Archives de catégorie : En lien avec RePPaMa

Soutenance – La résidence alternée : une sociologie de l’expérience temporelle des parents par Benoit Hachet (09.11.2018, Paris)

9h à 13h en salle 13 à l’EHESS, au 105 Bd Raspail, 75006 Paris

Résumé :
La résidence alternée, légalisée en France en 2002, est une pratique minoritaire qui touche toutes les catégories de la population des parents séparés. Elle est entendue de manière stricte comme une organisation qui sépare de façon égale les temps de résidence des enfants entre leurs deux parents. Sous ce principe de symétrie coparentale, le temps vécu par les parents est bichronique, marqué par la succession réitérée de temps de même dimension, les uns avec enfants et les autres sans. Nous explorons l’expérience temporelle de cette parentalité alternée à partir d’une méthode mixte qui croise l’analyse de 55 entretiens avec le traitement de 5 103 questionnaires passés auprès des allocataires de la Caisse d’allocations familiales qui ont des enfants en résidence alternée. Dans une première partie, nous contextualisons la question de la résidence alternée dans la France contemporaine. Nous présentons une cartographie des polémiques qu’elle soulève, précisons les évolutions juridiques et les modalités judiciaires de sa mise en place, avant de remarquer que les études existantes sur cet objet sont peu nombreuses et souvent partielles. Si les déterminants socio-économiques du choix de la résidence alternée sont assez bien connus, le fonctionnement concret des alternances est peu étudié. Notre contribution consiste à ouvrir cette boîte noire. Nous inscrivons notre recherche dans une perspective temporaliste qui consiste à interroger les temps différenciés de l’expérience humaine. Dans la deuxième partie, nous caractérisons l’économie générale du cadre temporel de la résidence alternée, en montrant que le partage égal des temps de résidence ne peut se soustraire au temps calendaire dominant. Les deux espaces créés dans ces conditions se constituent en territoires temporels sur lesquels chacun des parents exerce une souveraineté relative selon des règles qui se construisent à l’usage. Nous proposons une topologie des territoires de l’alternance, attentive à leur structure et à leur plasticité. Dans la troisième partie, nous envisageons l’expérience parentale de la succession des temps avec et sans enfant en commençant par préciser les différences de texture temporelle, avant de décrire les modalités de la concordance de ces temps. Nous terminons en changeant d’échelle temporelle pour interroger l’évolution de l’expérience parentale de l’alternance dans la durée, quand elle est confrontée à la survenance de divers événements comme la recomposition familiale ou la mobilité professionnelle. Dans l’ensemble de la thèse, nous sommes attentifs aux variations dans l’organisation et l’expérience temporelle de la résidence alternée selon les variables lourdes de la sociologie, le sexe, l’âge, le milieu social ou le lieu de résidence des parents.

Colloque – La place des pères (11.10.2018, Paris)

L’Union Nationale des Associations Familiales (UNAF) organise un colloque pluridisciplinaire sur la place des pères dans la société française contemporaine, à Paris, le 11 octobre 2018.

La question des pères, de leur rôle et de leur place dans les familles d’aujourd’hui se trouve à la croisée de nombreux enjeux sociétaux. Entre éloge des « nouveaux pères » et crainte d’une fragilisation, voire d’une déperdition du lien paternel par rapport au lien maternel, quelles évolutions ont affecté le rôle des pères ?

Comment sécuriser et préserver ce lien auquel tout enfant a droit avec ses deux parents, même après une séparation ?

Quel enjeux autour des congés parentaux en discussion au niveau européen, en termes d’implication des pères, d’équilibre des rôles parentaux et pour l’égalité entre les femmes et les hommes ?

Cette journée sera l’occasion pour chercheurs (économie, démographie, sociologie…), professionnels (droit, accompagnement social, médiateurs familiaux…), et témoins (pères, journalistes, entreprises…) de croiser leurs champs d’expertise, autour de trois tables-rondes thématiques.

Attention ! Le nombre de places est limité. Vous pouvez d’ores et déjà vous inscrire pour participer à cette journée et accéder au programme indicatif ici.

Compte-rendu du colloque « Famille et parenté » (Sète, 06.2018)

L’atelier du CNRS « Famille et parenté » a eu lieu à Sète du 5 au 8 juin 2018. Organisé par le réseau Ethopole (et plus particulièrement par Sébastien Roux, Jérôme Courduriès, Anne-Sophie Vozari et  Marie-Ange Parisot), ces journées avaient pour vocation de réunir des chercheurs et des chercheuses de différents horizons disciplinaires (sociologie, anthropologie, histoire…) et géographiques (Français, Suisses, Espagnols, Brésiliens,…). La conférence inaugurale de Sébastien Roux intitulée « vérités familiales » a introduit trois thématiques récurrentes dans les conférences et les communications qui ont été données pendant ce colloque, à savoir l’importance du droit, du médical (« vulgate psy » incluse) et de la mobilité géographique dans la manière dont on fait (ou non) famille ; thématiques qui s’articulent entre elles.

Différentes interventions ont montré l’actualité du traitement de l’articulation entre parenté biologique, légale et quotidienne, dans le cas des techniques de reproduction médicalement assistées (procréation médicalement assistée (PMA), gestation pour autrui (GPA)) et des procédures d’adoption. Comme le souligne Diana Marre, ces deux types de procédures présentent plusieurs points communs : elles sont considérées comme non-naturelles (par opposition à la procréation découlant d’un coït hétérosexuel), sont assistées par des tiers et sont encadrées par des normes.

Il s’agit pour le chercheur ou la chercheuse d’identifier « ce que charrie la chair » pour reprendre l’expression de Marie Le Clainche-Piel, comme dans l’intervention de Solène Brun (sur l’adoption par des parents blancs d’enfants non-blancs) qui illustre la manière dont la racialisation ne dérive pas automatiquement de la couleur de peau mais inclut des « manières » d’être pour reprendre les termes d’une enquêtée ; dans la conférence de Dominique Memmi sur l’importance croissante accordée au corps (par l’allaitement, le peau-à-peau ou le coupage du cordon ombilical par le père) dans la mise en place du lien parent-enfant suite à une naissance ; ou encore la naturalisation du désir d’enfant (Elsa Boulet). Dans certains cas, les individus utilisent la chair pour renforcer le lien de filiation, par exemple dans le cas de couples lesbiens espagnols ayant recours au même donneur pour plusieurs procédures de PMA ou « distribuant » la maternité techniquement avec une des conjointes qui porte le fœtus issus des ovocytes de l’autre conjointe (Marta Roca i Escoda). En effet, selon Charlotte Faircloth, avoir un enfant biologique est devenu d’autant plus important dans les représentations que les liens familiaux sont pensés comme fondés principalement sur l’affectivité, supposée temporaire.

Avec le développement des techniques médicales comme les tests ADN, les « liens de sang » fondent de plus en plus ce qui constitue la « vérité » du lien familial dans les pays occidentaux, selon les autorités (par exemple, les services de l’immigration états-uniens, qui présentent les tests ADN comme une pièce utile pour obtenir un regroupement familial, dans la communication de Mélanie Gourarier) et les adoptés (comme dans le cas d’une informatrice interrogée par Sébastien Roux, à la recherche de sa famille biologique en Ethiopie). Or, d’autres techniques médicales induisent un « trouble dans la filiation », comme les méthodes de reproductions médicalement assistées, d’où la disparition dans l’état civil du donneur de gamètes dans le cas d’une PMA avec don en France ou de la gestatrice dans le cas d’une GPA au Brésil. Dans une moindre mesure, ces techniques peuvent impacter la manière dont les individus créent leurs familles, par exemple par les tests prénataux supposés identifier les maladies génétiques des fœtus (Rayna Rapp).

Loin d’être passifs vis-à-vis des attentes étatiques en matière de filiation, les individus peuvent jouer des différences de législation d’un pays à l’autre (Diana Marre) ou sur les règles légales de leur propre pays afin de faire attester par la loi de leurs liens familiaux (Jérôme Courdurières, dans le cas de parents ayant eu recours à la GPA). C’était par exemple l’objet de la conférence de Claudia Fonseca sur la « circulation des enfants » au Brésil : en 1990, l’Etat brésilien s’inquiète de la prévalence d’adoptions formelles ou informelles décidées entre les individus (et non par l’intermédiaire de l’Etat) et met en place des moyens légaux (notamment l’établissement d’un acte de naissance suite aux accouchements à l’hôpital) pour établir la filiation. Or, les mères non-mariées déclarent rarement le géniteur et ce dernier se déclare rarement auprès de l’état civil (le mari de la mère est quant à lui automatiquement inscrit comme le père), ce qui permet l’adoption légale d’enfant lorsqu’un homme se déclare comme le géniteur de l’enfant. Dans un autre registre, la « loi de la parenté » telle qu’elle a pu être interprétée à partir des travaux de Claude Lévy-Strauss (prohibition de l’inceste comme fondement de la culture) ou de Lacan (« loi du père ») a pu être mobilisée par les opposants au « mariage pour tous » pour contester le droit aux personnes en couples de même sexe de « faire famille » légalement (Camille Robcis).

Le développement des théories psychanalytiques chez les experts et les autorités ont contribué à accorder une importance croissante à « l’authenticité » des liens familiaux, authenticité déterminée par les liens de filiation légaux ou biologiques (Sébastien Roux, Mélanie Gourarier) ou par les sentiments d’affection parent-enfant (Anne-Sophie Vozari). Ainsi, différents exposés ont montré le poids des autorités dans la « bonne » manière de faire famille, qui demandent aux parents de rendre des comptes de leurs pratiques de parenté ou de parentalité (Charlotte Faircloth). En effet, si les technologies et le droit par le biais de l’adoption offrent aux individus qui veulent ou ont des enfants différentes manières d’être parent, les experts et les agents de l’Etat les limitent en capturant les parents ou les futurs parents dans un faisceau d’attentes normatives. Ces attentes sont de différents ordres :
– remise en cause « l’authenticité » de la famille lorsque les liens du sang et les liens affectifs sont disjoints (par exemple dans le cas des demandes de regroupements familiaux aux Etats-Unis quand le père du requérant ou de la requérante n’est pas son père biologique, selon Mélanie Gourarier)
– nouvelles normes de la parentalité et des exigences croissantes quant à la disponibilité des mères à l’enfant (Anne-Sophie Vozari, Charlotte Faircloth)
– attentes normatives accrues de la part des intervenants quand l’arrivée de l’enfant ne découle pas d’une procréation hétérosexuelle autonome, qu’il s’agisse de juger si le couple requérant une procédure de PMA est suffisamment stable et « en âge de procréer » (Constance Schuller), d’amener les futurs parents à construire un « projet d’adoption » (Solène Brun)  ou les géniteurs (ou la génitrice) d’un enfant mise en adoption à élaborer un « projet de vie » pour ce dernier (Louise de Morati).

Deux autres thématiques ont été abordées de manière plus périphérique. D’une part, quelques communications portaient sur la parentalité à proprement parler, comme la communication de Marion Doe sur la suspicion d’incompétence parentale des mères aveugles, celle de Myriam Chatot sur l’articulation entre disponibilité et paternité dans le cas des pères en congé parental à plein temps et celle de Caroline Henchoz sur la circulation de l’argent dans les familles « transnationales ». D’autre part, deux communications ont abordé la question de l’articulation entre recherche et militantisme dans le cas de l’étude des « familles arc-en-ciel » (homoparentales) (Massimo Prearo, Virginie Descoutures).

Cet atelier a donc permis de montrer l’actualité des recherches sur la famille et la parenté, parfois perçues comme « passées de mode », et la fécondité de l’approche interdisciplinaire, du fait du développement des nouvelles techniques de procréation (médicalement assistées) et de la persistance du symbolique et des représentations sociales dans les manières de faire famille.

Notons que ce compte-rendu ne mentionne pas les interventions des sessions « Résistances politiques », « Présences à l’enfant », « Savoir/s » et « Liens », qui avaient lieu en parallèle d’une autre session.

Appel à communication – Famille et parenté – permanences, transformations, traitements (5-8.06.2018, Sète)

L’atelier scientifique du CNRS « Famille et parenté : permanences, transformations, traitements »  se tiendra à Sète du 5 au 8 juin 2018.

Argumentaire :

En sciences sociales, les recherches sur la famille et la parenté demeurent disloquées entre différentes traditions disciplinaires (sociologie, anthropologie, histoire, science politique, géographie), alors même que les questions familiales sont régulièrement placées au cœur de l’agenda politique. Cet atelier scientifique propose de réunir des chercheur-e-s de divers courants et disciplines pour confronter la diversité des regards et des analyses portés sur la famille aujourd’hui.

De l’adoption de la première loi de bioéthique en 1994 à l’ouverture récente du mariage et de la filiation à la diversité des sexualités, les « nouvelles manières » de faire famille n’en finissent pas de nous interroger sur les frontières d’une entité dont la complexité a longtemps été dissimulée derrière la fausse évidence de sa naturalité supposée. Or, à l’heure des fécondations in vitro, des dons de gamètes, de la gestation pour autrui, de l’homoparentalité, mais aussi – plus largement – dans un contexte marqué par une mise en question des manières de faire famille (refonte de l’adoption, de l’accouchement anonyme, accompagnement à la parentalité, etc.) comment appréhender aujourd’hui l’objet « famille » et (re)penser les liens de parenté ?

Comment participer ?

24 participant·e·s sélectionné·e·s tous statuts et toutes disciplines La participation à l’atelier est soumise à sélection par le comité scientifique. Les 24 candidat·e·s retenu·e·s auront des objets de recherche autour des questions familiales et justifieront de leur intérêt pour la thématique. Pour vous porter candidat·e, merci d’adresser un résumé de votre communication (800 mots max) aux organisateurs, avec un titre, le panel auquel vous envisagez de participer et une brève justification de votre intérêt pour l’événement.

Date limite : 15 février 2018

Merci d’adresser cet email aux adresses suivantes : sebastien.roux@ehess.frannesophie.vozari@gmail.com, jerome.courduries@univ-tlse2.fr

Argumentaire complet et informations complémentaires

Les pères solos sont-ils des mères comme les autres ?

Le 2 avril, Libération a publié un article sur les pères monoparentaux ou « pères solos », s’appuyant entre autres sur un article d’Alexandra Piesen, publié dans la Revue des politiques sociales et familiales.

Le titre provocateur de l’article de Libération (« Les pères solos sont-ils des mères comme les autres ? ») soulève un point important pour l’étude des maternités et des paternités : dans quelle mesure ce qui est considéré comme le « propre » de la maternité ou de la paternité est en fait produit par les rôles généralement endossés par les parents en fonction de leur sexe ? Les enquêtes sur les situations d’inversion du genre interrogent les changements induits sur les rôles genrés, mais aussi les résistances, quand un homme endosse un rôle traditionnellement féminin (ou inversement).

Pour lire l’article de Libération : Les pères solos sont-ils des mères comme les autres ?

Les nouveaux pères, enfin une réalité ?

En 2016, l’UNAF a publié les résultats d’une enquête quantitative sur la paternité en France, interrogeant les pratiques et les représentations des pères concernant la paternité, de leur définition du « bon père » à leur avis sur la représentation des figures paternelles dans les médias. Si les hommes interrogés dans cette enquête déclarent pour la majorité d’entre eux vouloir être des pères présents pour leurs enfants et plus proches d’eux que ne l’étaient leurs propres pères, la répartition des tâches parentales déclarées par eux laisse apparaître une prise en charge des enfants majoritairement par les mères, ce qui fait écho à de nombreuses enquêtes quantitatives sur la répartition des tâches domestiques au sein du couple. Comme le disait  Anne-Marie Devreux en 1998 : « comment font-ils pour s’impliquer davantage sans y passer plus de temps ? ». Mystère.

Pour aller plus loin : 

Résumé de l’enquête sur le Monde
Synthèse de l’UNAF

Préférer son mari à ses enfants, un tabou ?

Dans un essai paru en 2009, la romancière Ayelet Waldman explique « J’adore ma fille, mais je ne suis pas amoureuse d’elle ». Pareil pour ses trois autres enfants. Elle explique ainsi que contrairement à ce que voudrait la norme de la maternité intensive, elle pourrait imaginer vivre sans ses enfants, mais pas sans son mari. Le compte-rendu qu’en fait le magazine Books permet aux lecteurs non-anglophones de découvrir les grandes lignes de l’essai de Waldman et de réfléchir aux contradictions contemporaines concernant les normes de la maternité. Si l’amour hétérosexuel est présenté comme constitutif de l’identité féminine, son prolongement « naturel », la maternité, est censé permettre leur plein accomplissement, comme en témoigne en creux la stigmatisation dont sont victimes les femmes qui désirent ne pas être mères. Une réflexion en lien avec le tabou concernant le regret d’être mère. Pourquoi attend-on davantage des femmes de s’épanouir dans la maternité qu’aux hommes dans la paternité ? La sociologue Eva Illouz répondrait sans doute que les hommes ont davantage la possibilité de tirer de la satisfaction et de l’estime de soi de leur activité professionnelle, là où les femmes voient leurs possibilités professionnelles limitées par un certain nombre de facteurs liés justement à la famille et au fait d’avoir des enfants. Peut-être cette question mériterait qu’on se la pose plus souvent, sans recourir trop rapidement à la fiction de l’instinct maternel.

