Archives par mot-clé : charge mentale

Colloque – Récits de la charge mentale des femmes (27-28.05.2021)

Colloque organisé par le Paris Centre for Narrative Matters, ANR-18-IDEX-0001, IdEx Université de Paris (dir. : Sylvie Patron)

avec le soutien de l’Institut La Cité du Genre et de l’Institut La Personne en médecine, Initiatives interdisciplinaires  et de l’IdEx Université de Paris

Le colloque se tiendra en visioconférence le jeudi 27 et le vendredi 28 mai 2021, entre 9h30 et 17h (heure de Paris).

Les personnes qui souhaitent y assister devront se connecter sur Zoom à partir du lien suivant : https://u-paris.zoom.us/j/84839085888?pwd=WmN6ZmhBNGJVMFo2QW5GY2dxa1JUdz09

ID de réunion : 848 3908 5888 — Code secret : 046685

Présentation

La notion de charge mentale a été introduite dans les années 1980 dans le champ de la sociologie du travail. Elle est le pendant de la « charge (de travail) physique ». Elle permet de décrire et de mesurer les pressions exercées sur le psychisme des travailleurs. On peut aussi décrire le contexte socio-économique du renforcement de la charge mentale. On sait par exemple qu’elle est amplifiée par de fortes contraintes de rythme.

En 1984, la sociologue Monique Haicault utilise pour la première fois la notion pour référer à la charge mentale des femmes, mariées, mères de famille, en activité. « La charge mentale de la journée “redoublée” est lourde d’une tension constante, pour ajuster des temporalités et des espaces différents, mais non autonomes, qui interfèrent de manière multiplicative ». Ici aussi, la notion de charge mentale est connexe de celle de surcharge. Mais la particularité de la charge mentale des femmes vient de la nécessité d’avoir à gérer quotidiennement deux espace-temps inextricablement enchevêtrés. 

Dans ce colloque, nous nous intéresserons aux récits de la charge mentale des femmes, de l’ubiquité mentale des femmes et de leur anticipation constante des tâches inhérentes à la vie domestique et familiale. Les récits en question seront empruntés à des corpus de récits de la vie réelle ou à des récits littéraires et des œuvres narratives dans différents media.

Programme

Atelier du 7 mars 2019 : Alexandra Piesen (chercheure associée au CERLIS) – Être parent solo : un exercice d’équilibriste au quotidien ?

Alexandra Piesen (chercheuse associée au CERLIS) présentra une partie de sa thèse intitulée (Re)définition du rôle parental au regard de la parentalité solo contemporaine

Résumé : Être parent solo : un exercice d’équilibriste au quotidien ?

Alors que l’accroissement du nombre de recherches sur le thème de la conciliation travail/famille s’explique par la hausse de la participation des femmes, et plus particulièrement des mères au marché du travail dans les pays industrialisés (St-Amour et Bourque, 2013), plusieurs interrogations relatives à cette articulation selon les configurations familiales demeurent. En effet, l’articulation vie privée/vie professionnelle se pose différemment pour les parents solos (Algava, 2002, 2005 ; Acs, Lhommeau, et Reynaud, 2015). Au sein de ces familles, où un seul parent assure l’essentiel du  travail parental et de la charge mentale qui l’accompagne, le poids de la conciliation peut sembler plus lourd à porter.

Cette communication issue d’un travail doctoral relatif au quotidien des parents solos, s’appuie sur une enquête qualitative réalisée entre 2015 et 2017. Cinquante-quatre entretiens semi-directifs ont été conduits avec des parents solos (dix-huit pères et trente-six mères). Ces entretiens ont abordé des thématiques variées relative au quotidien (entrée en parentalité solo, conséquences sur l’organisation quotidienne, familiale, professionnelle, amicale et amoureuse notamment). Nous faisons l’hypothèse selon laquelle il existe des difficultés spécifiques au travail parental des parents solos (Martial, 2009 ; Piesen, 2017) : gestion du quotidien plus complexe, charge mentale plus lourde, impossibilité matérielle d’externaliser la prise en charge des enfants, etc.

Dans le cadre de cette communication, nous nous intéresserons plus particulièrement aux façons dont ces parents solos articulent vie familiale et vie professionnelle au quotidien. Comment font les parents qui s’occupent quotidiennement de leur(s) enfant(s) sans médiation maternelle/paternelle ? Comment se sentent-ils/elles perçu.e.s et comment vivent-ils/elles leur parentalité solo au quotidien ? Comment ces parents vivent-ils/elles cette articulation entre travail de care et d’éducation et activité professionnelle ou recherche d’emploi ? Peut-on identifier des trajectoires spécifiques selon le sexe du parent solo ? Son origine sociale ?

Voir le programme de la séance