Zoé Yadan – La parentalité à l’épreuve du conseil de discipline au collège

Zoé YADAN
Doctorante en sciences de l’éducation
CERLIS

Résumé :

Depuis les années 1990 déjà, l’institution scolaire a amorcé une politique de rapprochement avec les familles. A travers la rhétorique du partenariat, il est souhaité, entre autre, que les parents se constituent partenaires afin de partager les missions de l’école et qu’un dialogue « harmonieux » s’instaure. Cela participe d’une intention plus globale de conduire les parents à s’investir davantage dans la scolarité de leur enfant. Il s’agit, officiellement, d’inclure les parents dans le processus éducatif et, de manière plus tacite, de les faire participer à la résolution des difficultés scolaires de l’enfant. L’école moins encline à appliquer un modèle éducatif autoritaire attend des familles qu’elles collaborent voire qu’elles prennent la relève dans le domaine de la discipline.

L’intervention proposée aura pour visée d’objectiver l’expérience d’un parent dont l’enfant a commis une incivilité sanctionnée par un conseil de discipline au collège. Nous tenterons, tout d’abord, d’analyser les réponses parentales développées lors du conseil de discipline. Ceci afin de mieux comprendre les logiques familiales relatives à la transgression des règles ainsi qu’à l’autorité. Nous reviendrons également sur les relations entre les familles et l’école dans cette situation particulière. Nous entendons ainsi présenter la façon dont les pratiques parentales sont discutées, jugées, remodelées au cours de cette rencontre singulière.

Voir le programme de la séance

Atelier du REPPaMa : prochaine séance le 14 décembre 2017

Nous avons le plaisir de vous annoncer la tenue de la troisième séance des ateliers du Réseau d’Études Pluridisciplinaires sur les Paternités et les Maternités (REPPaMa) le jeudi 14 décembre de 14h à 16h30 à l’INED (salle 136).

Lors de cette séance, nous accueillerons :
Zoé Yadan, doctorante en sciences de l’éducation (CERLIS) :  « La parentalité à l’épreuve du conseil de discipline au collège »
– Marion Braizaz, docteure en sociologie (CERLIS) : « Devenir mère : une rupture dans le « parcours esthétique » des femmes »

Compte-rendu de la deuxième séance de l’atelier RePPaMa (01.06.2017)

La deuxième séance de l’atelier RePPama a consisté en deux présentations, la première de Miyako Hayakawa, doctorante en anthropologie, et la seconde de Giuseppina Sapio, docteure en Arts et médias.

La présentation de Miyako Hayakawa, portant sur 15 entretiens avec des femmes japonaises expatriées en France et des observations, a mis en lumière la pratique de la maternité intensive.

Pour nous décrire la maternité intensive, la chercheuse s’appuie sur le concept de Maternal proximal (maternage proximal)  qui consiste à :
– l’allaitement maternel de longue durée à la demande de l’enfant
– le co-dodo
– le portage de l’enfant contre le dos

Cette pratique du maternage existait déjà au Japon : toutefois, elle consistait surtout à protéger la famille des gênes engendrées par l’enfant. En effet, l’allaitement tardif avait une fonction de contraception, le co-dodo évitait de réveiller toute la maisonnée et le portage permettait de continuer à travailler dans les champs. Or, depuis les années 70, ce maternage a pris un sens nouveau tourné vers l’enfant et ses besoins, visant à renforcer le lien mère-enfant.

Malgré le choix de la chercheuse de ne pas sélectionner les enquêtées selon leurs pratiques de maternage, elle a retrouvé une grande similarité entre ces femmes. La maternité intensive est apparue comme un des résultats de sa thèse tandis qu’elle cherchait à comprendre le modèle familial des migrants japonais en France et les rapports sociaux de genre.Or, ce choix de modèle familial a des effets à la fois sur le bien-être des femmes et le couple. En effet, le maternage proximal semble à l’origine d’un renforcement du lien mère-enfant au détriment du lien conjugal : le père est exclu de la relation parentale, y compris spatialement (la mère dort avec l’enfant, le père dans une autre pièce), ce qui contribue à limiter les rapports sexuels conjugaux.

Contrairement à ce qu’on aurait pu supposer, les enquêtées présentent une assez faible acculturation au maternage « à la française », construit dans l’exposé en miroir du maternage intensif : autonomie de l’enfant et distance mère/enfant, par l’allaitement de courte durée ou recours au biberon, le berceau et le recours à des modes de garde autre que la mère. En effet, les Japonaises expatriées ont peu de liens avec des Français(e)s et ont « importé » leurs pratiques maternelles, sans envisager d’opter pour un autre modèle de maternage.

La discussion qui a suivi la présentation a porté sur la mise en relation du concept de maternage avec d’autres pays, la conciliation entre maternité intensive et travail et la place des pères dans la famille.

La présentation de Giuseppina Sapio portait sur les films de famille des années 60 à aujourd’hui. L’originalité de sa thèse était de regarder ces films avec les acteurs eux-mêmes et de réaliser des entretiens avec les parents d’un côté et les enfants de l’autre pour revenir sur le contexte de production. La chercheuse a ainsi suivi six familles dont les modèles étaient diversifiés (famille nucléaire, adoptante et recomposée).

La première partie de la présentation portait sur les concepts utilisés pour décrire les films de famille : cinéma d’amateur, home movie mais aussi la théorie semio-pragmatique et la notion d’espace de communication.

Une fois le cadre posé, la chercheuse nous a montré l’évolution des films de famille des années 1960 à aujourd’hui à travers les limites techniques mais surtout l’évolution des pratiques. Le premier aspect abordé est le mode ludique. Filmer est un jeu individuel ou collectif où l’on va faire « comme si »  on était dans la « réalité ». On passe donc du game qui avait un but précis et où les rôles étaient définis notamment par le père de famille (dans les années 1960) vers le play où l’activité est créative, les interactions plus libre et où la camera tourne entre les acteurs (depuis les années 1980).

Concernant le niveau énonciatif, la première période (les années 1960) correspond à un je individuel, celui qui filme fait l’histoire. Le but étant d’avoir une image satisfaisante de la famille qui se conformait au modèle familial de l’époque et tout ça dans un temps très court. Les films sont réalisés pendant des événements déjà ritualisés comme les fêtes de famille. La deuxième période (années 1980) est le collectif. Ce qui compte est de montrer la famille unie mais avec les spécificités de chacun des membres, en laissant plus de place à la spontanéité et à la parole individuelle. Enfin, la troisième période (celle du numérique) est tournée vers la reconnaissance de l’autre. L’idée étant que sur un même événement, il est possible d’avoir plusieurs points de vue, par exemple par le recours à plusieurs caméras (avec les téléphones portables). La nouveauté est de voir la place de l’enfant reconnu en tant qu’acteur et créateur.

Le cœur de la présentation porte sur le point de vue des acteurs sur la production de ces films. L’effet lissé des plans ne permet pas de voir les failles et les conflits de la famille. C’est donc le retour réflexif des acteurs sur ces films qui les autorise à se situer, à critiquer, à croire ou à refuser l’image de la famille heureuse immortalisée pendant ce laps de temps. Les films opèrent donc sur la présentation de soi et autorisent à performer son rôle mais c’est véritablement les acteurs qui vont donner les codes d’interprétation au chercheur.

Giuseppina Sapio souligne également l’effet de l’évolution des techniques sur les films de famille. Dans les années 1960, la caméra est un appareil cher (qui est donc accaparé par le père de famille, perçu comme le seul à même de le manipuler correctement), qui impose une pratique de montage (du fait du recours aux pellicules) et une forme de ritualisation du visionnage, puisque le film est projeté. Avec la diffusion de la VSH puis le numérique et la démocratisation de la caméra (en termes de prix et d’inclusion de ces équipements dans la vie quotidienne avec les téléphones portables), les pratiques entourant la production et le visionnage des films de famille se transforment, d’une part parce que la production de film est plus simple et moins coûteuse (d’où la moindre mise en scène dans les films : les maladresses dans le tournage sont perçues comme une preuve d’authenticité et non comme du gâchis), et d’autre part par une réduction du temps entre production et visionnage (qui convergent : dans les années 2000, on regarde le film juste après le tournage, mais pas forcément après).

La discussion qui a suivi la présentation portait sur l’accès à ce matériau, la place du père dans les films des années 1960 et de son absence dans les films, puis sur les effets de la technique dans les choix filmiques et la présentation de soi et, pour conclure, l’évolution des rituels de visionnage.

Voir le programme de la séance

Giuseppina Sapio – Jouer aux parents à travers les films de famille

Giuseppina SAPIO
docteure en études cinématographiques et audiovisuelles
IRCAV

Résumé:

La communication vise à exposer les résultats du travail de recherche que j’ai mené sur le cinéma d’amateur et, plus particulièrement, sur la pratique des home movies en France des années 1960 à aujourd’hui. Mobilisant à la fois la sémio-pragmatique et l’interactionnisme goffmanien, cette étude a l’objectif de de révéler comment les individus sont assignés à des positions de sujet dans l’ordre familial. Autrement dit, les expériences de filmage et de visionnage se fondent sur la réitération de rituels et sur une mise en récit de la vie quotidienne qui permettent d’objectiver les processus de subjectivation a l’œuvre au sein des familles. Protéiforme et, à l’apparence, anodine, la pratique des home movies permet d’approfondir la réflexion sur la parentalité sur plusieurs niveaux. Tout d’abord, l’étude de la réalisation et du visionnage de films d’amateur fournit aux chercheur.e.s un accès privilégié aux dynamiques groupales qui caractérisent la mise en récit et en images de la vie des familles. Ensuite, la prise en compte d’une perspective diachronique permet de saisir les transformations culturelles et sociales qui ont affecté la cellule familiale. En effet, l’attribution de rôles (notamment de genre), les interactions et les discours produits lors de la réalisation et du visionnage ont évolué avec les innovations technologiques (Super 8, VHS, numérique) et les techniques employées par les amateurs. Ainsi, l’analyse des récits filmiques dévoile différentes manières d’être ensemble, de faire famille, exprimées à travers les outils cinématographiques (échelles de plans, mouvements de caméra, musiques, etc.). Enfin, l’étude de la pratique des home movies permet de saisir le processus d’autorégulation activé par les familles dans la « mise en scène » de leur vie familiale. En ce sens, les films de famille sont des productions « opaques », que l’on pourrait assimiler à des « récits mythiques », dans lesquels toute forme de conflit est évacuée. Or, la prise en compte de la parole des amateurs, à travers des entretiens qualitatifs, permet, entre autres, de dévoiler les failles et les fissures qui se cachent derrière les sourires et les regards caméra.

Voir le programme de la séance
Calenda

Miyako Hayakawa – Enquête ethnographique sur la « maternité intensive » chez les femmes japonaises

Miyako HAYAKAWA
Doctorante en anthropologie
Centre Norbert Elias, EHESS Marseille

Résumé :

Dans cette communication, je présente les pratiques du maternage intensif entreprises par les mères japonaises et leurs implications sur la vie de famille. Toutes mariées à des Japonais et habitant dans des endroits différents, ces femmes japonaises de la classe moyenne instruite s’engagent au maternage intensif. Appelée aussi maternage « proximal », cette manière d’élever des enfants qui favoriserait l’attachement entre la mère et l’enfant au nom d’un meilleur développement de l’enfant est née aux Etats-Unis et devenue de plus en plus fréquente depuis les années 1990 chez les femmes de la classe moyenne supérieure, notamment en Europe et en Amérique du nord, mais aussi au Japon. Il s’agit des pratiques tels que l’allaitement maternel à la demande et de longue durée, le « co-dodo », qui consiste à dormir avec le bébé dans le lit parental ou à proximité, et le portage de l’enfant contre le dos, etc.

Tandis que ce mode de soin vise à améliorer le bien-être des enfants, plusieurs recherches montrent que cette pratique demande un dévouement parfois excessif des parents et peut provoquer la hausse du stress et l’épuisement chez les mères, surtout lorsque elles ont une activité professionnelle (Damaske 2013 ; Hays 1996). Certains chercheurs constatent que cette tendance à la « surcharge » des jeunes mères est d’autant plus prononcée chez les Japonaises que des facteurs socio-historiques bien spécifiques dans le pays leur demandent un travail parfois trop pénible (Shinada 2004 ; Tanaka 2004). Ainsi, les questions qui se posent sont les suivantes : Quelles sont les pratiques concrètes du maternage proximal effectuées par les mères japonaises dans la vie de tous les jours aujourd’hui ? Compte tenu du contexte socio-historique propre à la société japonaise sur l’évolution du maternage intensif, peut-on identifier des spécificités du maternage « à la japonaise » ? Pourquoi cette manière est-elle partagée chez les enquêtées ? Et quel impact peut-on constater sur la vie de famille ?

Dans le cadre de mon travail doctoral, j’ai réalisé une recherche sur le maternage proximal sur deux terrains différents avec une quinzaine de mères japonaises au total, en 2015 – 2017. Elles sont toutes mariées et mères de famille, de la classe moyenne instruite, entre 32 et 43 ans. Il s’agit d’une enquête ethnographique composée des entretiens et des observations, auprès des femmes qui sont des épouses des expatriés japonais résidant temporairement en France pendant quelques années (normalement entre 2 et 6 ans) dans des grandes villes, comme Paris, Lyon, et Aixen-Provence. Cette recherche a été complétée avec une enquête effectuée au Japon en 2016, principalement dans la région de Tokyo, avec les mêmes profils des enquêtées. La localisation géographique des enquêtées ne semble pas avoir eu un impact sur leur choix et la façon et de la prise en charge des enfants pour les couples non-mixtes, même en cas de l’expatriation.

Au cours de mes enquêtes, j’ai tâché à identifier des pratiques du maternage intensif chez les enquêtées, en me focalisant par la suite à voir comment elles sont arrivées à s’approprier des identités et pratiques maternelles. Une attention particulière a été portée sur certains aspects peu étudiés dans la littérature existante : des impacts de cette pratique sur la vie conjugale, notamment l’absence ou le manque de communication au sein du couple. Par exemple, comme l’allaitement nocturne – combiné avec le co-dodo – fortement répandu chez les Japonais et que la pratique peut durer au moins 1 an et aller sur 3 ans, un grand nombre de couples font chambre à part et la femme mène une vie complètement séparée de son mari, tout en restant avec ses enfants. Comment le couple vivent-ils cette « séparation » ? Contrairement à la période antérieure aux années 1970 où la moitié des mariages étaient arrangés par les parents ou les autres membres de famille, aujourd’hui le mariage constituerait moins une « institution », mais un acte d’amour. Si ces pratiques de maternage intensif « nuisent » à la relation conjugale et à leur intimité, comment les couples les perçoivent-ils cette réalité ?

Après avoir effectué une recherche de terrain, je propose de mener une réflexion sur le maternage intensif « à la japonaise » avec sa propre histoire et métamorphose, tout en mettant l’accent sur ses impacts réels sur la vie de famille et de couple.

Références citées
Damaske, Sarah. 2013. “Work, Family, and Accounts of Mothers’ Lives Using Discourse to Navigate Intensive Mothering Ideals”, Sociology Compass 7/6, pp.436–444. Hays, Sharon. 1996. The cultural contradictions of motherhood. New Haven : Yale University Press, Shinada, Tomomi. 2004. Kosodate hou kakumei. Tokyo : Chuokouron shinsha. Tanaka, Kimiko. 2004. Boshimicchaku to ikuji shougai. Tokyo : Koudansha

Voir le programme de la séance
Calenda

Atelier du REPPaMa : prochaine séance le 1er juin 2017

Nous avons le plaisir de vous annoncer la tenue de la seconde séance des ateliers du Réseau d’Études Pluridisciplinaires sur les Paternités et les Maternités (REPPaMa) le jeudi 1er juin de 10h à 12h30 à l’INED (salle 433).

Lors de cette séance, nous accueillerons :

 

Accès :

L’atelier aura lieu le jeudi 1er juin à l’INED, 133 Boulevard Davout, 75020 Paris.
Métro : Porte de Montreuil et Porte de Bagnolet
Tram T3b Marie de Miribel

Contact : reppama.contact@gmail.com

Calenda
Voir le compte-rendu

Le non-désir d’enfant en BD (1) : une affaire de femmes ?

“IMG_0221.JPG” by m anima is licensed under CC BY 2.0

En 2011 et 2012, deux BDs sur le non-désir d’enfant sont publiées par Fluide Glacial, scénarisées et dessinées par Véronique Cazot et Madeleine Martin. Cette mini-série intitulée Et toi, quand est-ce que tu t’y mets ? met en scène le non-désir d’enfant, qu’il soit permanent avec l’héroïne du premier tome (Jeanne) ou temporaire avec l’héroïne du deuxième (Lucie).

 

Par l’expression de « non-désir d’enfant », je désigne soit le choix de ne pas devenir père ou mère (non-désir permanent), soit le choix de recourir à un avortement dans le cas d’une grossesse non-désirée, ce qui n’exclut pas que la personne ait un désir d’enfant à moyen ou long terme (non-désir temporaire). Par ces BDs, nous interrogerons la représentation de l’injonction à la maternité et la stigmatisation des femmes qui ne veulent pas être mères ou qui recourent à un avortement. Dans un premier temps, nous montrerons que la parentalité est présentée avant tout comme une affaire de femmes. Ensuite, nous explorerons la mise en scène du non-désir d’enfant, non seulement à travers les discours tenus par les personnages mais aussi par la représentation visuelle de la parentalité. Enfin, nous montrerons que bien que les femmes constituent la majorité des personnages parlants, le non-désir d’enfant est dépeint comme un choix de couple.

La parentalité : guerre tranchée entre femmes ou sororité ?

Dans les deux volumes, le fait d’être parent est présenté avant tout comme une affaire de femmes : ce sont les femmes qui parlent et s’occupent des enfants, qu’il s’agisse des personnages nommés ou de figurants croisés dans le parc, avec des nourrissons et des jeunes enfants. Les pères n’interviennent que très ponctuellement, le dimanche ou lors de sorties en famille, où ils sont impliqués dans des activités de bricolage avec des enfants plus âgés. On retrouve donc dans cette représentation des parents l’idée que le nourrisson est principalement la responsabilité de la mère, le père n’intervenant que plus tard dans l’éducation. De même, quand les femmes s’interrogent sur leur non-désir d’enfant, c’est vers d’autres femmes qu’elles vont se tourner, qu’elles aient été mère ou non. Enfin, dans le premier tome, Jeanne consulte un forum de childfree (« ceux qui ont choisi une vie sans enfant ») . Or,  la majorité des posts de ce forum viennent de femmes. Les hommes semblent donc moins concernés par des injonctions à la paternité ou des interrogations sur le non-désir d’enfant. Or, loin de composer un groupe féminin homogène ou un continuum face au désir d’enfant, deux camps s’affrontent.

« Celle qui ne voulait pas d’enfant » (tome 1) met dans un premier temps en scène une opposition nette entre deux groupes de femmes : les « avec » et les « sans ». Comprendre, avec ou sans enfant. Cette dichotomie est réaffirmée notamment par le personnage d’Adeline (qui n’est d’ailleurs nommé que dans la seconde moitié du deuxième tome, ce qui en dit long sur la perte d’identité personnelle qui est associée à la maternité dans la BD), qui incarne la Mère : ses conversations tournent essentiellement autour de ses enfants et de son étonnement que les autres femmes de son entourage n’en fassent pas autant, son album photo ne contient que des clichés de son nourrisson. Par exemple, dans les premières planches du premier tome, elle déclare successivement à Jeanne (présentée en introduction comme une jeune femme de 35 ans, en couple hétérosexuel, photographe, avec un « signe très particulier pour un être humain de sexe féminin : ne veut pas d’enfant ») : « Et toi Jeanne, quand est-ce que tu t’y mets ? » et « Tu sais tellement y faire avec les enfants ! C’est évident que tu adorerais être mère ». Dans le deuxième tome, lorsqu’Adeline apprend que sa petite sœur Lucie (20 ans, étudiante) est enceinte et ne veut pas mener la grossesse à terme, elle n’a de cesse de la persuader de ne pas recourir à un avortement.

Bref, Adeline incarne l’injonction à la maternité qui pèse sur les femmes : sacralisation de la maternité comme seul plein accomplissement possible d’une femme, rappel de l’horloge biologique, dissuasion du recours à une IVG pourtant voulue par les deux géniteurs potentiels. En témoigne ce dialogue entre Jeanne et Adeline au début du premier tome :

Adeline : Je me sens tellement comblée ! Tu sais, c’est vrai ce qu’on dit : on n’est pas complètement femme tant qu’on n’a pas connu ça !
Jeanne : C’est sympa pour moi ! Et celles qui ne peuvent pas en avoir, elles ne servent à rien ??
Adeline : Mais non ! C’est juste triste de manquer ça ! Surtout quand on peut ! […]
Ne pleure pas mon bébé, Jeanne s’énerve parce qu’elle se ment à elle-même. Elle changera d’avis, comme tout le monde !

En une seule planche, Adeline coche plusieurs cases du bingo du non-désir d’enfant. Même type d’interactions entre Adeline et sa sœur Lucie tombée enceinte par accident, qu’elle essaye de faire culpabiliser pour qu’elle garde le fœtus.

Pourtant, la vie de mère d’Adeline n’a pas l’air si idyllique : elle est représentée à plusieurs reprises comme étant débordée par la maternité, qu’elle soit épuisée par son bébé qui ne fait pas ses nuits, tyrannisée par lui parce qu’elle cède au moindre de ses pleurs ou se sente humiliée devant ses proches parce que son fils ne marche pas encore. La maternité remplit toute son quotidien, au détriment de toute vie professionnelle, personnelle ou même conjugale (plus de relation sexuelle depuis l’accouchement à cause de la douleur de l’épisiotomie mais aussi un malaise lié à ses vergetures). Être mère ne semble donc pas lui prodiguer les satisfactions qu’elle vante à Jeanne.

Face à cet adversaire, il s’agit pour les deux héroïnes de trouver une alliée pour affronter les doutes qu’elles traversent (le conjoint de Jeanne se demande s’il ne veut pas des enfants, Lucie s’interroge sur son choix d’un recours à l’avortement). Ces soutiens se fondent sur une communauté d’expérience. Dans le premier cas, Jeanne trouve ce soutien dans le personnage de Maria, femme d’une soixantaine d’années qui a fait le choix d’une vie sans enfant et qui déclare n’avoir jamais regretté et s’être épanouie dans ce mode de vie. En ce qui concerne Lucie, elle est épaulée par deux femmes de son entourage qui ont eu recours à un avortement : Jeanne, mais aussi sa mère. Elles lui prodiguent des informations (sur le Planning familial par exemple) et la réconfortent. Ainsi, bien que ces deux personnages soient en couple et que leurs conjoints traversent la même épreuve qu’elles, ils ne constituent pas des alliés aussi efficaces que d’autres femmes ayant une expérience du non-désir d’enfant.

Cependant, on assiste à une réconciliation des deux camps à la fin de chaque tome. Dans le premier, la planche finale représente Adeline admettant envier parfois la vie de Jeanne, signe qu’elle reconnait les mérites d’une vie sans enfant. Dans le deuxième tome, la réconciliation se produit moins entre deux personnages, Adeline et Lucie, qu’entre Adeline et sa vie de femme : pour l’aider à se sentir à l’aise dans son corps après la grossesse, Jeanne photographie Adeline nue, et décide de faire une exposition intitulée « la femme derrière la mère ».

Les deux tomes de Et toi, quand est-ce que t’y mets ? reprend donc les représentations sociales de la maternité comme unique accomplissement d’une femme et de la parentalité comme une affaire de femmes avant tout. Cependant, il s’agit moins de s’en faire l’écho que de les critiquer, d’une part en rappelant que la maternité n’est pas un passage obligé et que la vie d’une femme ne se réduit pas (forcément) à cette dimension, et d’autre part en promouvant une sororité entre femmes De fait, la maternité est largement présentée comme une aliénation, par le personnage d’Adeline du moins, mise en scène comme étant asservie par son enfant.

Le non-désir d’enfant : entre raison et sentiment

Constamment renvoyée à son non-désir d’enfant, Jeanne argumente régulièrement avec Adeline, mais aussi avec son conjoint, pour expliquer son non-désir d’enfant. Elle explique ainsi que selon elle, le monde actuel ne donne pas envie de faire des enfants (« quand le monde sera sans guerre, sans faim, sans pédophilie, sans chômage, [….] alors je réfléchirais à la question »), que ce n’est pas parce que « tout le monde » a des enfants qu’elle doit en faire autant, qu’elle ne veut pas faire passer un seul être avant ses proches et elle-même, etc. Cependant, l’essentiel de l’argumentation de la BD passe moins par le verbal que par l’émotionnel. De nombreuses planches représentent une vision diabolisée de la parentalité : le fœtus ou l’enfant comme un tyran qui dévore littéralement sa mère, l’accouchement comme une séance de torture, la parentalité comme un désastre écologique ou social (risque de mettre au monde un futur Hitler). De plus, le fait que n’importe qui puisse de devenir parent, indépendamment de qualités indispensables pour endosser ce rôle avec succès (amour, psychologie, patience, pédagogie…), est critiqué. De fait, le choix de Jeanne et de son conjoint de ne pas avoir d’enfant est valorisé à plusieurs reprises par la mise en avant d’une vie diversifiée dans ses activités et par l’harmonie de leur vie de couple.

A l’inverse, la décision de Lucie d’avorter est présentée essentiellement sous l’angle rationnel : son choix repose sur le fait qu’elle ne se sente pas prête à être mère maintenant. Le registre émotionnel est davantage mobilisé par ses opposants, incarnés essentiellement par des hordes de démons qui s’expriment dans des sites anti-avortement.

D’ailleurs, en refusant de mettre en scène des femmes qui regrettent leur choix de ne pas avoir d’enfant (qu’il s’agisse d’un choix de vie ou du recours à un avortement), la BD dénonce également l’injonction faite aux femmes de « mal vivre » leur avortement. En effet, vers la fin du deuxième tome, Lucie déclare culpabiliser de ne pas culpabiliser au sujet de son IVG, après avoir reçu plusieurs coups de fil d’amis qui partent du principe qu’elle est affectée par l’intervention (« ça doit être dur », « tu tiens le coup ? il va te falloir du temps pour t’en remettre », « c’est trop L’HORREUR, tu dois être trop MAL ! », « c’est la première année la plus DURE, après t’y penses juste les dates anniversaires »). Jeanne lui montre alors à Lucie le site « je vais bien, merci », qui recense des témoignages de femmes sur l’IVG, qui déclarent que le plus difficile dans leur décision était le manque de professionnalisme des soignants qui les ont critiquées ou culpabilisées, ou l’ingérence des anti-IVG. Une femme qui regrette d’avoir été mère est néanmoins mise en scène par le biais d’un témoignage, soulignant une fois encore que la maternité n’est pas forcément une garantie de bonheur.

Toujours dans le registre argumentatif, Adeline est à plusieurs reprises renvoyée à l’animalité quand elle critique les choix de Jeanne et de Lucie : représentée en guenon ou en femme des cavernes quand elle défend la maternité, elle est associée à une humanité primitive, tant par une absence de technologie pour éviter la grossesse que par ses arguments décrits comme primaires ou simplistes.

S’opposant aux arguments parfois simplistes présentant la maternité et le refus du recours à l’IVG comme une évidence, Et toi, quand est-ce que tu t’y mets ? a donc à cœur de présenter le choix de devenir parent ou non comme une alternative où chaque option se vaut, du moment qu’il est en accord avec le parcours de vie et de la personnalité de la mère. Au-delà de la dénonciation des injonctions à la maternité, quel qu’en soit le prix pour les femmes, la BD dénonce donc également la stigmatisation et la culpabilisation des femmes ayant recours à l’IVG.

Ne pas devenir parent : un choix de couple

En dépit d’une relative absence de personnages masculins dans la BD et d’une centration sur les femmes concernant le non-désir d’enfant, le choix de ne pas devenir parent est néanmoins présenté comme un choix de couple.

Dans le cas de Jeanne, le non-désir d’enfant partagé par elle et son conjoint est d’ailleurs présenté comme une métonymie de leur couple : alors que Jeff lui dit qu’il se pose des questions sur ce choix de non-parentalité, elle lui répond « on a toujours été d’accord là-dessus ! c’est même pour ça qu’on s’entend si bien ! ». Si les hésitations de Jeff constituent la trame narrative de « celle qui ne voulait pas d’enfant » et amène Jeanne à s’interroger également sur son désir d’enfant, le tome se conclut par la réaffirmation conjugale de leur volonté de ne pas être parents et sur la mise en place du projet de couple de s’installer à la campagne et de retaper une petite maison. Il s’agit donc d’un primat du couple (« je préfère mille fois ne pas faire d’enfant avec toi, qu’en avoir avec une autre ») et de leur bonheur dans leur situation actuelle.

De même, si Harry (le petit ami de Lucie) estime que c’est forcément Lucie qui aura le dernier mot, il ne désire pas non plus qu’elle poursuive la grossesse et il l’accompagne à la clinique où elle subit l’intervention. Là encore, le tome « on l’appellera Simone » se conclut par le primat du conjugal, avec un dessin d’Harry et de Lucie qui conviennent qu’ils auront un enfant lorsqu’ils seront prêts. De même, dans un flashback où Jeanne raconte à Lucie son avortement, Jeff est dessiné à ses côtés quand elle se réveille sur le lit d’hôpital après l’intervention.

Ainsi, bien que les hommes soient largement laissés à l’arrière-plan de cette BD, ils sont néanmoins représentés dans les moments-clefs de l’affirmation du non-désir d’enfant des deux héroïnes. Bien que ce non-désir soit présenté comme quelque chose d’individuel, émanant de la personnalité et des choix de vies de ces femmes, la « concrétisation » du non-désir d’enfant semble devoir passer par le couple.

 

Cette BD est donc un objet intéressant pour des chercheurs sur les paternités et les maternités. En dessinant sous un angle humoristique la parentalité et le non-désir d’enfant, elle dénonce les injonctions associées à la maternité et la culpabilisation dont font l’objet les femmes qui ont recours à l’avortement. Elle s’attache par exemple à désamorcer certains clichés concernant les femmes ayant recours à l’avortement, dépeintes non comme irresponsables, discours qui peut être tenu par les anti-IVG (laissant d’ailleurs dans l’ombre le rôle du partenaire masculin dans la grossesse), mais comme des femmes n’ayant pas eu de chance : accident contraceptif, mésinformation concernant le contraceptif utilisé, échec de la pilule du lendemain, voire femme victime de viol… Loin d’être nécessairement traumatisées par l’IVG, elles continuent la vie qu’elles ont choisie après cet accident de parcours. La BD cherche à désamorcer une opposition trop facile entre femmes qui se protègent et femmes qui ne se protègent pas, en rappelant que le risque de grossesse non désirée peut concerner toutes femmes ayant une activité sexuelle. En creux, apparaît également une critique de l’injonction à renoncer à toute vie personnelle au profit d’un investissement exclusif dans l’enfant pour celles devenues mères. Après la glorification de la maternité, puis la promotion d’une maternité forcément épanouie parce que choisie[1], va-t-on vers une reconnaissance du droit à la non-maternité ?

Myriam Chatot

Véronique Cazot, Madeleine Martin, Et toi, quand est-ce que tu t’y mets ? – celle qui ne voulait pas d’enfant, tome 1, Fluide Glacial, 2011
Véronique Cazot, Madeleine Martin, Et toi, quand est-ce que tu t’y mets ? – on l’appellera Simone, tome 2, Fluide Glacial, 2012

[1] Garcia Sandrine, Mères sous influence – De la cause des femmes à la cause des enfants, La Découverte (coll. « Textes à l’appui »), 2011

A signaler

Le 21 juin 2017, le Mage organise un débat sur les femmes sans enfants. Informations

Les pères solos sont-ils des mères comme les autres ?

Le 2 avril, Libération a publié un article sur les pères monoparentaux ou « pères solos », s’appuyant entre autres sur un article d’Alexandra Piesen, publié dans la Revue des politiques sociales et familiales.

Le titre provocateur de l’article de Libération (« Les pères solos sont-ils des mères comme les autres ? ») soulève un point important pour l’étude des maternités et des paternités : dans quelle mesure ce qui est considéré comme le « propre » de la maternité ou de la paternité est en fait produit par les rôles généralement endossés par les parents en fonction de leur sexe ? Les enquêtes sur les situations d’inversion du genre interrogent les changements induits sur les rôles genrés, mais aussi les résistances, quand un homme endosse un rôle traditionnellement féminin (ou inversement ?) > je ne comprends pas trop la dernière partie de ta phrase : est-ce que ça porte juste sur les résistances ou est-ce une manière d’illustrer la notion d’inversion du genre ? 

Pour lire l’article de Libération : Les pères solos sont-ils des mères comme les autres ?

Les nouveaux pères, enfin une réalité ?

En 2016, l’UNAF a publié les résultats d’une enquête quantitative sur la paternité en France, interrogeant les pratiques et les représentations des pères concernant la paternité, de leur définition du « bon père » à leur avis sur la représentation des figures paternelles dans les médias. Si les hommes interrogés dans cette enquête déclarent pour la majorité d’entre eux vouloir être des pères présents pour leurs enfants et plus proches d’eux que ne l’étaient leurs propres pères, la répartition des tâches parentales déclarées par eux laisse apparaître une prise en charge des enfants majoritairement par les mères, ce qui fait écho à de nombreuses enquêtes quantitatives sur la répartition des tâches domestiques au sein du couple. Comme le disait  Anne-Marie Devreux en 1998 : « comment font-ils pour s’impliquer davantage sans y passer plus de temps ? ». Mystère.

Pour aller plus loin : 

Résumé de l’enquête sur le Monde
Synthèse de l’UNAF

Préférer son mari à ses enfants, un tabou ?

Dans un essai paru en 2009, la romancière Ayelet Waldman explique « J’adore ma fille, mais je ne suis pas amoureuse d’elle ». Pareil pour ses trois autres enfants. Elle explique ainsi que contrairement à ce que voudrait la norme de la maternité intensive, elle pourrait imaginer vivre sans ses enfants, mais pas sans son mari. Le compte-rendu qu’en fait le magazine Books permet aux lecteurs non-anglophones de découvrir les grandes lignes de l’essai de Waldman et de réfléchir aux contradictions contemporaines concernant les normes de la maternité. Si l’amour hétérosexuel est présenté comme constitutif de l’identité féminine, son prolongement « naturel », la maternité, est censé permettre leur plein accomplissement, comme en témoigne en creux la stigmatisation dont sont victimes les femmes qui désirent ne pas être mères. Une réflexion en lien avec le tabou concernant le regret d’être mère. Pourquoi attend-on davantage des femmes de s’épanouir dans la maternité qu’aux hommes dans la paternité ? La sociologue Eva Illouz répondrait sans doute que les hommes ont davantage la possibilité de tirer de la satisfaction et de l’estime de soi de leur activité professionnelle, là où les femmes voient leurs possibilités professionnelles limitées par un certain nombre de facteurs liés justement à la famille et au fait d’avoir des enfants. Peut-être cette question mériterait qu’on se la pose plus souvent, sans recourir trop rapidement à la fiction de l’instinct maternel.

Compte-rendu de la séance inaugurale de l’atelier RePPaMa (17.03.2017)

La première séance de l’atelier RePPaMa a consisté en deux présentations, la première d’Hélène Breda et la seconde de Maeli Saidi.

La présentation d’Hélène Breda, portant sur un corpus de six séries télévisées (Six feet under, Desperate Housewives, les Sopranos, Lost, the West Wing, 24h chrono), a mis en lumière des rôles parentaux différenciés en fonction du sexe du personnage au sein du corpus.

Les personnages de pères (Tony Soprano dans les Sopranos, Jack Bauer dans 24h chrono) se situent d’un point de vue narratif à la pointe d’une pyramide, dans la mesure où ils sont le centre des différentes intrigues et que ce sont les personnages qui ont le plus d’influence sur le déroulement de l’intrigue et les lignes d’action des autres personnages (pour ce dernier point, c’est également le cas de Nathaniel Fisher sénior, dans Six Feet Under). Leurs rôles parentaux illustrent l’ambivalence des modèles de paternité ; entre patriarche qui dirige la famille (Nathaniel Fisher sénior, Tony Soprano), endosse le rôle d’apporteur de ressources (Tony Soprano) et de protecteur (Jack Bauer) d’une part et « nouveau père » jouant un rôle affectif auprès de ses enfants (esquissé avec plus ou moins de succès par Tony Soprano, incarné avec plus de réussite par Jack Bauer) d’autre part.

A l’inverse, les personnages de mère sont souvent décentrés de la narration et se situent dans des configurations narratives qualifiées de « molécule ». Là où les pères ont généralement un ascendant vertical sur les autres membres de la famille, les mères se situent davantage dans une configuration de circulation horizontale, jouant le rôle de rassembleuse et de liant entre les personnages (comme les héroïnes de Desperate Housewives, Ruth Fisher dans  Six Feet Under et CJ Cregg dans the West Wing qui est l’attachée de presse du président et qui joue un rôle maternel dans la « famille professionnelle » que constitue le staff du président).

L’intérêt de l’approche méthodologique d’Hélène Breda, qui étudie les trames narratives des séries de son corpus en s’appuyant sur la métaphore du tissu (tressage et tissage narratifs, patchwork, etc.), est de mettre en évidence les parallèles entre la place du personnage dans la narration et son rôle parental auprès de sa famille.

La discussion qui a suivi la présentation a porté d’une part sur la méthodologie et d’autres parts sur des parallèles avec d’autres séries plus récentes.

 

La présentation de Maeli Saidi est basée sur un corpus d’une soixantaine d’entretiens avec des mères en situation de monoparentalité, réalisés en Île-de-France. Elles sont dans cette situation de monoparentalité depuis des durées variables (entre deux mois et trente ans), pour la plupart suite à un divorce et ont en moyenne deux enfants. Elles ont en moyenne entre 45 et 50 ans, et s’inscrivent dans des contextes socioculturels variés. L’exposé portait sur la capacité de ces femmes à « s’en sortir » après la séparation, notamment sur leur capacité à se construire une vie qui ne soit pas orientée uniquement vers la famille.

Trois étapes dans l’émancipation de ces femmes peuvent être identifiées, par rapport aux stigmates qui pèsent sur elles en tant que mères « solos » : se protéger, s’affirmer et lâcher prise. Ainsi, dans un premier temps, les mères ont à cœur de consolider la nouvelle cellule familiale après la séparation et se consacrent entièrement à leurs enfants, en recourant à l’aide de leurs familles pour surmonter cette épreuve. Dans un second temps, elles s’affirment, c’est-à-dire qu’elles prennent de la distance avec leurs familles et plus largement avec l’image de la mère « parfaite » qu’elles tentaient d’incarner, en négociant l’image d’elles-mêmes qu’elles projettent suivant leurs interlocuteurs. Dans un troisième temps, les mères lâchent prise et affichent leur vie personnelle au même titre que leur vie familiale. Pour mener à bien cette émancipation par rapport à une vie entièrement consacrée à la maternité, elles disposent de quatre supports : l’indépendance financière, un « jardin secret » (notamment des nouvelles relations affectives), un bon entourage et du temps pour soi.

La présentation s’est principalement concentrée sur le « jardin secret » et le réseau de sociabilité des mères. Il s’agissait d’une part de mettre en évidence les stratégies mises en œuvre par rapport dans la dissimulation ou la révélation de nouvelles relations conjugales (par exemple, prétendre à ses enfants qu’on va faire du sport pour aller voir son compagnon). D’autre part, on observe une recomposition du réseau amical des mères en situation de monoparentalité. Cette recomposition passe par un double mécanisme. Tout d’abord, les mères minorent leurs liens avec les anciennes amies et leurs familles (proches perçus comme ne comprenant pas la situation de la mère seule voire intrusifs). Ensuite, elles se construisent un nouveau cercle amical, constitué de femmes ayant une situation personnelle similaire (monoparentales, célibataires ou en difficultés), constituant une ressource sur le plan affectif mais aussi matériel.

La discussion après la présentation a porté sur les éléments déclencheurs du passage d’une étape à l’autre (événement, âge des enfants, effet de génération ou de socialisation…), sur la comparaison entre mères et pères en situation de monoparentalité et sur le choix des critères de réussite.

Voir le programme de la séance

« Suis-je un bon père ? » : une question qui ne se pose pas ?

“Hayden and Daddy” by Michael Crane is licensed under CC BY 2.0

Ni trop ni pas assez disponible. Etre aimante, mais pas étouffante. Protéger les enfants, mais les laisser faire leurs propres expériences. Les faire progresser, mais ne pas les forcer. Tout en prescriptions contradictoires, être une « bonne mère » est une injonction qui pèse fortement sur les femmes. Il ne s’agit pas seulement des « rappels à l’ordre » ou des conseils prodigués par l’entourage de la mère, mais aussi de l’image de la « bonne mère » que se forgent les femmes elles-mêmes. En témoigne cette déclaration d’une mère qui a pris un congé parental presque malgré elle :

Pendant ma grossesse, j’ai décidé que j’allais prendre un congé parental, pour mon premier. Mais ce n’était pas parce qu’il n’y avait pas de place en crèche, c’était parce que je voulais faire la bonne mère. Pour moi, la bonne mère, ça prend un congé parental. C’est pas parce que j’en avais vraiment envie ou que… Pour moi, une bonne mère prend un congé parental. […] J’étais en dépression post-natale. Parce que rester à la maison, c’est pas mon truc. Je les aime, mes enfants, mais passer toute la journée avec des gamins qui ne parlent pas, changer des couches, les biberons, pour moi c’était… La perte de liberté, je ne me sentais pas bien. Mais par contre j’aime mes enfants. Je le dis parce que… [rire] J’ai culpabilisé un moment en me disant « t’es une mauvaise mère, c’est pas possible », je les aime mais c’est pas mon truc.

Plus largement, Sarah Lécossais (2015) montre, à partir de l’étude de séries télévisées françaises de type « chroniques familiales », qu’il n’y a pour ainsi dire qu’un seul modèle de mères représenté dans ces séries : à l’écoute, disponibles, aimantes, mais surtout culpabilisées. Se demander si on est une « bonne mère » (ou se reprocher de ne pas l’être assez) semble à ce titre considéré comme le lot commun des femmes.

Qu’en est-il pour les pères ? Se demandent-ils s’ils sont des bons pères ? A partir de deux enquêtes sociologiques, l’une menée auprès de 39 pères qui ont pris un congé parental à temps plein ou à temps partiel en couple hétérosexuel et 18 pères en situation de monoparentalité, nous tenterons, sinon de répondre à cette question, au moins d’apporter quelques pistes de réponse.

Ce qui ressort des entretiens avec les pères en congé parental, c’est que la « bonne paternité » est largement une non-question pour eux. Certes, certains d’entre eux reconnaissent se poser de la question de temps en temps, notamment lorsque les pères se sentent en « échec éducatif » (par exemple, si l’enfant refuse d’obéir). Cependant, dans l’ensemble, ces hommes semblent plutôt sûrs de leurs compétences parentales. Par exemple, Hugo (en congé parental pendant 3 ans et demi) déclare :

[En tant que père,] je vais essayer de mieux que je peux. Je ne me mets pas une barrière, genre « Untel a dit ça, Untel a dit ça, Dolto a dit ça », non, j’en ai rien à foutre. Enfin, c’est intéressant, mais moi, ce que je peux donner, le meilleur de moi, je vais lui donner. Après, ça aura ses failles, ses qualités, ses défauts, mais voilà, moi je lui ai donné le mieux de ce que je pouvais. Et je continue.

S’ils se posent des questions, c’est plutôt sur la meilleure méthode à adopter que sur la pertinence de leurs choix ou de leur attitude avec les enfants. Par exemple, Fabien (en congé parental pendant 6 mois) se rappelle :

Au début, quand les deux garçons sont nés, c’est l’éternelle question, « est-ce que je le laisse pleurer, est-ce que je le laisse pas pleurer ? ». Et on a appris énormément de choses avec ça, et en même temps, ma conjointe a eu du mal à les laisser pleurer, moi je pensais qu’il fallait les laisser s’exprimer… On a trouvé un bon système, on a trouvé un équilibre, sur ce point crucial quand tu es parent, de ta parentalité, c’est le nerf de la guerre parce que tu veux que ton enfant il dorme etc., on a trouvé à nous deux, en puisant chacun de notre côté… Je ne sais pas si c’est du hasard, de l’inné, de l’acquis, par rapport aux enfants… Je trouve qu’on fait un bon duo.

A l’inverse, les pères solos semblent raisonner différemment. Conscients de la dimension atypique de leur paternité solo, les pères rencontrés évoquent régulièrement leurs inquiétudes quant à leurs compétences pour être un « bon » parent et un « bon » père. Il s’agit alors pour eux, non plus d’exercer au quotidien des pratiques parentales données mais de faire en sorte que ces dernières soient conformes aux discours relatifs à la « bonne » parentalité. Les pères solos rencontrés ne cherchent pas à être uniquement des pères mais à être de « bons » pères voire des pères parfaits.

