Préférer son mari à ses enfants, un tabou ?

Dans un essai paru en 2009, la romancière Ayelet Waldman explique « J’adore ma fille, mais je ne suis pas amoureuse d’elle ». Pareil pour ses trois autres enfants. Elle explique ainsi que contrairement à ce que voudrait la norme de la maternité intensive, elle pourrait imaginer vivre sans ses enfants, mais pas sans son mari. Le compte-rendu qu’en fait le magazine Books permet aux lecteurs non-anglophones de découvrir les grandes lignes de l’essai de Waldman et de réfléchir aux contradictions contemporaines concernant les normes de la maternité. Si l’amour hétérosexuel est présenté comme constitutif de l’identité féminine, son prolongement « naturel », la maternité, est censé permettre leur plein accomplissement, comme en témoigne en creux la stigmatisation dont sont victimes les femmes qui désirent ne pas être mères. Une réflexion en lien avec le tabou concernant le regret d’être mère. Pourquoi attend-on davantage des femmes de s’épanouir dans la maternité qu’aux hommes dans la paternité ? La sociologue Eva Illouz répondrait sans doute que les hommes ont davantage la possibilité de tirer de la satisfaction et de l’estime de soi de leur activité professionnelle, là où les femmes voient leurs possibilités professionnelles limitées par un certain nombre de facteurs liés justement à la famille et au fait d’avoir des enfants. Peut-être cette question mériterait qu’on se la pose plus souvent, sans recourir trop rapidement à la fiction de l’instinct maternel.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *