Représentations et figures de la maternité aujourd’hui, 3-5 avril 2017, Tours

Fabienne Portier-Le Cocq et Cécile Coquet-Mokoko organisent un colloque sur les représentations et les figures de la maternité aujourd’hui dans le monde anglophone à l’Université François Rabelais (Tours) du 3 au 5 avril 2017.

Argumentaire

Les figures de la maternité ont endossé au cours de l’histoire des sociétés anglophones des rôles contradictoires situés au cœur des enjeux de pouvoir : tour à tour exaltées comme piliers de la nation, incarnations des valeurs de sacrifice et de prévoyance, ou surveillées et punies pour avoir failli dans leur rôle de reproduction des valeurs de responsabilité individuelle et de maîtrise de soi.

Près d’un siècle après avoir obtenu leur émancipation politique, presque cinquante ans après les grandes luttes pour l’émancipation sexuelle — dont les acquis demeurent inégaux d’un pays à l’autre —, les femmes américaines, britanniques, irlandaises et des pays du Commonwealth conservent un statut minoritaire particulièrement visible et politisé lorsqu’elles sont définies sous l’angle de la maternité. Tout se passe comme si le changement social arraché au terme de conflits était refoulé dans ses effets par la montée de discours stigmatisants à l’égard des femmes les plus vulnérables (mères adolescentes, mères isolées, mères porteuses, adoptives, âgées (older mothers), handicapées, séropositives, immigrées ou issues de minorités ethniques, de milieux défavorisés urbains ou ruraux, homosexuelles, travailleuses du sexe, transsexuelles, détenues, mères dont les enfants sont confiés à la Protection de l’enfance), souvent tenues pour responsables de leurs situations alors même que l’accès à des moyens efficaces d’information ou à des structures conçues pour répondre à leurs besoins est de plus en plus soumis à condition. La maternité, traditionnellement célébrée comme un accomplissement dans une vie de femme, n’en est pas moins assimilée à un déclassement social, voire à une dépersonnalisation des femmes lorsque l’État ou les acteurs sociaux, investis d’une légitimité morale, exercent un droit d’ingérence dans l’accès à l’éducation sexuelle, aux moyens de contraception, aux prestations sociales, aux modes de garde et au choix d’un mode d’éducation.

L’ambition de ce colloque est d’interroger les discours liés à la maternité, les traductions des choix de société dans les représentations culturelles des mères comme icônes ou boucs-émissaires, et la réception ou la critique de ces représentations dans le contexte d’une quête de conformité ou de libération des conventions sociales.

Programme


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *