant et sur la relation entre parents et travailleuses gardant des enfants (nourrices, assistantes maternelles, au pair).

Lien vers la journée d’étude

Programme

Inscription

RPSF-AAC Instituer la famille, entre parenté et parentalité. Résumé d’article pour le 1er juillet 2020

La Revue des politiques sociales et familiales (RPSF) lance un appel à articles scientifiques pour son numéro thématique Instituer la famille, entre parenté et parentalité.

Présentation du numéro thématique

La parentalité est souvent pensée comme relevant de la sphère “privée”. Pourtant, elle n’en est pas moins surveillée et encadrée par un ensemble d’institutions, que Jacques Donzelot (1977) qualifie de “police des familles”. Les institutions légales par exemple régulent l’accès au statut de parent (la parenté) et l’établissement de la filiation, tandis que les institutions médicales encadrent l’engendrement, notamment dans le recours à l’assistance médicale à la procréation (AMP) ou aux moyens de contraception. De même, l’exercice du rôle de parent (la parentalité) fait intervenir un ensemble d’agents institutionnels : des professionnels de l’enfance à ceux de l’éducation, en passant par les services sociaux.

Ces institutions sont aussi porteuses de normes dominantes quant à la famille.Les institutions peuvent être entendues comme d’une part l’incarnation physique et organisationnelle dans des lieux dédiés à la prise en charge des individus (soin, école, justice) d’une organisation sociale formelle possédant une certaine légitimité, voire exerçant une contrainte sur les individus. Les agents institutionnels, de par leur rôle, sont soumis au fonctionnement de l’institution. Ils agissent alors en prescripteurs de normes auprès des usagers de l’institution. Toutefois, une prise d’autonomie par rapport à l’institution est possible de la part des professionnels institutionnels, ou encore des usager.ères qui peuvent adhérer ou non aux discours portés par les institutions. Une marge de manœuvre existe et peut être étudiée quant aux rôles et aux injonctions préconisés. D’autre part, dans une seconde approche, nous pouvons penser l’institution comme plus diffuse, moins incarnée dans des lieux que dans des individus ou des groupes (famille, religion, médias, etc.). Pour autant, des agents s’y trouvent également être prescripteurs d’une morale ou de normes invitant les individus à moduler leurs pratiques ou leurs croyances. Dans ces deux approches, les « travailleurs sur autrui » (Dubet, 2002) ont une influence manifeste sur les individus (et en l’occurrence sur les parents ou parents potentiels) en ce qui concerne leur projet d’enfant, leurs pratiques et leurs représentations. Nous porterons donc notre attention sur les relations entre ces protagonistes.


Les sciences sociales distinguent trois dimensions sur lesquelles ces normes peuvent agir : l’engendrement biologique, la parenté légale, et la parentalité quotidienne. Ces aspects ont pu être abordés à partir de “cas limites” dans lesquelles ces dimensions sont dissociées. Ces parentalités “par les marges” sont éclairantes pour mettre en évidence les représentations des professionnels, et comprendre par exemple comment la norme de biparentalité (devenir et exercer son rôle de parent dans un couple hétérosexuel) limite la possibilité pour les agents institutionnels et les individus de penser une pluriparentalité de formes familiales (familles homoparentales, monoparentales, recomposées, etc.). Toutefois, l’intérêt de ces objets de recherche ne doit pas pour autant laisser de côté l’étude de parentalités “ordinaires” pour saisir le rapport entre individus et institutions, quant à la formulation d’un projet d’enfant, l’établissement de la filiation, et l’exercice du rôle de parent.

Les enjeux de “soutien à la parentalité” ont par ailleurs été largement étudiés, mais les résistances éventuelles des familles face aux normes institutionnelles le sont moins souvent. Ce numéro s’attachera à mettre en lumière les stratégies de retrait vis-à-vis des institutions (entendues au sens large du terme) de certains parents au nom de conceptions alternatives de l’engendrement, de la filiation ou de la parentalité aux normes dominantes. Enfin, l’emploi du terme de “parent”, sans distinction de sexe, dissimule les déclinaisons de cette fonction ou de ce statut suivant que le parent est un homme ou une femme. Ce numéro souhaite aussi interroger la façon dont les injonctions portées par les expert.es et les pratiques des (futurs) parents se déclinent entre paternité et maternité.

Ce numéro questionnera l’articulation entre les institutions et d’une part la parenté, d’autre part la parentalité, à travers deux axes (détaillés dans l’appel) :
– Axe 1 : Qui a le droit de devenir parent ? Les projets d’enfants encadrés par les institutions.
– Axe 2 : Quelles collaborations entre parents et institutions dans l’éducation des enfants ?

Axe 1 : Qui a le droit de devenir parent ? Les projets d’enfants encadrés par les institutions

Le numéro propose d’approfondir les réflexions autour de la question suivante : qui peut devenir parent et dans quelles conditions ? Quelles sont les normes portées par des cadres institutionnels désignant qui peut devenir ou être considéré comme parent ? Le “devenir parent” est souvent envisagé comme une affaire privée, auquel tout individu adulte aurait accès. Or, cet accès est encadré par un ensemble d’institutions, qu’elles soient médicales, judiciaires, etc., et ce d’autant plus lorsque cela concerne un désir d’enfant empêché ou contrarié (infertilité, célibat, relation de couple homosexuelle, etc.). Le parcours du “devenir parent” est en effet soumis à un ensemble de normes socialement définies ; les “bonnes” conditions étant souvent pensées sous l’angle de la stabilité conjugale, professionnelle et économique, et dans une tranche d’âge donnée (Bajos, Ferrand, 2006). Ceci est particulièrement visible au sein de dispositifs encadrant l’engendrement ou l’accès au statut de parent, comme dans le cas de l’AMP en France (Löwy, 2006) ou encore dans l’accès à l’adoption, dans lesquels les agents institutionnels ont un rôle d’écoute ou d’accompagnateur et délivrent un agrément autorisant l’adoption. Les professionnels (médicaux, juridiques, sociaux) se font aussi le relai des normes dominantes de parenté et de parentalité en sélectionnant et en écartant par exemple des couples de protocoles en AMP (Tain, 2005 ; Schuller, 2018), en évaluant les individus candidats à l’adoption (Ramos, Kertudo, 2014), en évaluant leur conformité aux “bonnes conditions” pour devenir parent, et selon leur genre.

Cet axe vise donc à interroger les conditions d’accès des individus au statut de parent, en négociation avec les institutions. Réciproquement, nous pouvons nous attacher aux cas où l’accès au statut de parent constitue un impensé de la part des agents institutionnels, en raison des caractéristiques particulières de l’individu (par exemple en cas de maladie ou de handicap). Plus largement aussi, il existe des configurations dans lesquelles les individus endossent le rôle de parent sans pour autant être reconnus comme tels (aîné d’une fratrie, grands-parents, etc.), ou à travers le statut de beau-parent suite à une recomposition familiale (Cadolle, 2013).

Axe 2 : Quelles collaborations entre parents et institutions dans l’éducation des enfants ?

Depuis la fin des années 1990, un volet de soutien à la parentalité est intégré aux politiques familiales. Son objet premier est d’accompagner les parents dans leur rôle d’éducateur (Neyrand, 2011). Au-delà d’une guidance relative des fonctions éducatives, le soutien à la parentalité peut parfois être perçu comme une injonction adressée aux parents pour qu’ils exercent leur responsabilité et leur autoritéparentale selon des modalités définies par les normes dominantes, intériorisées par les agents institutionnels. C’est au travers de des actions plurielles d’acteurs de l’éducation et du travail social que les parentalités sont permises, modulées et orientées. Les parentalités se pensent donc et se vivent en relation et en référence aux institutions et à ses experts. Ainsi, par le biais d’échanges avec des professionnels surtout, et avec d’autres parents parfois, des normes sont transmises afin d’orienter les comportements des parents et de corriger un certain nombre de pratiques éducatives. Ce sont également des rôles genrés qui sont co-construits en interaction avec les institutions. Les agents institutionnels, lorsqu’ils s’adressent à des pères et/ou des mère s, vont ainsi adapter leur comportement, leurs attentes ou leurs discours en fonction du genre de leur interlocuteur ou interlocutrice. De la même façon, les pères et les mères ne s’adressent peut- être pas aux mêmes institutions et ne s’en saisissent probablement pas de la même manière. Il s’agira de comprendre comment les parents composent avec les prescriptions institutionnelles multiples et parfois contradictoires qui leur sont renvoyées : comment affectent-elles l’exercice de leur parentalité ? De quelles marges de manœuvre les parents disposent-ils ? Quelles résistances opposent-ils ?

Ces questions peuvent être étudiées dans plusieurs cadres. L’école est une institution qui structure fortement la famille (Terrail, 1997). D’autres institutions, telles que les organismes de santé (en imposant des normes d’hygiènes et de soins, notamment pour la petite enfance) ou des institutions juridiques (faisant évoluer les structures et schémas familiaux) façonnent également le vécu parental. En nous situant du point de vue des structures et de ses usagers, nous pouvons en premier lieu nous demander à quel type de parents s’adressent spécifiquement les injonctions normatives (familles populaires, homoparentales ou adoptantes) ou encore les offres de soutien àla parentalité. Elsa Ramos et Pauline Kertudo (2014) ont par exemple montré comment les professionnels de l’adoption promeuvent auprès des parents une norme de la disponibilité parentale mais aussi la nécessité de s’adapter aux “spécificités” de l’enfant. En second lieu, nous pouvons questionner les effets des institutions sur les bénéficiaires (les parents et leurs familles) dans leur possibilité d’exercer un rôle de parent, et dans la latitude laissée aux parents pour l’exercer hors des normes prescrites. Dans certaines institutions, le statut de parent n’est en effetpaspensé,commel’amontréMarineQuennehen(2019)auseindel’institutioncarcérale qui n’envisage pas les détenus hommes comme des pères pouvant avoir recours à des dispositifs spécifiques pour passer du temps avec leurs enfants et jouer un rôle dans l’éducation de ces derniers.

À travers ces deux axes, l’objectif général de ce numéro est de saisir comment un ensemble d’acteurs institutionnels sont amené·es à intervenir dans l’exercice du rôle de parent, soit en tant que prescripteurs de normes éducatives ou de soin, soit en prenant en compte ou en excluant la possibilité pour les individus de devenir parent ou d’exercer le rôle de parent.

Le numéro thématique comporte 3 parties (les articles de « Synthèses et statistiques » seront particulièrement appréciées) :  – les « Articles scientifiques » (60 000 signes espaces compris maximum). Il s’agit de contributions originales fondées sur un matériau empirique ;-  les articles de « Synthèses et statistiques » (30 000 signes) proposent des analyses de littérature grise, de synthèses de recherche ou d’études quantitatives ou qualitatives problématisées qui se situent dans le champ couvert par la RPSF ;- les « Comptes rendus » sont des présentations d’ouvrages (8 000 signes) et de colloques (20 000 signes), problématisées en rapport avec les domaines d’intérêt de la revue.


Modalités de proposition
Les auteur·es envoient d’ici le 1er juillet 2020 un résumé (200 mots env.) et ses mots-clés en indiquant si l’article est proposé pour la première ou la deuxième partie de la revue, dans quel axe il s’inscrit, ainsi qu’une brève note biographique. Si la proposition de résumé est acceptée, l’article est à envoyer pour le 1er septembre 2020 pour au plus tard pour être expertisé (double évaluation) et discuté en Comité de rédaction. Les articles de synthèse ou d’études statistiques doivent être envoyées pour le 1er octobre 2020. Il n’y a donc pas de garantie de publication de l’article avant validation par les experts scientifiques et acceptation de l’article en Comité de rédaction, au premier semestre 2021.Les résumés sont à envoyer au reppama.contact@gmail.com et rpsf@cnaf.frVoici les consignes aux auteurs de la revue à respecter pour tous les articles soumis :http://www.caf.fr/sites/default/files/cnaf/Documents/Dser/PSF/RPSF%20_%20Recommandations%20auteurs.pdf