Colloque – Masculinités non-hégémoniques (15-16.05.2017, Louvain-La-Neuve en Belgique)

Un colloque sur les masculinités non-hégémonique est organisé le 15 et 16 mai 2017 à Louvain-La-Neuve (en Belgique). A signaler particulièrement une session sur paternités et masculinités, le 16 en début d’après-midi (intervenants : Séverine Mayol sur les paternités sans-domicile, Alain Ducousso-Lacaze sur les paternités gay et Martine Gross, Bérengère Rubio et Olivier Vecho sur les paternités par la gestion pour autrui).

Résumé

Le colloque débutera le 15 mai autour d’une présentation magistrale qui posera les bases théoriques et les enjeux socio-politiques qui se trouvent derrière le genre, et plus particulièrement autour de la question des masculinités. L’intervention sera suivie le lendemain par une journée composée d’une conférence abordant l’étude des masculinités depuis une approche intersectionnelle, ainsi que de trois sessions thématiques, privilégiant chacune un angle de vue lié à des questions centrales dans la construction genrée des individus dans nos sociétés contemporaines.

Programme

Colloque – Représentations et figures de la maternité aujourd’hui (3-5.04.2017, Tours)

Fabienne Portier-Le Cocq et Cécile Coquet-Mokoko organisent un colloque sur les représentations et les figures de la maternité aujourd’hui dans le monde anglophone à l’Université François Rabelais (Tours) du 3 au 5 avril 2017.

Argumentaire

Les figures de la maternité ont endossé au cours de l’histoire des sociétés anglophones des rôles contradictoires situés au cœur des enjeux de pouvoir : tour à tour exaltées comme piliers de la nation, incarnations des valeurs de sacrifice et de prévoyance, ou surveillées et punies pour avoir failli dans leur rôle de reproduction des valeurs de responsabilité individuelle et de maîtrise de soi.

Près d’un siècle après avoir obtenu leur émancipation politique, presque cinquante ans après les grandes luttes pour l’émancipation sexuelle — dont les acquis demeurent inégaux d’un pays à l’autre —, les femmes américaines, britanniques, irlandaises et des pays du Commonwealth conservent un statut minoritaire particulièrement visible et politisé lorsqu’elles sont définies sous l’angle de la maternité. Tout se passe comme si le changement social arraché au terme de conflits était refoulé dans ses effets par la montée de discours stigmatisants à l’égard des femmes les plus vulnérables (mères adolescentes, mères isolées, mères porteuses, adoptives, âgées (older mothers), handicapées, séropositives, immigrées ou issues de minorités ethniques, de milieux défavorisés urbains ou ruraux, homosexuelles, travailleuses du sexe, transsexuelles, détenues, mères dont les enfants sont confiés à la Protection de l’enfance), souvent tenues pour responsables de leurs situations alors même que l’accès à des moyens efficaces d’information ou à des structures conçues pour répondre à leurs besoins est de plus en plus soumis à condition. La maternité, traditionnellement célébrée comme un accomplissement dans une vie de femme, n’en est pas moins assimilée à un déclassement social, voire à une dépersonnalisation des femmes lorsque l’État ou les acteurs sociaux, investis d’une légitimité morale, exercent un droit d’ingérence dans l’accès à l’éducation sexuelle, aux moyens de contraception, aux prestations sociales, aux modes de garde et au choix d’un mode d’éducation.

L’ambition de ce colloque est d’interroger les discours liés à la maternité, les traductions des choix de société dans les représentations culturelles des mères comme icônes ou boucs-émissaires, et la réception ou la critique de ces représentations dans le contexte d’une quête de conformité ou de libération des conventions sociales.

Programme

Quelques recensions de livres parus récemment sur Lectures