Cette volonté semble liée à deux éléments principaux, d’une part, les circonstances ayant conduit ces hommes à la paternité solo et d’autre part, l’idée selon laquelle la mère est le parent « principal » (entendu comme le parent légitime par les institutions car le plus apte en termes de compétences parentales). En effet, pour la plupart des enquêtés, la paternité solo a été subie, la mère étant partie « du jour au lendemain ». Le père s’est alors retrouvé seul au quotidien avec ses enfants. Cette déstabilisation soudaine et souvent non anticipée amène ces pères à opérer un travail réflexif sur leur rôle parental. Alors qu’auparavant ils pouvaient être plus ou moins investis auprès de leur(s) enfant(s), il semble que l’entrée en parentalité solo entraîne des « reformulations » (Martial, 2016) de leur paternité. Désormais, ces pères mènent un travail constant au quotidien sur leurs pratiques afin que ces dernières s’inscrivent dans les normes de la « bonne » paternité.

Ainsi, plusieurs pères enquêtés font part de l’importance accrue qu’ils apportent à des activités telle que la préparation du repas, qui fait désormais l’objet de nombreuses réflexions: volonté de préparer des repas équilibrés, à partir de produits frais et variés, demande de conseils à des femmes considérées comme de « bonnes » cuisinières, etc.

Pour les pères solos enquêtés, un leitmotiv semble constant : être un « bon » parent c’est faire de l’enfant une priorité. Il s’agit alors de se consacrer pleinement à lui, quitte à mettre en retrait sa vie amicale et amoureuse jusqu’à ce que les enfants soient considérés comme « assez grands » pour être autonomes.

A l’inverse, pour les pères en congé parental, être un « bon » parent, c’est avant tout être présent, mais pas forcément au détriment d’autres dimensions de leurs vies. En effet, plusieurs d’entre eux insistent sur l’importance de se garder du temps pour soi, et du temps de couple, pour ne pas être seulement un parent.

A partir de cette comparaison de deux groupes de pères assez minoritaires (pères en congé parental et pères en situation monoparentale), on voit donc se dessiner l’importance de la relation de couple dans le sentiment de compétence en tant que père. En effet, les pères en congé parental manifestent une certaine assurance dans l’exercice de leur paternité, là où les pères solos semblent se considérer comme des parents moins bons que les mères, même s’ils tentent de les égaler. Est-ce parce que la présence de la mère (et la possibilité de l’imiter) prodigue au père un sentiment de confiance dans ses propres capacités, ou parce que le « bon père » est celui qui seconde la mère ? Nous laissons soin à d’autres recherches que les nôtres de répondre à cette question.

Myriam Chatot
Alexandra Piesen

Masculinités non-hégémoniques, 15-16 mai 2017, Louvain-La-Neuve (Belgique)

Un colloque sur les masculinités non-hégémonique est organisé le 15 et 16 mai 2017 à Louvain-La-Neuve (en Belgique). A signaler particulièrement une session sur paternités et masculinités, le 16 en début d’après-midi (intervenants : Séverine Mayol sur les paternités sans-domicile, Alain Ducousso-Lacaze sur les paternités gay et Martine Gross, Bérengère Rubio et Olivier Vecho sur les paternités par la gestion pour autrui).

Résumé

Le colloque débutera le 15 mai autour d’une présentation magistrale qui posera les bases théoriques et les enjeux socio-politiques qui se trouvent derrière le genre, et plus particulièrement autour de la question des masculinités. L’intervention sera suivie le lendemain par une journée composée d’une conférence abordant l’étude des masculinités depuis une approche intersectionnelle, ainsi que de trois sessions thématiques, privilégiant chacune un angle de vue lié à des questions centrales dans la construction genrée des individus dans nos sociétés contemporaines.

Programme

Représentations et figures de la maternité aujourd’hui, 3-5 avril 2017, Tours

Fabienne Portier-Le Cocq et Cécile Coquet-Mokoko organisent un colloque sur les représentations et les figures de la maternité aujourd’hui dans le monde anglophone à l’Université François Rabelais (Tours) du 3 au 5 avril 2017.

Argumentaire

Les figures de la maternité ont endossé au cours de l’histoire des sociétés anglophones des rôles contradictoires situés au cœur des enjeux de pouvoir : tour à tour exaltées comme piliers de la nation, incarnations des valeurs de sacrifice et de prévoyance, ou surveillées et punies pour avoir failli dans leur rôle de reproduction des valeurs de responsabilité individuelle et de maîtrise de soi.

Près d’un siècle après avoir obtenu leur émancipation politique, presque cinquante ans après les grandes luttes pour l’émancipation sexuelle — dont les acquis demeurent inégaux d’un pays à l’autre —, les femmes américaines, britanniques, irlandaises et des pays du Commonwealth conservent un statut minoritaire particulièrement visible et politisé lorsqu’elles sont définies sous l’angle de la maternité. Tout se passe comme si le changement social arraché au terme de conflits était refoulé dans ses effets par la montée de discours stigmatisants à l’égard des femmes les plus vulnérables (mères adolescentes, mères isolées, mères porteuses, adoptives, âgées (older mothers), handicapées, séropositives, immigrées ou issues de minorités ethniques, de milieux défavorisés urbains ou ruraux, homosexuelles, travailleuses du sexe, transsexuelles, détenues, mères dont les enfants sont confiés à la Protection de l’enfance), souvent tenues pour responsables de leurs situations alors même que l’accès à des moyens efficaces d’information ou à des structures conçues pour répondre à leurs besoins est de plus en plus soumis à condition. La maternité, traditionnellement célébrée comme un accomplissement dans une vie de femme, n’en est pas moins assimilée à un déclassement social, voire à une dépersonnalisation des femmes lorsque l’État ou les acteurs sociaux, investis d’une légitimité morale, exercent un droit d’ingérence dans l’accès à l’éducation sexuelle, aux moyens de contraception, aux prestations sociales, aux modes de garde et au choix d’un mode d’éducation.

L’ambition de ce colloque est d’interroger les discours liés à la maternité, les traductions des choix de société dans les représentations culturelles des mères comme icônes ou boucs-émissaires, et la réception ou la critique de ces représentations dans le contexte d’une quête de conformité ou de libération des conventions sociales.

Programme

Quelques recensions de livres parus récemment sur Lectures

Réseau d'études pluridisciplinaires sur les paternités et les maternités