Compte-rendu de la deuxième séance de l’atelier RePPaMa (01.06.2017)

La deuxième séance de l’atelier RePPama a consisté en deux présentations, la première de Miyako Hayakawa, doctorante en anthropologie, et la seconde de Giuseppina Sapio, docteure en Arts et médias.

La présentation de Miyako Hayakawa, portant sur 15 entretiens avec des femmes japonaises expatriées en France et des observations, a mis en lumière la pratique de la maternité intensive.

Pour nous décrire la maternité intensive, la chercheuse s’appuie sur le concept de Maternal proximal (maternage proximal)  qui consiste à :
– l’allaitement maternel de longue durée à la demande de l’enfant
– le co-dodo
– le portage de l’enfant contre le dos

Cette pratique du maternage existait déjà au Japon : toutefois, elle consistait surtout à protéger la famille des gênes engendrées par l’enfant. En effet, l’allaitement tardif avait une fonction de contraception, le co-dodo évitait de réveiller toute la maisonnée et le portage permettait de continuer à travailler dans les champs. Or, depuis les années 70, ce maternage a pris un sens nouveau tourné vers l’enfant et ses besoins, visant à renforcer le lien mère-enfant.

Malgré le choix de la chercheuse de ne pas sélectionner les enquêtées selon leurs pratiques de maternage, elle a retrouvé une grande similarité entre ces femmes. La maternité intensive est apparue comme un des résultats de sa thèse tandis qu’elle cherchait à comprendre le modèle familial des migrants japonais en France et les rapports sociaux de genre.Or, ce choix de modèle familial a des effets à la fois sur le bien-être des femmes et le couple. En effet, le maternage proximal semble à l’origine d’un renforcement du lien mère-enfant au détriment du lien conjugal : le père est exclu de la relation parentale, y compris spatialement (la mère dort avec l’enfant, le père dans une autre pièce), ce qui contribue à limiter les rapports sexuels conjugaux.

Contrairement à ce qu’on aurait pu supposer, les enquêtées présentent une assez faible acculturation au maternage « à la française », construit dans l’exposé en miroir du maternage intensif : autonomie de l’enfant et distance mère/enfant, par l’allaitement de courte durée ou recours au biberon, le berceau et le recours à des modes de garde autre que la mère. En effet, les Japonaises expatriées ont peu de liens avec des Français(e)s et ont « importé » leurs pratiques maternelles, sans envisager d’opter pour un autre modèle de maternage.

La discussion qui a suivi la présentation a porté sur la mise en relation du concept de maternage avec d’autres pays, la conciliation entre maternité intensive et travail et la place des pères dans la famille.

La présentation de Giuseppina Sapio portait sur les films de famille des années 60 à aujourd’hui. L’originalité de sa thèse était de regarder ces films avec les acteurs eux-mêmes et de réaliser des entretiens avec les parents d’un côté et les enfants de l’autre pour revenir sur le contexte de production. La chercheuse a ainsi suivi six familles dont les modèles étaient diversifiés (famille nucléaire, adoptante et recomposée).

La première partie de la présentation portait sur les concepts utilisés pour décrire les films de famille : cinéma d’amateur, home movie mais aussi la théorie semio-pragmatique et la notion d’espace de communication.

Une fois le cadre posé, la chercheuse nous a montré l’évolution des films de famille des années 1960 à aujourd’hui à travers les limites techniques mais surtout l’évolution des pratiques. Le premier aspect abordé est le mode ludique. Filmer est un jeu individuel ou collectif où l’on va faire « comme si »  on était dans la « réalité ». On passe donc du game qui avait un but précis et où les rôles étaient définis notamment par le père de famille (dans les années 1960) vers le play où l’activité est créative, les interactions plus libre et où la camera tourne entre les acteurs (depuis les années 1980).

Concernant le niveau énonciatif, la première période (les années 1960) correspond à un je individuel, celui qui filme fait l’histoire. Le but étant d’avoir une image satisfaisante de la famille qui se conformait au modèle familial de l’époque et tout ça dans un temps très court. Les films sont réalisés pendant des événements déjà ritualisés comme les fêtes de famille. La deuxième période (années 1980) est le collectif. Ce qui compte est de montrer la famille unie mais avec les spécificités de chacun des membres, en laissant plus de place à la spontanéité et à la parole individuelle. Enfin, la troisième période (celle du numérique) est tournée vers la reconnaissance de l’autre. L’idée étant que sur un même événement, il est possible d’avoir plusieurs points de vue, par exemple par le recours à plusieurs caméras (avec les téléphones portables). La nouveauté est de voir la place de l’enfant reconnu en tant qu’acteur et créateur.

Le cœur de la présentation porte sur le point de vue des acteurs sur la production de ces films. L’effet lissé des plans ne permet pas de voir les failles et les conflits de la famille. C’est donc le retour réflexif des acteurs sur ces films qui les autorise à se situer, à critiquer, à croire ou à refuser l’image de la famille heureuse immortalisée pendant ce laps de temps. Les films opèrent donc sur la présentation de soi et autorisent à performer son rôle mais c’est véritablement les acteurs qui vont donner les codes d’interprétation au chercheur.

Giuseppina Sapio souligne également l’effet de l’évolution des techniques sur les films de famille. Dans les années 1960, la caméra est un appareil cher (qui est donc accaparé par le père de famille, perçu comme le seul à même de le manipuler correctement), qui impose une pratique de montage (du fait du recours aux pellicules) et une forme de ritualisation du visionnage, puisque le film est projeté. Avec la diffusion de la VSH puis le numérique et la démocratisation de la caméra (en termes de prix et d’inclusion de ces équipements dans la vie quotidienne avec les téléphones portables), les pratiques entourant la production et le visionnage des films de famille se transforment, d’une part parce que la production de film est plus simple et moins coûteuse (d’où la moindre mise en scène dans les films : les maladresses dans le tournage sont perçues comme une preuve d’authenticité et non comme du gâchis), et d’autre part par une réduction du temps entre production et visionnage (qui convergent : dans les années 2000, on regarde le film juste après le tournage, mais pas forcément après).

La discussion qui a suivi la présentation portait sur l’accès à ce matériau, la place du père dans les films des années 1960 et de son absence dans les films, puis sur les effets de la technique dans les choix filmiques et la présentation de soi et, pour conclure, l’évolution des rituels de visionnage.

Voir le programme de la séance


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *