Giuseppina Sapio – Jouer aux parents à travers les films de famille

Giuseppina SAPIO
docteure en études cinématographiques et audiovisuelles
IRCAV

Résumé:

La communication vise à exposer les résultats du travail de recherche que j’ai mené sur le cinéma d’amateur et, plus particulièrement, sur la pratique des home movies en France des années 1960 à aujourd’hui. Mobilisant à la fois la sémio-pragmatique et l’interactionnisme goffmanien, cette étude a l’objectif de de révéler comment les individus sont assignés à des positions de sujet dans l’ordre familial. Autrement dit, les expériences de filmage et de visionnage se fondent sur la réitération de rituels et sur une mise en récit de la vie quotidienne qui permettent d’objectiver les processus de subjectivation a l’œuvre au sein des familles. Protéiforme et, à l’apparence, anodine, la pratique des home movies permet d’approfondir la réflexion sur la parentalité sur plusieurs niveaux. Tout d’abord, l’étude de la réalisation et du visionnage de films d’amateur fournit aux chercheur.e.s un accès privilégié aux dynamiques groupales qui caractérisent la mise en récit et en images de la vie des familles. Ensuite, la prise en compte d’une perspective diachronique permet de saisir les transformations culturelles et sociales qui ont affecté la cellule familiale. En effet, l’attribution de rôles (notamment de genre), les interactions et les discours produits lors de la réalisation et du visionnage ont évolué avec les innovations technologiques (Super 8, VHS, numérique) et les techniques employées par les amateurs. Ainsi, l’analyse des récits filmiques dévoile différentes manières d’être ensemble, de faire famille, exprimées à travers les outils cinématographiques (échelles de plans, mouvements de caméra, musiques, etc.). Enfin, l’étude de la pratique des home movies permet de saisir le processus d’autorégulation activé par les familles dans la « mise en scène » de leur vie familiale. En ce sens, les films de famille sont des productions « opaques », que l’on pourrait assimiler à des « récits mythiques », dans lesquels toute forme de conflit est évacuée. Or, la prise en compte de la parole des amateurs, à travers des entretiens qualitatifs, permet, entre autres, de dévoiler les failles et les fissures qui se cachent derrière les sourires et les regards caméra.

Voir le programme de la séance
Calenda


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *