Archives par mot-clé : anthropologie

Appel à communication – Ateliers RePPaMa 2019-2020

Le Réseau Pluridisciplinaire sur les Paternités et les Maternités (RePPaMa) cherche des intervenant.es pour ses ateliers de 2019-2020, qui auront lieu à l’INED (Paris). Durant ces ateliers, deux intervenante.s disposent de 45 minutes chacun.e  pour présenter leurs recherches et/ou effectuer une communication et/ou soulever des points de méthodologie. Chaque communication sera suivie d’une discussion d’une trentaine de minutes avec le public présent. Ces ateliers sont une occasion d’échanges dans un cadre bienveillant entre jeunes chercheur.euses travaillant sur les maternités et/ou les paternités appartenant à différentes disciplines des sciences humaines.

Si vous souhaitez intervenir, nous vous invitons à proposer une proposition de communication d’une page ou deux (au format PDF, ou traitement de texte comme Word ou OpenOffice) sur les thématiques des paternités et des maternités, à l’adresse suivante : reppama.contact@gmail.com. Le titre devra prendre la forme : RePPaMa2019 – Prénom Nom – Titre de la communication.

 Les dates d’ateliers pour 2019-2020 sont les suivantes :
– 24 octobre 2019
– 5 décembre 2019
– 26 juin 2020

Pour en savoir plus

Appel à communication – La fabrique des parents (02.09.2019)

La fabrique des parents – Devenir et être parent en fonction des contextes géographiques, historiques et culturels
Condorcet
6 et 7 février 2020

La diffusion du néologisme “parentalité” à la fin du XXe siècle témoigne d’une attention croissante de l’opinion publique à la manière dont les parents s’occupent des enfants. La parentalité est supposée être une affaire personnelle et/ou conjugale. Chaque parent serait alors libre de devenir parent par les moyens de son choix et d’élever ses enfants selon ses convictions éducatives propres, dans un contexte de diversification des modèles familiaux (techniques médicales d’aide à la procréation, mono- ou homo-parentalité, familles recomposées, etc.). La parentalité ou parenté quotidienne (Weber, 2013) est en réalité étroitement encadrée par des normes et des institutions. L’objet “parentalité” est défini ici comme l’exercice du rôle ou de la fonction de parent. Les objectifs de ces journées sont donc doubles : documenter la pluralité des modalités de l’exercice du rôle de parent (en fonction des configurations parentales, des modalités d’entrée dans le rôle de parent, la diversité des styles éducatifs, la répartition des responsabilités parentales entre les parents, etc.) et rendre compte de l’encadrement de cet exercice (tant à l’échelle nationale qu’à un niveau méso ou microsocial).

La manière dont un individu devient parent et s’occupe de ses enfants intéresse l’ensemble des sciences sociales, de la sociologie à l’histoire en passant par la psychologie ou le droit. L’objet de cette journée d’étude est de réunir les chercheur.es de différents horizons disciplinaires afin d’appréhender ce sujet d’étude commun. Le titre de cette journée, “La fabrique des parents”, ne doit pas pour autant être entendu dans une approche verticale, du haut vers le bas, et univoque (il y aurait une seule manière de fabriquer des parents). Il s’agit au contraire d’attirer l’attention sur les processus, les acteurs, les ressources, les contextes qui agissent sur les manières dont un individu exerce le rôle ou la fonction de parent. Nous nous concentrerons sur trois questions transversales : quelles sont les modalités d’entrée et d’exercice de la parentalité, en fonction des contextes sociaux, économiques, politiques, légaux, historiques, géographiques ou de la trajectoire propre du parent ? Comment évolue la parentalité en fonction de l’âge de l’enfant ? Comment les normes de parentalité (“bonne” ou “mauvaise” manière d’être parent, déclinaison de la parentalité en fonction du sexe du parent) influencent la parentalité ?

Notons que le terme “parent” ne renvoie pas seulement aux parents “biologiques” ou “statutaires” (c’est-à-dire reconnus comme tels par l’état civil), pas plus qu’il ne désigne exclusivement les adultes vivant avec l’enfant. Au contraire, le terme “parent” est entendu ici comme un terme générique désignant les individus amenés à s’occuper des enfants dans le cadre privé (par opposition au cadre professionnel), qu’ils soient reconnus comme tels ou non (beaux-parents, grands-parents, parrains et marraines, frères et soeurs…). De même, la mobilisation de ce terme neutre du point de vue du sexe ne doit pas occulter la question du genre dans la parentalité. Des propositions portant sur la représentation des parentalités (dans les arts ou la fiction) sont également bienvenues.

L’enjeu de ce colloque sera d’interroger la parenté quotidienne et non quotidienne, à travers les dimensions biologiques, statutaires, affectives et économiques. Ces différents questionnements seront explorés lors de ce colloque à partir de trois axes proposés : devenir parent, être parent d’un mineur et être parent d’un adulte. Ces axes ne sont cependant que des pistes de réflexion : toute proposition concernant la parentalité est bienvenue, qu’elle s’inscrive ou non dans l’un des axes ou l’une des questions soulevées.

Axe I. Devenir parent

Formuler ou non le désir d’un (nouvel) enfant et les modalités de réalisation d’un projet de devenir parent ou d’agrandir sa famille donnent à voir comment se déclinent les rapports de genre et comment ces derniers évoluent et diffèrent selon les contextes. On peut par exemple interroger le caractère prévu ou non prévu d’une naissance et son vécu, dans le cadre de grossesses précoces ou plus tardives. Une (nouvelle) naissance peut être désirée comme accomplissement ou concrétisation d’un couple, que ce soit une première union ou après une rupture et une remise en union, et dans le cadre de familles recomposées. Dans ce dernier cas, comment est alors formulé un désir d’enfant conjointement au rôle de beau-parent ? Dans quelle mesure l’âge des potentiels parents joue-t-il un rôle ? Par ailleurs, le recours à la l’Aide médicale à la procréation (AMP) connait des développements croissants, et est aujourd’hui envisagé en première intention face à l’adoption. Parmi les motivations des individus, figure en partie la volonté de transmission d’un patrimoine biologique, mais qu’en est-il dans le cadre d’un don d’ovocytes ou de sperme ? Et comment les individus ayant eu recours à un don de gamètes ou à l’adoption perçoivent-ils leur rôle de parent ? En quoi ces modes d’accès au statut de parent modifient-ils aussi les rapports de genre ? Le don de gamètes et la congélation d’ovocytes donnent par exemple la possibilité d’avoir un enfant aux femmes seules, et à des âges tardifs, la rencontre d’un géniteur masculin n’étant plus nécessaire pour procréer. Comment et dans quelles circonstances ces maternités en solo sont-elles envisagées ? De plus, si le recours à l’Aide médicale à la procréation (AMP) par des couples hétérosexuels témoigne de vécus et gestions de l’infertilité différentes entre hommes et femmes, qu’en est-il lorsque les techniques de procréation médicale permettent d’avoir un enfant aux couples de même sexe ou à des coparents n’ayant pas eu de relation conjugale et sexuelle ?

Au-delà des modalités d’entrée dans la parentalité, se projeter en tant que parent et se préparer à l’arrivée d’un enfant avant la naissance sont des moments durant lesquels peuvent également se cristalliser des rapports et représentations du genre. Le vécu de la grossesse est souvent étudié du point de vue des femmes, dans leur rapport à leur féminité, à la médicalisation de leur suivi (rapport aux professionnels, aux techniques médicales…), ou dans une perspective historique (Berthiaud, 2009). Qu’en est-il du point de vue des hommes ? Quelle est la gestion de la grossesse par le couple ? Comment les individus se préparent-ils à une naissance, par exemple au regard de l’anticipation du genre permise par la connaissance du sexe du fœtus (Pelage et al., 2016) ? En quoi l’activité professionnelle ou la sphère familiale s’en trouvent modifiées, pour les futures mères, mais aussi les futurs pères ?

Enfin, l’arrivée d’un enfant peut être attendue, mais ne pas se réaliser. C’est le cas de morts périnatales ou de fausses-couches, des évènements permettant des discussions et réflexions entre disciplines sur la parentalité non réalisée et pourtant désirée (Charrier et al., 2018). Quel statut ont les individus concernés ? Quelles influences ces expériences peuvent-elles avoir sur le désir d’enfant ?

Axe II. Être parent d’un mineur : apprendre à être parent, enseigner à devenir un adulte

La “fabrique des parents” d’un enfant mineur peut être entendue de manière double : la genèse de la parentalité (apprentissage de manières de faire et de manières d’être avec un enfant, adoption d’une philosophie éducative) et son exercice concret. Si différents âges (premier âge/enfance/adolescence) sont distingués ici, il ne s’agit pas de les envisager comme des bornes rigides, mais de rendre compte d’enjeux différents de la parentalité en fonction du développement de l’enfant.

L’enfance

La parentalité pendant la petite enfance (les enfants de moins de trois ans) fait depuis longtemps l’objet d’une attention particulière de la part des expert.es de la parentalité, comme en témoignent les changements fréquents de normes de puériculture. Pensée comme un âge crucial, où l’enfant est particulièrement fragile et perméable, la petite enfance est aussi un moment important de l’apprentissage de l’exercice de la fonction de parent. Au-delà de la question de la conciliation travail-famille, largement documentée, il s’agira donc de comprendre comment on devient parent d’un enfant en bas âge. Plus spécifiquement, comment les parents apprennent-ils à s’occuper d’un enfant ? Quels sont les débats, les acteurs et les cadres culturels intervenant dans la définition et la transmission des normes de puériculture, d’éducation ? Comment arbitrent les parents entre les différentes sources d’information ? Quels objets, gestes ou attitudes sont considérés comme “bons” ou “mauvais”, utiles ou inutiles, et pourquoi sont-ils envisagés comme tels ? Comment cet apprentissage ou cette perception diffèrent-ils en fonction du sexe du parent ou de l’enfant ? À qui est confiée la garde des enfants, qui en est jugée responsable ? Comment diffèrent cet apprentissage ou les personnes désignées comme responsables (ou jugées dignes de l’être) de l’enfant en fonction des contextes et des périodes ?

À mesure que le nourrisson puis le bambin devient un enfant, la parentalité évolue du pouponnage à l’éducation : il s’agit de lui transmettre les savoirs et les manières d’être liés à la vie en société et au sein de la cellule familiale, et de lui inculquer des principes et des valeurs supposés orienter ses actions présentes et futures, mais aussi préserver le lien affectif entre parent et enfant. Quelles sont les transformations que connait la parentalité à mesure que l’enfant grandit ? Comment les transformations de la famille (constitution d’une fratrie, séparation des parents, intervention croissante ou désengagement d’un membre de la parentèle…) affectent-elles la parentalité ? L’avancée en âge de l’enfant peut également être à l’origine d’un changement dans le style éducatif : que signifie pour un parent “bien” élever son enfant ? Quels acteurs ou ressources interviennent dans la définition de principes éducatifs ? Comment ces principes sont-ils mis en place, quels obstacles rencontrent-ils ? Qu’est-ce que les parents jugent important de transmettre à leurs enfants, aussi bien en matière

de valeurs que de goûts ou d’activités ? Quels outils ou méthodes valorisent-ils ou au contraire rejettent-ils dans cette transmission ? Comment les principes, les méthodes ou les outils diffèrent-ils en fonction des contextes et des périodes ?

L’adolescence

Le temps de l’adolescence reste difficile à qualifier et lorsqu’il s’agit de définir cette classe d’âge nous procédons souvent plus par élimination : l’adolescent n’est plus un enfant et pas encore un adulte. Nous bornerons l’adolescence à l’entrée au collège d’une part, et à la majorité d’autre part. Si les bornes temporelles sont mouvantes, l’adolescence se caractérise, toutefois, par une période de transformations identitaires marquée par une émancipation progressive de la sphère familiale. Les propositions de communication pourront donc étudier les relations entre parents et adolescent.e.s à la lumière de ces transformations afin d’en mesurer les conséquences (effectives) en matière de rôles et de pratiques parentales. Il est entendu que le contexte socioculturel, l’époque, ainsi que l’aire géographique dans laquelle grandit l’enfant vont déterminer les cadres sociaux de cette période spécifique (11-18 ans), mais également la façon dont ses parents vivent et se représentent celle-ci.

Le premier type de changement a trait au statut complexe, parfois ambigu de l’adolescent.e au sein de la famille. Sans disposer du statut d’adulte, l’adolescent.e semble toutefois gagner en droit et en pouvoir. C’est plus précisément sous l’angle du gain d’autonomie qu’est analysée l’adolescence. Les parents, acteurs secondaires des recherches sur les adolescent.e.s, semblent être présents pour mieux souligner la mise à l’écart dont ils font l’objet. Nous proposons de déplacer la focale afin de saisir le vécu des parents au cours de cette période spécifique. Dans le contexte particulier d’une autonomie croissante prise par l’enfant, comment les parentalités se déclinent-elles ? De quelles façons les parents vont-ils accompagner, encourager ou freiner cette autonomie naissante ?

L’influence des pairs durant l’adolescence est le deuxième élément à prendre en compte. Participant à la formation identitaire du jeune, les relations entre adolescent.e.s sont inhérentes à la définition de cette classe d’âge au point qu’il existerait une « tyrannie du groupe de pairs » (Arendt, 1972). Comment les parents vivent-ils la coexistence entre leur modèle normatif et le modèle juvénile ? De quelles manières s’impose, ou se négocie, le contrôle des activités et des relations amicales de l’enfant en fonction du contexte social et du genre ? Par ailleurs, l’adolescence est également marquée par des transformations sur le plan physique et sexuel. Si ces aspects de la vie adolescente sont régulièrement sondés par des chercheurs (Clair, 2008, Maillochon, 2012, Amsellem-Mainguy & Vuattoux 2018), le point de vue des parents concernant leurs propres transmissions en termes d’éducation à la sexualité, de normes de genre et de santé fait plus rarement l’objet d’études. Comment et à quel âge les parents abordent-ils les questions de sexualité avec leur(s) enfant(s) ? Quel est leur rôle en termes de transmissions des normes de genre ? Par ailleurs, comment se positionnent-ils par rapport aux différentes instances socialisatrices qui diffusent également des connaissances et prescriptions sur ces questions (école, pairs, etc.) ? Les parents sont-ils perçus comme une ressource ou, au contraire, mis à l’écart par l’adolescent.e lorsqu’il s’agit de parler de sexualité ?

L’institution scolaire et la famille

Enfin, la dernière mutation s’inscrit sur le plan scolaire. Si l’influence de l’institution scolaire sur le quotidien des familles n’est plus à prouver (Montandon, Perrenoud, 1994), il semblerait toutefois s’opérer un « brouillage » entre les missions dédiées à la famille et à l’école. Bien que ces deux institutions se voient liées pour une durée plus longue du fait de l’allongement de la scolarité, celles-ci semblent tantôt en concurrence, tantôt partenaires. Or, s’il est une dimension commune au vécu de parents, c’est sans doute le statut de parents d’élèves. À ce sujet, les recherches (Dubet, 1997, Périer, 2007, Payet, 2017) semblent unanimes : les parents de tous milieux sociaux se sentent concernés par la question scolaire. Comment se déclinent les différentes figures de parent d’élève en fonction des contextes géographiques, mais également de la forme scolaire spécifique du collège et du lycée ? Quelles sont les représentations et les attentes des parents à l’égard de l’institution scolaire et de ses acteurs ? Quelles sont les connaissances et stratégies mises en place par les parents et l’adolescent.e concernant l’orientation scolaire ? Dans quelle mesure le rôle des parents (tel qu’ils l’envisagent ou qu’il est envisagé par la société ou le groupe auquel ils appartiennent) se redéfinit ou est en concurrence avec celui de l’école ? De plus, ces interrogations nous placent dans un contexte social dans lequel l’école est le principal vecteur de transmission des connaissances, envisagées comme des valeurs civiques et/ou un socle commun de savoirs jugés indispensables. Qu’en est-il dans d’autres contextes historiques ou culturels, où l’acteur chargé de la transmission de connaissances n’est pas l’école, mais un précepteur, un compagnon, etc. ?

Axe III. Être parent d’un adulte

Dans ce troisième axe, nous nous intéresserons à ce qu’il advient de la parentalité lorsque les enfants – ici, entendus dans son sens filial – deviennent adultes. L’intérêt de cette question se pose dans un contexte d’allongement des études et de durcissement des conditions d’entrée sur le marché du travail qui tend à retarder l’accès des jeunes à un logement personnel qui constituait l’une des premières modalités du « devenir adulte » (Gaviria, 2005). En conséquence, qu’elle soit liée à des contraintes d’ordre financier ou qu’elle soit désirée, la cohabitation entre (au moins) deux générations d’adultes semble (re)devenir une réalité sociale de plus en plus prégnante. Dans ce contexte de dépendance financière et de plus en plus souvent résidentielle, comment penser sa conciliation avec les aspirations d’autonomie des uns et des autres ? Quelles conséquences sur les relations entretenues ? Ces questions seront à explorer du côté des enfants désireux de se donner leurs propres règles de vie en dépit de leur(s) dépendance(s). Elles seront également à considérer pour les parents pris entre l’obligation légale de répondre aux besoins financiers, matériels et moraux de leurs enfants et la possibilité de prendre de la distance moyennant l’émancipation partielle ou totale de ces derniers. Ces tensions seront non seulement à interroger pour les « jeunes adultes » entendus comme des individus en études ou récemment diplômés, mais elle sera également à explorer pour ceux qui après une reconversion/rupture professionnelle, conjugale, etc. retournent vivre au domicile parental ou encore pour des individus qui n’en sont jamais partis – notamment pour des cas de personnes porteuses de handicaps moteur et/ou mental contrevenant à leur indépendance.

Outre l’allongement des études et le durcissement des conditions d’entrée sur le marché du travail, la société française est également marquée par l’allongement de l’espérance de vie. De ce fait, de nombreux enfants sont amenés à connaitre leurs grands-parents, et cela même une fois devenus adultes. Nous porterons une grande attention aux recherches qui traiteront du rôle que les grands-parents occupent auprès de leurs petits-enfants, mais également auprès de leurs enfants devenus parents. Comment interviennent-ils dans l’éducation de leurs petits-enfants ? Quelle place leur est accordée dans l’éducation de leurs petits-enfants par leurs enfants ? Quelle place s’accordent-ils eux en tant que grands-parents ? Quelles relations entretiennent-ils avec leurs petits-enfants ? Par quelles tensions sont-elles traversées ? De façon générale, il s’agira ici de faire travailler le rôle accordé aux grands-parents et aux autres membres de la parenté concernant la parentalité en regard des contextes culturels, géographiques et historiques variés.

Les propositions de communication (4000 signes maximum espaces compris + titre + résumé de 400 signes maximum + principales références bibliographiques) devront être envoyées le 15 septembre 2019 au plus tard, dans un fichier (de préférence au format PDF, ou .doc, .docx ou .odt), par courriel à l’adresse : reppama.contact@gmail.com. Le nom du fichier devra être sous la forme : Fabrique2020 – Prénom Nom – Titre de la proposition de communication. La proposition devra être accompagnée d’une courte présentation de l’auteur.e (statut(s), discipline(s), établissement(s) et laboratoire(s) de rattachement). Les résultats de la sélection seront communiqués le 4 novembre 2019

Comité scientifique :

Aude Béliard (Université Paris Descartes), Yazid Ben Hounet (EHESS), Danielle Boyer (CNAF), Nolwenn Bühler (Université de Lausanne), Coline Cardi (Université de Paris 8), Claire Chatelain (Université de Lille), Aurélie Damet (Université Paris 1), François De Singly (Université Paris Descartes), Vincent Gourdon (CNRS-Université de Paris-Sorbonne), Emmanuel Gratton (Université d’Angers), Laurence Hérault (Université de Provence), Nathalie Le Bouteillec (CURAPP- Ined), Marie-Clémence Le Pape (Université Lyon 2), Agnès Martial (CNRS-EHESS), Séverine Mayol (Université Saint Quentin en Yvelines), Elsa Ramos (Université Paris Descartes), Virginie Rozée (Ined), Anne Salles (Université Paris-Sorbonne – Ined), Olivia Samuel (UVSQ), Laurent Toulemon (Ined).

Comité d’organisation :

Myriam Chatot (EHESS-Iris-CMH), Marie-Caroline Compans (Ined-CRIDUP), Anaïs Mary (Paris Descartes-CERLIS), Alexandra Piesen (Paris Descartes-CERLIS), Marine Quennehen (EHESS-CESPRA, Ined), Zoé Yadan (Paris Descartes-CERLIS).

Lien Calenda

Bibliographie indicative

Amsellem-Mainguy Y., Vuattoux A., (2018). Construire, explorer et partager sa sexualité en ligne, Paris, INJEP Rapport d’étude

Arendt H., (1972). La crise de la culture, Paris, Gallimard.

Berthiaud, E., (2009). Grossesse désirée, grossesse imposée : le vécu de la grossesse aux XVIIIe-XIXe siècles en France dans les écrits féminins privés. Histoire, économie & société, 28e année (4),

Charrier P., Clavandier G., Gourdon V., Rollet C., Sage Pranchère N. (dir)., (2018). Morts avant de naître. La mort périnatale, Tours, Presses universitaires François Rabelais, coll. « Perspectives historiques », 437 p.

Clair I., (2008). Les jeunes et l’amour dans les cités, Paris, Armand Colin

Dubet F., (1996). Ecole, familles. Le malentendu, Paris, Textuel

Gaviria, S., (2015). Quitter ses parents : Une comparaison franco-espagnole. Consulté à l’adresse http://books.openedition.org/pur/12320

Maillochon, F., (2012). Premières relations sexuelles et prises de risque : L’éclairage des enquêtes statistiques réalisées en France. Agora débats/jeunesses, 60(1), 59-66.

Montandon C., Perrenoud P., (1994). Entre parents et enseignants : un dialogue impossible ? Berne, Lang

Payet, J-P., (2017). Ecole et familles, une approche sociologique. Louvain, De Boeck

Pelage, A., Brachet, S., Brugeilles, C., Paillet, A., Rollet, C., & Samuel, O., (2016). « Alors c’est quoi, une fille ou un garçon ? »: Travail de préparation autour du genre pendant la grossesse. Actes de la recherche en sciences sociales, 214(4), 30.

Weber F., (2013). Penser la parenté aujourd’hui: la force du quotidien, Sciences sociales, Paris.

Programme

Séminaire – Nouvelles perspectives sur les maternités : Regards croisés des sciences et de la littérature (Luxembourg)

 

La maternité est un sujet qui divise. Largement investie par les stéréotypes, l’image des mères est prise dans un faisceau de représentations depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours. Tantôt source d’oppression, tantôt source de pouvoir, la maternité est indissociable de la construction sociale des. La procréation se place ainsi comme la pierre angulaire de la féminité, essentialisant le genre féminin et les corps des femmes. Ces derniers se font les réceptacles des constructions sociales : accepter ou refuser la procréation, être fertile ou être stérile, autant de faits qui conditionnent la manière dont la féminité est socialement construite et perçue.

Penser la maternité convoque tous les aspects de la vie biologique et sociale, mêlant étroitement des pratiques (sociales, médicales, anthropologiques, etc.) et des représentations que les arts ont investi. Si la grossesse, l’accession à la maternité ont pu quitter au xxesiècle le domaine du tabou littéraire et social (Détrez, Simon 2006), reste que les œuvres artistiques témoignent de la difficulté à s’extraire d’une pensée binaire de la maternité, tout en mettant en mots des enjeux contemporains qui déchaînent les passions. Ces questionnements sociaux et juridiques, qui nourrissent les œuvres artistiques, renvoient également aux pratiques médicales entourant la maternité, et donc les corps des femmes. Bien avant notre époque contemporaine d’ailleurs, le Moyen Âge occidental, pour ancrer notre réflexion dans le temps et l’espace, voit la maternité (grossesse, accouchement, allaitement, mise en nourrice, et prime éducation du nourrisson puis du bébé) comme objet du développement d’un discours médical prescriptif.

Ce cycle de séminaire est l’occasion de faire dialoguer humanités et sciences autour de ce que le concept de maternité implique tant au niveau des pratiques qu’à celui des représentations, de manière à déconstruire les discours traditionnels qui s’articulent autour de normalité / anormalité. Il s’agira d’explorer, au-delà de tout système d’opposition, les grands topoïliés à la maternité : le fait de donner naissance, la maternité à travers les âges, les corps des femmes et l’allaitement, la maternité et l’éthique, la violence des mères et l’homoparentalité féminine.

Programme

Vendredi 26 octobre 2018

Donner naissance : Penser la maternité

  • L’accouchement et son influence dans la littérature, Michel Clees, Médecin gynécologue (CHEM) et auteur luxembourgeois, Luxembourg 
  • L’illusion de la fusion : naissance, maternité et infanticide dans L’Obéissancede Suzanne Jacob, Andrea Oberhuber, Professeure des Universités en littératures française et québécoise (XIXe-XXIe siècles), Université de Montréal, Canada

Vendredi 23 novembre 2018  

Être mère au Moyen Âge, avis de la science et résistance de femmes

  • Être mère à la fin du Moyen Âge (XIIe – XVe siècle) Didier Lett, Professeur des Universités en histoire médiévale, Université Paris-Diderot, France
  • Soin de la mère et de l’enfant dans les traités d’art médical en ancien occitan, Marjolaine Raguin, Marie-Curie Co-fund fellow, Université de Liège, Belgique
  • Conférence-lecture de Laura Freixas, auteure

Vendredi 25 janvier 2019

Corps des femmes et allaitement : le sein 

  • Le lait des femmes  Martine Sagaert, Professeure émérite en littérature, Université du Sud – Toulon-Var, France.
  • Représentations sociales et politiques du corps maternel dans la littérature marocaine : repenser les espaces hétérotopiques. Jean Zaganiaris, Enseignant-chercheur en sociologie, Université Mohammed-VI, Maroc

Vendredi 15 mars 2019

Éthique et maternités

  • Grossesse et accouchement interpellent toute l’éthique du soin Martin Winckler (Dr. Marc Zaffran), Médecin généraliste et auteur, Canada
  • Maternité et responsabilité. Réflexions sur la pensée de Levinas Anne Coignard,Docteure en philosophie de l’École polytechnique et chargée de cours au département de philosophie de l’Université Toulouse – Jean Jaurès, France                               

Vendredi 26 avril 2019

Violence des mères

  • Quand la maternité engendre la mort : la violence des mères dans les romans policiers contemporains, Fabienne Soldini, Chargée de recherche en sociologie de la littérature, Laboratoire méditerranéen de sociologie – UMR 7305, CNRS / Aix-Marseille Universités, France
  • Regards sociologiques sur la violence maternelleColine Cardi, Maîtresse de conférences en sociologie et anthropologie, Université Paris-VIII, France

Vendredi 24 mai 2019

Maternités et homosexualité féminine : pour une réflexion sur les polémiques actuelles

  • La maternité par les marges : le point de vue des mères lesbiennesVirginie Descoutures, Maîtresse de conférences en sociologue, Université de Picardie – Jules-Verne 
  • Maternité pour tou.te.s – éclairée par le concept de ContinuumChristel Baltes-Löhr, Associate Professor en littérature, Université du Luxembourg

Avec le soutien de l’Université du Luxembourg, l’Université de Liège, l’Institut d’études romanes, médias et arts (IRMA), l’Unité de recherche « Identités. Politiques, Sociétés, Espaces » (IPSE), l’Unité de recherche « Transitions », l’Institut français du Luxembourg, Marie Sklodowska-Curie Actions – European Commission, et le FerULG.  

Renseignements

Entrée libre

  • Lieu : Institut Pierre Werner, 28 rue Münster, 2160 Luxembourg
  • Horaires : de 15h à 17h30

En savoir plus

Appel à communication – Les relations de parenté dans des mondes contemporains en transformation : persistances, conflictualités et redéfinition (1.03.2019)

Le Laboratoire de Sociologie et d’Anthropologie (LaSA EA 3189) de l’Université de Bourgogne Franche-Comté organise un colloque international intitulé « Les relations de parenté dans des mondes contemporains en transformation : persistances, conflictualités et redéfinitions » qui se tiendra à Besançon du 27 au 29 mai 2019
 
Les propositions de communication doivent être envoyées au plus tard le 1 mars 2019 à l’adresse colloque.parente@univ-fcomte.fr
 
L’objectif de ce colloque est d’explorer des points aveugles de la sociologie et de l’anthropologie de la famille en élargissant les regards aux relations familiales dans toutes leurs étendues (collatérales, alliés, lignées…). Il s’agira de s’intéresser notamment aux effets de distance, de présences et d’obligations, de conflictualités, en tenant compte des conditions sociales, matérielles, économiques des groupes, du genre mais aussi des redéfinitions individuelles et collectives des relations de parenté. Nous souhaitons donc réunir des contributions sociologiques, anthropologiques et en sciences humaines concernant autant la France et l’Europe que les autres continents.

Argumentaire

Colloque – Regards socio-anthropologiques autour de la naissance. Comment étudier les discriminations? Quels retours au terrain par les chercheur.e.s ? (26.03.2019, Paris)

Lieu : Paris Diderot, 8 rue Albert Einstein 75013 Paris, bâtiment Olympe de Gouge, 8ème étage, salle 870
Date : 26 mars 2019, 9h-17h30

Organisée par Priscille Sauvegrain (Sociologue, chercheure associée, EPOPé, Inserm, et sage-femme), Mounia El Kotni (Fondation de France, Cems-EHESS) et Aurélie Racioppi (Doctorante en sociologie, Urmis)

L’inscription est gratuite mais obligatoire, sur le lien suivant :http://bit.ly/jeperinat19

9h – 9h30 : Accueil et mot des organisatrices Priscille Sauvegrain, Mounia El Kotni, Aurélie Racioppi

9h30-11h : Table ronde 1 – Grossesse et soins différenciés en Ile-de- France
« Une frontière de médecine négociée : Des pratiques de santé pendant la périnatalité chez des femmes d’origine chinoise à Paris », Simeng Wang (Sociologue, Cermes3, CNRS)
« Soins différenciés aux patientes perçues comme Africaines en périnatalité : une approche en méthodes mixtes », Priscille Sauvegrain (Sociologue, chercheure associée, EPOPé, Inserm, et sage-femme)
« L’organisation institutionnelle protectrice ou productrice de discriminations ? Le cas du suivi du diabète de grossesse », Aurélie Racioppi (Doctorante en sociologie, Urmis)
Modératrice : Patricia Vasseur (Anthropologue et sage-femme, Conseil départemental de Seine-Saint-Denis)

11h15-12h45 : Table ronde 2 – Discriminations institutionnelles dans l’accès aux soins
« Une lecture pragmatiste des obstacles au suivi médical de grossesse », Raquel Rico Berrocal (Doctorante en sociologie, Cems, EHESS)
« Femmes enceintes migrantes à Lampedusa : accès à l’IVG, accouchements (hyper)médicalisés », Chiara Quagliariello (Socio-anthropologue, post-doctorante, HYPMEDPRO)
« Discriminer en toute légalité. L’accès au suivi de grossesse de femmes primo-arrivantes en Ile-de-France », Louise Virole-Mezouar (Sociologue, ATER à l’Ecole de Santé Publique – APEMAC)
Modératice : Mireille Eberhard (Sociologue, Université Denis Diderot)

12h45 – 14h15 : Déjeuner prévu sur place *** (sur inscription)

14h30-16h : Table ronde 3 – Médicalisation de la santé reproductive : regards internationaux
« De la médecine paternaliste à la sante néolibérale : épidémie de la césarienne en Turquie », Sezin Topçu (Historienne, sociologue des techniques, Cems,CNRS)
« Mettre la main sur le corps des femmes : hyperbiomédicalisation et accouchement à Phnom Penh, Cambodge », Clémence Schantz (Sociodémographe, post-doctorante, INED et Sage-femme)
« La naissance humanisée et la stratification de l’accès aux soins au Mexique », Mounia El Kotni (Anthropologue, post-doctorante, Fondation de France et Cems)
Modératrice : Elsa Boulet (Doctorante en sociologie, Centre Max Weber, Iris)

16h15-17h15 : Table ronde 4 – Restitution au terrain : questionnements éthiques et moraux
« Restituer des résultats : attentes, enjeux et décalages », Hélène Bretin (Sociologue, IRIS, Université Paris 13) et Karima Guenfoud (Sociologue, IRIS, Université Paris 13)
« Penser une éthique de la restitution face aux discriminations en santé reproductive», Laurence Kotobi (Anthropologue, UMR Passages CNRS, Université de Bordeaux)
Modératrice : Priscille Sauvegrain (Sociologue, Chercheure associée, EPOPé, Inserm, et sage-femme)

17h15-17h30 Mot de conclusion des organisatrices

Compte-rendu du colloque « Famille et parenté » (Sète, 06.2018)

L’atelier du CNRS « Famille et parenté » a eu lieu à Sète du 5 au 8 juin 2018. Organisé par le réseau Ethopole (et plus particulièrement par Sébastien Roux, Jérôme Courduriès, Anne-Sophie Vozari et  Marie-Ange Parisot), ces journées avaient pour vocation de réunir des chercheurs et des chercheuses de différents horizons disciplinaires (sociologie, anthropologie, histoire…) et géographiques (Français, Suisses, Espagnols, Brésiliens,…). La conférence inaugurale de Sébastien Roux intitulée « vérités familiales » a introduit trois thématiques récurrentes dans les conférences et les communications qui ont été données pendant ce colloque, à savoir l’importance du droit, du médical (« vulgate psy » incluse) et de la mobilité géographique dans la manière dont on fait (ou non) famille ; thématiques qui s’articulent entre elles.

Différentes interventions ont montré l’actualité du traitement de l’articulation entre parenté biologique, légale et quotidienne, dans le cas des techniques de reproduction médicalement assistées (procréation médicalement assistée (PMA), gestation pour autrui (GPA)) et des procédures d’adoption. Comme le souligne Diana Marre, ces deux types de procédures présentent plusieurs points communs : elles sont considérées comme non-naturelles (par opposition à la procréation découlant d’un coït hétérosexuel), sont assistées par des tiers et sont encadrées par des normes.

Il s’agit pour le chercheur ou la chercheuse d’identifier « ce que charrie la chair » pour reprendre l’expression de Marie Le Clainche-Piel, comme dans l’intervention de Solène Brun (sur l’adoption par des parents blancs d’enfants non-blancs) qui illustre la manière dont la racialisation ne dérive pas automatiquement de la couleur de peau mais inclut des « manières » d’être pour reprendre les termes d’une enquêtée ; dans la conférence de Dominique Memmi sur l’importance croissante accordée au corps (par l’allaitement, le peau-à-peau ou le coupage du cordon ombilical par le père) dans la mise en place du lien parent-enfant suite à une naissance ; ou encore la naturalisation du désir d’enfant (Elsa Boulet). Dans certains cas, les individus utilisent la chair pour renforcer le lien de filiation, par exemple dans le cas de couples lesbiens espagnols ayant recours au même donneur pour plusieurs procédures de PMA ou « distribuant » la maternité techniquement avec une des conjointes qui porte le fœtus issus des ovocytes de l’autre conjointe (Marta Roca i Escoda). En effet, selon Charlotte Faircloth, avoir un enfant biologique est devenu d’autant plus important dans les représentations que les liens familiaux sont pensés comme fondés principalement sur l’affectivité, supposée temporaire.

Avec le développement des techniques médicales comme les tests ADN, les « liens de sang » fondent de plus en plus ce qui constitue la « vérité » du lien familial dans les pays occidentaux, selon les autorités (par exemple, les services de l’immigration états-uniens, qui présentent les tests ADN comme une pièce utile pour obtenir un regroupement familial, dans la communication de Mélanie Gourarier) et les adoptés (comme dans le cas d’une informatrice interrogée par Sébastien Roux, à la recherche de sa famille biologique en Ethiopie). Or, d’autres techniques médicales induisent un « trouble dans la filiation », comme les méthodes de reproductions médicalement assistées, d’où la disparition dans l’état civil du donneur de gamètes dans le cas d’une PMA avec don en France ou de la gestatrice dans le cas d’une GPA au Brésil. Dans une moindre mesure, ces techniques peuvent impacter la manière dont les individus créent leurs familles, par exemple par les tests prénataux supposés identifier les maladies génétiques des fœtus (Rayna Rapp).

Loin d’être passifs vis-à-vis des attentes étatiques en matière de filiation, les individus peuvent jouer des différences de législation d’un pays à l’autre (Diana Marre) ou sur les règles légales de leur propre pays afin de faire attester par la loi de leurs liens familiaux (Jérôme Courdurières, dans le cas de parents ayant eu recours à la GPA). C’était par exemple l’objet de la conférence de Claudia Fonseca sur la « circulation des enfants » au Brésil : en 1990, l’Etat brésilien s’inquiète de la prévalence d’adoptions formelles ou informelles décidées entre les individus (et non par l’intermédiaire de l’Etat) et met en place des moyens légaux (notamment l’établissement d’un acte de naissance suite aux accouchements à l’hôpital) pour établir la filiation. Or, les mères non-mariées déclarent rarement le géniteur et ce dernier se déclare rarement auprès de l’état civil (le mari de la mère est quant à lui automatiquement inscrit comme le père), ce qui permet l’adoption légale d’enfant lorsqu’un homme se déclare comme le géniteur de l’enfant. Dans un autre registre, la « loi de la parenté » telle qu’elle a pu être interprétée à partir des travaux de Claude Lévy-Strauss (prohibition de l’inceste comme fondement de la culture) ou de Lacan (« loi du père ») a pu être mobilisée par les opposants au « mariage pour tous » pour contester le droit aux personnes en couples de même sexe de « faire famille » légalement (Camille Robcis).

Le développement des théories psychanalytiques chez les experts et les autorités ont contribué à accorder une importance croissante à « l’authenticité » des liens familiaux, authenticité déterminée par les liens de filiation légaux ou biologiques (Sébastien Roux, Mélanie Gourarier) ou par les sentiments d’affection parent-enfant (Anne-Sophie Vozari). Ainsi, différents exposés ont montré le poids des autorités dans la « bonne » manière de faire famille, qui demandent aux parents de rendre des comptes de leurs pratiques de parenté ou de parentalité (Charlotte Faircloth). En effet, si les technologies et le droit par le biais de l’adoption offrent aux individus qui veulent ou ont des enfants différentes manières d’être parent, les experts et les agents de l’Etat les limitent en capturant les parents ou les futurs parents dans un faisceau d’attentes normatives. Ces attentes sont de différents ordres :
– remise en cause « l’authenticité » de la famille lorsque les liens du sang et les liens affectifs sont disjoints (par exemple dans le cas des demandes de regroupements familiaux aux Etats-Unis quand le père du requérant ou de la requérante n’est pas son père biologique, selon Mélanie Gourarier)
– nouvelles normes de la parentalité et des exigences croissantes quant à la disponibilité des mères à l’enfant (Anne-Sophie Vozari, Charlotte Faircloth)
– attentes normatives accrues de la part des intervenants quand l’arrivée de l’enfant ne découle pas d’une procréation hétérosexuelle autonome, qu’il s’agisse de juger si le couple requérant une procédure de PMA est suffisamment stable et « en âge de procréer » (Constance Schuller), d’amener les futurs parents à construire un « projet d’adoption » (Solène Brun)  ou les géniteurs (ou la génitrice) d’un enfant mise en adoption à élaborer un « projet de vie » pour ce dernier (Louise de Morati).

Deux autres thématiques ont été abordées de manière plus périphérique. D’une part, quelques communications portaient sur la parentalité à proprement parler, comme la communication de Marion Doe sur la suspicion d’incompétence parentale des mères aveugles, celle de Myriam Chatot sur l’articulation entre disponibilité et paternité dans le cas des pères en congé parental à plein temps et celle de Caroline Henchoz sur la circulation de l’argent dans les familles « transnationales ». D’autre part, deux communications ont abordé la question de l’articulation entre recherche et militantisme dans le cas de l’étude des « familles arc-en-ciel » (homoparentales) (Massimo Prearo, Virginie Descoutures).

Cet atelier a donc permis de montrer l’actualité des recherches sur la famille et la parenté, parfois perçues comme « passées de mode », et la fécondité de l’approche interdisciplinaire, du fait du développement des nouvelles techniques de procréation (médicalement assistées) et de la persistance du symbolique et des représentations sociales dans les manières de faire famille.

Notons que ce compte-rendu ne mentionne pas les interventions des sessions « Résistances politiques », « Présences à l’enfant », « Savoir/s » et « Liens », qui avaient lieu en parallèle d’une autre session.

Appel à communication – Famille et parenté – permanences, transformations, traitements (5-8.06.2018, Sète)

L’atelier scientifique du CNRS « Famille et parenté : permanences, transformations, traitements »  se tiendra à Sète du 5 au 8 juin 2018.

Argumentaire :

En sciences sociales, les recherches sur la famille et la parenté demeurent disloquées entre différentes traditions disciplinaires (sociologie, anthropologie, histoire, science politique, géographie), alors même que les questions familiales sont régulièrement placées au cœur de l’agenda politique. Cet atelier scientifique propose de réunir des chercheur-e-s de divers courants et disciplines pour confronter la diversité des regards et des analyses portés sur la famille aujourd’hui.

De l’adoption de la première loi de bioéthique en 1994 à l’ouverture récente du mariage et de la filiation à la diversité des sexualités, les « nouvelles manières » de faire famille n’en finissent pas de nous interroger sur les frontières d’une entité dont la complexité a longtemps été dissimulée derrière la fausse évidence de sa naturalité supposée. Or, à l’heure des fécondations in vitro, des dons de gamètes, de la gestation pour autrui, de l’homoparentalité, mais aussi – plus largement – dans un contexte marqué par une mise en question des manières de faire famille (refonte de l’adoption, de l’accouchement anonyme, accompagnement à la parentalité, etc.) comment appréhender aujourd’hui l’objet « famille » et (re)penser les liens de parenté ?

Comment participer ?

24 participant·e·s sélectionné·e·s tous statuts et toutes disciplines La participation à l’atelier est soumise à sélection par le comité scientifique. Les 24 candidat·e·s retenu·e·s auront des objets de recherche autour des questions familiales et justifieront de leur intérêt pour la thématique. Pour vous porter candidat·e, merci d’adresser un résumé de votre communication (800 mots max) aux organisateurs, avec un titre, le panel auquel vous envisagez de participer et une brève justification de votre intérêt pour l’événement.

Date limite : 15 février 2018

Merci d’adresser cet email aux adresses suivantes : sebastien.roux@ehess.frannesophie.vozari@gmail.com, jerome.courduries@univ-tlse2.fr

Argumentaire complet et informations complémentaires

Compte-rendu de la deuxième séance de l’atelier RePPaMa (01.06.2017)

La deuxième séance de l’atelier RePPama a consisté en deux présentations, la première de Miyako Hayakawa, doctorante en anthropologie, et la seconde de Giuseppina Sapio, docteure en Arts et médias.

La présentation de Miyako Hayakawa, portant sur 15 entretiens avec des femmes japonaises expatriées en France et des observations, a mis en lumière la pratique de la maternité intensive.

Pour nous décrire la maternité intensive, la chercheuse s’appuie sur le concept de Maternal proximal (maternage proximal)  qui consiste à :
– l’allaitement maternel de longue durée à la demande de l’enfant
– le co-dodo
– le portage de l’enfant contre le dos

Cette pratique du maternage existait déjà au Japon : toutefois, elle consistait surtout à protéger la famille des gênes engendrées par l’enfant. En effet, l’allaitement tardif avait une fonction de contraception, le co-dodo évitait de réveiller toute la maisonnée et le portage permettait de continuer à travailler dans les champs. Or, depuis les années 70, ce maternage a pris un sens nouveau tourné vers l’enfant et ses besoins, visant à renforcer le lien mère-enfant.

Malgré le choix de la chercheuse de ne pas sélectionner les enquêtées selon leurs pratiques de maternage, elle a retrouvé une grande similarité entre ces femmes. La maternité intensive est apparue comme un des résultats de sa thèse tandis qu’elle cherchait à comprendre le modèle familial des migrants japonais en France et les rapports sociaux de genre.Or, ce choix de modèle familial a des effets à la fois sur le bien-être des femmes et le couple. En effet, le maternage proximal semble à l’origine d’un renforcement du lien mère-enfant au détriment du lien conjugal : le père est exclu de la relation parentale, y compris spatialement (la mère dort avec l’enfant, le père dans une autre pièce), ce qui contribue à limiter les rapports sexuels conjugaux.

Contrairement à ce qu’on aurait pu supposer, les enquêtées présentent une assez faible acculturation au maternage « à la française », construit dans l’exposé en miroir du maternage intensif : autonomie de l’enfant et distance mère/enfant, par l’allaitement de courte durée ou recours au biberon, le berceau et le recours à des modes de garde autre que la mère. En effet, les Japonaises expatriées ont peu de liens avec des Français(e)s et ont « importé » leurs pratiques maternelles, sans envisager d’opter pour un autre modèle de maternage.

La discussion qui a suivi la présentation a porté sur la mise en relation du concept de maternage avec d’autres pays, la conciliation entre maternité intensive et travail et la place des pères dans la famille.

La présentation de Giuseppina Sapio portait sur les films de famille des années 60 à aujourd’hui. L’originalité de sa thèse était de regarder ces films avec les acteurs eux-mêmes et de réaliser des entretiens avec les parents d’un côté et les enfants de l’autre pour revenir sur le contexte de production. La chercheuse a ainsi suivi six familles dont les modèles étaient diversifiés (famille nucléaire, adoptante et recomposée).

La première partie de la présentation portait sur les concepts utilisés pour décrire les films de famille : cinéma d’amateur, home movie mais aussi la théorie semio-pragmatique et la notion d’espace de communication.

Une fois le cadre posé, la chercheuse nous a montré l’évolution des films de famille des années 1960 à aujourd’hui à travers les limites techniques mais surtout l’évolution des pratiques. Le premier aspect abordé est le mode ludique. Filmer est un jeu individuel ou collectif où l’on va faire « comme si »  on était dans la « réalité ». On passe donc du game qui avait un but précis et où les rôles étaient définis notamment par le père de famille (dans les années 1960) vers le play où l’activité est créative, les interactions plus libre et où la camera tourne entre les acteurs (depuis les années 1980).

Concernant le niveau énonciatif, la première période (les années 1960) correspond à un je individuel, celui qui filme fait l’histoire. Le but étant d’avoir une image satisfaisante de la famille qui se conformait au modèle familial de l’époque et tout ça dans un temps très court. Les films sont réalisés pendant des événements déjà ritualisés comme les fêtes de famille. La deuxième période (années 1980) est le collectif. Ce qui compte est de montrer la famille unie mais avec les spécificités de chacun des membres, en laissant plus de place à la spontanéité et à la parole individuelle. Enfin, la troisième période (celle du numérique) est tournée vers la reconnaissance de l’autre. L’idée étant que sur un même événement, il est possible d’avoir plusieurs points de vue, par exemple par le recours à plusieurs caméras (avec les téléphones portables). La nouveauté est de voir la place de l’enfant reconnu en tant qu’acteur et créateur.

Le cœur de la présentation porte sur le point de vue des acteurs sur la production de ces films. L’effet lissé des plans ne permet pas de voir les failles et les conflits de la famille. C’est donc le retour réflexif des acteurs sur ces films qui les autorise à se situer, à critiquer, à croire ou à refuser l’image de la famille heureuse immortalisée pendant ce laps de temps. Les films opèrent donc sur la présentation de soi et autorisent à performer son rôle mais c’est véritablement les acteurs qui vont donner les codes d’interprétation au chercheur.

Giuseppina Sapio souligne également l’effet de l’évolution des techniques sur les films de famille. Dans les années 1960, la caméra est un appareil cher (qui est donc accaparé par le père de famille, perçu comme le seul à même de le manipuler correctement), qui impose une pratique de montage (du fait du recours aux pellicules) et une forme de ritualisation du visionnage, puisque le film est projeté. Avec la diffusion de la VSH puis le numérique et la démocratisation de la caméra (en termes de prix et d’inclusion de ces équipements dans la vie quotidienne avec les téléphones portables), les pratiques entourant la production et le visionnage des films de famille se transforment, d’une part parce que la production de film est plus simple et moins coûteuse (d’où la moindre mise en scène dans les films : les maladresses dans le tournage sont perçues comme une preuve d’authenticité et non comme du gâchis), et d’autre part par une réduction du temps entre production et visionnage (qui convergent : dans les années 2000, on regarde le film juste après le tournage, mais pas forcément après).

La discussion qui a suivi la présentation portait sur l’accès à ce matériau, la place du père dans les films des années 1960 et de son absence dans les films, puis sur les effets de la technique dans les choix filmiques et la présentation de soi et, pour conclure, l’évolution des rituels de visionnage.

Voir le programme de la séance

Miyako Hayakawa – Enquête ethnographique sur la « maternité intensive » chez les femmes japonaises

Miyako HAYAKAWA
Doctorante en anthropologie
Centre Norbert Elias, EHESS Marseille

Résumé :

Dans cette communication, je présente les pratiques du maternage intensif entreprises par les mères japonaises et leurs implications sur la vie de famille. Toutes mariées à des Japonais et habitant dans des endroits différents, ces femmes japonaises de la classe moyenne instruite s’engagent au maternage intensif. Appelée aussi maternage « proximal », cette manière d’élever des enfants qui favoriserait l’attachement entre la mère et l’enfant au nom d’un meilleur développement de l’enfant est née aux Etats-Unis et devenue de plus en plus fréquente depuis les années 1990 chez les femmes de la classe moyenne supérieure, notamment en Europe et en Amérique du nord, mais aussi au Japon. Il s’agit des pratiques tels que l’allaitement maternel à la demande et de longue durée, le « co-dodo », qui consiste à dormir avec le bébé dans le lit parental ou à proximité, et le portage de l’enfant contre le dos, etc.

Tandis que ce mode de soin vise à améliorer le bien-être des enfants, plusieurs recherches montrent que cette pratique demande un dévouement parfois excessif des parents et peut provoquer la hausse du stress et l’épuisement chez les mères, surtout lorsque elles ont une activité professionnelle (Damaske 2013 ; Hays 1996). Certains chercheurs constatent que cette tendance à la « surcharge » des jeunes mères est d’autant plus prononcée chez les Japonaises que des facteurs socio-historiques bien spécifiques dans le pays leur demandent un travail parfois trop pénible (Shinada 2004 ; Tanaka 2004). Ainsi, les questions qui se posent sont les suivantes : Quelles sont les pratiques concrètes du maternage proximal effectuées par les mères japonaises dans la vie de tous les jours aujourd’hui ? Compte tenu du contexte socio-historique propre à la société japonaise sur l’évolution du maternage intensif, peut-on identifier des spécificités du maternage « à la japonaise » ? Pourquoi cette manière est-elle partagée chez les enquêtées ? Et quel impact peut-on constater sur la vie de famille ?

Dans le cadre de mon travail doctoral, j’ai réalisé une recherche sur le maternage proximal sur deux terrains différents avec une quinzaine de mères japonaises au total, en 2015 – 2017. Elles sont toutes mariées et mères de famille, de la classe moyenne instruite, entre 32 et 43 ans. Il s’agit d’une enquête ethnographique composée des entretiens et des observations, auprès des femmes qui sont des épouses des expatriés japonais résidant temporairement en France pendant quelques années (normalement entre 2 et 6 ans) dans des grandes villes, comme Paris, Lyon, et Aixen-Provence. Cette recherche a été complétée avec une enquête effectuée au Japon en 2016, principalement dans la région de Tokyo, avec les mêmes profils des enquêtées. La localisation géographique des enquêtées ne semble pas avoir eu un impact sur leur choix et la façon et de la prise en charge des enfants pour les couples non-mixtes, même en cas de l’expatriation.

Au cours de mes enquêtes, j’ai tâché à identifier des pratiques du maternage intensif chez les enquêtées, en me focalisant par la suite à voir comment elles sont arrivées à s’approprier des identités et pratiques maternelles. Une attention particulière a été portée sur certains aspects peu étudiés dans la littérature existante : des impacts de cette pratique sur la vie conjugale, notamment l’absence ou le manque de communication au sein du couple. Par exemple, comme l’allaitement nocturne – combiné avec le co-dodo – fortement répandu chez les Japonais et que la pratique peut durer au moins 1 an et aller sur 3 ans, un grand nombre de couples font chambre à part et la femme mène une vie complètement séparée de son mari, tout en restant avec ses enfants. Comment le couple vivent-ils cette « séparation » ? Contrairement à la période antérieure aux années 1970 où la moitié des mariages étaient arrangés par les parents ou les autres membres de famille, aujourd’hui le mariage constituerait moins une « institution », mais un acte d’amour. Si ces pratiques de maternage intensif « nuisent » à la relation conjugale et à leur intimité, comment les couples les perçoivent-ils cette réalité ?

Après avoir effectué une recherche de terrain, je propose de mener une réflexion sur le maternage intensif « à la japonaise » avec sa propre histoire et métamorphose, tout en mettant l’accent sur ses impacts réels sur la vie de famille et de couple.

Références citées
Damaske, Sarah. 2013. “Work, Family, and Accounts of Mothers’ Lives Using Discourse to Navigate Intensive Mothering Ideals”, Sociology Compass 7/6, pp.436–444. Hays, Sharon. 1996. The cultural contradictions of motherhood. New Haven : Yale University Press, Shinada, Tomomi. 2004. Kosodate hou kakumei. Tokyo : Chuokouron shinsha. Tanaka, Kimiko. 2004. Boshimicchaku to ikuji shougai. Tokyo : Koudansha

Voir le programme de la séance
Calenda

Atelier du REPPaMa : prochaine séance le 1er juin 2017

Nous avons le plaisir de vous annoncer la tenue de la seconde séance des ateliers du Réseau d’Études Pluridisciplinaires sur les Paternités et les Maternités (REPPaMa) le jeudi 1er juin de 10h à 12h30 à l’INED (salle 433).

Lors de cette séance, nous accueillerons :

 

Accès :

L’atelier aura lieu le jeudi 1er juin à l’INED, 133 Boulevard Davout, 75020 Paris.
Métro : Porte de Montreuil et Porte de Bagnolet
Tram T3b Marie de Miribel

Contact : reppama.contact@gmail.com

Calenda
Voir le compte-rendu