Calendrier
– 1er juillet 2020 : Soumission des résumés d’articles
– 15 juillet 2020 : Retour aux auteur.es
– 1er septembre 2020 : Soumission des articles scientifiques
– 1er octobre 2020 : Soumission des articles de synthèse ou d’études statistiques

Histoire de la revue

Créée en 1985, la Revue des politiques sociales et familiales (Recherches et Prévisions de 1985 à 2009, puis Politiques sociales et familiales jusqu’en mars 2015) est une publication scientifique trimestrielle et pluridisciplinaire à comité de lecture. Elle publie des travaux de recherches originaux dans le champ des politiques familiales et sociales (dispositifs d’action publique, prestations, offres de services, acteurs de ces politiques, publics visés, etc.) ainsi que sur les évolutions touchant à la famille, l’enfance, la jeunesse et la parentalité. La revue accepte des articles de toute discipline en sciences humaines et sociales. Son caractère pluridisciplinaire oblige les auteurs à adopter un langage clair et à préciser ce qui ne relève pas du langage courant (présentation de dispositifs, de concepts théoriques, de méthodes d’enquêtes particulières, etc.).

N’hésitez pas à diffuser l’information dans vos réseaux


Myriam Chatot, Marie-Caroline Compans, Marine Quennehen et Zoé Yadan

Appel à communications : Maternités alternatives choix scolaires alternatifs ? Journée d’étude sur les liens entre condition maternelle et éducation des enfants – 23 juin 2020 PARIS

23 juin 2020 – Paris

Comment la situation scolaire de son ou ses enfant(s) affecte-t-elle les mères, et réciproquement ? Pour élucider les formes, déterminations et enjeux de cette question, la journée d’étude se concentre sur le cas spécifique des terrains « alternatifs ». Ces terrains renvoient, dans le champ du couple et de la famille, à des méthodes ou rhétoriques qui, « positives », « bienveillantes » ou encore « non violentes », revendiquent de nouvelles approches des relations de pouvoir entre adultes et enfants (Spirale, 2019). Ces terrains alternatifs renvoient, d’autre part, cette fois dans le champ de l’éducation, aux « pédagogies alternatives », aux établissements privés hors contrat ou à l’instruction en famille, qui connaissent actuellement un intérêt sensible (Allam, Wagnon, 2018 ; Bongrand, 2018). Ces parentalités et éducations alternatives, respectivement très hétérogènes, ne coïncident pas nécessairement : s’approprier une approche « différente » de la parentalité n’impose pas de recourir à des scolarisations alternatives, tandis que les établissements hors contrat ou « l’école à la maison » peuvent être investis dans une perspective explicitement « traditionnelle ». Cependant, ces parentalités et éducations alternatives, parce qu’elles revendiquent le changement et/ou désignent des formes déviantes, se situent explicitement relativement à des figures dominantes. De plus, les pratiques de parentalité sont principalement assumées par les femmes et, parmi elles, les mères. Elles permettent dès lors d’examiner si et comment les actrices qui endossent ces alternatives en font un espace pour renégocier, simultanément, leur condition de femme. Un objectif de cette journée d’étude est de réunir et faire dialoguer des travaux relevant des sociologies de l’éducation, du genre et de la famille. Les communications, fondées sur des travaux de recherche inédits ou en cours, pourront notamment interroger les axes suivants :


Axe 1 : L’« alternatif » comme occasion de (re-)négocier la division genrée des rôles au sein du ménage.
Les pratiques scolaires ordinaires placent communément les mères en première ligne du suivi de la scolarité (Lahire, 1995 ; Garcia, 2018). L’éducation est, plus généralement, un objet d’investissement central de la « maternité intensive » (Hays, 1995). Cette division genrée du travail éducatif et affectif au sein des familles pourrait sembler être exacerbée par les éducations alternatives. Celles-ci nécessitent a priori un investissement supplémentaire dans ces tâches perçues comme féminines : présence accrue au domicile dans le cas de l’instruction en famille, responsabilité de diverses tâches au sein des écoles parentales, participation à la vie quotidienne des établissements (préparation des repas, ménage, organisation et participation à des activités pédagogiques, etc.). L’instruction en famille a par exemple été analysée comme un cas paradigmatique de maternité intensive (Lois, 2013). Pourtant, ces alternatives peuvent être endossées en lien avec des pères a contrario plus impliqués. Elles peuvent également être revendiquées par des mères féministes (Faircloth, 2013). Reconstituer les trajectoires de ménages peut dès lors éclairer la (re)négociation que le recours à l’alternatif peut, éventuellement, avoir mise en jeu. Comment la division genrée des rôles en matière d’éducation a-t-elle évolué au fil de ces trajectoires ?


Axe 2 : La figure de la mère dans les modèles de parentalité et de scolarisation alternatives
Les choix alternatifs peuvent s’adosser à des productions commerciales, ressources associatives ou publications expertes spécifiquement conçues pour accompagner la parentalité, l’éducation ou la scolarité. Quelles sont les figures exemplaires, modélisantes, de mère qui apparaissent sur les sites web spécialisés ou sur les blogs de parents, dans les modes que consacrent la « presse féminine », dans le matériel pédagogique commercialisé à l’usage de parents, dans les pratiques et les soutiens que donnent à voir les réseaux sociaux numériques ? Contribuent-elles à consacrer des normes susceptibles de disqualifier plus facilement des pratiques de milieux populaires (Garcia, 2011) ? Dans ces productions, la récurrence des termes « parent » ou « famille » pourrait dissimuler la recomposition de
la division genrée du travail éducatif. Certains discours pourraient promouvoir en particulier la naturalisation, voire la biologisation des rôles parentaux (définitions corporelles de la famille, valorisation des pratiques telles que l’allaitement intensif et le maternage proximal) (Iacub, 2004 ; Memmi, 2014). L’insistance sur les questions pratiques peut détourner l’attention des rapports de pouvoir (Déplaude, Navarro-Rodríguez, 2018). Analyser ces corpus peut également mettre en lumière la tension, évoquée supra, entre les maternités et les scolarités alternatives : comment les normes de maternité se présentent-elles au fur et à mesure de l’avancée en âge des enfants, et en particulier lorsque ceux-ci arrivent à « l’âge scolaire » ? La norme scolaire conduit-elle à recomposer le positionnement des mères et à déplacer les termes de « l’alternatif » ?


Axe 3 : Des conflits de normes
L’endossement de choix alternatifs conduit les mères à se définir dans la (re)-négociation conjugale des tâches domestiques et éducatives (axe 1), en s’appropriant certaines ressources (axe 2) : en pratique, comment les mères travaillent-elles à mettre ces éléments en cohérence ? Comment articulent-elles expériences subjectives et injonctions normatives (Cardi, Odier, Villani, Vozari, 2016) ? Ces « carrières d’investissement maternel » (Gojard, 2010 : 178-186) dans l’alternatif sont-elles vécues comme adhésion à un modèle identifié et revendiqué de la “bonne mère”, ou bien dans une situation d’incertitude relativement à différents repères inaccessibles ou en tension (Martin, 2014) ? Pour en rendre compte, on peut, d’une part, apprécier comment des mères articulent leur position éducative alternative à certaines valeurs, à l’image des parents qui ont opté pour le retrait de l’école en raison de leur perception d’une incompatibilité avec des croyances religieuses ou politiques (Massei, 2017). On peut, d’autre part, étudier comment ces croyances sont mobilisées pour rendre compte non plus de l’éducation, mais de l’organisation de la vie domestique et de l’éventuelle activité professionnelle. L’articulation entre les aspirations, temporalités et expériences familiales et professionnelles permet de situer les identités maternelles relativement aux conséquences qu’emportent des choix scolaires alternatifs. Quelles sont les épreuves éventuellement rencontrées par ces mères pour concilier les injonctions professionnelles et l’investissement qu’elles estiment normal dans la sphère familiale (Landour, 2019) ? Par contrepoint, l’étude de trajectoires de pères pourrait être intéressante, afin d’éclairer les conflictualités et recompositions de ces normes.


Modalités de soumission
Les propositions de communication, d’une page maximum, seront accompagnées d’une courte présentation des auteur·e·s (statut, institution de rattachement). Elles devront parvenir à chacun·e des organisateur·trices avant le 30 mars 2020. Merci de préciser dans quel(s) axe(s) s’inscrit votre communication. Les propositions hors axes thématiques seront également prises en compte.
En cas de réponse positive, les autrices et auteurs feront parvenir aux organisateurs un texte permettant de préparer la discussion pour le 1er juin 2020. Lors de la journée, les textes seront discutés dans la perspective de les rassembler en projet de publication.
La journée d’étude aura lieu le mardi 23 juin 2020 dans les locaux de l’Institut d’études politiques de Paris.


Propositions à envoyer à :
anneclaire.collier@gmail.com
pauline.proboeuf@sciencespo.fr
philippe.bongrand@u-cergy.fr


Pour toute information complémentaire, n’hésitez pas à nous contacter.
Comité d’organisation :
Philippe Bongrand, ÉMA, CY Cergy Paris Université.
Anne-Claire Collier, Sophiapol, Conservatoire National des Arts et Métiers.
Pauline Proboeuf, Observatoire Sociologique du Changement, Sciences Po.


Comité scientifique :
Françoise Carraud (ECP, Lyon 2)
Marta Dominguez (OSC, Sciences Po)
Sandrine Garcia (Université de Bourgogne, IREDU)
Dominique Glasman (Université Savoie Mont Blanc, LLSETI)
Julie Landour (IRISSO, Université Paris Dauphine)
Claude Martin (Université de Rennes, EHESP, CNRS, Arènes)
Julie Pagis (IRIS, EHESS)
Agnès Van Zanten (OSC, Sciences Po)


Bibliographie citée
Allam M.-C., Wagnon, S. (coord.) (2018). « L’essor des pédagogies alternatives en France. Débats et perspectives », Tréma. Revue internationale en sciences de l’éducation, 50, https://journals.openedition.org/trema/4131.
Ben Soussan P. (coord.) (2019). « La parentalité positive ?! », Spirale, 91.
Bongrand P. (dir.) (2018). « Instruction(s) en famille. Explorations sociologiques d’un phénomène émergent », Revue française de pédagogie, 205.
Cardi C., Odier L., Villanni M., Vozari A.-S. (2016), « Penser les maternités d’un point de vue féministe », Genre, sexualité & société, 16, http://journals.openedition.org/gss/391.
Déplaude M.-O., Navarro-Rodríguez T. (2018). « Soutenir des mères des classes moyennes. Les groupes d’entraide à l’allaitement maternel en France », Sociologie, 9, p. 19-36.
Faircloth C. (2013). Militant Lactivism : Attachement parenting and intensive motherhood in the UK and France, New-York : Berghahn Books.
Garcia S. (2011). Mères sous influence. De la cause des femmes à la cause des enfants, Paris : La Découverte.
Garcia S. (2018). Le goût de l’effort. La construction familiale des inégalités scolaires, Paris : PUF.
Hays S. (1995). The Cultural Contradictions of Motherhood. New Haven : Yale University Press.
Iacub M. (2004). L’empire du ventre. Pour une autre histoire de la maternité, Paris, Fayard.
Lahire B. (1995). Tableaux de famille, Heurs et malheurs scolaires en milieux populaires, Paris : Seuil.
Landour J. (2019). Sociologie des Mompreneurs. Entreprendre pour concilier travail et famille ? Villeneuve d’Ascq : Presses Universitaires du Septentrion.
Lois J. (2013). Home Is Where the School Is. The Logic of Home-schooling and the Emotional Labor of Mothering, New York : New York University Press.
Martin C. (dir.) (2014). Être un bon parent : une injonction contemporaine, Rennes : Presses de l’EHESP.
Massei S. (2017). « S’engager contre l’enseignement de la « théorie du genre ». Trajectoires sociales et carrières militantes dans les mouvements anti-ABCD Egalité », Genre, sexualité & société, 18, en ligne : http://journals.openedition.org/gss/4095
Memmi, D. (2014). La revanche de la chair. Essai sur les nouveaux supports de l’identité, Paris : Seuil.